Le suicide qatari

Qatar, Golfe, CCG, crise, Arabie Saoudite, Emirats
L'émir du Qatar, Cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani. D. R.

Par R. Mahmoudi – Encouragés par les Allemands, les Français et une partie de l’Administration américaine – au moment où Trump prône officiellement une politique en sens contraire –, les dirigeants du Qatar refusent obstinément de se plier aux ukases de leurs voisins, qui les somment d’abandonner tout ce qui fait, à vrai dire, l’identité de leur pays et son image de marque : ses investissements dans la subversion islamiste, son empire médiatique, sa duplicité diplomatique, son expansionnisme économique…

Entre temps, dans certaines capitales occidentales et arabes, des démarches sont engagées tous azimuts pour instaurer un début de dialogue entre les deux parties pour tenter de trouver une issue pacifique et, du coup, une course contre la montre est lancée, parce que les Qataris n’ont plus qu’une petite semaine pour donner leur réponse. Il est établi que ce qui intéresse les Occidentaux dans cette histoire est de pouvoir en tirer le plus grand profit, en essayant de monnayer leur médiation, comme Washington l’a déjà fait en vendant des armes à Doha. Mais, il faut dire que les parrains occidentaux ont été surpris par l’intransigeance et le caractère irréductible des treize conditions posées par les Saoudiens et leurs alliés et que tout le monde s’accorde à dire qu’elles sont irréalisables (la fermeture d’Al-Jazeera étant vu au Qatar comme une abdication pure et simple).

Alors, soit les Al-Saoud et leurs fidèles alliés ont déjà en projet l’idée de mettre définitivement en quarantaine leur petit voisin, soit ils ont choisi de placer la barre trop haut pour marchander ensuite avec leur parrain commun : les Etats-Unis. Dans les deux cas, le Qatar se retrouve dans une situation qui l’obligera tôt ou tard (c’est-à-dire au plus tard dans une semaine) à jouer le tout pour le tout (y compris l’hypothèse d’une escalade militaire ou celle, plus plausible, d’un mariage assumé avec Téhéran) pour sortir de cet isolement mortel. Les deux choix sont pour lui suicidaires.

R. M.

Comment (9)

    Zombretto
    28 juin 2017 - 10 h 30 min

    Je suis vivement déçu ! En lisant le titre, je croyais que les qataris s’étaient tous suicidés et j’avais l’espoir que ce soit contagieux et que ça se propage à tous les autres pays tout autour d’eux. Quel monde merveilleux ça serait !




    0



    0
    Anonyme
    27 juin 2017 - 21 h 19 min

    Qui a dit que les bêtes féroces ne se mangent pas entre elles




    0



    0
    Jacques attati
    27 juin 2017 - 20 h 53 min

    le grand jour




    0



    0
      aqil2
      27 juin 2017 - 22 h 32 min

      Que voulez vous dire




      0



      0
    GHEDIA Aziz
    27 juin 2017 - 17 h 47 min

    Trop d’exigences tue les exigences. Ni le Qatar ni les autres pays du Golfe (de cette coalition qui a pris des sanctions contre le premier pays cité) ne sont ma tasse de thé mais, et loin de moi l’idée de prendre la défense du Qatar, si j’étais haut responsable de ce pays, je dirais aux autres « au diable, au diable, le vent souffle sur le désert et il est temps que vous arrêtiez votre char… pardon votre caravane ». En effet, comment peut-on être pour l’instauration d’États démocratiques dans la région et être en même temps contre la liberté d’expression et exiger donc du Qatar la fermeture de la seule chaîne de télé de cette région qui, à un moment donné, a concurrencé CNN et d’autres chaînes occidentales ? Cela n’a pas de sens. Cette chaîne, nous en sommes conscients, incite à la haine et encourage les mouvements islamistes extrémistes où qu’ils se trouvent mais au lieu d’appeler à sa fermeture, il faudra plutôt trouver un moyen de communication pour battre en brèche toute sa stratégie communicationnelle. La liberté de ton et de conscience doivent prévaloir sur toute autre considération s’il l’on veut que les pays arabes et notamment ceux du Golfe sortent de leur archaïsme mental et se démocratisent.




    0



    0
    Jean_Boucane
    27 juin 2017 - 17 h 35 min

    Pourquoi aider les pays du Golfe? j’ai une question si il y a une guerre entre l’Algerie et le Maroc, vous pensez que les pays du Golfe vont soutenir quel pays? si tu connais la réponse à la question, tu comprends pourquoi je souhaite que l’Algerie ne lève pas un doigt pour ce conflit et qu’on coupe tout lien avec eux, l’Algerie en sortira grandit dans 20 ans! Parfois il faut savoir couper les liens pour avancer!




    0



    0
    Anti 2 session
    27 juin 2017 - 16 h 12 min

    On est en devoir d’encourager un suicide entre les pays musulmans! Qu’ils s’entre tuent, pour que leur religion disparaisise à jamais du champ publique et qu’elle regagne un domaine qu’elle n’urait jamais du quitté, n’eut été les Califes et notamment Omar et Abou bakr: Le domaine privé




    0



    0
    Abou Stroff
    27 juin 2017 - 13 h 09 min

    en tant que patriotes algériens, nous devons tout faire pour « aider » nos frères qatari en particulier et nos frères zarabes du moyen-orient en général (je vise les régimes archaïques qui dominent les pays en question, bien entendu) à se suicider au plus vite. le monde serait, à mon humble avis plus vivable et moins c.. après.




    0



    0
    Abou Stroff
    27 juin 2017 - 13 h 07 min

    en tant que patriotes algériens, nous devons tout faire pour « aider » nos frères qatari en particulier et nos frères zarabes du moyen-orient en général (je vise les régimes archaïques qui dominent les pays en question, bien entendu) à se suicider au plus vite. le monde serait, à mon humble avis plus vivable après moins c.. après.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.