Manipulation autour d’une ancienne déclaration du général Khaled Nezzar

général Nezzar
Le général à la retraite Khaled Nezzar. D. R.

Par Karim Bouali – Un média malintentionné a remis au goût du jour une ancienne déclaration de l’ancien ministre de la Défense Khaled Nezzar, en la présentant comme étant récente pour semer le doute dans un contexte marqué par la préoccupation des citoyens au sujet des querelles de chapelle qui défraient la chronique depuis plusieurs semaines.

Le média en question, la chaîne extrémiste El-Magharibia, qui émet à partir de Londres et qui est financée par les services secrets marocains, entre autres, a, en effet, détourné les propos d’un chroniqueur arabophone dans un de ses billets, sans qu’il soit précisé à quelle époque l’ancien membre du HCE a tenu ces propos dont c’est la conviction depuis toujours.

Cette manipulation cache, en tous les cas, une volonté délibérée de brouiller les cartes et jeter de l’huile sur le feu en faisant accroire à une intervention de l’ancien ministre de la Défense dans le débat sur la situation politique floue qui règne actuellement dans le pays.

Or, a-t-on appris d’une source proche du général à la retraite, ce dernier suit les événements de loin, à l’instar de tous les Algériens et est informé par le biais des médias au même titre que l’ensemble de tous les concitoyens qui suivent, non sans inquiétude, l’actualité marquée par un différend dont on ignore aussi bien le secret que l’issue.

K. B.

Comment (32)

    Anonyme
    17 août 2017 - 16 h 58 min

    Je comprends aujourd’hui pourquoi ce territoire barbare à l’est de l’empire chérifien a toujours été le grand zoo de quelqu’un exactement à l’image du Congo du roi des belges Léopold
    Marocains turcs français espagnols…. se sont tous bouscule au portillon de ce parc numidien ou se prélasse dans la oisiveté totale la plus allucinnante la plus stupide des races existant en ce monde
    On ne finira jamais de rire des numidien hhhhhh




    0



    1
    MDAMAR
    17 août 2017 - 10 h 30 min

    cette chaîne qui nous veut du mal chaque jour est un nid de fils de harkis. un journaliste aux binocles ,originaire de l’est ; et qui n’a jamais été accepté dans la presse écrite et audiovisuelle, fait partie d’une dechra harkie qui a fait allégeance aux forces d’occupation. que faut-il attendre de cette chaîne aux ordres du Makhzen . Mon Général ; quoiqu’on dise de vous, le mérite vous revient d’avoir permis à l’Algérie de rester debout. TOUS NOS RESPECTS.




    1



    0
    Amazighkan
    16 août 2017 - 22 h 11 min

    (…) En résumé, je disais que la décennie noire est une guerre pour le pouvoir qui a été gagnée par l’armée au détriment des islamistes. Le dindon de la farce est bien évidement le peuple qui est gouverné par une dictature prédatrice tout en vivant dans une société où le fait religieux est omniprésent. En définitive, on n’a évité ni la peste ni le choléra. (…)




    0



    0
    Salim31
    16 août 2017 - 17 h 32 min

    en 1930 les election parlementaire du REICHTAG debouche sur une victoire du partis nazis 107 sieges contre 57 du partis communistes _son chef un certain adolf hitler est nomme democratiquement chancelier par le president heidenburg_la suite le monde la connait et il n est pas pres de l oublier ___
    60 ans plus tard grace a l algerie le monde se pose la question _fallait t il arreter le processus electorale allemand de 1930 est changer le court de l histoire??? ___
    1991 L histoire se repete le partis islamiste fis similitude avec le partis nazis gagne les election _le chancelier president Chadli v a t il livre la presidence a belhadj (gobels)et a abbassi ?
    NON cette fois ci ca marchera pas _grace au grand generale algerien khaled nezzar et reda malek qui ont compris la supercherie ont arretet le jeu et permis de sauver l algerie et l humanite surement _ ils ont fait mieux ke les alemends _et permis au monde de certifie que la democratie ne vas pas avec nazisme et islamisme .




    0



    0
      Zoro
      17 août 2017 - 14 h 17 min

      Dommage pour vous ya si 31 c est votre vision qui n est pas partage par la majorité des algeriens mais je vois que tu fais partie de la minorité « efficace ».




