Inquiétant ralentissement du rythme de création des entreprises

De moins en moins de sociétés sont céées au niveau national. New Press

Il y a de moins en moins d’entreprises créées. Selon les derniers chiffres de l’Office national des statistiques (ONS), répercutés par l’APS, le nombre d’entreprises dotées de la personnalité morale a enregistré un ralentissement durant le premier semestre de 2016 comparativement à la même période de 2016.

Il s’agit de sociétés de production ou de services. Ainsi, durant le premier semestre de l’année écoulée, 5 546 sociétés ont été créées au niveau national contre 5 584 durant la même période de 2015, soit 38 sociétés de moins, un recul de l’ordre de 0,7%. Quatre secteurs seulement continuent d’intéresser les opérateurs économiques. Il s’agit de l’industrie manufacturière (1 079), de la construction (853) et du secteur des activités de services administratifs et de soutien (308). Ces secteurs représentent 77% du nombre global des sociétés créées. Le gros de ces sociétés a été créé dans le centre du pays. Cela représente 54% de la totalité des sociétés créées durant cette période.

Et comme il fallait s’y attendre, la wilaya d’Alger est venue en premier avec 1 777 sociétés créées (contre 1 874 créations au même semestre de 2015), suivie des wilayas d’Oran (445 nouvelles sociétés), Sétif (312), Tizi Ouzou (227) et Constantine (221). Ces statistiques révèlent aussi que le nombre de sociétés privées est nettement supérieur aux sociétés publiques. Il y a en tout 173 300 sociétés en activité à fin juin 2016. En effet, la majorité des sociétés recensées appartiennent au secteur privé national avec 168 927 entités, soit 97,45% de la totalité des opérateurs économiques-personnes morales.

Avec ces nouvelles créations, le nombre global des sociétés recensées au niveau des 48 wilayas a atteint 173 334 au 30 juin 2016 (contre plus d’un million d’opérateurs économiques inscrits sous le statut de personnes physiques). Autrement dit, le nombre de commerçants est cinq fois supérieur à celui des sociétés de production ou de services.

Le ralentissement du rythme de création de sociétés s’explique par les incertitudes qui règnent dans le pays, par l’absence de visibilité quant à l’avenir, par aussi l’instabilité du cadre juridique et la persistance de multiples blocages à l’activité économique. Il y a aussi le manque d’accompagnement financier par les banques qui demeurent réticentes quant au financement des activités de production.

Hani Abdi

Comment (13)

    Noor
    15 mai 2017 - 22 h 47 min

    Je pense vraiment à liquider
    Je pense vraiment à liquider mon entreprise car pour n’avoir pas payé une année le boal car en ce moment ou mon entreprise était à l’arrêt (0 marché), je me suis retrouvé devant un juge dans une salle ou se mêler criminels, drogués etc. Je ne vous dis pas c’était la honte de ma vie.




    0



    0
    anonyme
    15 mai 2017 - 19 h 40 min

    il y a un aspect très grave
    il y a un aspect très grave qu’il convient de soulever c’est l’impôt , lorsqu’une entreprise qui vient d’être créée est sommée de payer un « forfait » alors qu’aucune facture n’a été émise pour ses 6 premiers mois d’activité , meme si elle fait 000 sur toute l’année, je pense qu’il y a un vrai problème ! dans le même registre , il faut savoir que le mode de déclaration est assez singulier : vous devez déclarer à l’avance le chiffre d’affaire que vous comptez faire et non pas déclarer ce que vous avez engrangé à partir du premier trimestre de l’année suivante comme en France par exemple ! exemple pour l’année 2017 je compte engranger 500000 da (inchallah-peut-être comme dit la chanson !) eh bien vous serez imposé à hauteur de 20%!!!!!! même si vous venez de démarrer même s’il s’agit d’une supposition (une estimation comme la consommation EDF) , au premier semestre de l’année vous devez verser la moitié des 20% soit 10% des 500000 da !!! puis sur les 6 mois suivants vous devez payer le reste de la somme due en 2 fois et si vous ne réalisez pas le chiffre d’affaire escompté eh ben « on vous rembourse » « inchallah-peut-être! !!!! imaginez cette affaire , de quoi mettre la clé sous la porte plus d’une fois par an!!!!




    0



    0
      anonyme
      15 mai 2017 - 21 h 06 min

      Dans Le Monde de demain il y
      Dans Le Monde de demain il y aura un article sur les comptes de Haddad dans les paradis fiscaux, j’imagine que tout l’argent ne lui appartiendrait pas.
      Allez dans la page Afrique c’est signalé aujourd’hui.




