Le président Bouteflika réitère sa disponibilité à consolider la coopération algéro-française

Abdelaziz Bouteflika
Abdelaziz Bouteflika. New Press

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a réitéré sa «pleine disponibilité» et sa «volonté résolue» à œuvrer, avec le président français, Emmanuel Macron, en vue de «consolider davantage» la coopération entre l’Algérie et la France et la porter à la hauteur de la dimension humaine et du partenariat d’exception que les deux pays ont décidé d’édifier ensemble. «Au moment où votre pays ami célèbre sa fête nationale, il m’est particulièrement agréable de vous adresser, au nom du peuple algérien et de son gouvernement ainsi qu’en mon nom personnel, nos vives et chaleureuses félicitations auxquelles je joins mes vœux les plus sincères de progrès et de bien-être pour le peuple français, et de santé et de réussite pour vous-même dans votre noble mission», a écrit le président Bouteflika dans un message adressé à son homologue français à l’occasion de la fête nationale de son pays.

«Il me plaît, également, en cette heureuse occasion, de vous réitérer ma pleine disponibilité et ma volonté résolue à œuvrer, avec vous, en vue de consolider davantage la coopération entre nos deux pays et de la porter à la hauteur de la dimension humaine singulière de nos rapports ainsi que du partenariat d’exception que l’Algérie et la France ont décidé d’édifier ensemble», a souligné le chef de l’Etat. «Je suis convaincu que, sous notre impulsion commune, ce partenariat d’exception entre nos deux pays saura progresser encore vers une exemplarité féconde dans la réconciliation des mémoires, autour d’une amitié raffermie et d’un codéveloppement réussi dans l’intérêt mutuel de nos deux peuples», a ajouté le président de la République.

«C’est dans ce même esprit que je me félicite du dialogue sincère et substantiel que nous avons déjà noué depuis votre accession à votre haute fonction, non seulement sur l’avenir des relations entre nos deux pays, mais aussi sur les questions ayant trait à la paix et à la sécurité dont les défis et les menaces nous commandent, plus que jamais, de conjuguer nos efforts contre le terrorisme abject, ennemi de toutes les civilisations et de toute l’humanité, et pour réaliser les objectifs de stabilité et de progrès auxquels nous aspirons notamment dans notre espace méditerranéen ainsi que dans la région du Sahel», a-t-il ajouté.

«Dans l’attente du plaisir que j’aurais à vous accueillir à Alger, et en vous renouvelant mes chaleureuses et cordiales félicitations, je vous prie de croire, Monsieur le Président et Cher Ami, en l’expression de ma très haute et cordiale considération et de mes sentiments les plus amicaux», a conclu le chef de l’Etat.

R. N.

Comment (8)

    Vangelis
    15 juillet 2017 - 10 h 12 min

    Quel jeu malsain. A quoi cela sert-il de poster un commentaire pour s’apercevoir qu’ensuite, il a été supprimé ?

    Vous faites de la censure sans raison car mon propos ne contenait rien qui contrevienne à votre charte.




    0



    0
    Afroukh
    15 juillet 2017 - 8 h 14 min

    Des conneries arabes. Un regime qui n’a pas developpé le pays quand il eut 1000 000 000 000$ nous cherche une cause extèrner à la decheance qui est endogene. Ce n’est ni la France ni le maroc à etre le vrai probléme de ce pays….Ca sert pour entretenir la gallerie




    0



    0
    Anonyme
    14 juillet 2017 - 23 h 39 min

    Xavier Driencourt, ambassadeur de France à Alger, a exprimé, ce vendredi 14 juillet, son souhait d’aller ”aller au-delà des formules“ pour bâtir des projets entre l’Algérie et la France.
    Sachant que les deux pays font, chacun à son niveau, face à des enjeux et des déséquilibres majeurs qui nécessitent des réformes structurelles profondes et sachant qu’il y a un potentiel énorme commun à mettre en valeur et qui profiterait certainement à deux pays, il est évident que les projets intéressants existent à la pelle.

    Pour ne pas perdre de temps (ce facteur est le plus précieux), il parait judicieux de commencer par le cadre PME, qui semble être le plus approprié pour avancer vite ensemble.

    Pour ce faire l’Algérie devrait assouplir la formule 51/49 dans des domaines qui restent à définir, pour permettre aux PME françaises d’investir et détenir 100 % de leurs capitaux en Algérie, tout en obligeant les entreprises industrielles à réinvestir au moins 70 % de leurs bénéfices en Algérie. Quant sociétés commerciales et financières, il faut carrément les obliger à réinvestir au moins 85 % de leurs bénéfices. Ces restrictions seraient appliquées seulement après que l’investisseur ait expatrié un bénéfice équivalent au montant de son IDE initial.

    De l’autre côté la France devrait :
    1. Soutenir les réformes démocratiques et cesser son soutien aux réseaux harkistes, qu’elle a développés depuis 60 ans pour préserver ses intérêts en Algérie.
    2. Soutenir le droit du peuple Sahraoui à l’autodétermination.
    3. Soutenir l’approche inclusive algérienne de stabilisation du Sahel.
    4. Soutenir les réformes démocratiques au Sahel et en Afrique globalement.

