Benflis : «Le 4 mai 2017 est le grand moment d’un éveil patriotique»

Ali Benflis assure de la continuité de son combat pour le changement. New Press

Ali Benflis, président de Talaie El-Houriyet, a qualifié les dernières élections législatives d’un échec patent pour le régime en place. Dans une conférence de presse animée aujourd’hui au siège de son parti à Alger, Ali Benflis est revenu sur ce scrutin auquel sa formation n’a pas participé.

Axant son intervention sur le très fort taux d’abstention, cet ancien chef de gouvernement a affirmé devant un parterre de journalistes que les citoyens ont massivement signifié leur rejet du système en place, en refusant de cautionner un scrutin taillé sur mesure. «Nous étions tous témoins, le 4 mai, d’un référendum d’autodétermination de la citoyenneté», a-t-il déclaré ajoutant que «le 4 mai sera retenu comme le grand moment d’un éveil patriotique et d’un sursaut citoyen».

Ali Benflis a souligné que, certes, «rien n’a changé entre l’avant et l’après cette élection» mais le peuple a dit son mot. Il a dit, a poursuivi Benflis, qu’il ne veut plus de ce système politique. «La citoyenneté a fortement investi le champ politique. Trois quarts des électeurs ont refusé d’appuyer le régime politique en place dans son entreprise d’affaiblissement de l’Etat-nation et de privation de ses institutions de toute légitimité, de crédibilité et de représentativité», a soutenu Ali Benflis pour qui le fort taux d’abstention constitue un message clair pour un régime qui a échoué sur toute la ligne et qui doit impérativement partir pour qu’un système à la hauteur des aspirations du peuple s’installe.

«Le régime politique en place a voulu un simulacre de compétition électorale, et il l’a eu ; il a aussi voulu une parodie de scrutin, et il l’a obtenue. Il a voulu, enfin, des élections taillées à la mesure de ses desseins et de ses intérêts étriqués, et il a eu gain de cause», a ajouté Benflis qui ne revendique nullement les 17 millions qui ne se sont pas rendus à l’urne le 4 mai.

Cet ex-candidat à la présidentielle a assuré que son parti va poursuivre son combat pour le changement pacifique du système politique qui conduit l’Algérie vers le chaos.

Hani Abdi

Comment (11)

    WARDA
    14 mai 2017 - 16 h 42 min

    Proverbe Anglais :  » qu’est
    Proverbe Anglais :  » qu’est-ce qu’un chameau ? c’est un cheval dessiné par un gvt incompétent et illégitime  » . Proverbe Algérien :  » qu’est-ce qu’une constitution inadaptée utopique donc non viable ? c’est celle rédigée par l’imposture, maintes fois refaite et tripotée ( pour ne pas dire v….. ) par l’imposture et toujours votée par des imposteurs . « 




    0



    0
    AOMAR
    14 mai 2017 - 12 h 28 min

    LA HAINE N’A JAMAIS CONSTITUÉ
    LA HAINE N’A JAMAIS CONSTITUÉ UN BON PROGRAMME ALTERNATIF.




    0



    0
    RasElHanout
    14 mai 2017 - 12 h 25 min

    Heureusement qu’on le connaît
    Heureusement qu’on le connaît que trop surtout à travers la situation économique du pays depuis 2000, du temps où il servait ce pouvoir corrompu qu’il fait semblant de combattre aujourd’hui.




    0



    0
    khanfri
    14 mai 2017 - 12 h 19 min

    M Benflis Trêve de discours
    M Benflis Trêve de discours creux commencez par dénoncer les faux moudjahidine, mettez vous du cote de M Mellouk .Que pensez vous du passé « révolutionnaire  » de Dj O Abbes et de tant d autres ? Attaquez vous a la racine du mal qui est cette légitimité soi-disant révolutionnaire et le régionalisme en vigueur. Dites un mot sur l’ONM et Dj O Abbes. Il ne suffit pas de crier a la vacance du pouvoir, dites ce qu il faut rectifier dans l article 102 de la Constitution qui comporte un vide juridique, donnez votre avis en tant que juriste et battez vous pour que l’assemblée et les décideurs soient obligés de le rectifier afin de prononcer la vacance du pouvoir . Ce n est qu’après qu on saura si vous êtes crédible.




