Trump annonce avoir discuté avec Poutine de la création d’une unité de sécurité informatique

sécurité informatique, élections américaines
Trump lors de sa dernière entrevue avec Poutine au G20. D. R.

Le président américain, Donald Trump, a annoncé, dimanche, qu’il avait discuté avec le président russe, Vladimir Poutine, de la création d’une unité de sécurité informatique conjointe au cours de leur première rencontre, et ce dans un contexte de vive polémique autour de son acceptation du démenti de Poutine de l’ingérence de la Russie dans les élections américaines.

«Poutine et moi avons discuté de la création d’une unité de sécurité informatique impénétrable pour empêcher le piratage des élections et beaucoup d’autres mauvaises choses», a déclaré Trump, dimanche, sur Twitter. «Il est maintenant temps d’aller de l’avant en travaillant de manière constructive avec la Russie», a écrit Trump dans un autre tweet.

La première rencontre en face-à-face entre Trump et Poutine a eu lieu vendredi en marge du sommet du G20, à Hambourg, en Allemagne. Après la rencontre, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a affirmé vendredi à la presse que Trump avait accepté le démenti donné par Poutine de l’ingérence de la Russie dans les élections américaines. Poutine a lui-même déclaré samedi qu’il avait quitté la réunion avec l’impression que Trump avait accepté son démenti. «Il m’a posé des questions, j’ai répondu. Il m’a semblé qu’il était très satisfait de mes réponses», a affirmé Poutine aux journalistes.

Hier dimanche, au cours d’une visite en Ukraine, le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, le seul autre responsable américain présent au cours de la rencontre entre les deux chefs d’Etat, n’a pas répondu directement à la question de savoir si Trump avait ou non accepté le démenti de Poutine. Dimanche, dans un autre tweet, Trump a affirmé avoir «interrogé deux fois avec insistance le président Poutine sur l’ingérence russe dans les élections». «Il a nié avec véhémence. J’ai déjà donné mon opinion…», a-t-il ajouté.

L’idée de créer une unité de sécurité informatique avec la Russie a rapidement fait l’objet de nombreuses critiques au sein du Parti républicain, le propre parti de Trump. Au cours d’une interview télévisée diffusée dimanche, le sénateur républicain Lindsey Graham a indiqué que cette idée était «presque» la plus stupide qu’il ait jamais entendue. «Il (Trump) est littéralement la seule personne que je connaisse qui refuse de croire que la Russie s’en est prise à nos élections en 2016», a poursuivi Graham. «Toute cette idée d’aller de l’avant sans punir la Russie nuit à l’ensemble de sa présidence», a-t-il ajouté.

R. I.

Commentaires

    Rayés Al Bahriya
    10 juillet 2017 - 10 h 55 min

    Voilà ce que j’avais avancé lors des attaques cyborgs de portées mondiales en mai 2017 CONTRE les USA se
    Confirmé de nouveau.
    C’était une création pure et simple des géants mondiaux des jeux informatiques.

    C’était des big bug CYBORG test que j’appel ou BBCT ( droits d’auteurs me reviennent svp) …

    Enfin ça se confirme. Les 2 géants de puissances investissent dans la Cyber War. …

    Et la Cyber peace. …

    Vivement le 21e siècles du génie et de l’intelligence BUSINESS ou B.I.

    LE BIG DATA EST LE NOUVEAU MARCHÉ MONDIAL DES 2 GRANDES PUISSANCES. ..

    QUAND AUX ARABES. .. ACCROCHEZ VOUS À VOS DÉLIRES THEOCRATICS. …

    LES GÉANTS ONT LE GÉNIE INFORMATICS. …

    MÊME L’INTELLIGENCE EST DE RACES. ..

    EL FAHEM YEFHEM




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.