Le ministre des Finances reçoit le représentant du PNUD  

Eric Overvest PNUD
Eric Overvest, coordinateur du système des Nations unies en Algérie et représentant résident du PNUD. D. R.

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, a reçu mercredi à Alger Eric Overvest, le coordinateur du système des Nations unies en Algérie et représentant résident du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Les discussions ont porté sur la coopération entre l’Algérie et cette agence de l’ONU, a indiqué jeudi le ministère dans un communiqué.

Au cours de cette audience, les deux parties ont ainsi procédé à un échange de vues sur les dispositions prises pour la mise en œuvre du cadre de coopération stratégique pour la période 2016-2020 arrêté en commun et signé à Alger en juin 2015 puis adopté par le conseil d’administration du PNUD en septembre de la même année à New York, précise la même source.

La rencontre a aussi été l’occasion pour le ministre de présenter à son hôte les grandes lignes du programme du gouvernement ainsi que celles du nouveau modèle de croissance économique et sociale. A ce titre, il a été notamment rappelé l’ensemble des actions menées au titre de la politique sociale du pays, ajoute le communiqué.

M. Overvest a fait part de la disponibilité du PNUD à apporter son appui en matière de développement durable et de développement humain, tout en rappelant «l’excellent classement» de l’Algérie en terme d’Indice de développement humain (IDH), qui maintient une courbe ascendante depuis les années 2000. Les deux parties ont convenu que ce type de consultations contribue d’une manière effective au développement d’une coopération constructive.

Pour rappel, dans le dernier rapport sur le développement humain établi par le PNUD en 2016, l’Algérie s’est hissée à la 83e place en 2015 avec un indice de développement humain (IDH) de 0,745 sachant que la note maximale est 1. L’IDH de l’Algérie a maintenu une courbe ascendante depuis les années 2000 en progressant de 0,644 en 2000 à 0,724 en 2010, puis à 0,732 en 2011, à 0,737 en 2012 et à 0,743 en 2014 puis à 0,745 en 2015.

Avec ces résultats, l’Algérie figure parmi les cinq pays africains ayant un niveau de développement «élevé», tandis que le reste des pays du continent se situe dans la catégorie ayant un niveau «moyen» de développement humain ou celle regroupant les pays à «faible» niveau.  Au niveau maghrébin et nord-africain, l’Algérie occupe la première place, devançant de loin le Maroc (123e place), l’Egypte (111e), la Tunisie (97e), la Libye (102e) et la Mauritanie (157e).

R. N.

 

 

Commentaires

    MELLO
    3 août 2017 - 16 h 53 min

    L’Expert onusien Mohand Amokrane Cherifi, natif d’Azazga, vient d’être distingué par l’Organisation R20. Le R20 est une coalition de gouvernements sub-nationaux, compagnies privées, organisations internationales, ONG et institutions académiques et financières. Cette organisation vient de lui attribuer le Prix «R20 Special visionary Award», un prix décerné pour la première fois par le R20, pour sa contribution «visionnaire» dans le cadre des Nations Unies à la préservation de l’environnement, basée sur l’approche territoriale du développement. M. Cherifi plaide dans ses travaux d’étude et de recherche sur un développement économique, de bas en haut, nécessitant une décentralisation au niveau local des responsabilités et des ressources. Cette démarche implique l’autonomie de gestion des acteurs locaux et la participation des citoyens, mieux à même de définir les priorités de développement local au contraire d’un système centralisé loin des réalités spécifiques à chaque territoire. Contacté (…) à l’Office des Nations Unies à Genève, M. Cherifi s’est dit «honoré» par une telle distinction qui vient consacrer des années de travaux de conception et d’application sur le terrain orientés vers le développement durable dans sa dimension économique, sociale et environnementale. Quand M. Cherifi parle de l’autonomie, la réflexion se veut au-delà de toute connotation politique. Dans ses travaux, l’expert souligne que «les potentialités et les ressources diffèrent d’un territoire à un autre, ce qui implique des programmes de développement spécifiques adaptés à chaque territoire pour garantir leur durabilité». Mohand Amokrane Cherifi a un long parcours professionnel et politique. Expert onusien reconnu, il est également membre du présidium du FFS. Il est diplômé de l’Université de Grenoble en France puis de l’Université Harvard aux états-Unis. Il a été Coordinateur de l’Alliance mondiale des villes contre la pauvreté dans le cadre du Programme des Nations unies pour le développement(PNUD). En reconnaissance à sa contribution et son soutien remarquables au développement urbain inclusif et durable, Mohand Amokrane Cherifi a été distingué en 2014 par l’Organisation des Nations unies (ONU), pour son travail accompli au PNUD en qualité de concepteur et de coordinateur de l’Alliance depuis sa création sous l’égide du PNUD, alliance qui a permis de promouvoir et de développer la coopération internationale décentralisée.
    Un expert écouté ailleurs , à travers le monde, mais pas en son pays. Pourquoi ???
    Mohand Amokrane Chérifi a dédié ces distinctions honorifiques à Hocine Aït Ahmed, l’un des dirigeants historiques de la révolution Algérienne et Président d’honneur du FFS. « Pour rappeler qu’il a été le premier diplomate algérien en relation avec l’Organisation des Nations Unies : il a ouvert un bureau de représentation du FLN à New York pendant la guerre de libération nationale en vue d’ inscrire la question algérienne à l’ordre du jour de l’Assemblée générale des Nations Unies et pour plaider auprès des pays membres le droit à l’autodétermination du peuple algérien. Et pour rendre hommage à son action exemplaire sur la scène internationale pour le respect des droits politiques, économiques, sociaux et culturels des peuples, action qui a guidé mon travail au sein des organisations du système des Nations Unies ».




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.