      0



      0
    Anonymous
    15 mai 2017 - 17 h 34 min

    LA MEILLEURE HUILE D’OLIVE AU
    LA MEILLEURE HUILE D’OLIVE AU MONDE C’EST L HUILE DE KABYLIE ELLE EST RECONNAISSABLE PARMI 1000 SORTE D’HUILE DE DIFFÉRENTES PROVENANCE .
    AUCUNE AUTRE HUILE NE ME FERA LA CHANGER.
    CONTINUER MES FRÈRES KABYLES À PRODUIRE DES TAS DE PRODUIT DU TERROIR DES PRODUITS DE LA CATÉGORIE 5 ÉTOILES. DES PRODUITS DE CHEZ NOUS DONT NOUS SOMMES LES SEULES À DÉTENIR LES SECRETS DU SAVOIR FAIRE.
    LA JALOUSIE LES TUERA TOUS .
    NOS PRODUITS TOUS LE MONDE NOUS LES RÉCLAME PARTOUT DANS LE MONDE ILS NOUS EN DEMANDENT .
    LES PAPILLES DES CONSOMMATEURS PERSONNE NE SE FERA DOUBLÉ CAR LES GOÛTS ET LES PRODUITS SE DÉMARQUENT IMMÉDIATEMENT DES CONTREFACONS.




    0



    0
    Tania
    15 mai 2017 - 10 h 38 min

    Mes amis,

    Mes amis,

    je suis entrepreneur et de guerre lasse, j’ai décidé cette semaine d’entamer les procédures de liquidation de mon entreprise. 120 employés devront être licenciés, cela me brise le cœur mais je suis épuisé de lutter contre les blocages de matières premières, les lenteurs administratives, les harcèlements de bureaucrates qui s’arrogent le droit de vous bloquer des contrats à l’export parce que vous vous refusez à leur graisser la mécanique.et parce qu’il masquent leur paresse et leur destructivité sous un fatras de règles aussi fallacieuses qu’arbitraires. Quand Sellal nous promet une Algérie promue au rang de pays développé à l’horizon 2020, je lui répondrais, respectueusement,  »good luck and God speed » mais malheureusement, nous ne vivons pas tous au pays des bonbons ni au royaume des hashishins ; ce genre de promesse n’engage que ceux qui veulent bien les avaler. On ne fait pas un pays développé avec une gestion de bazar pas plus qu’on ne fait un sac en soie avec des oreilles de cochon. Que Dieu ait pitié de ce notre pays et de ses enfants.




    0



    0
      anonyme
      15 mai 2017 - 12 h 58 min

      Bon courage, seuls les
      Bon courage, seuls les escrocs ont toutes les facilités à tout les niveaux même pour fuir le pays comme ça a été le cas avec le fils de Ould Abbas suite à la découvertes de millions d’euros et dinar chez lui payés par les candidats aux élections pour être élus en tête de liste, aux dernières nouvelles il se trouve à Paris où il se la coule douce.




      0



      0
    Naji
    14 mai 2017 - 22 h 23 min

    La raison principale du
    La raison principale du ralentissement de création des entreprises est dû principalement à la bureaucratie. L’administration algérienne n’est pas à la hauteur, elle est constituée de bureaucrates fainéants qui sont là uniquement pour mettre les obstacles aux autres. Attachés à leurs bureaux en attendant la fin du mois pour être payé. Dans d’autres pays(à titre d’exemple l’afrique du sud) l’entrepreneur se présente à une seule administration et le temps d’une demi heure il sortira avec tous les documents nécessaires pour pouvoir commencer son activité, y compris la décision d’octroi d’un lot de terrain(avec le permis de construire) pour les activités manufacturières. Par contre chez nous, il lui faut des années s’il a de la chance pour réaiiser son projet.
    Mon expérience personnelle, j’ai constitué une société avec d’autres personnes et on a acquis par nos propres moyens un lôt de terrain situé dans une zone industrielle, pour la construction d’une unité manufacturière qui permettera de ne plus importer des produits similaires de l’étranger. malheureusement, à ce jour, nous n’avons pas pû démarrer notre projet, sans parler des multitudes de documents exigés et dont la majorité sont superflus.
    Le climat des affaires en algérie est nul comparativement à beaucoup d’autres pays. A cette allure, tous les entrepreneurs algériens quiterons le pays pour aller investir ailleur, ils suiveront la même démarche que les cerveaux algériens qui ont fuit la nation.