      0



      1
        MELLO
        17 août 2017 - 15 h 20 min

        Toute l’opacité de la crise algérienne vient aujourd’hui de ce que les communicateurs du régime ont réussi à faire confisquer la représentation de la société toute entière par deux marges idéologiques extrêmes, toutes deux étant de surcroît plus ou moins manipulées par lui. Le second tour, qui devait donner au FIS une majorité écrasante, n’eut jamais lieu. Car le «pouvoir réel», l’armée et les clans qui gravitent à son sommet, ne pouvait se permettre une assemblée qui ne serait pas aux ordres et qui, aussi, serait composée d’éléments dont certains réclamaient déjà la tête des généraux . Il lui fallait un soutien «populaire». Il provint d’un providentiel «comité national pour la sauvegarde de l’Algérie» groupant une «société civile» autoproclamée – associations proches du pouvoir, comme l’omnipotent syndicat UGTA, ou indépendantes, comme des associations de femmes, ainsi que le Rassemblement pour la culture et la démocratie (le RCD laïque qui venait d’obtenir… 2,9 % des voix), sans parler de la presse privée francophone. Mais on ne saura jamais ce que le FIS eût fait de sa victoire. Les élections annulées , un Haut Comité d’Etat créé, présidé par un opposant rentré de son exil marocain, Mohammed Boudiaf. Entre dix et vingt mille cadres du FIS étaient alors arrêtés et expédiés dans des camps au Sahara, alors que les premiers activistes radicaux sortaient leurs armes amassées depuis des mois pour s’attaquer au pouvoir. Le FIS était dissous par voie judiciaire le 4 mars. La descente aux enfers pouvait commencer. La confrontation pouvoir-islamistes prit vite une tournure sanglante. S’attaquant d’abord aux symboles du régime, policiers, juges et autres agents de l’Etat, les islamistes armés tournèrent bientôt leurs lames contre d’autres «suppôts du pouvoir»: les intellectuels, les journalistes, les étrangers. Pour ces crimes bien spécifiques, les auteurs n’ont jamais été identifiés avec certitude. Sans oublier de parler de la perte d’une personnalité importante , le Président du HCE , Mohammed BOUDIAF ( Allah Irrahmou) assassiné en direct à la maison de la culture de Annaba. En 1999,Abdellaziz Bouteflika, candidat « indépendant », bien que soutenu par le RND (Rassemblement national pour la démocratie) , le FLN, l’UGTA (l’Union générale des travailleurs algériens) et l’UNEA (l’Union nationale des étudiants algériens) a précisé lors de sa campagne électorale qu’il n’avait : « aucune haine à l’égard du FIS » et qu’il croyait à une possible : « fraternité avec les ‘ex-gens du FIS’ qui n’ont pas sali leurs mains : les portes sont ouvertes à tous les égarés, mais je ne veux pas de ceux qui ont les mains tâchées de sang ». Paradoxalement les islamistes du FIS sont apparus, sept ans après l’interruption du processus électoral, au cœur de la campagne électorale. Considérés comme hors-la-loi, les islamistes du FIS ont pu à la faveur de cette élection réapparaître dans le champ médiatique et politique. Cette campagne électorale constitue-t-elle un éphémère moment de liberté politique ou annonce-t-elle la réconciliation nationale ? Dans son programme de campagne électorale, le candidat Ahmed Taleb Ibrahimi souligne : « Nous n’étions pas mûrs, psychologiquement, pour accepter le principe de l’alternance au pouvoir, conformément à l’évolution de la société. La première expérience d’élections législatives multipartites dans l’histoire de l’Algérie indépendante a mis en relief, tout au contraire, un fossé immense entre la réalité telle que perçue par le pouvoir et la réalité telle que vécue par le peuple ». L’expérience dramatique de ces dernières années aura-t-elle au moins le mérite d’accordé les aspirations plurielles de la société et du pouvoir militaire ?




        0



        0
    Mohamed El Maadi
    16 août 2017 - 12 h 41 min

    Vous attendez quoi au pays pour vous venger de cette chaîne ? il faut les mouillez dans des sales affaire et je sais que c’est possible .Tout être humain a un point faible et bien trouvez le et ensuite agissez a leur manière car ils veulent qu’on joue avec leur règles dans ce cas ne prenez plus de gants .On vit dans un monde ou il faut rendre coup pour coup et avec ces félons la faiblesse nous est interdite.




