Benbitour : «Les Algériens doivent se préparer à une inflation à quatre chiffres»

Benbitour
Ahmed Benbitour. New Press

Par Hani Abdi – L’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, prédit le pire pour le pays. Dans une interview au quotidien arabophone El-Khabar, cet économiste affirme que l’Algérie n’aura pas de quoi importer en 2019.

«Je l’ai déjà dit il y a quelques années et je le redis aujourd’hui, notre pays est dans une véritable impasse financière. Au rythme de l’évolution des importations et du déficit public, on n’aura pas suffisamment de liquidités pour continuer à alimenter le marché national du marché extérieur», lance-t-il, considérant que le gouvernement a fait le choix de la facilité. Mais, insiste-t-il, ce choix retarde, certes, un peu l’échéance, mais il ne traite nullement la crise, qui nécessite une thérapie de choc.

Ahmed Benbitour, qui n’a cessé de prévenir contre l’accroissement du déséquilibre de la balance commerciale, assure que l’Algérie n’aura pas de quoi importer en 2019. Ahmed Benbitour ne dit, cependant, pas que cela va être possible aussi rapidement (en une année), alors que l’Algérie dispose de réserves de change de plus de 100 milliards de dollars et d’exportations en hydrocarbures de l’ordre de 30 milliards de dollars par an.

Ahmed Benbitour considère, dans le même sillage, que le retour à la planche à billets va générer une inflation à trois, voire quatre chiffres. «Les Algériens doivent se préparer à une inflation à quatre chiffres», prévient-il, ce qui serait catastrophique sur le plan socioéconomique. Pour M. Benbitour, «la crise actuelle dépasse de loin ce que nous avions vécu durant les années 1990. La raison est que les besoins des Algériens sont dix fois plus importants qu’à cette époque-là. Les réserves de change vont fondre comme neige au soleil.»

Si le gouvernement refuse de recourir à l’endettement extérieur, affirme M. Benbitour, c’est parce qu’il sait qu’il ne trouvera pas de prêts. La solution aux yeux de cet ex-candidat à la présidentielle de 2004 n’est ni dans le changement de Président ni dans l’organisation de nouvelles élections. Cet ancien chef du gouvernement plaide pour un changement radical qui permettrait de mettre le pays sur de nouvelles bases.

H. A.

Comment (36)

    anonyme
    22 septembre 2017 - 17 h 24 min

    Benbitour : «Les Algériens doivent se préparer à une inflation à quatre chiffres»
    De l’homme des sales besognes,…
    جوع كلبك يتبعك
    Capable d’appauvrir une majorité déjà pauvre, pour enrichir une minorité déjà riche
    Le maitre d’oeuvre, serviteur zélé, du transfert des richesses des classes laborieuses algériennes, pauvre, et moyenne
    A une classe minoritaire ostentatoirement , et illégalement riche, parasitaire, corrompue, campradore, incompétente,
    Iléttrée, et très puissamment protégée, par une institution,…
    Cette classe minoritaire est en train de scalper, et d’appauvrir le pays, et de le dépouiller de ses richesses
    Des futures générations, de faire main basse sur l’économie, les finances, les douanes,
    Le commerce extérieur des importations de tout, sans controles, et sans restrictions
    Les fonciers agricole, et industriels accaparés à vils prix – « batel », à prix symbolique, – cadeaux –
    Aux amis, aux proches, au clan, aux courtisans, aux opportunistes sans foi, ni loi
    Avec l’appui, et le soutien complice, et secret de l’état protecteur français,
    Le commanditaire secret, et discret de notre drame, et de nos malheurs
    Depuis le putsch militaire illégitime d’Alger du clan de Oudjda, en Septembre 1962
    (entrée des chars, des camions,des canons, des véhicules militaires, des djounouds…)
    Pour impressionner, et faire peur au population endurée, et traumatisée, d’une longue nuit coloniale
    Et au GPRA légitime, légal, démocratique, des feux leaders Ferhat Abbas – Ben Youcef Ben Khedda
    Authentique représentant du peuple algérien




    0



    0
    Braïdji
    22 septembre 2017 - 10 h 30 min

    Une inflation à un chiffre c’est de 0 à 9 %
    une inflation à deux chiffres c’est de 10 à 99 %
    une inflation à trois chiffres c’est de 100 à 999 %
    une inflation à quatre chiffres c’est de 1000 à 9999 %

    Une inflation à la Benbitournelle c’est une mélasse cérébrale qui tend vers 0 .