    0



    0
      power
      15 mai 2017 - 8 h 20 min

      Si ceux qui gouvernent ne
      Si ceux qui gouvernent ne font rien rapidement pour libérer l’activité entrepreneuriale dans ce pays,et mettre a jour les méthodes de travail de son administration, qui voit en chaque commerçant..chaque entrepreneur un ennemi a abattre..dans moins de 4 ans..c’est a dire quant les caisses seront totalement vides,et elle le seront trés certainement d’ici là,l’Algérie deviendra un désert où régnera l’anarchie,le désordre et la violence.et il n’est pas impossible,qu’elle tombe encore une fois,sous le joug d’une puissance étrangère..Les sacrifices des Chouhadas. seraient vains…
      Les Algériens peuvent remettre sur pieds leur pays..ils ont tout les moyens…alors que ceux qui tiennent le pouvoir les laissent gérer leur pays..ils en feront un exemple!..Quant a ceux qui ont mis le pays dans cette situation..on sait que ce qui se passe en France les intéresse plus que le sort de leurs SUJETS!!!!..car c’est là-bas qu’ils ont choisi de terminer leurs vies eux avec leurs familles!




      0



      0
    Boumediene
    14 mai 2017 - 21 h 54 min

    Power,j’ai eu la même
    Power,j’ai eu la même histoire à raconter concernant un kabyle immigré à paris depuis très longtemps,je pense même qu’il est né la bas.Il m’a été conseille par mon frère étant ami à lui.Il voulait créer une site de fabrication d’elements de cuisine .Ilma fait un parcours de titan,location magasin,ouvrier,et les frais qui s’en suivent,et la lourdeur de l’administration qui pendant plus de 6 mois payant les frais alors le conteneurs des pièces et de matière 1ère ne lui ont jamais été dedouané.enfin de parcours il part à Casablanca avec un capital de 120.000 €.




    0



    0
    anonyme
    14 mai 2017 - 21 h 00 min

    Le sabotage de l’économie
    Le sabotage de l’économie algérienne au bénéfice de l’économie marocaine bat son plein comme nous avons découvert par la presse que depuis des années le Maroc est notre premier fournisseur en huile d’olive lui qui ne produit même pas le 1% ce que produits les Algériens, un sabotage méthodique et politique qui mérite d’être dénoncé.

    Si on pousse nos hommes d’affaires à s’expatrier au Maroc c’est voulu et en coordination avec les autorités marocaines.




    0



    0
      Power
      14 mai 2017 - 21 h 18 min

      Sincèrement je ne pensais pas
      Sincèrement je ne pensais pas qu’après les discours trés encourageants du gouvernement sur la promotion des entreprises Algérienne de production et aussi de l’export ,qu’un Algérien très patriote et petit fils de chahid, Docteur d’État en génie mécanique (USA)..ancien cadre supérieur d’une multinationale Américaine..qui ramène ses propres économies pour ouvrir une entreprise en Algérie se voit traiter de manière aussi désinvolte…par le plus petit des fonctionnaires d’une administration..même les banques qui ont un rôle commerciale,travaillent avec un système et une mentalité de guichet de gare..ou moins sans compter un chariot de paperasse…Oui je suis convaincu qu’on cherche a mener l’Algérie a l’abime…on est en train de la saboter!




      0



      0
      Alilapointe59
      14 mai 2017 - 21 h 37 min

      Algerie 3eme,Tunisie 2ème
      Algerie 3eme,Tunisie 2ème,Maroc 1er en production de l’huile d’olive.




      0



      0
    power
    14 mai 2017 - 19 h 53 min

    Comment voulez vous que les
    Comment voulez vous que les Algériens ouvrent des Entreprises,face a l’arsenal bureaucratique que l’Etat a mis sur leurs chemins…avant, quant j’entendais les gens se plaindre que l’Administration ne les laisse pas travailler,j’attribuais cela a une part de fainéantise de l’Entrepreneur..jusqu’au jour ou j’ai accompagné un ami,dans son parcours pour installer une entreprise de production,qui aurait été la 4 em de ce type en Algerie….entre le Notaire..Le Huissier de justice..le CNRC..les Impôts et la banque..je l’ai vue fournir plus de 150 documents,aussi inutiles les uns que les autres..de la bureaucratie a l’etat pure..du sabotage…et cela sans compter la nature de l’accueil dans les administrations..ont été accueillis comme si on venait mendier,avec de l’arrogance et de manière hautaine,par le plus petit fonctionnaire..alors que mon ami..allait non seulement créer prés de 150 postes de travail..en plus d’un portefeuille conséquent de client a l’export…alors maintenant je suis convaincu que le gouvernement ment au peuple et qu’il est en train de saboter l’Économie nationale,contrairement a son discours..car j’ai vue de mes propres yeux,comment un investisseur trés important a été chasser,décourager..humilier…a la fin..il a abandonner son projet en Algerie..et il est parti au Maroc pour le concrétiser..et au dernières nouvelles,il a monter son entreprise en 15 jours..et il recoit une aide direct des administrations Marocaine..et pour l’anecdote..on l’appel SIDI…….




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.