Professeur tué par des étudiants à Khemis Miliana : l’université livrée à la délinquance

Tahar Hadjar, ministre de l'Enseignement supérieur. L'université sombre dans la violence. New Press

Des sources concordantes ont confirmé, lundi, le meurtre d’un enseignant de droit à l’université de Khemis Meliana, Karaoui Serhane, victime, dimanche, d’une agression à l’aide d’une arme blanche (un marteau). Selon les premiers éléments d’information, l’enseignant aurait été attaqué par deux de ses étudiants qui lui auraient reproché son «intransigeance» sur la question des notes d’examen.

En attendant les résultats de l’enquête qui déterminera les raisons et circonstances exactes de ce forfait abject, cette affaire sonne comme une alerte qui interpelle aussi bien les pouvoirs publics que la société. Car, loin d’être un simple «fait divers», ce crime pose un vrai problème de société et d’autorité dans le pays et suscite des interrogations légitimes sur l’incapacité des autorités à juguler le phénomène de la violence dans le milieu scolaire et universitaire. Le gouvernement avait, à plusieurs reprises, annoncé des mesures pour réduire ce fléau qui a pris une grande ampleur ces dix dernières années mais, pour si peu de résultats, si l’on se fie aux statistiques et aux informations effrayantes que rapporte quotidiennement la presse.

Dans ce décor où de plus en plus d’enseignants agressés par des élèves, parfois en pleine classe, et d’élèves qui s’adonnent à des bagarres violentes, parfois mortelles, et à des actes de destruction par divers objets, ministère de tutelle et parents d’élèves se rejettent la responsabilité, alors qu’il s’agit d’unir les efforts pour trouver une solution urgente à cette dangereuse dérive.

Phénomène mondial, la violence juvénile s’était, jusqu’à il y a quelques années, confinée dans les stades ou pendant les émeutes sociales, où le gros des émeutiers sont des élèves de collèges ou de lycées. Le fait s’est confirmé lors des troubles de janvier dernier à Béjaïa où la première cible des manifestants fut le siège de la Direction de l’éducation. L’apparition de la violence dans les établissements scolaires est, selon des observateurs avertis, le résultat direct de l’état de déliquescence et d’instabilité chronique (grèves, incommunicabilité entre syndicats et tutelle, manque d’effectifs, surcharge des classes et des amphis…) dans lequel se débat l’école en général, et qui est cycliquement aggravé par les scandales comme celui de la fuite des épreuves d’examens aussi importants que le baccalauréat.  

Alors, les autorités vont-elles, face à ce crime abominable, se montrer cette fois plus fermes ?    

R. Mahmoudi 

Comment (121)

    Elias
    21 juin 2017 - 17 h 56 min

    C’est fini l’Algérie est
    C’est fini l’Algérie est foutue. Elle a sombré dans la violence. Les parents ne maîtrisent plus leurs enfants et l’état est complètement absent. Un enseignant est un éducateur il ne doit pas être traité de cette manière. La banalisation de la violence a atteint son paroxysme. Il n’y a aucune issue ou plutôt une seule issue : la dictature, le seul langage que l’arabe comprend!!!

    Expression
    21 juin 2017 - 14 h 00 min

    Ou va mon pays dite moi au
    Ou va mon pays dite moi au secours au secours c’est choses la ne doivent pas ce produire surtout dans un pays dit musulman jamais ya urgence un changement radicale sur les hautes instances s’impose l’avenir de nos enfants et menacé grave au secours au secours mon dieu…

    zorbalg
    21 juin 2017 - 11 h 35 min

    l’aveu d’échec: parler de
    l’aveu d’échec: parler de parents d’élèves pour des étudiants
    c’est comme si la France coloniale avait convoqué les parents des déserteurs de mai 56 ou mieux Taleb Abderrahmane pour confection d’objet détonants!!!

    Anonymous
    21 juin 2017 - 0 h 49 min

    Tout n’est que délinquance
    Tout n’est que délinquance dans ce pays
    Où allons nous???????????????????????

