Réunion du G5 Sahel à Bamako : le pari français pour isoler l’Algérie

J. Y. Le Drian en visite à Alger en juin dernier, en compagnie de A. Messahel. New Press
J. Y. Le Drian en visite à Alger en juin dernier, en compagnie de A. Messahel. New Press

Le nouveau président français, Emmanuel Macron, veut sortir la France de l’impasse malienne. Pour ce faire, il consacre deux voyages au Mali en un laps de temps très court et deux entretiens téléphoniques au président Bouteflika, dont le premier était menaçant et le second (daté de deux jours) encore plus pernicieux.

Selon des observateurs avertis, le président français, qui était très attendu entre autres dossiers sur la question du Mali et la situation dans le Sahel en général, s’apprête à rallumer le brasier. L’injonction faite à l’Algérie sur une question qui nécessite une discussion de vive voix dénote de desseins inavoués de la nouvelle administration française.

Pour rappel, le président français avait annoncé, le 19 mai dernier, avoir eu un entretien téléphonique avec son homologue algérien, le premier échange entre les deux hommes depuis l’élection de Macron le 7 mai 2017. Selon les médias français, Macron a affirmé avoir informé Bouteflika de son déplacement au Mali lors de cet entretien : «Je lui ai fait part (…) de mon souhait de pouvoir en parler avec l’Algérie de manière très franche.» Emmanuel Macron a également précisé que rien ne lui permettait de confirmer le soutien présumé d’Alger à Iyad Ag-Ghali, chef du mouvement djihadiste malien Ansar Dine. Ces indiscrétions rapportées par la presse française à l’époque avaient provoqué un grave malaise entre les deux capitales. Puis le président français s’est entretenu par téléphone le 28 juin avec son homologue algérien, selon l’agence de presse Reuters. Une source proche de l’entourage du locataire de l’Elysée a expliqué à Reuters que la situation sécuritaire au Mali et les négociations de paix avaient été au centre de l’échange entre les deux chefs d’Etat. Le président français a notamment formulé des «proposition concrètes» visant à relancer le processus de paix au Mali, selon la source citée par Reuters et qui a préféré demeurer anonyme. La source n’a pas précisé les détails de ces propositions.

Toute cette agitation se produit à la veille de la rencontre des chefs d’Etat des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) qui se tiendra demain à Bamako. Ces présidents africains (dont la plupart sont installés par Paris à l’instar deux du Mali, du Niger et du Burkina Faso) doivent notamment discuter de la mise en place d’une force conjointe antiterroriste pour contrer une activité terroriste très active ces derniers mois dans la région sahélo-saharienne.

Opération Barkhane : un permis de tuer

Notons qu’en 2014, la France a été derrière la création du G5 Sahel (Mauritanie, Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad) sans l’Algérie. A Paris, l’absence de l’Algérie ne suscite aucun regret, même si personne n’osera le dire ouvertement. Bien au contraire, on y voit une excellente occasion de contrer l’influence militaire et stratégique algérienne sur la bande sahélo-saharienne, en vidant notamment de sa substance le Comité d’état-major opérationnel conjoint liant les pays de la sous-région sahélienne et l’Algérie, dont le commandement est basé à Tamanrasset.

Mieux encore ! Les autorités françaises vont accompagner la montée en puissance du volet sécuritaire du G5 Sahel en apportant une aide directe à la future école de guerre de Nouakchott, qui devrait à terme devenir un collège interarmes ouvert aux autres forces de défense et de sécurité (police, gendarmerie, douanes, gardes nationales, agents des eaux et forêts).

Sur le dossier malien, le nouveau président français a donné, jusqu’à présent, tous les gages d’une parfaite continuité avec la politique menée par François Hollande. En tant que chef des armées, Emmanuel Macron hérite d’un dispositif militaire – l’opération Barkhane – qui couvre cinq pays du Sahel et mobilise depuis trois ans plus de 4 000 soldats français au nom de la lutte antiterroriste. Mais pour quel résultat et jusqu’à quand ?

Selon un rapport de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), le Mali a atteint «un niveau d’insécurité sans précédent» et la situation ne s’améliore guère. Les «385 attaques qui ont coûté la vie à au moins 332 personnes, dont 207 civils, dans le nord et le centre du pays» en 2016, ainsi que les «621 cas de torture, enlèvements, détentions arbitraires et extorsions de tous types» répertoriés par l’ONG montrent que «les actes de violence augmentent au lieu de diminuer ». Au fil des mois, l’opération Barkhane est devenue un permis de tuer, disent les observateurs. Et son principal artisan, Jean-Yves Le Drian, est devenu le ministre des Affaires étrangères d’Emanuel Macron.

