Amnesty International appelle à la libération de Mohamed Fali

Mohamed Fali
Mohamed Fali. D. R.

Par Sadek S. – Amnesty International (AI) a appelé, dans un communiqué rendu public cet après-midi, les autorités algériennes à libérer Mohamed Fali, président de la communauté religieuse des ahmadis, et à abandonner toutes les charges retenues contre lui car il s’agit d’un prisonnier d’opinion qui n’a fait que pratiquer pacifiquement sa religion.

L’ONG de défense des droits de l’Homme demande également aux autorités de «veiller sans délai à ce que Mohamed Fali puisse bénéficier des soins médicaux dont il a besoin et recevoir les médicaments et les traitements pour son diabète et de garantir que toutes les accusations et les poursuites visant les Algériens ahmadis seront abandonnées lorsqu’elles sont uniquement liées à la pratique pacifique de leur religion et de libérer immédiatement ceux qui sont encore incarcérés».

Mohamed Fali, rappelle l’ONG, a été interpelé par la police le 28 août à son domicile à Aïn Sefra (Nâama) afin qu’il soit rejugé pour «collecte de dons sans autorisation» (article 11-2 de l’ordonnance 06-03 fixant les règles et les conditions d’exercice des cultes autres que musulmans) et «dénigrement du dogme de l’islam» (article 144 bis 2 du Code pénal algérien), accusations qui découlent de l’exercice pacifique de sa religion.

Elle ajoute que durant son procès le 6 septembre dernier, le tribunal a ajouté l’accusation d’appartenance à une association non autorisée. Le parquet a requis à son encontre une peine d’un an de prison et une amende de 20 000 DA (environ 150 euros). Le tribunal devrait rendre son jugement le 13 septembre. Le 15 février, le tribunal de première instance d’Aïn Tedles (Mostaganem) avait initialement condamné Mohamed Fali par contumace à trois ans de prison et à une amende de 50 000 DA (environ 375 euros). La loi algérienne permet à des personnes condamnées par contumace de contester le jugement et de bénéficier d’un nouveau procès en leur présence.

Mohamed Fali est, précise-t-on, détenu actuellement à la prison de Mostaganem. D’après son avocat, les autorités carcérales ne lui ont pas donné accès à des médicaments prescrits par son médecin pour du diabète, ni à un appareil pour surveiller son taux de glycémie. Il a dû compter sur sa famille pour lui fournir son traitement.

S. S.

Comment (15)

    Beka
    13 septembre 2017 - 13 h 22 min

    Sommes nous deja dans un etat islamique? soft peut etre; mais bien reel _nous faisons la meme chose se qu ‘ a fait Daech lors de la prise de MOUSSOL il a commence par cible tout ce qui ne ressemble pas a leur maudites gueules comme les chiites les turkmens les yazidites sans parler des chretiens ect..y a pas une grande difference entre la justice de daech et la justice locale l une execute l autre les mets en prison




    0



    0
    chibl
    13 septembre 2017 - 12 h 55 min

    j’imagine ce type dans un commissariat devant un flic, ASSAM BABAK,ASSAM YEMMAK, puis devant un juge arabisant qui le crible de questions que le type ne comprends même pas, puis dans une prison pourrie.
    Au fait qu’a t il fait?