      Ange espoir étoile
      21 juin 2017 - 8 h 36 min

      Excuser moi ,

      Excusez-moi, mais tout n’est pas que délinquance ! Et il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac !!!
      Et tout suite le grand mot: Pays.
      Ce Pays comme vous le dites pourquoi vous avez un autre Pays?
      Ce pays que vous insultez et où vous vous permette de porter un jugement indigne d’un Algérien !! Il faut se battre pour changer cela et apporter du changement bien que cela ne soit pas facile tous les jours.
      Mais raison de plus pour se retrousser les manches et se dire: c’est pour les générations à venir, pour leur laisser des valeurs pour lesquelles on s’est battus pour un monde meilleur .
      Que d’hommes et de femmes sont battus et sont morts pour ce pays.
      Bien que je ne soit pas d’accord sur un tel acte de barbarie que je trouve très malheurux, il doit être puni severement pour que plus jamais jamais une telle atrocité se reproduise (…)

        Kouzeh
        21 juin 2017 - 10 h 23 min

        Si vous etes heureux avec le
        Si vous etes heureux avec le régression sur tous les plans que nous observons quotidiennement grand bien vous fasse.
        Miguel de Cervantès a vécu à Alger et son roman « Don Quichotte » parle du chevalier « de la Manche » et son aventure des moulins à vent. Bonne lecture.

      Mello
      21 juin 2017 - 10 h 30 min

      Ou allons nous ?!?! Nul part,
      Ou allons nous ?!?! Nulle part, cher Mr . Un pays qui ne maitrise pas ses enfants est un pays va droit vers sa desintegration. Dans le cycle de la violence, l’etape parentale prend une importance inestimable, or ce qui se passe dans les foyers avec cette absence de communication entre les parents et les enfants engendre inevitablement une coupure des relations parents-enfants. Le respect des plus jeunes aux plus ages prend un coup et a tendance a disparaitre.
      Si dans une famille, les enfants ne respectent pas leurs parents, qu’en sera t’il du respect envers leurs professeurs??? Faudrait signaler cette absence de communication entre parents et enfants est due au particularisme que les enfants s’enferment de plus en plus qui pour ces reseaux sociaux, qui pour la television , sans omettre de signaler que parents et enfants partagent de moins en moins leurs repas. Cette absence de relation parents-enfants incite ces derniers a frequenter inlassablement la rue. On sait tous de quoi est faite cette rue Algerienne, sans aller dans les details.
      L’enfant devient de plus en plus violent , perd ses reperes (…). Cette violence de la rue se repercute dans la famille: de plus en plus d’enfants battent leurs parents. Cette violence se repercute aussi à l’ecole avec son lot de maux sociaux. A l’universite, ce n’est que l’aboutissement de ce cycle de violence qui a pris naissance dans la rue, puis la famille, puis l’ecole en passant par les stades, les spectacles en tout genre ou des familles evitent d’aller.
      Durant tout ce cycle fait de violence, on note l’absence totale de l’Etat qui laisse la societe livree a elle meme. Dans d’autres pays, l’enfant violent vis a vis de ses parents est immediatement mis dans un etablissement specialise afin de le redresser. Si un enfant est violent a l’ecole il n’est pas exclu mais dirigé vers des etablissements specialises. Si un etudiant est violent, il est mis aux arrets, c’est a dire en prison. Voila le role de l’Etat dans la prise en charge de ses enfants, en sus d’un programme scolaire meritant le savoir et les connaissances. Pour terminer, au stade, les supporteurs violents sont interceptes et interdits de stade pendand une longue periode, ils doivent se presenter au commissariat à chaque match de leur club…

    Les Abysses de 62
    20 juin 2017 - 23 h 34 min

    Avec la réconciliation
    Avec la réconciliation nationale chére aux chiyattines, les assassins savent pertinemment qu’ils risquent à tout casser une peine de 2 ans dans une prison 4 étoiles avec prise en charge totale. C’est surtout pour cette raison que la violence s’est banalisée en Algérie

      ALGERIEN PUR
      21 juin 2017 - 5 h 14 min

      Les Abysses de 62, IL FAUT
      Les Abysses de 62, IL FAUT ARRETER DE RACONTE TOUS ET N’IMPORTE QUOI , SOIT TU N’AS PAS ASSEZ VOYAGER DANS TA VIE OU SOIT TU ES NAIF….LA VIOLENCE C’EST BANALISEE PARTOUT DANS LE MONDE, POUR DES RAISONS MULTIPLES , LES JEUX VIDEOS , LA TELE , L’ENTOURAGE PARFOIS NEGATIF QUI FAIT QUE LA PERSONNE N’AS PAS DE REPAIRE ET DE LIMITE . LA VIOLENCE VERBALE APPEL LA VIOLENCE PHYSIQUE…. ET LA DERNNIERE QUI FAIT QUE L’HUMAIN DE SE DONNE PLUS DE LIMITE , C’EST LA PERTE DE LA FOI , AU MOMENT DE SONT ACTE VIOLENT , IL N’AS PLUS DE REPERE ENTRE LE BIEN ET LE MAL… IL SE DIT PAS N’3L CHITANE…. ENFIN ALLAH YAHDI MA KHL’K…. VIVE L’ALGERIE INDIVISIBLE ET FORTE.