Concernant l’Algérie, il convient de rappeler qu’elle a pourtant, fourni pendant longtemps du carburant à l’armée malienne pour l’aider à assurer ses patrouilles dans les zones d’insécurité. Le pays a également formé au moins deux bataillons antiterroristes au Niger, voisin auquel il a promis de l’aide pour la construction des casernes destinées aux forces de défense et de sécurité sur la frontière commune. La poursuite de cette coopération est souhaitée par ces pays.

L’Algérie est et reste le parrain de l’accord conclu en mai et juin 2015 entre Bamako, des mouvements armés et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). L’Accord d’Alger prévoit entre autres la mise en place d’autorités intérimaires dans le nord du Mali, de patrouilles mixtes et l’application du programme de désarmement des ex-rebelles.

Par conséquent, le G5 Sahel ne pourra finalement pas faire l’économie d’une coopération avec l’Algérie, la puissance militaire et stratégique régionale. La France ne pourra pas éternellement faire croire à ces pays qu’elle sera toujours à leurs côtés dans leur combat contre le terrorisme dès lors que la présence même de ses forces armées sur le sol sahélien alimente le ressentiment, voire la soif de les combattre militairement.

Ramdane Yacine

Comment (25)

    Anonyme
    5 juillet 2017 - 21 h 01 min

    Les occidentaux don la France en tête de peloton ont créer ces milices terroristes ces groupes de bandits de grands chemins .
    Puis à la suite logique il en est sortie l’émergence de trafiquants de toutes sortes.
    Ces trafiquants terroristes sans avoir eux besoin d’être invités par les français ou autres contingents étrangères pour entrer dans la danse afin de profiter du K.O. généralisé régnant dans toutes cette grande et vaste région sahélo sahariennes pour s’affirmer en tant que partie prenante pour qu’ils puissent rux aussi en tirer des dividendes par la prise des différents butins de guerre qu’ils amassent par ci et par la sans être vraiment inquiètés .
    Ils leurs suffit de se faire passer pour des hommes appartenant à un groupe connue à l’échelle mondiale et d’être merveilleusement armés.
    Aujourd’hui depuis l’arrivée des français de BHL et d’autres pays occidentaux les groupes armés fleurissent comme des champignons dans un vaste coin du monde africains en plein déclin et très hostiles.
    Ces terroristes ils ont un système de survie qui passe par le K.O. l’instabilités de cette region et de lafrique en général.
    Dorénavant ces moyens crapuleux seront monnaies courante et ils se propageront dans tout le continent africain et bien au delà encore.
    l’Afrique pour ces terroristes promet d’avoir encore de bon jour pour le déstabilisation du sahel et bien au delà malheureusement.
    Merci la France Merci les européens merci les yankees merci les occidentaux.
    La France l’armée française n’a et n’aura aucune chance d’arrivée à bout de ces terroristes qu’elle a conçu engendrée de ces voeux avec la collaboration de d’autres pays européens.
    Ces terroristes notoires avaient presque pignons sur rue a travers les medias français autrefois lors de leurs émergences.
    Aujourd’hui ces terroristes n’ont plus besoin de la France.
    Ces terroristes ce sont libérés de leurs tutelle de leurs parrains .
    Dorénavant ces terroristes tirent les moyens de leurs subsistances dans de multiples trafics .
    Générés par ces conflits destabilisateurs qui s’opposent à la paix .
    Se propageant non seulement dans cette région du Nord de l’Afrique aux vastes contrées débordantes qui touchera bientôt toutes l’Afrique.
    Les yankees les européens l’OTAN ont du fils à retordre.
    Ils n’en sont qu’aux début du ras de marais qui les attends dans cette région ce continent qui leurs est très HOSTILES.
    Le climat , le déserts arides , les paysages dégagées, et tant d’autres inconvénients climatiques , géographiques et civilisationnelles sont là comme un couperet qui les guettent et ne leurs fera une concessions.
    L’Algérie , et les algériens font partie intégrante de ces décors de ces peuples de ces aléas du quotidiens.
    Les algériens sont d’abord et avant tout africains et ils le demeureront éternellement
    Macron à parier sur l’échec en misant l’Algérie sur la touche au nom de l’orgueil de l’arrogance et de la prétention.
    Il va amèrement le regretter.
    A coup sur il va falloir qu’il prépare une porte de sortie avec un profil bas à ras les pâquerettes face à l’opinion mondiale.
    Il ne pourra le faire sans la grande et la puissance algériennes il n’en n’aura pas le choix.
    Encore une fois il accourera auprès de l’Algérie pour la sortir de la boue.
    Inchallah.




