Ali Benhadj et l’émir

islamisme, Benhadj
Terrorisme en Algérie ? Benhadj s’en lave les mains. New Press

Par R. Mahmoudi – Après Mokri et son compère Hassan Aribi, c’est autour de l’ex-numéro deux du parti dissous Ali Benhadj de monter au créneau, à travers les réseaux sociaux, pour défendre l’émirat du Qatar. Plus acharné que tous, Ali Benhadj est même allé, dans un écrit étonnant, jusqu’à accuser la monarchie saoudienne de nourrir, tenez-vous bien, «l’extrémisme le plus sanglant» par son idéologie mortifère et son soutien aux «groupes terroristes qui sèment la mort la désolation dans le monde».

Il ne faut pas, bien sûr, croire que l’ancien gourou du FIS a fait son repentir parce qu’il n’a jamais condamné, à ce jour, le terrorisme qu’il a lui-même nourri durant des années dans son propre pays. Au contraire, tous ses prêches et ses écrits (sur son site ou sur Facebook où il est aussi prolifique que le chef du MSP) reproduisent les mêmes appels à la haine, à la division ; les mêmes canevas en fait qui ont présidé à la création du FIS, le tout enrobé dans une sorte de critique politique du pouvoir. Cela dit, l’aveu d’Ali Benhadj nous aide à comprendre deux choses importantes : la première est que tous les activistes islamistes algériens, y compris les plus radicaux, sont à la solde du Qatar. Cela n’empêche pas qu’une partie d’eux – c’est Benhadj lui-même qui le dit – ait été par le passé instrumentée par l’Arabie Saoudite.

La seconde chose que suggère ce nouveau discours d’Ali Benhadj est que la secte des Frères musulmans, pourtant acculée après sa débâcle en Egypte et la mise en quarantaine du Qatar, serait en passe de récupérer le gros de la mouvance salafiste (dans ses deux faces quiétiste et djihadiste) apparemment – ou tactiquement – lâchée par son principal pourvoyeur, l’Arabie Saoudite. Ce qui prouve que le centre de gravité de l’islamisme politique s’est réellement déplacé. Que changera-t-il à l’avenir ? Il faut suivre les écrits… d’Ali Benhadj.

R. M.

Comment (14)

    ABDEL
    25 juillet 2017 - 10 h 58 min

    vous dites son pays ,??? il est aussi algerien que moi esqimau,il est né en tunisie et a obtenu la nationnalité algerienne aprés 62 ,par ailleurs son idéologie qu’il veut mettre en place dans le pays, est responsable de milliers de morts et de millions de déplacés et de destuctions a travers le moyen orient,il suffit d’écouter les rescapés pour comprendre la détrèsse vécue par ces populations victimes de ce fascisme




    0



    0
    jugurthajubak
    22 juillet 2017 - 6 h 40 min

    Comment se fait-il qu’on le laisse encore sévir, il a des dizaines milliers de morts sur la conscience, avec ses colistiers il avait ruiné EL DJAZAÏR et dressé EL DJAZAÏRINES les uns contre les autres, à ce jour les dégâts sont incommensurables, rendez-vous compte ils incendiaient les écoles, lieu d’éducation et d’instruction pour qu’il n’y ait plus de progrès, plus d’esprit critique, ils assassinaient tous ceux qui représentaient le savoir, ils ont abreuvé avec leur funeste interprétation de la religion toute une génération pour qu’ELDJAZAÏR soit à jamais dans les ténèbres.




    0



    0
    le Numide
    21 juillet 2017 - 18 h 24 min

    l’idéologie impériale arabo- wahabiste monarchiste , criminelle et terroriste dans sa version des frères musulmans égyptiens sous la tutelle le Qatar ou du Salafisme sous la tutelle saoudeine , na pu triompher et sévir en Algérie que parce que le nationalisme algérien a été dévoyé de sa nature historique , de sa destination de libération nationale et de son socle berbère algérianniste et son caractère maghrebin traditionnel mais aussi moderne et militaire tel qu’il a été stipulé par la déclaration de Novembre et le congrés de la Soumam .. l’infiltration des éléments baathistes et wahabistes dans les rangs du FLN et leur OPA sur ses appareils idéologiques notamment et surtout depuis 1978 ont ouvert l’Algérie aux courants impériaux et antinationalistes wahabistes .. et voilà le résultat : une Algérie disloquée , niée dans son identité , ruinée par une terrorisme trentenaire , phagocytée idéologiquement par le wahabisme impérialiste et même sioniste , dénaturée sur tous les plans et réduite à un patriotisme folklorique de stades fanfaron et fanatique et menacée dans son existence par la corruption généralisée d’une classe politique irresponsable lâche et veule ….Pourtant elle peut devenir une puissance régionale si elle revient à son âme et à sa vraie mission historique de libération.