    3



    2
    Marre du khorti
    22 septembre 2017 - 1 h 23 min

    C’est vrai qu’il nous faudrait un changement radical, mais sans vous Douktour Benbitour. On ne s’en sortira pas en remplaçants les escrocs actuels par un quasi islamiste en costume cravate, déguisé en démocrate, et prêt à nous mettre sous la coupe des monarchies du Golfe.




    4



    5
    alors là lui ...
    21 septembre 2017 - 23 h 45 min

    « je vous avez prévenu » : j’ai horreur de cette phrase vide de sens !!!!
    faut se mettre au boulot, tous ces parleurs ne font ce qu’ils sont en train de faire que dans un seul but : tenter de prendre le fauteuil quand le roi ne sera plus là…
    donc à chacun sa conscience , ce n’est pas en parlant à longueur de journée des problémes qu’on arrivera à les résoudre, parlons plutot des solutions, que des solutions, oublions les obstacles …




    2



    2
    Saint exupery
    21 septembre 2017 - 16 h 36 min

    L’ economie dans les pays pauvres ou’ la demande est vivriere, les cycles sont previsibles. On aura moins de superflux dans la consommation, rien que l’ effet d’ annonce de la crise, la demande en biens se reduira d’ elle meme. Reste la bouffe, pour rendre accessibles les biens de consommation de masse il suffit d’ incentiver les grande groupes, et comme la croissance exponentielle a une large Marge , il est possibile d »en faire le levier de la demande qui trainerait les secteurs batiment et industrie légère. Mais, imperatif d’ accompagner ce processus par la digitalisation de l’ administration et la desarabisation far on a besoin d’ une Ecole fonctionnelle et pas politique.




    4



    3
    kho
    21 septembre 2017 - 14 h 51 min

    Tous ces anciens ministres voire premiers ministres algériens devraient arrêter de prédire le pire pour notre pays. Chaque jour un nouveau « ancien ministre vient nous prédire la fin monde ou plutôt de l’Algérie ». N’oublions pas que les investisseurs étrangers lisent notre presse nationale!!!




    5



    9
      fauste
      22 septembre 2017 - 0 h 34 min

      Malheureusement ou heureusement, vous avez raison sauf sur Monsieur Benbitour. C’est le seul, je pense depuis 1962 qui a pu dire basta et jette le tablier au visage de la fakhmatouhou en 1999. Tous ou presque, ont eu un coup de pied au .. .. Pour devenir des opposants. Et puis, c’est le seul premier ministre qui est un vrai économiste formé au canada. Bref, je partage votre avis sauf quand Benbitour parle.




      4



      1
        massinissa
        22 septembre 2017 - 10 h 28 min

        @faust, Ils a été vidé, nuance! Il a la meme souche et la meme ideologie du système. Il adore boumediene qui est le premier a mettre le pays sur le mauvais rail. De quoi parle t il?! Le vide qui avance….




        1



        4
    Yacine Ait Mouhoub
    21 septembre 2017 - 12 h 37 min

    Qu’est-ce que c’est encore que cette inflation à … quatre chiffres ! Même l’une plus grande inflation qu’à connu l’économie mondiale, comme l’Allemagne en octobre 1923, donc juste quelques années après la première guerre mondiale, n’était pas de cet ordre là. Elle était de 29,5% alors qu’on se souvient qu’en Allemagne à cette époque là il fallait une brouette de billets de deutschemark pour acheter un pain et un kilo de riz ! Inflation à 4 chiffres, non mais il nous prend pour qui ce Benbitour, ce politique roublard qui se fait passer pour un démocrate républicain alors qu’il est un islamiste dissimulé, un mozabite qui est contre l’officialisation de langue amazighe comme langue officielle nationale ! Arrêter de jouer à l’opposant, ya Benbitour. Fakou !




    13



    11
      Salim
      21 septembre 2017 - 15 h 12 min

      L’inflation a 4 chiffres? Ca existe dans deux pays: Le Zimbabwe et le Vénézuéla. Alors a nous la 3ieme place.




      6



      3
    Kassaman
    21 septembre 2017 - 10 h 01 min

    Le recours à l’impression de la monnaie est un droit, un pouvoir régalien. Et, dans la mesure où on l’utilise à bon escient c’est un très bon outil financier. Les pays occidentaux ont légué ce droit aux banques privées et ils sont maintenant surendettés à un point qu’il leur est plus possible de survivre qu’en allant d’une bulle financière à une autre ou d’une guerre de prédation à une autre.
    J’aimerais aussi avoir votre avis , M. Benbitour, ce sur le QE (Quantitative easing) opéré par la FED et le LTRO (Long term refinancing operations) utilisé par la BCE et qui ne sont au final que du recours à la « planche à billet »…
    Benbitour fait partie de ces experts qui n’ont que le mot « apocalypse » à la bouche (quand il s’agit de l’Algérie), chaque année ils nous prédisent le pire pour l’année suivante. En attendant, le peuple Algérien travaille et avance malgré le contexte difficile, n’en déplaise à ces oiseaux de mauvaise augure.




