Commerce extérieur : l’Algérie réduit fortement son déficit commercial

port commercial d'Alger
Le déficit commercial de l’Algérie a reculé à 4,84 milliards de dollars au 1er semestre 2017. New Press

Le déficit commercial de l’Algérie a reculé à 4,84 milliards de dollars au 1er semestre 2017, contre un déficit de 10,57 milliards de dollars sur la même période de 2016, soit une chute de 5,7 milliards de dollars, correspondant à un recul du déficit de 54,15%, ont indiqué les Douanes algériennes à la presse.

Les exportations ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l’année 2017, contre 13,323 mds usd sur la même période de 2016 (+36,2%), en hausse de 4,82 mds usd, selon les données du Centre national de l’informatique et des statistiques (Cnis) des Douanes. Concernant les importations, elles ont connu une légère baisse en s’établissant à 22,986 mds usd, contre 23,89 mds usd (-3,8%), soit une diminution de 904 millions usd, précise la même source.

Quant au taux de couverture des importations par les exportations, il est passé à 79%, contre 56% à la même période de l’année précédente. Les hydrocarbures continuent à représenter l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger (94,75% du volume global des exportations) avec un montant de 17,19 mds usd durant le 1er semestre 2017, contre 12,43 mds usd, soit une hausse de 38,32%, qui représente une augmentation de 4,76 mds usd.

Demeurant toujours marginales, les exportations hors hydrocarbures ont enregistré une hausse de 6,25%, en s’établissant à 952 millions de dollars, contre 896 millions usd.

Pour ce qui est des importations, la quasi-totalité des groupes de produits ont connu des baisses, à l’exception des produits alimentaires qui ont enregistré une hausse, en s’établissant à 4,437 mds usd, contre 4,05 mds usd (+9,61%), ainsi que les biens d’équipements agricoles dont les importations se sont chiffrées à 346 millions usd, contre 241 millions usd (+43,6%).

Par contre, les importations de biens d’équipement industriels ont reculé à 7,321 mds usd, contre 7,882 mds usd (-7,12%), les demi-produits à 5,3 mds usd, contre 6,01 mds usd (-11,8%), les biens de consommation non alimentaires à 4,131 mds usd, contre 4,153 mds usd (-0,53%), les produits bruts à 792 millions usd, contre 844 millions usd (-6,2%), et les produits d’énergie et lubrifiants à 657 millions usd, contre 708 millions usd (-7,2%).

En termes de mode de financement des importations, sur les 22,98 mds usd des biens importés au 1er semestre 2017, un montant global de 13,84 mds usd a été payé par cash (60,2% des importations globales), en recul de 0,53% des règlements par cash par rapport à la même période de 2016. Les lignes de crédit ont financé les importations à hauteur de 36,32% pour un montant de 8,35 mds usd (en baisse de 7,15%), tandis que les comptes en devises propres ont financé à hauteur de 7 millions usd (contre 11 millions usd). Le reste des importations ont été financées par le recours à d’autres moyens de paiements à hauteur de 792 millions usd (3,45% des importations), en baisse de 18,8%.

R. E.

Comment (2)

    Kadous
    25 juillet 2017 - 20 h 10 min

    C pas l’Algérie qui a réduit son déficit c l effet de la remonte des prix du baril pendant les premiers six mois de l annee

    Anonyme
    23 juillet 2017 - 16 h 05 min

    C’est mieux,mais ce n’est pas bien ,nous restons trop depensier,nous vivons tres au dessus de la vie que nous meritons par notre travail,sur le marché trop de choses superflues sont achalandées.Plus de rigueur dans les depenses et plus d’investissements createur d’emploi seraient le salut de notre dinar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.