Louisa Hanoune répond à Gaïd Salah

Mme Hanoune approuve le changement gouvernemental. New Press

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) a répondu aux récentes déclarations du vice-ministre de la Défense et chef de l’état-major de l’armée qui qualifiait les accusations de l’opposition, et en premier lieu celles du PT d’«infondées».

La pasionaria du PT a affirmé, lors d’une conférence de presse animée aujourd’hui à Alger, qu’«un chef militaire n’a pas à commenter, ni à répondre à un chef d’un parti politique». Pour elle, la sortie de Gaïd Salah a été inopportune et «mauvaise» pour l’image de l’armée.

Lors d’une visite d’inspection effectuée à Biskra, le chef de l’état-major de l’armée avait tenté de clarifier le message adressé aux personnels militaires et à l’opinion publique, quelques jours avant les élections législatives. «Dans ce cadre précisément, il m’appartient de saluer solennellement à cette occasion l’esprit de responsabilité dont ont fait preuve les éléments de l’ANP, ainsi que l’ensemble des autres corps de sécurité, pour honorer leurs missions essentielles et primordiales, et sécuriser les dernières élections législatives du 4 mai afin de permettre au peuple algérien, aux quatre coins de l’Algérie, de s’acquitter de son devoir national lors de cet important scrutin, dans le calme, la sérénité et la quiétude», a-t-il affirmé.

Pour lui, certains partis avaient «malheureusement avancé, à la fin des élections législatives du 4 mai dernier, quelques allégations, commentaires et insinuations», précisant que la participation des éléments militaires aux dernières élections s’est faite dans un cadre légal et en parfaite coordination avec le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales.

La patronne du PT a, par ailleurs, exprimé sa «satisfaction» à l’égard de la nomination d’Abdelmadjid Tebboune au poste de Premier ministre en remplacement d’Abdelmalek Sellal, le qualifiant d’«homme d’Etat» qui aura à relever plusieurs défis, notamment aux plans économique et sécuritaire. Mme Hanoune a affirmé que son parti «lui voue respect et considération car il le considère comme un homme d’Etat responsable». Elle considère que la nomination de Tebboune reflète une volonté de réformer pour sauver l’économie nationale. Mais Mme Hanoune refuse de lui donner un blanc-seing. Elle a assuré qu’elle le jugera sur son action et celle de ses ministres.  

Pour elle, ce nouveau gouvernement devra se pencher sur plusieurs dossiers qui requièrent une «orientation» dont celui de la récession économique, la préservation du pouvoir d’achat, la résorption du chômage, le versement des arriérés des salaires des  travailleurs et la révision des tarifs élevés de l’électricité et de l’eau. Elle a salué également le plafonnement «concret» des prix des fruits et légumes à l’occasion du mois sacré de Ramadhan et la régularisation de la situation des 922 entreprises du secteur des travaux publics.

Hani Abdi

Comment (14)

    karim
    29 mai 2017 - 13 h 33 min

    le reve n’est ni un interdit
    le reve n’est ni un interdit ni un peche mais juste n’oublie pas que l’algerie est gouvernee par une dictaure et en meme teps fait parti du tier monde.




    0



    0
    Lghoul
    29 mai 2017 - 12 h 46 min

    Avec un parti représenté par
    Avec un parti représenté par deux chats, 3 souris et 5 tortues, ell peut « répondre » tout ce qu’elle veut.
    En fait en dehors de « répondre » dans le vide, que fait elle pour son « parti » des quoi déja ?
    En fait, elle ne répond qu’a elle meme chaque matin quand elle se regarde chaque matin dans un mirroir.
    Trotsky va se marrer dans sa tombe s’il savait qui le « représente ».




    0



    0
    Abou Stroff
    29 mai 2017 - 10 h 06 min

    « Louisa Hanoune répond à Gaïd
    « Louisa Hanoune répond à Gaïd Salah » titre H. A.. et moua, avec ma perspicacité légendaire, je réponds aux deux. en portant deux casquettes (vice-ministre de la défense et chef d’état-major), gaïd salah brouille la perception que l’algérien lambda a de l’institution militaire et dévoile et souligne, indirectement, l’allégeance de l’armée au pouvoir en place incarné, au moment présent, par notre bien-aimé fakhamatouhou national (qui est, comme par hasard, secondé par gaïd).
    or, dans une société archaïque comme l’est la société algérienne, l’armée, en tant que corps et institution, doit être à l’abri des « jeux politiques » et doit mettre en valeur son rôle de garant de la stabilité du pays en ne s’immisçant point dans les dits jeux.
    Quant à hanoune, il n’y a que les nouveaux-nés qui pourraient croire qu’elle n’est pas un personnage incontournable du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation. En effet louiza et son parti des travailleurs où les travailleurs sont absents participent avec d’innombrables « partis-alibis » à enjoliver une dictature qui ne dit pas son nom.