    0



    0
    DIHYA
    14 mai 2017 - 11 h 33 min

    Mieux que ça Y A SI
    Mieux que ça Y A SI BENFLIS ; en FAIT le 04 MAI 2017 : c’est le 05 OCTOBRE 1988 mais moins violent, plus civilisé, plus calme et plus percutant. IL FAUT MAINTENANT ESPERER QUE LES DECIDEURS mettent fin à leur fuite EN AVANT éperdue , et prennent celà au sérieux et font ce qu’il y a lieu de faire sans perdre de temps, car sinon le prochain (le troisième ) 05 OCTOBRE sera TERRIBLE POUR L’ALGERIE. LA SOLUTION = dissolution de l’A.P.N. juste après son installation (pour respecter les formes et capter l’attention DU PEUPLE SOUVERAIN) suivie dans les normes de l’organisation de nouvelles électrions , MAIS pour une ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUANTE , seule à même de regagner la CONFIANCE PERDUE DU PEUPLE SOUVERAIN, avec comme première preuve , un taux de participation supérieur à 90 % .




    0



    0
    Mello
    14 mai 2017 - 9 h 47 min

    Monsieur Benflis, cessez de
    Monsieur Benflis, cessez de nous amadouer avec vos discours qui ne restent que des paroles . Depuis 2004, annee de votre candidature a la presidence de la republique, vous vous etes enfoui dans votre coin car vous representez , pour la classe politique, un pion de ce systeme qui ne fait que broyer ce peuple.
    Vos declarations , vos messages et vos constats sont au niveau de n’importe quel citoyen. Oui nous savons que ce pouvoir a obtenu tout ce qu’il veut en organisant ces elections, mais la solution, Mr Benflis. vous qui etiez dans les arcanes de ce regime, donnez nous des solutions pour faire SORTIR ce pouvoir . Sincerement, c’est quoi ce reveil patriotique ?. Vous savez bien que ce pouvoir est sourd.




    0



    0
    No Boutef
    14 mai 2017 - 8 h 04 min

    Mr Benflis bravo pour le
    Mr Benflis bravo pour le discours. (…) Des gens ont été démis de leur fonction juste parce qu’ils étaient sympathisants de Benflis, Donc il faut attendre 2019 .




    0



    0
    Anonymous
    13 mai 2017 - 22 h 15 min

    Pas d’ouverture des
    Pas d’ouverture des frontières, tout les traîtres qui sont dans un complot contre l’Algérie doivent être démasqué, et être traduit devant la justice pour haute trahison.




    0



    0
      berhoum
      13 mai 2017 - 23 h 16 min

      Il y a erreur !

      Il y a erreur !
      Pour le commentaire




      0



      0
    Anonymous
    13 mai 2017 - 22 h 02 min

    M. Benflis qui fait un
    M. Benflis qui fait un diagnostic sans complaisance du mal que représente le régime perdant et qui veut entrainer le pays vers sa perte, ne nous dit pas si faire de l’opposition a coups de communiqués de presse et de déclarations de presse suffirait a libérer le pays de l’emprise machiavélique de ce système arrivé a bout de souffle. Contre toute logique, ce système ne fait aucune analyse critique du rejet populaire cinglant du 4 mai 2017, un autre désaveu de sa politique, on ne peut plus clair. Pour ce régime tout se passe « normalement » et le comble de l’absurdité est la reconduite (de) Sellal a la tête du gouvernement après un échec sur toute la ligne politique, économique et sociale. Voila que, contre toute saine logique, le perdant gaffeur, au lieu de faire son mea culpa et présenter des excuses au peuple pour ses échecs répétés et ceux de ses parrains et alliés de la classe politique, est…reconduit! Mais que faut-il de plus a ce régime pour comprendre le message du 4 mai historique? et qu’attendent Benflis et les opposants patriotiques pour exploiter cette aubaine historique que leur offre le message populaire de ce scrutin pour agir dans l’intérêt du pays. Assez de beaux discours, M. Benflis!




    0



    0
    Anonymous
    13 mai 2017 - 16 h 14 min

    Patrîotique = la disparition

    Patrîotique = la disparition de tous ceux qui veulent marginaliser l Algérie et ceux qui appellent à l ouverture des frontière




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.