Libye : le maréchal Khalifa Haftar libère Benghazi et crie victoire

Haftar
Le maréchal Khalifa Haftar. D. R.

Après plus de trois ans de combats meurtriers, le commandant en chef de l’Armée nationale libyenne (ANL), le maréchal Khalifa Haftar, a annoncé mercredi soir la «libération totale» de la ville de Benghazi des terroristes. «Après une lutte continue contre le terrorisme et ses agents qui a duré plus de trois ans, (…) nous vous annonçons la libération de Benghazi du terrorisme. Une libération totale», a-t-il déclaré dans un discours à la télévision. Dans son discours, le maréchal Haftar a rendu hommage «aux caravanes de martyrs» tués dans les combats contre les terroristes, ajoutant que Benghazi entrait aujourd’hui «dans une nouvelle ère de paix, de sécurité, de réconciliation (…) et de reconstruction».

Les forces loyales à Haftar avaient annoncé plus tôt dans la journée une importante percée dans les derniers bastions des terroristes à Benghazi. L’ANL avait ainsi annoncé la fin des opérations militaires dans le quartier de Soug Al-Hout, ajoutant avoir avancé dans le quartier central d’Al-Sabri, selon le général Abdessalam Al-Hassi, chef de la cellule des opérations. M. Hassi avait précisé que les derniers terroristes étaient cernés dans un petit périmètre du quartier d’Al-Sabri et faisaient l’objet d’attaques sur trois fronts, sous une couverture des forces aériennes. Il avait ajouté que l’annonce de la «libération» totale de Benghazi était imminente.

Le maréchal Haftar avait lancé au cours du printemps 2014 une opération qu’il a appelée «Dignité» pour reprendre la ville de Benghazi, bastion de la révolution libyenne de 2011 qui était alors tombée aux mains de nombreux groupes terroristes. Parmi les groupes armés actifs dans cette deuxième ville de Libye, figuraient le Conseil de la choura des révolutionnaires de Benghazi, une coalition de milices islamistes comprenant notamment des membres présumés de Daech et d’Ansar Al-Charia, un groupe proche d’Al-Qaïda qui a annoncé sa dissolution fin mai.

Dans sa lutte contre le terrorisme, le maréchal Khalifa Haftar compte sur le soutien de l’Egypte ainsi que des Emirats arabes unis qui lui fournissent des armes et un soutien aérien à ses troupes. En revanche, il a à de nombreuses reprises accusé le Qatar de soutenir ses ennemis. A rappeler que deux autorités se disputent le pouvoir en Libye : un Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale, et des autorités non reconnues basées dans l’est du pays, auxquelles est lié le maréchal Haftar. Khalifa Haftar est accusé par ses rivaux de l’Ouest libyen de vouloir instaurer un régime militaire en Libye. Le commandant en chef de l’ANL reproche aux islamistes d’avoir pris en otage le GNA.

Sadek Sahraoui

Comment (8)

    Tarik ou Chemin
    8 juillet 2017 - 11 h 16 min

    L’Algérie en saluant la libération de la ville de Benghazi et en considérant que celle-ci est une nouvelle victoire pour tout le peuple libyen, n’a t-elle pas rompu avec sa politique de neutralité et de non ingérence dans les affaires intérieures des états ! En annonçant clairement sa préférence au maréchal Khalifa Haftar dans la guerre civile libyenne, on constate que notre pays a renoncé à cette neutralité ! Pourquoi cette nouvelle position politique ???? Que les experts en géo-stratégie veulent bien , s’ils ont des informations, nous expliquer pourquoi cette nouvelle attitude politique algérienne !




    0



    0
    Mohamed El Maadi
    7 juillet 2017 - 14 h 24 min

    Ce pays nous causera des problèmes tôt ou tard.




    0



    0
    zinou
    7 juillet 2017 - 0 h 05 min

    ILS VA FINIR SUR LE CAPOT D’UNE VOITURE UNE FOIS QU’IL N’ONT PLUS BESOIN DE LUI




    0



    0
    Moskosdz
    6 juillet 2017 - 22 h 29 min

    il est bizarre que la pègre islamiste au service de l’impérialisme aime + le pétrole que l’islam lui même.




    0



    0
    Sprinkler
    6 juillet 2017 - 19 h 48 min

    Les semeurs de  » printemps arabe  » nous prennent vraiment pour des lapins de six semaines…Là où leur plan diabolique a échoué en Algérie et en Syrie, il a parfaitement réussi en Libye où le but couru par ces prédateurs impérialo-wahabou-sionistes était de diviser la  » jamahirya  » en petits états asservis à leurs intérêts, notamment pétroliers…Le  » joker  » DAESCH est encore sorti des manches de l’Oncle Sam pour donner la légitimité qui manquait à ce pantin d’Haftar qui est, comme chacun sait, aussi maréchal que le Dalaï-lama est imam…Bref, l’annonce du  » terrassement  » des dernières phalanges terroristes par les troupes fidèles à Haftar à Benghazi participent de cette grossière mise en scène qui consiste à investir ce  » maréchal  » parachuté par l’Otan en pleine éclosion du printemps arabe des plus hautes fonctions du futur état adossé au flanc Ouest d’Oum loubia (  » oum dounia  » disent les mangeurs de fèves)…Fort de son  » éclatante victoire  » sur Daesch et ses succursales, le  » maréchal  » n’a plus qu’à revendiquer sa souveraineté sur les puits de pétrole et le tour est joué…




    0



    0
    Anonyme
    6 juillet 2017 - 15 h 43 min

    Il y a un troisième front sui est le plus important et sui est le seul crédible.
    C’est le front des partisans du colonel Mouamar Khadafi .
    Ils sont les plus nombreux et ils n’ont pas dit leurs derniers mot.
    Ils veulent récupérer leur pays leurs terres leurs indépendances.
    Qui est aux mains des occidentaux ces occidentaux sont représentés par ce gouvernement fantoche qu ils ont instaurer en Libye leurs pure implantations .
    Et il y a l’autre gouvernement instaurer par les monarques pingouins du moyenne orient .
    Pour implanter le wahabismes en Afrique du nord.
    Le seul gouvernement légitime qu’il vaille est celui du peuple libyens représenté par la famille kadafi.
    Le reste DEHORS DÉGAGÉES.




    0



    0
    MSprinkler
    6 juillet 2017 - 15 h 35 min

    Les contours de la partition de la Libye se précisent. Le généralissime  » Zengua zengua  » est le futur président de cet état qui aura pour capitale Benghazi et qui sera totalement inféodé aux mangeurs de fèves.




    0



    0
    WAW
    6 juillet 2017 - 15 h 21 min

    maréchal…ferrant oui ! c’est qui qui l’a nommé maréchal ? une mamie ?
    les rebeu…n’importe quoi , ils ont un probléme pathologique quand il s’agit de rang dans la société , ils exigent les mérites mais fuient les vraies responsabilités !!!!! du narcissisme obsessionnel à l’état pur , c’est la génétique naturelle de l’homme arabe de par le monde !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.