    0



    0
    ATTENTION !!!
    29 mai 2017 - 7 h 40 min

    Une tentative de manipulation
    Une tentative de manipulation de plusieurs personnes anti ANP est visible sur ce post !
    ATTENTION INFILTRATION DE NON ALGERIEN SUR CE SITE !!!!!
    VIVE L’ANP et dehor les traitres du gouvernement corrompu comme cette femme qui prends ses ordres de je ne sais ou pour s’attaquer à notre ANP !!!




    0



    0
      karim
      30 mai 2017 - 9 h 39 min

      vous racontez n’importe quoi
      vous racontez n’importe quoi




      0



      0
    Mello
    28 mai 2017 - 16 h 52 min

    Madame , tous mes respects et
    Madame , tous mes respects et mon admiration pour cette reponse en ne plus claire, juste et fondee. Il est chef des armees, son immixtion dans le domaine politique le trahit et trahit , par la-meme, ce que l’armee represente dans le paysage politique en Algerie. L’armee, telle que definit par les contitutions Algeriennes, depuis les annees 80 se doit de se tenir en dehors de la melee. Les derrapages que l’armee a eu a subir etaient en particulier le premier coup d’Etat en 1962 contre le GPRA.
    Monsieur Gaid Salah se devait de se remettre a son president qui detient tous les pouvoir (sic).




    0



    0
    justice
    28 mai 2017 - 15 h 48 min

    Elle a raison, le militaire
    Elle a raison, le militaire est soumis au politique et non le contraire




    0



    0
    khanfri
    28 mai 2017 - 15 h 08 min

    « un chef militaire n’a pas à
    « un chef militaire n’a pas à commenter, ni à répondre à un chef d’un parti politique». dixit Louisa . Mais il me semble qu il y a quelque temps elle ne s est pas empêchée de s entretenir avec lui elle chef de parti et lei chef d EM/ la presse avait rapporte la rencontre « Louisa Hanoune reçue par Gaïd Salah » C était avant les présidentielles passees




    0



    0
    HOUMTY
    28 mai 2017 - 8 h 59 min

    SALAM ALAIKOUM L’KHAWA….
    SALAM ALAIKOUM L’KHAWA…. JUSTE UNE CHOSE MADAME LOUISA HANOUNE, OCCUPEZ-VOUS DE VOTRE SECTEUR D’ACTIVITE C’EST A DIRE LA POLITIQUE…. ET LAISSER LE SECTEUR DE LA DEFENSE DE LA SECURITE ET DE LA PROTECTION DU TERRITOIRE AUX PROFESSIONNELS (CHACUN SON DOMAINE)…
    SAHA RAMDANKOUM A TOUTES ET A TOUS… VIVE L’ALGERIE ETERNELLE..




    0



    0
    madjid
    27 mai 2017 - 22 h 28 min

    Madame. Ce qui est valable
    Madame. Ce qui est valable pour vous et interdit pour les autres,ou quoi? Et surcroit un general de de corp d’arme,rien que ca.cest vous qui n’avez aucun droit de designer un homme de cette stature,et non le contraire comme vous l’affirmez.il est enormement loin de vous et plus grand que vous. Je trouve que ca manque de politesse.on a l’impression que vous ete comme un rat .des qu’il entend un bruit il sort son nez,allons ,allons,madame vous perdez les pedales.occupez vous du peu qu’il vous reste comme parti,et taisez vous..




    0



    0
      Anonymous
      27 mai 2017 - 23 h 07 min

      Quand une armée se dit
      Quand une armée se dit républicaine, professionnelle, respectueuse de la démocratie, de la chose politique, elle se met au dessus de toute considération politique pour se consacrer à la mission qui lui est assignée : la protection du pays et de son peuple. En principe un dirigeant de l’armée doit respecter ces principes et ne pas s’ingérer dans les affaires politiques. Le chef de l’armée a pris plusieurs fois position en faveur de Bouteflika, il a été jusqu’à soutenir la candidature de Saïdani à la direction du FLN, alors que la logique serait qu’un chef de l’armée doit se montrer neutre et ne doit pas soutenir publiquement un candidat contre un autre. Louisa Hanoune a bien fait de dire ce que tout le monde pense.




