Le commandement de la force du G5 Sahel confié à un Malien

Le général de division Didier Dacko. D. R.

L’actuel chef d’état-major, général des armées du Mali, le général de division Didier Dacko, a été choisi pour diriger les 10 000 hommes qui composeront la force conjointe du G5 Sahel, regroupant le Niger, le Mali, le Tchad, la Mauritanie et le Burkina Faso, créée, indique la presse malienne, «pour éradiquer la menace terroriste et les trafics en tout genre dans la région sahélienne».

Originaire de San, dans la région de Ségou, dans le centre du Mali, ce militaire de 50 ans avait pris part à la guerre du Mali en 2012. Commandant de la région de Gao (Nord-Mali) à l’époque, il avait échoué à reprendre le contrôle du camp militaire d’Amachach, tombé aux mains du MNLA et d’Ansar Dine. A la tête des forces maliennes en janvier 2013 et soutenu par l’armée française, il réussit cette fois-ci à reprendre le contrôle de la ville de Gao, le 27 janvier, puis de la ville d’Anéfis au MNLA, cinq mois plus tard.

Les médias maliens présentent cette nomination comme «un pas décisif vers l’effectivité de cette force sur le terrain et intervient à quelques semaines du sommet extraordinaire du G5 Sahel». Les chefs d’Etat du G5 Sahel et la France multiplient actuellement les contacts pour obtenir le feu vert du Conseil de sécurité de l’ONU.

S. S.

Commentaires

    Aidouni
    10 juin 2017 - 13 h 02 min

    Sachant que le diable est
    Sachant que le diable est toujours pressé à occuper tout vide qui s’offre, la France a donc saisi l’occasion pour créer ce G5 à sa solde. Le CEMOC, dont l’Algérie est la pièce maitresse, se trouve donc doublé. (…)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.