    Anonymous
    20 juin 2017 - 23 h 00 min

    Il ne faut pas chercher midi
    Il ne faut pas chercher midi quatorze heures c’est le fruit de l’arabisation de l’école point barre.

      ALGERIEN PUR
      21 juin 2017 - 5 h 39 min

      N’IMPORTE QUOI…………..
      N’IMPORTE QUOI……………JE NE VOIS PAS LE RAPPORT ENTRE LA VIOLENCE ET L’ARABISATION , Y’ON A QUI FERAIS MIEUX DE S’ABSTENIR D’ECRIRE CE GENRE DE BLA BLA…….. ET DE CONNERIE. VIVE L’ALGERIE FORTE ET INDIVISIBLE. P.S IL FAUR ARRETER L’KHORTEY.

        Un rêveur
        21 juin 2017 - 8 h 31 min

        ALGERIEN [email protected] Tu viens nous
        ALGERIEN [email protected] Tu viens nous donner des leçons de « pureté » et de « sagesse » alors que même ton usage immodéré des majuscules traduit la violence de ton esprit. Oui, je pense aussi que la cause de nos malheurs est l’arabisation. Une langue est le reflet exact de la personnalité des ses usagers ; si ceux-ci sont humains et civilisés, celle-là sera conviviale, courtoise et pleine d’humanisme ; si leurs mœurs sont barbares et violentes, leur langue sera emplie d’histoires d’épouvante, de barbarismes et de haine. Regardez l’état d’esprit des peuples arabophones, leur comportement: leur langue ne peut apprendre que ce qu’ils sont eux-mêmes.
        PS : Je vous conseille de ne plus utiliser ce pseudo d’ALGERIEN PUR car cela sous-entend qu’il y aurait des Algériens impurs. De plus, sous toutes les couches de pureté autoproclamée, il y a très souvent des pourritures et autres immondices que l’on veut dissimuler. Un pur n’a pas besoin de le crier sur les toits, ce sont les autres qui le voient ainsi.

    Nasser
    20 juin 2017 - 21 h 48 min

    Si chaque acte d’incivilité
    Si chaque acte d’incivilité en publique est sanctionné sévèrement et immédiatement en « tapant » sur les poches plus personne n’osera plus s’y aventurer! Pourquoi « retrait » de permis ou permis à points?, pourquoi « avertissement » pourquoi le présenter au juge pour des délits mineurs (injures, grossièretés, insultes blasphèmes en public, griller un feu rouge etc etc ), pourquoi 1 mois de prison avec sursit ou ferme?…….. : entre 10 000 DA et 100 000 DA, pour chaque flagrant délit, payable cash le délinquant ne pensera plus qu’à sa poche !!! Et l’État est gagnant avec moins de dérangement et de bureaucratie !

    Nasser
    20 juin 2017 - 21 h 08 min

    A quoi s’attendre quand les
    A quoi s’attendre quand les valeurs sont inversées? La plupart des jeunes pensent qu’il n’est pas nécessaire d’être diplômé pour réussir! C’est en effet ce qu’ils pensent et ils n’ont pas tord quand ils ne voient que les incompétents, voire les sans diplômes, qui « réussissent », devenir milliardaires en moins de 10 ans. Pourquoi étudier lorsque les gardiens de « parking sauvage » gagnent 3000/4000 DA jour (soit le salaire d’un prof universitaire ancien). Une connaissance m’a raconté « l’histoire » d’un vendeur (à la sauvette?) enfin qui vend bonbons, tabac, cacahuète etc…en occupant une dizaine de m2 d’un trottoir, qui selon son aveu dégage un bénéfice / jour d’au moins 5/6000 DA! Il a construit une maison et possède une voiture. Comme lui, ce sont des milliers qui servent d’exemples aux autres !! C’est notre « système » qui encourage l’incompétence, la paresse, accentue les frustrations , les injustices et la méfiance pour tout ce qui vient des autorités l

