Danger du tabac : la Cnas tire la sonnette d’alarme

Fumer… tue. New Press

Dans le cadre de son plan stratégique 2017-2019, notamment dans son volet relatif à la prévention de certaines maladies qui peuvent nuire à l’état de santé du citoyen, la Cnas a décidé de lancer une campagne d’information et de sensibilisation sur les risques du tabagisme en faveur des assurés sociaux et leurs ayants droit. 

Sous le slogan «Le tabac tue, libérez-vous de son emprise», l’agence d’Alger compte suivre le mouvement en prévoyant, elle aussi, de mener une campagne au profit de ses assurés sociaux. Cette campagne sera menée du 13 au 15 juin 20174 à travers toutes ses structures et prévoit des affichages et la remise de dépliants portant sur les risques du tabagisme et de ses complications. La Cnas prévoit aussi d’accompagner les assurés par certains conseils.  

Il est à noter qu’une opération de sondage d’opinion sur le tabagisme a été lancée au niveau national dans toutes les structures de la Cnas au profit de plus de 36 000 assurés sociaux et leurs ayants droit (assurés actifs, étudiants, retraités…). Il en résulte qu’une moyenne de 50,7% des personnes sondées fument quotidiennement entre 10 et 20 cigarettes par jour alors que 5,6% fument 31 cigarettes ou plus par jour.

S. S.

Comment (5)

    leputois
    14 juin 2017 - 12 h 13 min

    Dans mon ignorance au courant
    Dans mon ignorance au courant de ma vie, je me pose certaines questions qui pour certains, notamment nos gouvernants, sont probablement sans aucun sens. En effet, voici une des questions et qui se rapporte au sujet traité par l’article, c’est à dire le tabac. Vu que le système qui nous gouverne depuis 62 à ce jour, impose tout. Personne ne pourra dire le contraire. le pays vit sous une véritable dictature en bonne et due forme. Que les lois sont triturées et modifiées au gré et au bon vouloir de nos dirigeants. Là personne ne pourra dire le contraire. A partir de là, lorsque ces mêmes dirigeants, par le biais de leurs relais et de leurs subalternes, font le constat des ravages causé par le Tabac sur la population qu’ils dirigent, et qu’ils font même des statistiques dessus avec en sus des analyses sur les répercussions économiques, on se pose la question suivante: Pourquoi n’interdisent ils pas tout bonnement la vente du tabac dans tout le pays? Pourquoi faire de la publicité anti tabac alors qu’ils ont le pouvoir de l’interdire? qu’on ne vienne pas juste me raconter l’histoire des emplois à supprimer…ça va me faire marrer.




    0



    0
    momo
    13 juin 2017 - 21 h 17 min

    peut etre que cela es un
    peut etre que cela es un suicide lent pour oublier le cauchemar que l on vit .




    0



    0
    anonyme
    13 juin 2017 - 18 h 35 min

    Enfin, la CNAS se réveille!
    Enfin, la CNAS se réveille! nous avons tiré la sonnette d’alarme il y a 10 ans.
    Le coût va être terrible pour les caisses de l’État….

    La prévention est la clé pour la CNAS avec la mobilisation des médecins,…
    Le nombre considérable de médecins qui sont payé à rien faire…..il faut leur donner du travail.




    0



    0
    Mello
    13 juin 2017 - 17 h 07 min

    Pourtant, il est ecrit sur le
    Pourtant, il est ecrit sur le paquet de cigarette: FUMR TUE. Les fumeurs , les accros vous repondront , on est deja mort, quoi de plus. Le marche de la cigarette reste une priorite de l’Etat, non seulement de la CNAS. Une volonte politique doit aborder ce chapitre en interdisant de fumer dans tous les lieux publics: Administration, entreprise, ecole surtout ( college et lycee , universite) , tous les transports, les cages d’escaliers, ainsi que tout lieu ferme frequente par le citoyen. Cette volonte politique doit revoir le prix des cigarettes a la « tres » hausse. Les boissons alcoolisees doivent subir les memes contraintes.




    0



    0
      mohamed
      13 juin 2017 - 22 h 03 min

      La CNAS s’est réveillé trop
      La CNAS s’est réveillé trop tard, moi je pense qu’avant de faire campagne, il fallait que la CNAS sensibilise son personnel est le premier à donner l’exemple, si on veut avoir une population sains il faut une volonté politique en interdisant d’importer ce poison.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.