    1



    0
    LE NUMIDE
    13 septembre 2017 - 11 h 27 min

    LA BALANCE DE LA JUSTICE « ALGERIENNE » (WAHABISTE ) : on se demande bien quel danger peut constituer ce pauvre type et son club d’Ahmadias de 4 ou 3 chats qui s’ennuient et qui se rencontrent le soir chez eux ou dans un café , pour rigoler ou pour boire un thé ( au même moment les soirs n ‘a -t-on pas vu dans les villes algériennes des juges et des procureurs se réunir dans les arrières-boutiques des magasins ?) .. Et qui tout à coup , ces pauvres Ahmadias rêveurs ou pittoresques qui se comptent sur les doigts d’une main , et sous la pression de la Hisba wahabiste totalitaire secrète ou auto proclamée , infiltrée dans les appareils de l’état algérien avec ses journaux , ses Chourouks qatariens et ses relais saoudiens , se retrouvent terrorisés et emprisonnés par une décision de justice disproportionnée, lâche et veule , comme toujours , qui s’attaque aux plus faibles , aux plus innocents et qui couvrent les plus crapuleux, les plus criminels et les plus sauvages .. On parie que le juge qui a prononcé cette sentence wahabiste contre ce pauvre type Ahmadia , ne sait même pas Quoi cette Ahmadia ; ni les algériens d’ailleurs .. Ahmadia , vient d’Ahmed … des Derouiches , des Marabouts , des Magiciens , des Soufistes ?? Et puis après ? l’Algérie en est pleine depuis toujours de ces Bousaadia , de ces mendiants Mystiques et Orgueilleux , de ces Guezzanas , ces Gitans , ces Aisssaoua, ces Kerkabous, ces Zornas , ces Meddahs et ces Boualem Titiche etc .. JAMAIS on ne les a interdit chez nous ! les algériens , soit ils les négligent . soit ils les regardent avec le sourire ; mais jamais on a pensé à les exterminer comme veut le faire la Nouvelle République wahabiste de Tayeb Louh et de Mohamed Aissa !! La Hisba wahabiste veut-elle remplacer la Loi, le Droit, la Justice républicaine ? c’est Chourouk qui devient le Procurator de ce pays et qui détermine les croyances en Algérie .. Ahmadia Machin … Ouyahia s’appelle aussi Ahmed , mettez alors les militants du RND en Prison … l’Algérie wahabisée est devenue Ridicule !!!! et si ces Ahmadias n’étaient pas que 4 ou 5 chats mais 4 ou 5 millions , que faire alors ..Faut il , les exterminer comme les Rohingyas de Birmanie ? Question posée au juges de la République et aux Sorciers du Wahabisme … si les juges et les dirigeants algériens prétendent protéger l’Islam avec l’idéologie sanguinaire , criminelle et totalitaire du wahabisme et ses guerres d’extermination , ils se trompent : ils sont entrain de le ruiner …Aucune civilisation, aucune religion , aucun état ne sont possibles sur le crime et sur le ridicule et contre l’Humanité et contre la raison et la liberté




    3



    1
      Rabanii
      13 septembre 2017 - 13 h 27 min

      Est ce un debut de daechisation du pays en costume cravate??




      2



      0
    Deboncoeur
    13 septembre 2017 - 10 h 42 min

    Si Amnésie International, réussit à libérer ce gredin, qu’elle le garde, l’héberge, le nourrit, l’arme, l’entraîne, le défend jour et nuit, lui donne du fric, lui prodigue tous les soins médicaux dont il a besoin, lui paie ses voyages etc. etc. etc. Mais ne jamais nous l’envoyer. On lui en fait cadeau à titre définitif irrévocable. Si elle oublie qu’on n’élève pas des vipères sans danger et sans crainte qu’elle mord à mort celui qui l’élève, c’est son affaire.




    1



    2
    CHETTIH
    13 septembre 2017 - 6 h 11 min

    L’Ahmdiyya a 127 ans d’existence avant même que l’Algérie retrouve son indépendance . Il n’existe aucun grief contre elle sauf son pacifisme , sa loyauté envers la constitution des états et un Islam tolérant pour toute obédience . Malgré les persécution à travers le monde elle reste fidèle à son slogan « Amour pour tous haine pour personne » Un lion cotre moi le faible et une Autriche contre ceux qui détruisent la paix en Algérie . Libérez cet homme , libérez le sans condition et donnez lui ses droits les plus élémentaires ……




    3



    2
    Un Secte_Ticide
    13 septembre 2017 - 6 h 01 min

    Le principe « Les pollueurs sont les payeurs »… Amnesty international fait partie des pollueurs de cette Terre, ll faut non pas libérer ce type mais emprisonner avec lui cet O.N.G, L’Algérie n’a besoin que d’UNE chose : Se mettre au travail, avoir SON économie, les blablas non




    1



    2
    L'EPERVIER.
    13 septembre 2017 - 1 h 58 min

    LIBEREZ CE TYPE ET LIBEREZ LE PEUPLE ALGERIEN DANS SON ENSEMBLE.