    0



    0
    smail
    21 juillet 2017 - 13 h 01 min

    Tant que la religion est utilisée pour gouverner,nous ne sortirons pas de l obscurantisme, du sous développement, de la violence.
    Les batailles que se livrent les differents courants de l islam durent depuis la mort du prophète et aucun repit ne sera observé si on ne sort pas la croyance de la gestion de la cité.
    Depuis l indépendance nous subissons et nous subirons cette intrusion dans la vie du citoyen, qui est confondu avec celle du croyant ,si la religion est maintenue comme référence pour gérer le pays.
    Les Bel Hadj on en a créé des millions….il est temps de changer de cap et de dissocier l état de la religion.




    0



    0
    Anonyme
    21 juillet 2017 - 11 h 44 min

    Que veut ce clown encore ? Ça ne lui a pas suffit 200 000 morts et plus de 20.000 disparus, il est grand temps de lui fermer sa g…. c est un virus très contagieux et dire qu’ il y a encore des barbus et des ignorants qui le suivent!!! (…)




    0



    0
    Akli Boughzer
    21 juillet 2017 - 11 h 16 min

    Le monde islamique est divisé actuellement en 3 pôles:Le wahabisme-salafiste dirigé par l’Arabie saoudite; les frères musulmans dirigés par la Turquie d’Erdogan; et les chiites dirigés par l’Iran.
    Au gré de la conjoncture du moment ils contractent des alliances entre eux ou sont carrément en conflit entre eux également. Mais tous utilisent la religion pour gouverner ou se faire la guerre, cette religion qui n’aurait jamais dû cesser d’être une spiritualité et qui à présent est devenue – par la faute d’apprentis sorciers – source de conflits.
    Le but de ces dirigeants n’est pas de lutter contre le sous développement et d’instaurer la paix mais de créer et maintenir des conflits permanents pour asseoir leurs dictatures moyenâgeuses. Cela explique largement pourquoi leurs peuples sont parmi les plus arriérés de la planète.




    0



    0
      MELLO
      21 juillet 2017 - 18 h 28 min

      Je retiens les plus arriérés de la planète. Pourtant l’Islam est une religion très ouverte,tolérante et fraternelle, alors pourquoi tous ces aboiements au sein de la même famille ?. Un complot est entrain de se tramer, afin d’anéantir cette religion , mais Ils pourront couper toutes les fleurs, ils n’empêcheront jamais le printemps de revenir. (Pablo Neruda). Malheureusement, des individus à la solde des sionistes font tout pour  » salir » cette religion et ce Benhadj , infidèle des fidèles en fait partie.




      0



      0
    Bison
    21 juillet 2017 - 10 h 47 min

    1–. « Tous les activistes islamistes algériens, SURTOUT les plus radicaux, sont à la solde du Qatar. Cela n’empêche pas qu’une partie d’eux – c’est Benhadj lui-même qui le dit – ait été par le passé instrumentée par l’Arabie Saoudite! » Donc, on peut comprendre qu’à la fin c’est le Qatar qui a tout raflé ! C’est normal, le Qatar nourrit et paie mieux que les quelques dattes distribuées par les al saouds! Tous ces islamistes frères musulmans (dans toute l’entendue et diversité de leurs appellations) sont comme ils l’ont toujours été prêts a se vendre et à se laisser (volontiers) instrumentaliser par le plus offrants! Après l’ Égypte, leurs berceau, c’est d’abord l’Arabie saoudite qui les a accueilli en premier a l’époque de Nasser, avant qu’ils n’essaiment dans le monde entier et avant d’atterrir au Qatar (leur dernier refuge) après s’être réfugiés dans plusieurs autres capitales et autres pays (qui les accueillaient et bichonnaient) qu’ils ont détruites au fur à mesure ! La dernière en date c’est la Syrie (et l’Algérie bien avant ne l’ont pas épargné, mais se souvient-elle ?) ! ! ! Oui, L’arabie saoudite les connait très bien et pour cause! C’est le premier pays, avec le roi Fayçal, a les sortir du froid et de l’obscurité des geôles de Nasser et les mettre au chaud chez elle… Pour se rendre compte qu’au final les pauvres frerrots (qui prétendaient être victimes et maltraités par le bourreau Nasser), une fois réchauffés et rassasiés, sont en train de comploter pour prendre le pour en Arabie saoudite et reverser le roi ( leur bienfaiteur)!!!! Pour dire que’ un serpent est un reptile a sang froid ne change jamais, toujours et invariablement fidele a lui même, il ne fait jamais la différence entre un malfaiteur et bienfaiteur mais mord toute main qui s’approche de lui et en premier et en priorité celle des bienfaiteurs (car c’est celle qui s’attarde le plus à le caresse, se croyant épargnée, lui donnant ainsi toute les chance de l’atteindre avec ses crochets)! ! ! Un prévenu en vaut deux ( mais faut-il encore qu’il ait de la mémoire)!