    1



    0
    LE NUMIDE
    16 août 2017 - 12 h 05 min

    au bout du compte le général Khaled Nezzar a contre lui les trois plus dangereux ennemis qu’un homme algérien (ou dans le monde) puisse avoir et qui sont alliés pour se liguer contre lui:
    1- Les islamo-wahhabites « algériens » et internationaux à cause de 1992…
    2- les sionistes à cause de son implication comme chef de l’ANP dans la guerre de 73…
    3 – le Makhzen marocain à cause de Amgala2 …
    C’est un peu trop pour un seul homme d’avoir sur le dos les pires ennemis qu’il y a dans ce monde, les plus puissants et les plus dangereux. il faut le soutenir au minimum par le cœur et par la parole. UN HEROS ALGERIEN.




    1



    0
    salah khiar
    16 août 2017 - 11 h 37 min

    Mon général les algériens vous adorent vous étiez et vous êtes toujours le sauveur de notre nation – et concernant ces manipulation contre vous venant des ennemis de l’Algérie, il y a un proverbe qui dit : «J’aimerais mieux être général à l’armée qu’alarmé en général.»




    1



    0
    Abou Stroff
    16 août 2017 - 9 h 55 min

    le général (avec d’autres patriotes) a arrêté notre descente aux enfers qui était programmé par les puissances impérialistes (et en sous-main, par l’entité sioniste) par le biais de la vermine islamiste! le reste, tout le reste n’a aucune importance.




    0



    0
      zaatar
      16 août 2017 - 12 h 21 min

      Cher Abou Stroff je te salue,
      Oui c’était notre première descente aux enfers. Elle a été arrêtée in extremis et le général en est de ceux qui ont contribué. Maintenant on en est à la seconde descente aux enfers, aussi dangereuse que la première. Et l’ascenseur infernal ne veut pas s’arrêter. On cherche un autre général pour pouvoir freiner et arrêter descente, il se tarde à se faire voir.




      0



      0
        Abou Stroff
        16 août 2017 - 14 h 51 min

        zaatar, je te salue! je pense que, cette fois ci, nous avons, au moment présent, besoin d’un visionnaire, c’est à dire d’un HOMME d’Etat du gabarit de Mandela ou de Bourguiba ou d’Attaturk. en effet, au regard de la logique de renouvellement du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui n’a produit que des prédateurs et des tubes digestifs ambulants, seul un visionnaire respecté par la majorité peut déclencher une remise en cause de ce système qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien subissant les caprices d’un grabataire (ou du frère du grabataire) sans que nous ayons la moindre réaction. malheureusement, il me semble que ce visionnaire n’est pas encore né. moralité de l’histoire: je suis d’un pessimisme « renversant » en ce qui concerne le futur prévisible.




        0



        0
          MELLO
          16 août 2017 - 15 h 31 min

          Abou Stroff , un futur n’est jamais prévisible, cher ami. Bien qu’on puisse commenter les déclarations des uns et des autres, personne ne sait comment le débat va évoluer, ni qui donne le ton et surtout à quel moment on siffle la fin de la récréation. Et pourtant, s’il y a une chose dont le pays a vraiment besoin, c’est de crever l’abcès. En effet, on ne peut pas remonter le temps jusqu’à 1962 pour empêcher les putschistes de prendre le pouvoir, mais une telle connaissance sensibilisera les Algériens sur les procédés à bannir en vue de parvenir au pouvoir. Pour cela, il faudrait que le débat soit encadré et ne débouche pas sur des dérapages.




          0



          0
          zaatar
          17 août 2017 - 9 h 47 min

          Cher MELLO je vous salue,
          Entre avoir besoin et arriver à ses fins il y a un fossé pour ce qui est de notre peuple. En effet, ce n’est pas parce que l’on veut et qu’on en a besoin que l’on peut. En plus, vous oubliez un facteur important dans votre analyse. la nature de l’homme. L’égoïsme. Et comme le système ne se tirera jamais une balle dans le pied, il ne permettra à personne de se hisser au rang de telle sorte à ce qu’il y ait un débat sur l’avenir de l’Algérie. Moralité de l’histoire, je suis encore plus pessimiste encore que notre Ami Abou stroff en ce qui concerne le futur chez nous.




