Bouteflika ordonne l’indemnisation des victimes des incendies à Tizi-Ouzou

incendies Kabylie
Les éléments de la Protection civile sont très sollicités en cette période de canicule. D. R.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a donné instruction d’indemniser les victimes des incendies enregistrés la semaine dernière dans la wilaya de Tizi-Ouzou, a annoncé lundi le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui.

Le ministre, qui a effectué une visite dans la wilaya pour s’enquérir sur place des dégâts causés par les incendies, a informé la population locale, à partir du village d’Ath Rahmoune (commune d’Aït Yahia Moussa), qu’il avait été chargé par le président de la République de rassurer les victimes que «toutes les pertes enregistrées dans les localités touchées par les feux de forêt (habitations, arbres fruitiers, cheptel et ruchers) seront indemnisées». «Une commission a été installée au niveau de la wilaya pour recenser les dégâts en vue de cette indemnisation», a affirmé M. Bedoui.

Le ministre a présenté les condoléances du gouvernement à la famille de Kerouane Rabah, âgé de 64 ans, mort brûlé mardi dernier dans l’incendie qui s’est déclaré à Tarikt, dans le village Ath Rahmoune.

R. N.

Comment (10)

    Anonyme
    17 juillet 2017 - 22 h 58 min

    un mégot de cigarette, c’est 45000€ d’amende et 3 ans de prison ! ceci est la loi en france , et chez nous à part les indemnisations « présidentielles » on fait quoi pour punir et dissuader ????




    0



    0
    muhand
    17 juillet 2017 - 19 h 41 min

    Le pyromane qui endosse la tenue de pompiers. Qui a mis le feu aux forêts ? Qui a mis le feu aux oliviers plus que centenaires en Kabylie ? Voilà à quoi doivent s’atteler les pouvoirs publics (…)




    0



    0
    Tangoweb 54
    17 juillet 2017 - 18 h 00 min

    S il faut indemniser, il faut le gaire pour toutes les wilayas touchées par les incendies, À moins qu’ on pratique la politique de deux poids deux mesures.




    0



    0
    MELLO
    17 juillet 2017 - 17 h 31 min

    C’est tout d’une République bananière, car attendre à ce que le Président ordonne , c’est faire fi de toutes ces structures Etatiques qui sont théoriquement conçues pour. Mais , ce pouvoir continue dans sa démagogie ambiante faisant du premier magistrat le seul décideur, notamment pour cette Kabylie rebelle. Malheureusement, cinquante cinq ans après l’indépendance, et malgré l’aisance financière du pays, la région est toujours livrée à elle-même. Que ce soit au temps colonial ou maintenant, on fait tout pour qu’elle reste dans son état de sous développement. Bien qu’elle ait contribué à la libération du pays (fin 1956, trois wilayas sur six sont commandées directement par des colonels issus de la région de Kabylie et la quatrième est supervisée par une commission de la W3), les dirigeants vont garder, après l’indépendance, une rancune incommensurable envers la région. Résultat d’une politique revancharde : les fils de cette région sont uniment contraints de chercher les moyens de subsistance ailleurs. Comme à l’époque coloniale, l’immigration, intérieure ou extérieure, absorbe les sureffectifs de main-d’œuvre. Pour pouvoir la mater, les régimes successifs ont toujours fait en sorte de la singulariser. Comme au temps colonial, la politique du régime consiste à diviser les Algériens pour mieux régner. En dépit de tout, la Kabylie et l’Algérie est un même corps. Faire du mal à l’un est équivalent à en faire pour l’autre.




    0



    0
      y en a marre
      18 juillet 2017 - 9 h 13 min

      @MELLO
      je ne savais que c’est vous qui nous nous aviez libéré du joug du colonialisme , allez si on faisait le décompte des chouhadas à travers le pays on verra qui arrive en tête et qu’on puisse voir les libérateurs
      Arretez votre cinéma
      C’est bien le Sahara pourvoyeur de richesses du pays qui est à la queue et dont tu tires grand benefice
      Soyez logique




      0



      0
        MELLO
        18 juillet 2017 - 14 h 56 min

        Chaque terme écrit a son importance et sa signification et j’ai bien écrit:
         » Bien qu’elle ait CONTRIBUE à la libération du pays (fin 1956, trois wilayas sur six sont commandées directement par des colonels issus de la région de Kabylie et la quatrième est supervisée par une commission de la W3).
        Puisque vous abordez le sujet, la Kabylie avait, en effet, 11 colonels originaires de la wilaya III historique, à savoir : Slimane Dehilès (Ouadhias), Ali Mellah (Tizi-Gheniff), Abane Ramdane (Larbâa Nath Irathen), Amirouche Aït Hamouda (Tassaft-Iboudraren), Aissat Idir (Mekla), Krim Belkacem (Aït Yahia Moussa), Mohamed Zamoum (Ouadhias), Amar Ouamrane (Draâ El-Mizan), Mohamed Saïd (Larbâa Nath Irathen), Saïd Yazourène (Timizart) et Akli Mokrane dit Mohand Oulhadj (Bouzeguène). Pour vous permettre de les connaitres, ils ont leurs stèles qui sont érigées au niveau de tous les axes principaux de la wilaya de Tizi-Ouzou, sur la RN 12. Quant au bénéfice de ton SAHARA, il va directement dans les comptes en banques de ces vautours qui ne cessent de nous sucer.




        0



        0
          y en a marre
          18 juillet 2017 - 21 h 55 min

          ça ne m’intéresse pas ton cirque
          faisons le décompte des chouhadas et des héros du pays et l’on verra d’où penche la balance




          0



          0
    Abou Stroff
    17 juillet 2017 - 14 h 57 min

    pourquoi est ce boutef qui « ORDONNE »? n’y a t il pas des institutions habilitées à se pencher sur le problème pour trouver des solutions appropriées? rappelons nous que boutef a ordonné une session spéciale pour les retardataires du bac, session qui s’est soldé par un fiasco tout à fait incontestable. moralité de l’histoire: quand allons nous dépasser cette mentalité d’arriérés qui nous oblige à croire que celui qui nous gouverne est quasiment un DIEU qui a droit de vie ou de mort sur nous autres les mortels?




    0



    0
      bird
      17 juillet 2017 - 15 h 54 min

      Si il y avait une douzaine de canadairs pour lutter contre les incendies qui ravagent des milliers d’hectares il y aurait beaucoup moins de monde a indemniser ,et quand on voit disparaître son verger ,sa maison ,ses ruchers ,toute sa vie ,ses souvenirs ,une indemnisation ne cautérise pas les plaies morales .




      0



      0
        MELLO
        18 juillet 2017 - 14 h 58 min

        Facile à comprendre non ? . Sauf peut être pas par ces BAC – 17 qui nous gouvernent.




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.