      0



      0
    lhadi
    27 mai 2017 - 18 h 12 min

    Rien dans l’éducation que j
    Rien dans l’éducation que j’ai reçue et ni dans les principes qui m’ont été inculqués ne m’invitaient à rester indifférent au sort de mes semblables L’attention aux plus modestes et aux plus démunis, font partie intégrante des valeurs qui m’ont été transmises. Celles-ci m’ont rendu attentif à des réalités sociales et économiques qui ne me concernaient pas directement mais dont je ressentais l’anomalie avec beaucoup d’acuité. Le sort infligé à mes compatriotes m’ont fait prendre conscience. Depuis, je n’ai cessé de m ‘indigner. C’est au nom d’un devoir de justice,de solidarité et de responsabilité que je m’efforce à oeuvrer à une insurrection des consciences. Monsieur A. Tebboune, comme hier messieurs les chefs de gouvernement en l’occurrence A. Benbitour, Ali Benflis, A. Ouyahia, A. Belkhadem, et rebelotte A.Ouyahia, A. Sellal, Y. Yousfi, et rebelotte A. Sellal, surfera entre échecs et erreurs du fait qu’il sera, lui aussi, lige à la feuille de route du Président de la république isolé dans sa tour d’ivoire médicalisé de Zéralda. A cet égard ayant perdu beaucoup de son énergie et de sa force, le Président de la république est fatigué, vieilli, victime de la maladie et d’une certaine usure du pouvoir. Il est marqué par une certaine passivité. Comment peut-il, dans ces conditions, protéger l’Algérie de tout ce qui peut la diviser, l’isoler, la réduire ou la détourner de sa véritable identité ? Comment, dans ces moments difficiles, peut-il s’engager pleinement dans un combat vital pour l’avenir du pays : celui de la défense d’un humanisme consacré au nom des valeurs auxquelles le peuple algérien est attaché. Humanisme fondé sur une même exigence de justice et de sécurité, d’ordre et de tolérance, de liberté et de responsabilité. C’est-à-dire une autorité de l’Etat qui puisse garantir la protection et le bien-être de l’ensemble de nos concitoyennes et concitoyens. A la lumière des maux qu’il endure, le peuple d’Algérie est soucieux pour la restauration d’un Etat républicain qui puisse mener ses véritables missions au service d’une politique économique et sociale à la fois plus juste et plus ambitieuse, plus dynamique et plus simple, plus ouverte et plus transparente. Il fonde l’espoir sur une autorité politique, respectueuse de la loi fondamentale de la république; une autorité qui ne se retourne pas de la seule tache qui mérite adhésion : celle qui consiste à encourager l’esprit d’initiative et d’innovation au sein de la société algérienne qui aspire à plus de dialogue, d’autonomie et de dynamisme. C’est dans cet esprit que nous devons nous affranchir de tout dogme idéologique et saisir, sans idée préconçue, les formidables opportunités que nous offre, dans tous les domaines, un monde qui n’a jamais paru ouvert, prometteur, même s’il n’a rien perdu en lui même de sa complexité. La responsabilité d’une nouvelle gouvernance d’union nationale, de compétences, est d’oeuvrer pour un Etat fort, une République solide, une Algérie moderne apte à faire face aux défis et aux enjeux qui assaillent l’Algérie adamantine. Sa responsabilité sera d’accompagner l’entrée de notre pays dans le troisième millénaire et d’y faire fructifier ses atouts. Ce troisième millénaire s’annonce porteur de bouleversements gigantesques, qui seront probablement la source d’autant de progrès et d’innovations que de drames, de crises, de conflits et d’instabilité. J’ai pleine confiance dans la capacité de la « génération Algérie » à relever les défis de tous ordres auxquels l’Algérie sera confrontée et dans son aptitude à jouer un rôle de premier plan dans l’évolution de la situation politique du pays et… du monde.Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
      mess belba
      28 mai 2017 - 9 h 51 min

      une toute petite précision

      une toute petite précision
      les états musulmans en général et arabes en particulier (l’Algérie les 2) ont de tout temps construit des peuples en fonction du niveau de leur gouvernance. c’est ça leur feuille de route quasi naturelle. ils ne cherchent jamais de solution aux problèmes ou comment développer ou faire evoluer leur pays, mais ils cherchent à neutraliser ceux qui les soulèvent.




      0



      0
    Anonymous
    27 mai 2017 - 17 h 48 min

    Comme d’habitude mme Hanoune
    Comme d’habitude mme Hanoune joue les cassandre . C’est devenu une maladie . Il faudrait qu’elle ait conscience que personne ne la croit. Elle devrait être un peu plus honnête . On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre . Elle soutien le système actuel et pour autant elle crie que nous allons vers une révolte . Ni ça ,ni ceci . Merci Tata. Saha Ramdhanek ainsi qu’à tous les Algériens.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.