Mohcine Belabbas appelle à une «plus large mobilisation» en faveur de Cevital

Mohcine Belabbas RCD Cevital Issad Rebrab
Mohcine Belabbas. New Press

Le président du RCD, Mohcine Belabbas, a appelé la société civile à intensifier sa mobilisation pour soutenir le projet de Cevital à Béjaïa, qui est depuis quelques semaines, faut-il le rappeler, l’objet d’un bras de fer entre ce groupe agro-industriel et les autorités, et dans lequel un comité de soutien aux travailleurs de Cevital s’implique activement. Le chef de file du RCD, qui s’exprimait jeudi soir devant des représentants de la société civile à Aokas, dans la wilaya de Béjaïa, a exhorté les participants à cette rencontre à poursuivre le «forcing» pour amener les autorités à débloquer un projet d’installation d’une usine de trituration des graines oléagineuses. Louant les avantages de ce projet et les mérites de Cevital – contribution à la création d’emploi et, plus globalement, au développement national –, l’orateur conteste tous les arguments dressés par les autorités pour «bloquer» des projets porteurs, selon lui, de «bénéfices certains» à la région.

Dans le même registre, le député RCD, Atmane Mazouz, intervenant en plénière jeudi soir sur le plan d’action du gouvernement, a plaidé en faveur du groupe dirigé par Issad Rebrab. «Comment tolérer qu’un opérateur comme Cevital, qui emploie plusieurs milliers d’Algériens et qui participe à l’effort du développement national, soit bloqué à Béjaïa dans ses projets alors qu’il a toutes les autorisations nécessaires ?», s’est-il interrogé. Et d’enchaîner : «Ce document, une décision d’extension du groupe au niveau du site portuaire de Béjaïa, est celle du Conseil national de l’investissement présidé par le Premier ministre. Où est l’Etat ? Qui veille à la continuité et sa pérennité ? Sommes-nous dans un Etat voyou ?», a-t-il clamé, avant de s’adresser au Premier ministre en ces termes : «Les réseaux responsables de tels instrumentalisations et blocages, vous les connaissez ! Ils accaparent impunément la commande publique et contrôlent l’essentiel de l’économie nationale. Ce précédent est grave et appelle réparation. Il y va de votre crédibilité et de celle de l’Etat», a soutenu le député RCD.

Rabah A.

Comment (9)

    mess belba
    24 juin 2017 - 13 h 53 min

    ya si mohcen ,n’essaie pas de réveiller les « soporifisés  » a vie ou reanimer des morts vivants de Bejaia .
    Ils n’excellent et « s’hommisent » que dans les blocages de routes ou de projets.
    laisser Rebrab aller ou les gens reconnaissent la grandeur des hommes ou on le fera roi ; setif ; oran et ailleurs
    les Bejaoui, sauf li ma yestehlche qui observe ,meurtri,s’etendre la mediocrité et le larbinisme m’sakine. n’ont que ce qu’ils meritent , ils continueront àvegeter dans leur vivotage et leur petitesse .et idolatrie des larbins de siuoud houm.




    0



    0
    Cheikh kebab
    24 juin 2017 - 5 h 36 min

    D’abord il faut dénoncer l’interdiction du débarquement des équipements par le dg du port,avant d’anticiper dur la suite où implanter l’usine.est ce au dg d’un port d’exiger des autorisations ??? On devine que ce dg obéit à plus haut,qui est ce plus haut??




    0



    0
    Anonyme
    23 juin 2017 - 21 h 09 min

    Parole de syndicalistes licenciés par ce groupe qu’on veut présenter comme leader dans tout et de rien. Le seul tort des travailleurs et syndicalistes licenciés par ce groupe c’est d’avoir dénoncer des magouilles et des vols « structurés », alors basta ces gens du rcd qui sont complices dans ce « zigouillage » des syndicalistes licenciés et qui, tout compte fait, n’ont rien à cirer des luttes des « zoufriers » comme ils aiment le dire souvent.




    0



    0
      Cheikh kebab
      24 juin 2017 - 5 h 30 min

      G connu le syndicat et des syndicalistes,pas si soucieux que ça des intérêts des soufris comme tu dis. Si vous avez des preuves de vol,allez à la justice,si vous avez été licenciés abusifs ya l’inspection du travail et le prudhomme. Je généralise pas mais beaucoup de syndicalistes s’y réfugient pour se la couler douce et avoir une certaine impunité.




