Bensalah : «L’UPM n’a réalisé que deux projets sur un total de 46 inscrits»

Abdelkader Bensalah. New Press
Abdelkader Bensalah. New Press

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, et le vice-président de la commission des affaires européennes au Sénat français, Simon Sutor, ont mis l’accent sur la nécessité d’appuyer la dynamique des relations algéro-françaises et les hisser aux plus hauts niveaux, a indiqué jeudi un communiqué du conseil.

Lors de l’audience accordée par Bensalah au vice-président de la commission des affaires européennes au Sénat français, les deux parties ont mis l’accent sur «la nécessité d’appuyer la dynamique des relations établies entre l’Algérie et la France et de les hisser aux plus hauts niveaux», précise-t-on de même source.

Les deux parties ont passé en revue les relations entre l’Algérie et l’Union européenne (UE) notamment à la lumière de la révision par cette dernière de sa politique de voisinage et la nécessité d’évaluer l’échange bilatéral, particulièrement en ce qui concerne l’accord d’association.

Concernant l’Union pour la Méditerranée (UPM), il a été convenu de rendre cette instance plus efficace. «Cette instance n’a réalisé que deux projets sur un total de 46 inscrits», a indiqué Bensalah.

Bensalah a salué «le dialogue 5+5, considéré comme le plus efficace», appelant à l’élargir au plan parlementaire.

Pour la coopération entre les parlementaires algériens et français, les deux parties ont réitéré leur souci d’élargir la coopération dans le cadre des conventions signées entre le Conseil de la nation et le Sénat français.

R. N.

Comment (4)

    yebdri
    8 juillet 2017 - 11 h 00 min

    BREJNEV n est pas mort;il est reincarne dans la peau et l esprit de ce dinauseaurien ,,,,,rnd diste !




    0



    0
    Vangelis
    8 juillet 2017 - 7 h 29 min

    Je ne comprends pas ces pontes du régime qui s’accrochent encore à des chimères.

    Au vu de tous les contacts qui ont eu lieu et qui, après plus de 50 années encore, ont cours sans que quelque chose de concret en ressorte, il y a belle lurette que d’autres dirigeants d’autres pays auraient tiré la conclusion selon laquelle il n’y a plus rien à discuter. Le tour a été largement fait pour aboutir sur rien.

    Parler de cette UPM de Nagy-Bosca est d’une médiocrité sans nom et dénote que le concerné est encore en retard d’au moins 8 années. Faudrait peut-être l’excuser eu égard à son âge avancé qui lui joue des tours.

    Si en plus il lui faut une berline de luxe et une villa à Morreti ou Club des Pins pour affirmer de telles inepties, alors on comprend mieux pourquoi la gérontocratie est encore en fonction pour raconter des histoires aux algériens comme le font ou le faisaient nos grands mères.




    0



    0
    Jamesben
    7 juillet 2017 - 20 h 13 min

    En fait il y a eu 3 projets initiés par ce machin créé par le sioniste Sarkozy, aidé par ses amis modérés M6, Moubarak, et…le roi de Jordanie qui gagna ke piste de SG. Le projet réalisé dès les premiers pas de cette monstruosité fut de faire s’asseoir l’Algérie à la même tablé que k’Etat criminel et génocidaire Israël.




    0



    0
    MELLO
    6 juillet 2017 - 22 h 26 min

    – appuyer la dynamique des relations algéro-françaises
    – nécessité d’évaluer l’échange bilatéral,
    – deux projets sur un total de 46 inscrits
    – dialogue 5+5, considéré comme le plus efficace
    – souci d’élargir la coopération dans le cadre des conventions signées
    En somme , que des vœux pieux et rien de concret entre les deux parties. Depuis que l’Algérie discute avec la France, il n’y a jamais eu de projet concrets . Le constat est là, alors pourquoi s’entêter à aller face au mur. Tous les Algériens ont compris que les relations avec la France sont purement virtuelles.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.