    0



    0
    jughurta
    2 juillet 2017 - 15 h 32 min

    Il faut en finir avec ce terrorisme, ce terrorisme qui fait que nous sommes submergés de subsahariens aujourd’ hui. Est ce que certains les laissent passer pour se faire des sous sur leur dos, car dans beaucoup de cas les réfugiés paient leur entrées sur le territoire Algérien et les laissent délibérément passer chez nous. Il faut mettre de l’ ordre dans les effectifs, les vues géopolitiques, les placements géostratégiques et éradiquer ce boko haram afin que toutes cette vague de subsahariens reviennent chez elles ! Ce boko haram est une continuité du plan coudeneuve de kalergi de l’ organisation paneuropéenne directement ou indirectement. Il faut développer et mettre en place des bases militaires dans tous les pays qui nous sont frontalier. Il faut créer un membre observateur au Sahara occidentale dont nous seront les garants avec nos amis et nos alliés proches uniquement et y mettre des bases militaires. Pour avoir recours à l’ anticipation et à mieux prévenir le danger au loin avant qu’ il nous atteignent, une seul solution, l’ expansion. https://youtu.be/I5qljkUzzIY




    0



    0
    BEKADDOUR
    2 juillet 2017 - 12 h 43 min

    Macron n’a pas le sens des priorités ! Ou alors L’insécurité dans l’Hexagone, c’est du cinéma ! Ou, pire, c’est une maladie mentale, l’ennemi de Macron s’appelle Macron ! Quelqu’un a dit un jour, il était de France, que les Algériens, les ex Indigènes de la pseudo République, étaient plus cartésiens que Descartes lui même, et la raison de France est une malade, MENTALE ! Misters Le Drian, and Macron do you need an algérian doctor ?




    0



    0
    Aicha Benguendouze
    2 juillet 2017 - 12 h 39 min

    C est peut être une bonne décision et une bonne chose pour l Algérie. L Algérie a une idéologie politique du pardon, de l entente, de non ingérence et contre une solution politique par les armes. La France plus pratico pratique connait la culture arabo musulmane. Elle sait que ces peuples n comprennent que la violence et la guerre. Alors espérons que la France va donner une bonne raclée militaire et brutale ( Falaga ) a ces « terros » du sahel. Peut être une fois ayant connu l horreur de la guerre ils comprendront l idéologie algérienne de la paix. Warum nicht…? Why not amigos…?




    0



    0
      Abe
      31 octobre 2017 - 17 h 30 min

      Est-ce que quelqu’un peut me rappeler quand est-ce que la france a gagne une guerre la derniere fois. La france est toujours a la recherche d’une gloire qu’elle n’obtiendra jamais.




      0



      0
    boris
    2 juillet 2017 - 10 h 15 min

    Je pense que de cette manière, Macron, subtilement, tente d’ôter une certaine légitimité à l’Algérie. Dans cette perspective, nous ne serons plus loin d’une injonction du CE allant dans le sens d’une réelle implication dans cette « lutte ». Le fait est que, en définitive, l’Algérie semble être invité aussi à faire le ménage chez elle au risque d’une implosion, l’effondrement du cours de pétrole aidant. En d’autres termes, les autorités algériennes doivent prendre très au sérieux cette manœuvre car elle constitue un signe avant-coureur d’une réelle menace.




    0



    0
    aqil2
    2 juillet 2017 - 9 h 39 min

    on peut aussi voir les choses sous un autre angle, que le président Français cherche vraiment l’aide politique de l’Algérie qui a acquis une réelle compétence en matière de lutte antiterroriste reconnu par tous, seule en même de par sa vision à long terme peut contribuer à trouver une solution durable au carcan du Sahel. qu’en considérant les démarches algériennes comme essentielles pour la paix, macron, ainsi se démarque complètement de tout va en guerre de F.Hollande.




    0



    0
    Ammar
    2 juillet 2017 - 9 h 08 min

    Il est temps de repenser la politique frontalière par des projets économiques intégrants et structurants et rayonnants afin de juguler le maximum des manœuvres




    0



    0
    صالح/الجزائر
    2 juillet 2017 - 6 h 56 min

    Quand le President français , Emmanuel Macron , est né un certain jour de décembre 1977 , le Président Algerien , Abdelaziz Bouteflika , plus long que Napoleon , et que ( <> ) , avait cumulé une éxperience de 14 ans comme ministre des affaires étrangères <> .