    2– « Ce qui prouve que le centre de gravité de l’islamisme politique s’est réellement déplacé. Que changera-t-il à l’avenir? ». Oui, c’est l’avenir qui nous le dira . mais, d’pres beaucoup d’indices qui ne trompent pas et dont des plus récents, nous permettent de penser , qu’apres avoir mis leurs oeufs dans un même panier au Qatar et ont couru le risque de les cours tous cassés (leçon retenue), qu’il y aura dorénavant deux centres de gravité distinct et éloignés ! Un spirituel et décisionnel et l’autre physique et temporel ! Pour le premier, spirituel et décisionnel s’est deplacé à Ankara (aupres du guide erdogan surement parce que plus proche de Tel-Aviv) mais le deuxième centre de gravité, physique et temporel sera Alger (dortoir et réfectoire. plus sûr pour eux, et les hivers sont plus chauds et sera toujours prête a les défendre jusqu’à la ruine contrairement a doha)!!
    Le Hamas, commence a déménager a Alger ! Et le Hamas c’est le bijou de famille des frerrots et leur force de frappe! Une fois le bijou à l’abri…le reste est facile! Partout où les frère musulmans sont passés et surtout partout où le Hamas s’est installé la ruine a suivi invariablement et inéluctablement!! La preuve: pourquoi
    les dirigeants du Hamas n’ont pas choisi Ankara ou Téhéran, pourtant c’est leurs parrains!? Car comme erdogan comme rohani (ou ses guides spirituels) connaissent le Hamas et donc ne sont pas suicidaires pour le faire rentrer chez eux, eux préfèrent le téléguider, le driver et le charmer mais jamais s’y frotter!!




    0



    0
    Abou Stroff
    21 juillet 2017 - 10 h 32 min

    si nous nous mettons à attaquer le mal à la racine, nous découvrirons que le discours et le comportement de benhadj ne sont qu’une caricature du discours et du comportement de nos augustes dirigeants ou, pour être plus précis, des idéologues (cathodiques et autres) qui sont au service de nos augustes dirigeants. en d’autres termes, il faut être aveugle pour ne pas saisir que benhadj et ceux qui le critiquent ne sont en fait que deux facettes d’un même monde, à savoir le monde ancien (un monde pré ou proto-capitaliste) qui ne veut pas mourir et que défendent (paradoxalement?) benhadj et ses « opposants ». en effet, benhadj et ceux (les idéologues du pouvoir en place) qui le critiquent ne font que puiser dans la même matrice idéologique, chacun puisant là où le texte sied à des intérêts inavoués. ce qui revient à dire qu’au lieu de pointer du doigt les positions de benhadj, une CRITIQUE RADICALE devrait s’attacher à critiquer la religion dans son ensemble et toutes les fausses solutions et l’aliénaion qu’elle colporte. car, il nous faut admettre que « le véritable bonheur du peuple exige que la religion soit supprimée en tant que bonheur illusoire du peuple » et que « la critique de la religion est la condition première de toute critique » (K. Marx).
    PS1: qu’y a t il de différent entre ce que raconte benhadj (un soi disant opposant au pouvoir) et chemsou (un idéologue du pouvoir)? les deux deux énergumènes ne visent ils pas, par des moyens plus ou moins différents, l’instauration d’une dawla islamia ?
    PS: je persiste et signe: seul le confinement de la religion à la sphère privée arrêtera l’onanisme mortel qui nous envahit pendant que les autres peuples progressent dans la voie de l’humanisation de l’être de l’homme.




    0



    0
    lhadi
    21 juillet 2017 - 10 h 07 min

    La pensée philosophique, de ceux qui nous gouvernent, est une philosophie de la nécessité. Elle vise un but : se maintenir. Ses règles d’action ne s’imposent à aucune autre fin que l’usage : user ou ne pas user, selon la nécessité.
    L’Algérie a besoin d’être délivrée des salauds qui, contrairement aux lâches, croient leur existence indispensable à la bonne marche de la société algérienne. Elle doit s’émanciper et, de ces prophètes de l’apocalypse qui vont de ville en ville faire admirer leur habileté à peindre le futur en noir et, de cette théocratie ambiante qui a permis à la religion de s’engouffrer dans la brèche, combler le vide, de tenir lieu de politique.
    L’Algérie, malade de sa gouvernance, a besoin qu’on éradique cette espèce de politique détestable qu’on peut rendre en deux mots: l’art de tyranniser.
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    BabEIOuedAchouhadas
    21 juillet 2017 - 9 h 47 min

    Dans une vraie démocratie, ce tunisien d’Ali Belhadj serait à la prison d’El Harrach. Mais comme on n’est pas encore dans une vraie démocratie alors ce terroriste peut continuer à braire en attendant que des vrais patriotes algériens propres et intègres arrivent au Pouvoir.




    0



    0
    Non à l'Etat arabe
    21 juillet 2017 - 7 h 41 min

    Cela prouve que l’arabisation a èté le premier palier qui mène vers la descente- sans retour- vers le fond. On nous sort l’extremisme islamique pour nous faire avaler l’islamisme baath fln.




    0



    0
      Klam....
      21 juillet 2017 - 8 h 12 min

      Nous n avons aucuns problèmes avec l état arabe…Le problème c est la gestion du pays et sa transparence…




      0



      0
      yannis
      22 juillet 2017 - 23 h 47 min

      La haine ta écervelé, que te reste il? Un cerveau lobotomisé par les tiens, le racisme est une maladie des pauvres d’esprit ne possédant pas plus que quelques neurronnes




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.