    6



    1
    ZORO
    12 septembre 2017 - 23 h 33 min

    Est ce le meme coeur tendre, Numide et humide qui compatit avec un ahmadite souhaitant en meme temps au magistrat d etre égorgé et à bientot ? ??? ange ou demon sous l habit du NUMIDE ??? A vous messieurs de m eclairer ,je ne comprend rien !!!!SIGNE ZORO. .Z…




    2



    4
    Nasser
    12 septembre 2017 - 21 h 05 min

    Certains disent: « Mais pourquoi cette Amnesty ne réclame pas la sécurité des Rohingas »….. Si! C’est ce qu’elle ne cesse de faire avec les Rohingyas et avec toutes les « révoltes » où il s’est avéré que ce sont des mercenaires islamo-wahhabistes….seulement quand ils sont en difficulté! En Syrie, en Irak, au Yémen etc. Amnesty défend, sous couvert des droits de l’homme, les agresseurs et non les victimes! l’ONG ne s’était pas prononcée quand le GIA tuait les civils, mais elle « rappelle » les droits de l’homme quand l’armée prend le dessus sur ce groupe terroriste! Pourquoi Amnesty ne dit rien au Yémen quand les Al Saoud tuent des civils par centaines?Là où il y a « révolte  » islamiste, Soros et les Al Saoud ou le Qatar ne sont pas loin !!…….. Selon l’expert Egorchenkov, la « Burma Task Force », qui regroupe un nombre important d’organisations fondées par George Soros, cherche à attirer l’attention de la communauté internationale sur ce qu’elle qualifie de « génocide du groupe minoritaire musulman de Rohingya». George Soros intervient ainsi dans la crise birmane.
    «Quand George Soros arrive dans un pays… il cherche à évaluer le degré des confrontations religieuses, ethniques ou sociales et détermine la méthode pour appliquer au mieux l’option ou les options qui permettent de « souffler sur les braises »», a précisé M.Egorchenkov.
    «Premièrement, c’est un jeu contre la Chine, parce que ce pays a largement investi en Arakan. Deuxièmement, cela vise à attiser l’extrémisme musulman en Asie du sud. Troisièmement, c’est une tentative pour instiller un désaccord au sein de l’ASEAN [entre la Birmanie, d’une part, et l’Indonésie et la Malaisie, de l’autre, ]», a-t-il souligné.




    5



    2
    LE NUMIDE
    12 septembre 2017 - 21 h 03 min

    emprisonner un homme pacifique qui n’a rien fait que de croire en une spiritualité pacifiste et civile , qu’il a choisi et ne l’a pas imposée , est une lâcheté politique sans égale pour l’État et la justice en Algérie et une atteinte à l’esprit même d’une nation constituée fondée sur la citoyenneté et la liberté de conscience .. Qui est la partie civile dans cette affaire ? la Hisba wahhabite de Daesh ou de Riad ? C’EST UNE HONTE ! Bientôt ceux qui ont ordonné le jugement de cet homme seront eux – mêmes égorgés et même pas jugés juste pour avoir mis un costume cravate … VOUS VERREZ !




    9



    1
    Nasser
    12 septembre 2017 - 21 h 02 min

    Qu’a-t-il fait de si grave pour être arrêté alors que les wahhabo-takfiristes gagnent du terrain et font la loi dans certaines régions de l’Algérie sans être inquiétés par les autorités!




    10



    0
    freind of peace
    12 septembre 2017 - 19 h 25 min

    Liberez le, mais faites quelque chose de mieux, liberez l’homme en lui offrant la connaissance. Introduisant des cours d’histoire de la pensée humaine et d’histoire des religions. Un vrai dieu a besoin d’etre choisi et pas imposé. Une nation c’est des hommes qui n’ont pas besoin des tenebres pour s’identifier sans leur nation. Arretez de tetaniser les pauvres avec la misere culturelle et les mosquées comme garde-troupeaux.




    8



    6
      ZORO
      12 septembre 2017 - 23 h 19 min

      Freind of peace ???en ecrivant l anglais qui est connu il le massacre .Le jour ou il se mettra a ecrire en tamazigh qu on ignore, il dira ce qu il voudra personne ne s en rendra compte .Il sera AMAZIGH , libre d ecrire pour faire rire les siens. SIGNE ZORO…Z…




      0



      5
    Beka
    12 septembre 2017 - 18 h 58 min

    Pour une fois je suis d accord avec amnistie _ liberer le pauvre type _il a rien fait pourkoi ce pouvoir lache fait les gros bras avec les faibles et se fait petit devant les ex terroristes et la mafia salafiste des mosquee




    12



    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.