Au feu !

Tizi Ouzou Feux
C'est de cet incendie-là que le pouvoir a peur. Ici, à Tizi Ouzou en 2010. New Press

Par M. Aït Amara – Parce que les incendies qui ravagent les forêts cet été ont lieu en Kabylie, la calamité naturelle prend une connotation éminemment politique. L’Etat, sur décision du président de la République en personne, a incarné le rôle du pompier en s’engageant à indemniser les victimes de ces feux dont la survenance a été immédiatement «prise en charge» par le FFS et le RCD, deux partis fortement ancrés dans la région.

La prompte réaction du pouvoir politique face à un événement tragique qui est loin d’être propre aux seules wilayas de Tizi Ouzou et Béjaïa, voire à l’Algérie puisque au moins trois pays du pourtour méditerranéen – le Portugal, la France et l’Espagne – combattent les flammes depuis plusieurs semaines, dénote de la manière la plus claire une forte crainte que les populations de cette région frondeuse se soulèvent encore une fois et créent un climat d’instabilité qui le fragiliserait davantage.

Aussi le pouvoir puise-t-il dans ses dernières réserves pour tenter d’étouffer dans l’œuf toute contestation. Le temps presse et la situation générale du pays n’augure rien de bon. Les réserves de change fondent comme neige au soleil et le biffage de l’ère Sellal par le nouveau Premier ministre qui prouve, ainsi, avoir hérité d’une situation peu enviable, traduisent un malaise profond. Le gouvernement navigue à vue, sans perspective réelle, Abdelmadjid Tebboune parant au plus pressé et s’échinant à rectifier les erreurs de son prédécesseur dont la feuille de route fut de simuler une conversion rapide du tout-hydrocarbures au tout-investissement.

Seulement voilà, le maquillage s’est effacé sous l’effet d’un climat social brûlant et les bonnes blagues de Sellal ont vite laissé place à la triste vérité : l’argent du pétrole a été avalé par des projets budgétivores qui ont – peut-être – amélioré le quotidien d’une bonne partie des Algériens, mais n’ont pas fait avancer le pays d’un iota.

Certains diraient le contraire. Mais, hélas !, quand on regarde la réalité en face, peu de choses prêtent à l’optimisme. Le feu sera, certes, circonscrit en Kabylie, mais le pouvoir ne peut s’échapper par les broussailles.

M. A.-A.

Comment (4)

    Amcum
    20 juillet 2017 - 14 h 35 min

    Je lis sous la photo « C’est de cet incendie-là que le pouvoir a peur. Ici, à Tizi Ouzou en 2010. »
    La photo est d’un voyou tenant une arme blanche dans la rue, un feu derrière lui.
    Monsieur Ait-Amara, par ce que ce voyou fait peur juste au pouvoir ? Tu peux envoyer ta fille, ta femme et tes enfants dans la rue en présence de ce voyou ?
    Allah Yehdik. Bloquer la route, allumer des feux, casser des biens, …. Tout cela c’est criminel et ne peut avoir aucune couverture politique ou sociale.




    0



    0
    Kahina
    18 juillet 2017 - 21 h 01 min

    Quand on a plusieurs centres de pouvoir, la confusion prime.




    0



    0
    T'zagate
    18 juillet 2017 - 14 h 32 min

    Je fais mon mea culpa ! J’ai dit trop rapidement que le pouvoir n’a parlé que d’indemnisation de la Kabylie mais d’après la presse que je viens de lire , Bedoui , minsistre de l’intérieur parle de l’indemnisation de toutes les régions du pays sinistrées ! Tant mieux !




    0



    0
    T'zagate
    18 juillet 2017 - 11 h 08 min

    Il est temps que le pouvoir se manifeste en Kabylie où il y a eu le plus d’incendies et des dégâts ! Mais comme toujours, ce pouvoir réagit très mal et communique très mal ! En effet, au lieu de dire « le Brizigène a décidé d’indemnisé la Kabylie (ce qui une bonne chose) , il fallait plutôt dire « le président a décidé d’indemnisé la Kabylie et toutes les autres régions touchées par ce fléau !
    Moi je suis kabyle , bien évidemment çà m’a fait du bien d’entendre que le Kabylie sera indemnisée, mais QUID des autres régions du pays? (…) Le Pouvoir navigue sans boussole et sans gouvernail! Il pare au plus pressé, il gère au jour le jour (…) !!!!
    PS : je ne savais pas qu’avec 1000 milliards de dollars de recettes engrangées, on n’a pas encore de Canadairs, ni de moyens aériens de lutte contre les incendies, ni même décidé de construire suffisamment de coupe-feu dans nos forêts ! Même pas çà!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.