    S’agissant des crimes commis par le système colonial français contre le peuple algérien, le candidat Macron les a clairement désignés comme crimes contre l’Humanité lors de sa visite à Alger au mois de Février 2017. Personnellement, je suis persuadé que le président Macron ira un loin dans sa logique. Car il a constaté que le peuple français le soutient sur sujet, puisqu’il l’a élu en connaissance de cause.

    Ceci dit, les deux rives de la Méditerranée ne doivent jamais perdre de vue qu’elles ont une « patte commune » inséparable constituée des quelques 4.000.000 Français d’origine algérienne qui attendent avec impatience de voir les deux pays s’engager dans une coopération harmonieuse, qui faciliterait la circulation des personnes dans les deux sens et permettrait aux Français de venir s’installer en Algérie en hommes libres et justes. Ils seront un facteur de richesse et diversité supplémentaires.




    0



    0
    Aidouni
    14 juillet 2017 - 16 h 57 min

    Tambour pour le 5e mandat !!!

    Bien que je suis un fervent défenseur d’une relation algéro-française étroite mais mutuellement bénéfique, car les raisons sont tellement multiples et évidentes, qu’il n’est point nécessaire de les citer. Mais la teneur et contenu des deux derniers messages indirect (à l’occasion du 5 juillet) et direct (à l’occasion du 14 juillet) qu’a envoyés Bouteflika à Macron, me choquent. En effet à l’opposé du style sans fanfaron, court et direct, qu’utilise Macron pour s’adresser à Bouteflika (et donc à l’Algérie) le style qu’utilisent les pondeurs des messages envoyés à Macron par les services de la présidence au nom de Bouteflika, ne sont pas très loin du « platventrisme ». Même les plus crédules peuvent détecter dans ces messages une sorte d’offre de service ou une suppléance de secours. Le problème dans l’équation c’est que la France veut des affaires pour ses entreprises. Hors, l’Algérie est elle-même en crise. Ce qui réduit les marges de manœuvres de ceux qui ont pris l’habitude d’acheter les largesses des dirigeants français avec de juteux contrats.




    0



    0
    Mouloud
    14 juillet 2017 - 14 h 35 min

    Mr le Président, ayez la dignité de partir et de déclencher une présidentielle anticipée. Vous avez failli économiquement, politiquement, culturellement, socialement. L’Algérie a régressé durant vos 4 mandats, vous avez abîmé l’image de notre pays, vous nous avez discrédité aux yeux du monde entier, vous avez enlevé toute espérance à notre jeunesse. Nous vous serons reconnaissant si vous avez la déscence de quitter le pouvoir afin qu’une compétence en phase avec le peuple puisse nous redonner l’espoir, la joie et nous remotiver.




    0



    0
      Mus
      15 juillet 2017 - 0 h 11 min

      Partage votre opinion. Les idéologues du régime souffrant et du 5eme et fictif mandat devraient s’intéresser de plus près aux commentaires des internautes algériens dans Algérie Patriotique ou d’ailleurs. Ils sauront l’opinion que se fait le citoyen de ses dirigeants . Pitoyable message qui ne reflète certainement pas l’état de nos relations avec la France, du moins telles que les conçoit Paris. Un peu de dignité parbleu! Du Nif!




      0



      0
    Rayés Al Bahriya
    14 juillet 2017 - 13 h 50 min

    Non …nous sommes assez fièrs pour nous coller aux gosses de la france.

    Non ne venez pas en Algérie.

    Tiens pourquoi la france n’avait pas souflee en ce 5 Juillet 17 un traitre mot pour souhaiter une

    Belle coopération franco algérienne pour ce président mouroir de sa France éternelle.

    Ça confirme que la trahison est le maître mot de ce boute flika. ..( Abou des Flissa)…

    Oui ce complexe du colonisé est le maître mot ou le leitmotiv ou le slogan de la communion de ce système qui perpétue

    La trahison de l’été 1962.

    Le clan d’oujda dois être extirpé à la racine sinon le malheur s’abattera sur nous…

    Heureux les martyres qui n’ont vu….

    Des ministres traîtres ont vendu l’Algérie. ..

    Seule une vraie révolution abatterai ce système.




    0



    0
    Rayés Al Bahriya
    14 juillet 2017 - 13 h 47 min

    Non …nous sommes assez fièrs pour nous coller aux gosses de la france.

    Non ne venez pas en Algérie.

    Tiens pourquoi la france n’avait pas souflee un traitre mot pour souhaiter une

    Belle coopération franco algérienne pour ce président mourir de sa France éternelle.

    Ça confirme que la trahison est le maître mot de ce boute flika. ..( Abou des Flissa)…

    Oui ce complexe du colonisé est le maître mot ou le leitmotiv ou le slogan de la communion de ce système qui perpétue

    La trahison de l’été 1962.

    Le clan d’oujda dois être extirpé à la racine sinon le malheur s’abattera sur nous…

    Heureux les martyres qui n’ont vu….

    Des ministres traîtres ont vendu l’Algérie. ..

    Seule une vraie révolution abatterai ce système.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.