    0



    0
    Fario
    1 juillet 2017 - 23 h 57 min

    Il faut se méfier de ce Macron car il se prend pour le Messie …




    0



    0
    zarathoustra
    1 juillet 2017 - 22 h 35 min

    macron veut se retirer du mali le plus vite possible la seule alternative c’est ce J5 auquel il accorde tous les moyens logistiques et financiers de conivence avec les europees et cherchant la benediction de l’onu ….au diable les accords d’alger et les algeriens avec… quitte a actionner ses sbires du makhzen et le tour est joué……malheureusement pour lui c’est une invasion militaire étrangere qui va susciter un mécontentement general des maliens et finira par déclencher une resistance militaire violente .vite récuperer par les terroristes ……et ses fantassins du desert ..(mercenaires à la BOB DENARD ) finiront pat déchanter et on se retrouvera avec un brasier a nos frontiéres avec toutes les conséquences qui en découleront…..je crois que le chef d’état major de notre armée à fait allusion à cette situation …imaginez le chaos s’étendant à tout le sahel……la france allume la méche et s’en va comme d’hab….mais cette fois ci elle va se bruler les doigts certainement.




    0



    0
    muhand
    1 juillet 2017 - 22 h 15 min

    Macron devrait se renseigner sur le peuple algerien. Il apprendra par exemple qu’entre le peuple et le pouvoir voyou il y a une différence de taille dans le patriotisme. Si la France, cette mauvaise élève, ne retient pas ses leçons du passé elle se deculottera une fois de plus en tentant de porter atteinte à l’Algérie. Ce petit toutou français ferait donc mieux de s’occuper de sa France malade et à la traîne au lieu de regarder vers l’Afrique, ce continent qui lui fuit parce que les peuples de cet immense continent ont chassé pour la plupart d’entre eux leurs dictateurs. L’Algerie, ce lion risque de rugir si la France ne sait pas marcher sans faire de bruit. Je dis donc au président français, l’algerie n’est ni la côte d’ivoire, ni le Zinbabwe, ni le Sénégal, ni le Maroc, même si ceux qui sont au pouvoir sont soutenus par la France. Ce n’est tout de même pas le pays qui a perdu toutes les guerres qu’il a menées qui va faire peur au pays du million et demi de martyrs. Ce ‘n’est tout de même pas le pays qui a enrichi la langue française du mot Berezina, en référence à la débâcle de Napoléon, pour caractériser une déroute, qui fera frémir ce brave peuple algerien sans peur! Donc tout doux mister Macron , vous risquez de vous brûler les ailes en tentant de voler dans le ciel algerien.




    0



    0
    Rayés Al Bahriya
    1 juillet 2017 - 20 h 06 min

    L’Algérie est le porte voix de la lutte pour les indépendances africaines depuis les années 1960 à nos jours.
    La France perf en Europe, au moyen orient et en Afrique.
    Elle sème le trouble pour s’assurer des subsides par la mainmise sur les pays faibles et prêts
    À vendre leur âmes pour le diabolo.
    Sa visite au Macron…visiter son alter ego nuptiale M.106. ..nous envoie l’odeur des turpitudes infernales.
    Macron ??? L’homme de toutes les femmes ; et la femme de tout les hommes …!!!!
    C’est certain et très très vrai.
    Macron a été mis sur orbite par Alger .
    Il boiera le calice ….C’EST promis.




    0



    0
      Moh
      1 juillet 2017 - 23 h 23 min

      Macron n’a pas parlé avec Bouteflika mais avec Said, ils s’entdent bien sur notre dos et se foutent bien de nos gueules et travaillent sur le cinquième mandat pour nous achever.




      0



      0
        lyes2993
        2 juillet 2017 - 9 h 38 min

        Tu étais présent ? Non. Tu es dans la confidence ? Non. Tu es madame Soleil ou devin ? Non. Mais par contre, pour présumer ou colporter des ragots, tu fais bien acte de présence et en plus je suis sûr que dans la vie, tu dois te prendre pour une éminence ! C’est agaçant de lire toujours ces mêmes types de commentaire qui n’apportent rien … il me semble que tu es sur un site dédié au patriotisme et pas sur un site de dénigrement ou diffamation … au pire des cas, fais nous le plaisir au moins de faire précéder tes dires par un « il me semble » ou « je pense » ou « je crois » etc ….




        0



        0
    Rayés Al Bahriya
    1 juillet 2017 - 19 h 46 min

    L’Algérie est le porte voix de la lutte pour les indépendances africaines depuis les années 1960 à nos jours.
    La France perf en Europe, au moyen orient et en Afrique.
    Elle sème le trouble pour s’assurer des subsides par la mainmise sur les pays faibles et prêts
    À vendre leur âmes pour le diabolo.
    Macron a été mis sur orbite par Alger .
    Il boiera le calice ….C’EST promis.




