Bouazghi appelle le groupe Agro-logistiques à davantage d’efforts

Abdelkader Bouazghi
Abdelkader Bouazghi. D. R.

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a appelé, samedi à Alger, les cadres du groupe Agro-logistiques (Agrolog) à fournir «plus d’efforts et d’engagements» pour développer les filières stratégiques du secteur, a indiqué le ministère dans un communiqué.

«Le ministre a exhorté les cadres du groupe Agro-logistiques (Agrolog) de fournir plus d’efforts et plus d’engagements pour le développement des filières stratégiques (…) afin de permettre au groupe de jouer son rôle dans le développement de économie nationale», a précisé la même source. M. Bouazghi a insisté, lors d’une réunion avec les cadres du groupe et ses filiales, sur la filière avicole, la filière viande rouge, la filière maraîchère, l’activité production et conservation des viandes rouges et blanches, ainsi que l’activité de la valorisation et la conservation des produits agricoles à travers les plateformes logistiques.

Lors de cette rencontre, présidée par le ministre, un plan d’action stratégique sur les activités du groupe qui seront développées a été présenté par les cadres du groupe, suivi d’un débat général. A cet effet, M. Bouazghi a suggéré aux cadres du groupe d’être «plus dynamiques et attractifs» dans la gestion du groupe et surtout avoir une stratégie «visible» afin de lui permettre de jouer son rôle comme un instrument de régulation du marché.

Par ailleurs, le ministre a indiqué qu’il est «impératif» de structurer et d’organiser les professionnels de la filière avicole. M. Bouazghi a, en outre, incité les cadres du groupe à développer la production nationale du maïs et de soja, importés pour l’alimentation du bétail, et de s’engager plus dans le développement de la filière avicole. Il a souligné, par ailleurs, l’importance d’augmenter les capacités nationales de stockage afin d’absorber le surplus de la production agricole, mais aussi à asseoir un équilibre entre l’offre et la demande et à diversifier les canaux de distribution, de commercialisation et de stockage, qualifiant ce point d’«une question de souveraineté nationale».

R. E.

Comment (3)

    Cheikh kebab
    17 septembre 2017 - 0 h 08 min

    Merci le numide! C exactement ce que j’allais dire: ne pas appeler mais ordonner,exiger!! Fixer des objectifs sino dehors!! Les gens dans les grandes sociétés privées inventent,innovent ont des objectifs fixés sinon la porte. Comment se fait-il que Lafarge holcim innove un ciment spécial et nosotros avec les cimenteries depuis 50 ans walou? Malgré les groupes ex sgp ex holdings ex fonds de…?? Des ronds de cuir qui chauffent leurs fauteuils. Je lis sur positivr ( internet) qu’un projet pour produire bio dans le désert de Jordanie grâce à énergie solaire!! Avec Aude des norvégiens.




    0



    0
    BEKADDOUR Mohammed
    16 septembre 2017 - 19 h 26 min

    El jazaïr est un poids lourd, à l’état latent, la France le sait mais ne peut pas l’avouer, je vais paraphraser Alain Peyrefitte (« Quan la Chine s’éveillera »), eh ! Bien, oui, quand El Jazaïr s’éveillera, s’ordonnera, (L’homme qu’il faut à la place qu’il faut, rationalité militaire, régime spartiate etc), pour le moment elle importe du blé de France, pour le moment c’est un brouillon, comme dans les examens, mais les épreuves ont un sablier, il faut rendre la copie propre, sans appel ni repêchage possible !




    3



    1
    LE NUMIDE
    16 septembre 2017 - 18 h 58 min

    allez Bouazgui , bouge les choses .. tu es lent !!!!!! l’Agriculture algérienne est sinistrée .. bouge les choses et surtout le REBOISEMENT … il ne faut plus appeler , il faut ORDONNER et exiger des résultats et controler




    4



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.