    Nasser
    20 juin 2017 - 21 h 02 min

    C’est le résultat de la
    C’est le résultat de la paresse, de la négligence et de l’incompétence des responsables à tous les niveaux y compris sécuritaire! Les menaces sur les professeurs ne sont pas des choses nouvelles! Elles se comptent par centaines, mais sans conséquences ou suites! Aucune mesure préventive et de dissuasion n’est entamée. Ce fait, devenu banal, s’inscrit dans le cadre de l’insécurité générale observée! Maintenant c’est trop tard le virus est dans ces mentalités qui ne craignent plus personne! Dans la plupart des cas ces menaces proviennent de jeunes qui vivent très modestement pour ne pas dire issus de familles riches qui croient se permettre tous les abus! Je me souviens d’un professeur qui a vu un de ses étudiants se présenter chez lui, en voiture, le menacer s’il ne lui donne pas la moyenne. La suite est que deux frères de ce prof., ayant eu vent de cela « l’intercepte » pour l’avertir qu’il sera « liquidé » si la moindre mal arrive à leur frère. Les rapports, les protestations, plaintes, ne sont plus des moyens ou procédures auxquelles se fient les citoyens pour absence de suite, par manque d’efficacité et de confiance! C’est très grave!

    Nasser
    20 juin 2017 - 20 h 59 min

    Il faut dire aussi que la
    Il faut dire aussi que la délinquance gagne aussi certains prof. en mal de « d’amitié » avec des personnalités bien placées ou de gens riches, qui se laissent « corrompre » par le besoin changement de statut social voire de luxure…….Ceci ne concerne pas ce pauvre professeur qui semble selon la cause victime de sa probité!

    Benhabra brahim
    20 juin 2017 - 20 h 51 min

    Allah yerahmou:…Et dire que
    Allah yerahmou:…Et dire que ces criminels vont avoir droit a un ou des avocats???!!…..ya katel errouh wine etrouh.

    Dyhia
    20 juin 2017 - 20 h 17 min

    Ce n’est pas de la caméra

    Ce n’est pas de la caméra cachée , mais ça se transforme en des scènes réelles.

    Kahina
    20 juin 2017 - 20 h 14 min

    La violence a été légalisée

    La violence a été légalisée par les chaines d’ENNAHAR ET ECHOROUK. Sans oublier l’inertie totale de la police dans les rues.
    Une décadence sans nom de la société algérienne.

    Chat
    20 juin 2017 - 20 h 13 min

    petite devinettes, comment
    petite devinettes, comment appelle t on des étudiants en arabes ?

    Réponse: DES TALIBANS

    NO COMMENT
    20 juin 2017 - 19 h 54 min

    sans commentaire. le fruit de
    sans commentaire. le fruit de décennies d’incompétence.

    anti-khafafich
    20 juin 2017 - 19 h 27 min

    si li consikonce do la kamira
    si li consikonce do la kamira kachi (entre autres).

    anonyme
    20 juin 2017 - 19 h 07 min

    L’école algérienne forme des
    L’école algérienne forme des voyous diplômés! voila la triste réalité..
    Notre silence lâche face à cette violence……….Nous sommes des bêtes et non pas des humains.

    Anonymous
    20 juin 2017 - 19 h 00 min

    Sans cautionner cet
    Sans cautionner cet assassinat et le comportement scandaleux de certains étudiants et élèves, malheureusement il y a des enseignants à tous les niveaux de l’éducation et à l’université qui ne valent pas mieux que leurs élèves. Beaucoup d’enseignants par manque d’éducation et de pédagogie poussent eux-mêmes les plus jeunes à la violence.

    Ex etudiant
    20 juin 2017 - 18 h 58 min

    Tuer est impardonnable
    Tuer est impardonnable quelque soit l être humain ou animal alors la un enseignant oeil pour oeil et dent pour dent donc ôter la vie aux deux assassin sera la seule sanction équitable et expressive pour de telle actions abominable et ce la quelque soit le mobile de l acte.