    9



    9
      Lghoul
      21 septembre 2017 - 10 h 30 min

      @Kassaman – La planche a billets et le QE se font par des pays industrialisés pour stimuler leurs économies. Ces pays ont des compagnies qui performent et produisent de la richesse. Chez nous la seule richesse est le pétrole dont le prix fluctue selon l’humeur des beni saoudes. Le QE se fait dans des pays qui ont des compagnies dont la capitalisation dépasse les économies de tout le continent africain. Additionnez la capitalisation des Microsoft, Google, Amazon, Facebook et Intel, juste que ceux la, et vous pourrez le vérifier aisemment. Chez nous, que produison nous a exporter ? On nous a tout simplement transformé en tubes digestifs qui ne font que consommer sans rien produire. Pour éviter d’avoir des remords, on coule notre chagrin dans les mosquées et les cliniques de belahmar sans oublier d’avaler des boites entières de RHB pour se sentir « cool ». Et ce n’est pas fini: On cultive le culte de la personalité a longueur d’année sans nous rendre compte. Faisons la chaine alors pour un 5ième … et le 6ième n’est pas impossible pour la « stabilité » de notre cher pays. Aujourd’hui sommes nous alors « stables » ou sur le point de plonger dans l’abysses avec des banques vides ? Mais y a la baraka quand meme, et on surpassera tout obtstacle inchallah.




      12



      3
        zaatar
        21 septembre 2017 - 10 h 43 min

        Bonjour lghoul,

        Effectivement, un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation ne peut produire que des tubes digestifs ambulants. Lorsque la source sera tarie, et comme il n y a pas de génie ni de l’honnêteté pour la création de la richesse, on pourra sans risque de se tromper prédire le pire pour la suite…




        12



        1
          Lghoul
          21 septembre 2017 - 11 h 06 min

          Mais apparemment rien ne nous arrivera a nous car y a la baraka qui nous protège et qui maintient notre « stabilité ». Le seul problème est que quand les caisses sont vides, cela veut dire qu’elles ne sont pas pleines car l’argent liquide et la baraka ne se mélangent pas car ils sont comme l’eau et l’huile d’olive extra vièrge!!!




          5



          3
      zaatar
      21 septembre 2017 - 10 h 39 min

      Tant qu’il y a encore quelques milliards de dollars en réserve on survivra encore quelques temps, lorsque les réserves seront taries (argent ou pétrole), lorsque ça devra se devra faire uniquement grâce au génie des dirigeants, alors à ce moment là on n’aura pas besoin de nous prédire le pire car il sera déjà en état avancée. Il faut remettre les choses dans leurs contexte. Les pays occidentaux ont recours au surendettement mais dans les pays occidentaux les dirigeants rendent des comptes au peuple et sont des élus du peuple…et c’est une grosse différence par rapport à nous. Nos dirigeants ont recours à la planche à billet pour ne rien arranger par la suite…comment peut on un seul instant penser, que des dirigeants qui disposaient d’une manne financière conséquente ont ruiné le pays, qu’en recourant à la planche à billet ou à en endettement vont réussir à sortir le pays de la crise? C’est tout simplement de l’inconcevable. C’est ici qu’il faut donner raison à Benbitour et tout un autre tas de gens. Il ne faut pas être sorti de saint-cyr pour comprendre qu’il faut un minimum d’honnêteté chez les dirigeants pour utiliser à bon escient pour le pays l’argent dont ils disposent. Et ceci ne pourra passer que si ces dirigeants sont des élus du peuple. Ce qui est loin d’être notre cas depuis des dizaines d’années maintenant.




      5



      3
      Yacine Ait Mouhoub
      21 septembre 2017 - 12 h 44 min

      @Kassaman. Comme le dit l’internaute @Lghoul, nous les arabo-musulmans ils ne nous arrivera rien, on a la « baraka » en permanence car Dieu nous aime puisqu’il est comme nous : arabe et musulman!!!
      NB : c’est ce qu’on se dit tous en tant qu’algériens, et même les imams nous ont toujours appris cela…




      5



      2
    Lghoul
    21 septembre 2017 - 9 h 32 min

    Une inflation a 4 chiffres voudrait signifier que la valeur du billet de 1000DA sera au moins équivalente a 50 – 100DA. Faite vos comptes et équilibrez vos budgets …




    4



    1
    zaatar
    21 septembre 2017 - 7 h 34 min

    Dans le fond Mr Benbitour a parfaitement raison. Le problème ne réside pas en de nouvelles élections ou de changement de président. C’est effectivement une thérapie de choc qu’il faut. Un changement radical, c’est à dire mettre out le système mafieux qui gouverne le pays par la distribution de la rente et par la prédation pour le remplacer par un système composé d’élus du peuple qui rendent compte au peuple et qui portent haut la parole du peuple. ET pour y arriver il n y a pas trente six solutions avec ce pouvoir qui se maintient mordicus à n’importe quel prix…il faudra y aller franco.