          0



          0
    Benhabra brahim
    16 août 2017 - 6 h 18 min

    Je pense qu il aurait ete plus judicieux de rappeler cette expression du general Nezzar au lecteurs……………………………..Parceque cette chaine tele n est vu que par un genre de telespectateurs ,les adeptes du gourou Madani.




    0



    0
    Logiciel
    16 août 2017 - 0 h 29 min

    Bonsoir, je narre :
    un jour, le grand Empereur Romain dit à son enfant qui avait l’âge moins de 10 ans :
    A- mon fils tu sais..
    E- quoi mon père ?
    A- tu es l’homme le plus puissant au monde.
    E- comment ça mon père ?!
    A- voilà mon fils, commme c’est moi le grand empereur de Rome qui commande toute les armées de l’Empire, et comme c’est ta maman qui me commande, et comme c’est toi mon fils qui commande ta mère…donc.




    0



    0
    UN ALGERIEN FIER DE L'ETRE
    15 août 2017 - 22 h 30 min

    Mes respects mon Général.




    0



    0
    Moskosdz
    15 août 2017 - 22 h 08 min

    Les sionistes siégeant au palais royal du royaume de la drogue auront beau jouer aux malins,mais le Maroc sera toujours encerclé par le Rif devant,à l’arrière par le Sahara occidental ainsi que par le grand Souss à droite,tôt ou tard,la vérité finira par prendre le dessus et il ne lui restera en face des traîtres que l’Atlantique pour fuir.




    0



    0
    fissou
    15 août 2017 - 21 h 38 min

    Je suis KHALED NEZZAR pour ne pas dire nous sommes tous KHALED NEZZAR ..




    0



    0
      Chaoui
      16 août 2017 - 0 h 46 min

      Bien vu. J’adhère d’autant que j’ai du respect pour ce valeureux homme qui a su sauvegarder notre Pays durant la décennie noire.




      0



      0
    Abed Ferhaoui
    15 août 2017 - 21 h 08 min

    Respect cher Général Nezar

    Oui mon général , comme vous le demande des internautes algériens ici sur AP, faîtes quelques choses avec vos anciens amis généraux et anciens officiers supérieurs de l’armée patriotes, pour mettre un frein à cette dérive du pays , mais pas pour perpétuer le système politique autoritaire et sa pensée UNIQUE FLN qui nous ont fait tant de mal , mais plutôt pour orienter l’Algérie vers un nouveau système politique et pour une nouvelle gouvernance qui va dans le sens de la vraie démocratie, de la vraie république, du respect des libertés de chacun et du respect des minorités en général !

    Il y en a marre d’un gouvernance du type arabo-islamique pure et dure comparable aux monarchies du golf qui refusent tout ce qui n’est pas dans sa lignée idéologique !

    L’Agérie n’est pas un pays du Golfe, c’est un pays médterranéen et africain, millénaire, qui mérite mieux que ce qu’il vit depuis plus de 50 ans !

    Bon courage Monsieur Nezzar, bon courage aux algériens !




    0



    0
      Moh
      15 août 2017 - 21 h 41 min

      Je veux juste rajouter qu’il faut aussi neutraliser les partis politiques et les associations qui refusent de condamner la colonisation du Sahara occidental par les Marocains.
      C’est des traitres à la nation algérienne au même titre que les islamistes.




      1



      0
        Chaoui
        16 août 2017 - 0 h 52 min

        Du moment que lesdites associations et partis politiques
        ne soutiennent pas l’occupation du Sahara Occidental, nous n’avons pas à les condamner. Laissons-leur leur liberté comme leur conscience.




        0



        1
    Le Parisien
    15 août 2017 - 20 h 55 min

    Bizarrement les journalistes de cette chaine sont très souvent à l’Institut du monde arabe où ils sont en relations avec des fonctionnaires Marocains mais surtout avec un franco algérien dit « Le manchot » à cause d’un handicap d’un bras qui était ces dernières années directeur de la bibliothèque avec d’être limogé pour incompétences mais gardé comme simple fonctionnaire grâce aux soutiens des responsables marocains dans l’attente de son départ à la retraite dans peut d’années, il est immatriculé au consulat général de Paris.

