Talaie El Houriyet : «Le gouvernement propose des solutions illusoires» 

Ali Benflis, président de Talaie El Houriyet. New Press
Ali Benflis, président de Talaie El Houriyet. New Press

Le parti d’Ali Benflis, Talaie El Houriyet, qualifie le plan d’action du gouvernement de «nouvelle fuite en avant». Son bureau politique, qui s’est réunion aujourd’hui à Alger, considère que «tout comme ses devanciers», ce plan d’action «s’inscrit dans une logique de fuite en avant ; tout comme eux, il élude soigneusement les réalités qui dérangent ; et tout comme eux, il effectue des diagnostics erronés qui ne peuvent avoir un autre sort que celui de déboucher sur des solutions illusoires». Pour le bureau politique de Talaie El Houriyet, ce plan d’action «laisse la solide impression qu’il a été conçu plus pour s’acquitter de pure forme d’une obligation constitutionnelle que pour proposer au pays une voie de sortie de l’impasse politique actuelle».

La formation de Benflis, qui continue à considérer que la vacance du pouvoir est la véritable source de la crise qui secoue le pays, insiste sur le fait qu’«un plan d’action gouvernemental bâti dans le contexte d’une impasse politique totale compromet automatiquement ses chances de mise en œuvre les plus optimistes si ses auteurs persistent à ignorer la réalité de cette impasse politique, à refuser de la regarder en face et à en nier jusqu’à l’existence». Le parti d’Ali Benflis estime que «le meilleur plan d’action au monde est condamné à l’ineffectivité et à l’inopérabilité dans le contexte d’un vide au sommet de l’Etat qui a déjà mis l’ensemble des institutions républicaines dans l’incapacité d’assumer pleinement leurs tâches constitutionnelles et qui a conduit à ce délitement institutionnel généralisé de l’Etat qui s’observe au quotidien».

Pour Talaie El Houriyet, ce gouvernement ne ferait pas mieux que le précédent qui avait multiplié «les tâtonnements, les improvisations et les approximations, faisant perdre au pays un temps précieux et le laissant au moment de son départ toujours dépourvu des moyens d’une riposte cohérente». Pour ce parti, le nouveau gouvernement ne semble pas se distinguer de son devancier qu’il s’agisse de la vision, de la méthode ou de la démarche.

Le plan d’action du gouvernement Tebboune demeure, souligne ce parti, dans une très large mesure purement comptable et réduit la crise économique actuelle à un étau financier. Talaie El Houriyet relève l’absence dans ce plan d’action d’engagements précis et d’échéanciers mesurables.

Hani Abdi

Commentaires

    lhadi
    1 juillet 2017 - 17 h 21 min

    Tout me laisse à penser que ce nouveau gouvernement a été nommé afin que le président de la république n’aurait pas à subir ni querelle d’héritage ni devoir d’inventaire. Sans doute, le premier magistrat du pays voit dans cette nomination un gage de gouvernance apaisée…

    En agissant de la sorte, il ne personnifie pas l’Etat dans ce qu’il y a de plus fort, plus élevé et de plus exigeant.

    La haute idée que je me fais du rôle dévolu au chef de l’Etat et de la responsabilité qui lui incombe, je ne la trouve pas à travers sa politique, sa gouvernance.

    A cet égard, il est très aisé de noter que la république algérienne démocratique et populaire, celle dont la voix était respectée et si souvent entendue, est devenue une république de copains et de coquins, une armée mexicaine ; c’est-à-dire avec plusieurs chefs.

    Fraternellement lhadi
    [email protected])




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.