    Omar
    20 juin 2017 - 18 h 16 min

    Je suis complètement attristé
    Je suis complètement attristé et brisé d’apprendre qu’on assassine maintenant les nobles enseignants pour des … notes !!! Pour moi, l’assassinat d’un enseignant est un acte TERRORISTE qui vise à TERRORISER le corps des enseignants, des étudiants et de toute la communauté universitaire digne de ce nom. Ils ont assassiné un innocent parce qu’il a fait son noble travail de leur montrer qu’il faut travailler honnêtement pour réussir dans la vie …Malheureusement, ces 2 TERRORISTES (il ne faut plus les appeler étudiants car ils ne méritent pas ce titre, ils ont perdu le titre d’étudiants dès l’instant ou ils ont projeté, planifié et exécuté cet ignoble assassinat … ). Je propose aux législateurs algériens d’intégrer les assassinats d’enseignants, de médecins, d’enfants et de personnes âgées dans la catégorie des actes terroristes…

    Simply me
    20 juin 2017 - 18 h 15 min

    ((« … l’enseignant aurait
    ((« … l’enseignant aurait été attaqué par deux de ses étudiants qui lui auraient reproché son «intransigeance» sur la question des notes d’examen. »)). sur sa pierre tombale on écrira: « Mort pour avoir été intransigeant »! C’est pas prudent d’être intransigeant et surtout de s’aventurier sans meme un casque sur la tete dans ce champ en ruine qui est devenu notre système éducatif , on risque toujours de prendre quelque chose sur la tete ou s’asseoir sur un clou rouillé! quand les note ou le diplôme ne sanctionne plus un mérite il vaut mieux supprimer les examens mais plus tot distribuer directement les diplome tout simplement pas en fonction du niveau intellectuel atteint mais en fonction du poste de travail décroché ou qu’on a réussi à décrocher (koul wahad kfaztou) ! obtiens d’abord un poste de travail et puis reviens on te donnera un diplôme qui doit correspondre (pour faire réglo)!!
    C’est ce qu’on appelle la sélectionner non par des examens mais une sélection naturelle à la Darwin!!

    Un rêveur
    20 juin 2017 - 18 h 13 min

    C’est le résultat du troc de
    C’est le résultat du troc de nos traditions conviviales et civilisées contre les moeurs barbares, haineuses et violentes des moyen-orientaux ; nous avons renié notre islam humain contre l’islam fanatique et sectaire des égyptiens, des Golfeux et des afghano-pakistanais Cela ira de mal en pis tant que nous subirons l’influence des ces arriérés. D’ailleurs, nous leur ressemblons de plus en plus physiquement et mentalement. L’Algérie des années 1960, 1970 et même 1980, est morte ; place à l’Algérie des djellabas et belghas ! Nos femmes ressemblent aussi de plus en plus à des sacs de patates sans charme ni classe. Vous me direz que l’on a ce que l’on mérite.

      hami
      20 juin 2017 - 21 h 22 min

      Oui tu as tout dit cher
      Oui tu as tout dit cher compatriote.
      Adieu,l’algérie,la belle algérie de Guerouabi,la belle algérie tolérance pratiquant un Islam ouvert sur la modernité,la recherche du savoir.

    nabil
    20 juin 2017 - 18 h 08 min

    des etudiants????c est des
    des etudiants????c est des sales terroristes,ils veulent avoir tout sans rien faire!crime partout !un frere tue son frere a cause d un Petit litige a bouira!un sale voyou fait des Selfies au 12 eme Etage en balancant un gosse hors balcon,agressions au quotidiens,sales vermines tabiya de m….. ces parents!!!!a quant la condanation a mort ya rabi quand??????????ces sales criminels faut les faire passer a l a Guillotine

    Anonymous
    20 juin 2017 - 17 h 23 min

    PROGRAMME ALGERIE 2022 …
    PROGRAMME ALGERIE 2022 ….DES BARBUS DES NIKABES DES NOIRS AFRICAINS DES DELINQUANTS ET DES VOLEURS …ECT ….RABI YASTOUR

      AU SECOURS !
      20 juin 2017 - 20 h 39 min

      vite la valise …..bonjour :
      vite la valise …..bonjour : un billet aller simple pour n’importe où …, partout à l’exception de lafrique et des pays arabes . tout le reste c’est ok ….voilà ok pour les iles cayman !!!

      omar m
      21 juin 2017 - 11 h 12 min

      QUE VIENNENT FAIRE DES
      QUE VIENNENT FAIRE DES AFRICAINS SINISTRES DANS CE DEBAT EN PLEIN RAMADAN ? SOYONS RESPONSABLE DE NOS PROPOS §