    0



    0
    TARZAN
    1 juillet 2017 - 17 h 46 min

    franchement l’algérie a besoin d’un président en bonne santé et plutôt jeune. bouteflika doit être le parrain de ce président et la tête pensante car bouteflika est un génie de la politqiue et un très très grand visionnaire. à côté de lui macron portera à jamais des couches culotte. bouteflika doit impérativement choisir un successeur pour que la voix de l’algérie soit audible dans ce monde en plein chambardement géo-politico-stratégique. quant aux calculs politiques français dans cette zone du sahel qui vont dans l’intérêt du maroc (il faut dire que la france a une peur bleue d’une guerre entre le polisario et le maroc qui va forcément s’étendre à son territoire), la france laissera beaucoup de plumes et regrettera amèrement l’Algérie. et les vrais perdants dans l’histoire c’est les pays du G 5 qui vont tout perdre car la france n’a pas les moyens de sa politique africaine. même les USA font marche arrière dans pas mal de conflits du fait du gouffre financier dans lequel ils se retrouvent embourbés! maintenant que macron avait commencé par insulter et humilier trump, il a mis à dos poutine, macron …. à trump, car il s’est rendu compte qu’il a besoin de lui pour survivre, d’où son invitation pour le 14 juillet et au diable les valeurs de la république en invitant quelqu’un qui est contre les musulmans, rabaisse la femme, contre l’écologie et raciste.




    0



    0
    sélecto
    1 juillet 2017 - 17 h 34 min

    C’est exactement la position que tout le monde attendait de Macron autrement dit c’est l’idéologie anti algérienne de l’état français qui sera poursuivie et le sera après par le président qui viendra après, c’est une position immuable.




    0



    0
    RezkideBelcourt
    1 juillet 2017 - 16 h 33 min

    Quand on aura un président de la république, on pourra répondre lui même aux questions




    0



    0
    séhab
    1 juillet 2017 - 16 h 11 min

    Abou Stroff<<<<

    grignoter les pissenlits par la racine!!!

    pas male ça mérite 10/10 ou plutôt 20/20




    0



    0
      el hadj
      1 juillet 2017 - 20 h 03 min

      hélas c est un voeux pieux qui reflète le sentiments et les préoccupations légitimes des citoyens qui s indignent sur ce que subit notre pays




      0



      0
    Droit de réponse
    1 juillet 2017 - 15 h 35 min

    Verrouillons bien nos frontières Sud et laissons la France se casser la gueule dans le Sahel, avec ses laquais de la France Afrique. Ceci dit l’Algérie ne doit jamais se soumettre à un commandement militaire français que quelque nature soit-il, elle doit prendre ses distances avec le Sahel et la France en verrouillant les frontières et se concentrer sur la sécurité intérieure, surveiller l’immigration en provenance du Sahel les réfugiés sahéliens doivent être placés dans des camps prés des frontières avec le Niger et le Mali, en attendant leur rapatriement dans leur pays respectif, il ne faut en aucun baisser la garde et surveiller tout ce qui bouge aux frontières algériennes avec tous les pays voisins.




    0



    0
    mohamed
    1 juillet 2017 - 15 h 27 min

    tout à fait d’accord avec le commentaire précédent d’Abou Stroff, le monde entier sait qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion, pourquoi ne pas en profiter?




    0



    0
    Anonyme
    1 juillet 2017 - 15 h 26 min

    J’ai toujours dit que pour les intérêts algériens, ce Macron était pire que Sarkozy et Hollande réunis et ça va se confirmer sur le dossier de décolonisation du Sahara occidental. D’ailleurs je ne comprend toujours pas comment notre GRAND et PATRIOTE Lamamra ait pu dire que Macron est un ami de l’Algérie.




    0



    0
    Abou Stroff
    1 juillet 2017 - 14 h 55 min

    « Réunion du G5 Sahel demain à Bamako : le pari français pour isoler l’Algérie » titre R. Y.. reconnaissons que, sans entrer dans des détails sordides, le poste de président de la république auquel échoie la conduite de la politique étrangère de l’Algérie est vacant. par conséquent, fafa, la mère nourricière de la plupart de nos augustes dirigeants peut, sans risque, réunir ses serviteurs sahéliens (les « dirigeants » des pays concernés sont TOUS des « clients » de l’état français) et leur dicter la politique qui sied le mieux aux intérêts français. moralité de l’histoire: pourquoi blâmer fafa alors que nous acceptons d’être représentés (défendus?) par un grabataire dont la seule fonction et d’attendre le moment où il se mettra à grignoter les pissenlits par la racine?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.