      0



      0
      Anonyme01
      24 juin 2017 - 9 h 38 min

      Tu me parles de syndicalistes? Depuis quand on a des syndicalistes qui défendent les intérêts des travailleurs? Les syndicalistes ne défendent que leurs intérêt,s à l’exemple de l’UGTA. Pour toi Rebrab est « un leader en rien ». Tenez, c’est joli ce que vous dites! Sachez qu’il est le plus grand investisseur d’Algérie. Et il peut faire plus, si ce n’était les gens comme toi qui le bloquent par peur de lui ou par jalousie. Si Rebrab enfreint la loi, pourquoi ne pas laisser la justice travailler et le rappeler à l’ordre au lieu des hommes qui agissent dans l’opacité, qui interviennent abusivement et qui recourent à son blocage d’une manière arbitraire? ou l’intervention de syndicalistes, de khoroto qui lui créent des problèmes? Les travailleurs ont d’autres moyens de faire prévaloir leurs droits en dehors du pouvoir syndical, s’ils se sentent lésés et en dehors des décideurs et des syndicats. Ils ont devant eux la justice que Rebrab ne tentera jamais de corrompre ou d’interférer dans ses prérogatives, comme le font ces mêmes décideurs pour que la justice ne rende son verdict en toute indépendance. Pourquoi toutes ces pressions qu’on exerce contre lui ? Pour le chasser de chez lui? Je dirai plus: ceux qui lui créent des problèmes sont ceux qui pillent les richesse du pays(dans l’impunité) au lieu d’en créer.




      0



      0
    Mlaoua
    23 juin 2017 - 13 h 09 min

    Apparemment on ne veut plus de Rebrab d’investir là ou il veut.Mais on cherche, peut être, à lui dicter sur quoi et le lieu pour investir.Ce qui est intolérable. On lui a d’ailleurs crée partout les obstacles pour investir en Algérie.Il s’en plaint depuis longtemps.Puisque l’état n’a plus d’argent pour investir, créer les richesses et les emplois, pour réduire le taux de chômage qui est l’un des plus élevés chez nous, surtout parmi nos enfants sortis des universités, depuis plusieurs années,mais qui chôment encore.Faut-il souhaiter que ces derniers restent sans avenir et qu’ils aient leurs retraites en chômant durant toutes leurs existences? Si c’est l’intention du pouvoir, il fallait alors penser à fermer nos universités pour épargner nos enfants de tant de sacrifices et d’une perte de temps dans nos universités.Nos dirigeants doivent être clairs dans leurs décisions, et doivent tout justifier avec des arguments puissants pour comprendre les causes de ces blocages multiples d’un investisseur Algérien.Je crois qu’il y a de mauvaises intentions pour nuire à cet homme, qui a prouvé ses compétences sur le terrain.On n’en veut plus de lui car il a refusé de les approcher et refuser de financer leurs compagnes électorales,sinon pourquoi créer autant d’obstacles à cet homme pour investir dans son pays, surtout quand il respecte les lois de son pays? Je suppose qu’il y a anguille sous roche.Il faut alors débusquer ses hommes forts qui le bloquent et les afficher au yeux du peuple pour les connaitre et les dénoncer.On a marre de ses responsables qui décident et agissent dans l’opacité et en dehors des lois du pays et de l’intérêt du peuple.




    0



    0
    Karamazov
    23 juin 2017 - 11 h 42 min

    M.B surfe sur la vague, il ne cherche en rien à dénouer quoi que ce soit. Qui peut penser une seule seconde qu’il puisse, lui, qui vient de boire sa coulpe jusqu’à la lie aux législatives, qu’il pourrait influencer l’orientation de ce dossier ?




    0



    0
    Akli Boughzer
    23 juin 2017 - 11 h 35 min

    Le puissant pouvoir de l’ombre qui détient tous les leviers de commande donne ses ordres par des réseaux que lui seul connait et sévit de la même façon contre tous ceux qui ne les exécutent pas à la lettre.Il est juge et partie et n’a de comptes à rendre à personne.




    0



    0
    Mello
    23 juin 2017 - 9 h 09 min

    Le projet de CEVITAL reste un investissement de grande importance pour l’Algerie. Mais que peut faire cette poignee de personnes auxquelles s’adresse le RCD , sans aller au fond du veritable probleme? Ce probleme est mal defini pour tous, car les auteurs des bloquages ne se sont pas exprimes. Mr Belabbes se devait d’aller tirer au clair toute cette histoire ,aupres des autorites , les vrais detenteurs des pouvoirs de ce bloquage, et en informer qui de droit. En l’etat actuel, c’est le brouillard total dans cette affaire. Neanmoins, on supplie toutes les autorites competentes a prendre la decision juste afin de liberer ce dossier, car cette affaire de bloquage ne cesse de porter prejudice a notre pays aux yeux du monde.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.