    Histoire vraie
    20 juin 2017 - 16 h 37 min

    u lycée fréquenté par mes
    u lycée fréquenté par mes enfants, quelqu’un de ma connaissance, cadre supérieur de son état, est allé voir le professeur de mathématiques-de ma connaissance aussi- de sa fille élève de 2éme AS à l’époque pour se plaindre de façon véhémente et menaçante de la mauvaise note de sa fille à un devoir.
    « Vous allez avoir des nouvelles de moi bientôt lui dit il ».
    le prof devant sa classe a essayé de raisonner le Papa en vain en lui montrant la copie de sa fille.
    Ayant compris a qui il avait affaire, le prof s’est excusé et pour tous les devoirs qui ont suivi, il a noté l’élève systématiquement avec des 18, 19 et 20 sur 20; non pas par crainte mais pour sanctionner la bêtise du Papa!
    Tu veux des bonnes notes !eh bien tu vas en avoir! se dit il.
    l’année suivante, point de BAC ni l’année suivante.

    el wazir
    20 juin 2017 - 14 h 48 min

    Le nombre de prof d
    Le nombre de prof d’université agressés physiquement est incroyable, ces enseignants sans aucune défense livrés en pâture a ces terroristes (ou baltagias) sont dans leur totalité « fortement intimidés » ne trouvent leur salut qu’en s’exécutant devant cette menace réelle, ce climat de terreur dont la violence a atteint le meurtre cette fois ci, il ne faut pas oublié ceux qui sont tabassés, sans que les mesures ne serait dissuasives ne soit prises par les autorités supérieurs dans notre pays. Il s’agit d’un phénomène de terrorisme soutenu « modèle université » aujourd’hui l’assainissement du climat sécuritaire a l’université est devenue une priorité qui se le dispute aux objectifs de redressement et d’amélioration du niveau qui se concrétise par des milliers de nos diplômés qui ne savent même pas écrire une simple demande d’emploi. Il a raison M Nacer Djabi de se déclarer démissionnaire car l’université Algérienne est devenue irréformable.

    Ait walou
    20 juin 2017 - 14 h 43 min

    Je suis assez proche du
    Je suis assez proche du milieu universitaire, mais croyez moi, je mettrai étudiants et professeurs dans le même et je suis incapable de dire qui déteint sur qui, il n’ a pas un pour tirer l’autre.
    Ceci dit, le crime reste condamnable et ce n’est pas une raison pour tuer son prof quand bien même il serait intransigeant.
    Maintenant j’ai un mot à dire aux profs, soyez psychologues avant d’être profs, l’étudiant n’a rien appris et ses capacités sont limitées, c’est un retard accumulé depuis le primaire et le traine jusqu’à la fac, et ce n’est à ce stade qu’il apprendra vite. J’ai assisté un jour à un échange entre prof et étudiants en rattrapage, c’était une scène d’humiliation grandeur nature.
    Quand personne ne fait son travail, on récolte à la fin que des drames. C malheureux de le dire et inchallah j’ai tort, mais il ne sera pas le dernier .

    Anonymous
    20 juin 2017 - 14 h 40 min

    Il ne faut pas sortir de St
    Il ne faut pas sortir de St Cyr pour trouver le pourquoi du commence. C’est la résultante d’une situation de pourrissement latente et voulue. Il n’ya aucune autre explication. Ayant pour origine un populisme démesuré,elle a vite pris de l’ampleur pour s’étendre à tous les rouages de la société. Maintenant,tous les problèmes se règlent à coups de marteau,de couteau à crans d’arrêt. Dans un futur proche,nous verrons apparaitre des armes à feu. Le laxisme de l’appareil judiciaire est le principal responsable depuis le moment où il a fait son crédo « que le criminel est un malade qu’il faut soigner et non punir ». Le prisonnier actuellement après son forfait,se retrouve une fois condamné,dans un centre de vacances où il est totalement pris en charge,au point où une fois sa peine purgée,avant de s’en aller,demande à ses codétenus de lui garder sa place car il est sur de revenir. Voilà où nous en sommes. La situation changera le jour où les établissements changeront de nom pour redevenir » Prison »,pénitencier,bagne.avec tout ce que comporte cette mutation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.