    Il tient une haine noire au Général Nezzar en particulier et à l’ANP en général suite suite à la neutralisation de son frère, un sanguinaire terroriste abattu par l’ANP dans les 90 dans la région de Médéa.




    0



    0
    LE NUMIDE
    15 août 2017 - 19 h 51 min

    LES PROMOTEURS du projet wahabiste terroriste anti-national sont les pires ennemis des généraux nationalistes et des chefs de l’armée depuis 92 et surtout, surtout Khaled Nezzar , puisque c’est un grand officier lettré et brillant et occupait un poste avancé dans l’action, avec ses camarades , de mettre un terme et un arrêt aux processus de guerre civile et de destruction de la nation algérienne entamés par le FIS et ses complices et que les politiciens naïfs et les ennemis wahabistes appellent processus électoral … Cet homme qui a accumulé dans sa personne toute la haine bestiale des ennemis de l’ANP et de la république algérienne parce qu’ ils les a vaincus et démasqué leur projet anti-national et leurs trahisons , qu’ est-ce qu’il n’a pas subi comme insultes et comme calomnies !! et ca continue !




    0



    0
    MELLO
    15 août 2017 - 18 h 21 min

    Depuis le départ du Général NEZZAR, une atrophie politique semble prendre en otage notre pays. Pourtant des acteurs de sa trempe ( personnalité civile) ne doivent , ne peuvent pas rester impassibles devant autant de dérives . Mais en 1992, dès le lendemain du scrutin, certains matadors de la démocratie avouaient publiquement dans des déclarations à la radio qu’ils s’étaient trompés de peuple. Affolés par le succès du FIS et sans s’interroger, ni rougir de leurs piètres résultats, ils s’étaient mis à dicter, comme de bien entendu, à l’armée ce qu’elle devait faire, c’est-à-dire, en somme, appliquer la stratégie du « qui perd, gagne », en mettant fin à l’expérience démocratique . Le Général NEZZAR était il à l’écoute de cette minorité qui se croyait majorité ?




    0



    0
      Abed Ferhaoui
      15 août 2017 - 21 h 13 min

      Tu as de la mayonnaise dans la tête !
      Tu t’adresse au Général Nezzar , et tu mets une phrase de ce type dans ton intervention : …. « mais en 1992, dès le lendemain du scrutin, certains matadors de la démocratie avouaient publiquement dans des déclarations à la radio qu’ils s’étaient trompés de peuple. » ….. Que vient faire cette phrase ???
      Tu n’as rien compris à rien du tout, je suis désolé pour toi.




      0



      0
        Djaffar
        15 août 2017 - 21 h 57 min

        MELLO avait raison car même les « démocrates » traitait les généraux Algériens de « dictateurs » pour faire plaisir à leurs protecteurs Français et Marocains.




        1



        0
        Zoro
        15 août 2017 - 22 h 40 min

        @ferha. Oui. Toi ,du fait que tu as tout compris tu es tres content . Ferha??? Oui!!!! Signe ZORO….Z….




        0



        1
      slam
      15 août 2017 - 21 h 44 min

      précise bien depuis le départ d’un ancien harki ,assassin,…




      0



      0
    Algérie ... de la Partouze
    15 août 2017 - 17 h 49 min

    Cher grand général Khaled Nezzar que je respecte du fond du coeur , est-ce que c’est vraiment le moment de réagir à toutes ces pierres qu’on a l’habitude de vous jeter sur la tête par les personnes que l’on connait !

    Vous savez mon général, l’Algérie est devenue une sorte de « Bois de Boulogne » , comme l’a évoquée un internaute ici sur AP ! Alors vous donnez votre avis sur ce qui se passe aujourd’hui dans notre pays ou bien vous allez continuer à joueur au ping-pong avec des imbéciles, qui eux ont du temps à perdre !

    Merci mon général de dire un mot, même un seul, sur ce qui se passe aujourd’hui dans NOTRE pays ???




    0



    0
    [email protected]
    15 août 2017 - 17 h 47 min

    forcement avec ce pouvoir moribond, les hyènes et autres charognards sont aux aguets. c’ est au prix fort que nous payons l’ incapacité de notre président à assumer sa charge, sans oublier l’ obstination de ces mafieux à vampiriser l’ ALGERIE jusque’ à la dernière goutte de sang qui leur donne l’ivresse du pouvoir au point de le voler




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.