    8



    6
      zaatar
      21 septembre 2017 - 9 h 02 min

      N’en déplaise à certains, pour un changement radical, il faudra déposer ce système mafieux, et il faudra y aller franco…ce n’est qu’après que les choses auront des chances de s’arranger…




      5



      4
    naceur
    21 septembre 2017 - 7 h 03 min

    Un grand monsieur Benbitour




    5



    9
    Benhabra brahim
    21 septembre 2017 - 1 h 35 min

    Mr.Benbitour avait predit aussi que ….D.Tump allait gagner les elections au usa……que l Algerie n ira pas a la coupe du monde……..que Paris organisera les jo de 2024….c est pas malin M.Benbitour de dire,je l’avais dit, anna guoutelkoum!!… Alors donc si je suis votre methode de raisonnement, pour que scientifiquement nous soyons premunis, nous voterons pour notre prochain president…Loth Bonatero. Avec lui nous saurons où et quand rayeha tedroub… ezenzla(seisme)!!!




    4



    3
    nono
    21 septembre 2017 - 0 h 04 min

    La therapie de choc pour les importateurs voleurs est la convertibility du dinar, adieu l’ argent donne par la banque d’algerie a un taux derisoire.




    8



    4
    nono
    20 septembre 2017 - 23 h 58 min

    Imprimer de l’ argent c’est la methode des trafficants. Notre gouvernement est compose de trafficants et voleurs.




    10



    6
    Cheikh kebab
    20 septembre 2017 - 22 h 07 min

    Un grand Mondieur Benbitour. Ya pas beaucoup de ministres qui ont le courage de démissionner de poste de 1er ministre!! Rien que pour ça chapeau si benbitour. Oui yaura inflation grave,inévitable à cause de l’incompétence des souteneurs,invompetents mais surtout entetés arrogants leur méprisants refusant le débat contradictoire,préférant les soumis larbins qui applzudisseurs tout et nous ont menés à la ruine. Il faut d’abord faire porter cette faillite à c gouvernants et leurs souteneurs des partis soumis beniouiouis FLN RND taj mpa et qutres satellites. Il faut que les journalistes le notent pour l’histoire. C le mépris de l’avis contrzire qui nous a menés à cette catastrophe. Et le comble ils continuent et veulent continuer!! Alors voici M Ouyahia un avis pour vous sue je croyais plus intelligent: vous avez besoin de dinars pour soutenir…? Dévaluez le dinar à 1€/200da. Vous aurez 2 fois plus de dinars rentrés de conversion $ exportés du petrole. Ça règle votre pb de dinars. Ça renchérit les imports et les décourage favorise le produit local pousse les « monteurs » de produits à l’intégration…! Tant pis pour nous l’inflation kayna kayna inévitable!! C le résultat de votre gestion et de vos souteneurs beniouiouis. J’espère que l’histoire vous jugera vous et vos souteneurs sans honneur.




    10



    8
    Larnaque
    20 septembre 2017 - 21 h 26 min

    Mr. Hani Abdi écrit: « La solution aux yeux de cet ex-candidat à la présidentielle de 2004 n’est ni dans le changement de Président ni dans l’organisation de nouvelles élections. Cet ancien chef du gouvernement plaide pour un changement radical qui permettrait de mettre le pays sur de nouvelles bases ». Il ne saurait y avoir de changement radical et donc de nouvelles bases sans changement de président et donc d’élections, à moins que Mr Benbitour pense y arriver en faisant du neuf avec du vieux. Et vogue la galère!!!!




    5



    7
      Hamza
      21 septembre 2017 - 3 h 51 min

      Vous n’avez rien compris …. Mr. Benbitour dit que la solution ce n’est pas de changer des personnes , mais il faut un changement  » RADICAL  » de tout le Système et tout le ¨Pouvoir …..




      2



      7
      zaatar
      21 septembre 2017 - 7 h 46 min

      Non l’ami larnaque, le changement radical réside en la dépose du système mafieux en place pour la mise d’un autre composé d’élus du peuple. C’est le changement total de toutes les institutions de l’état par le biais d’une réforme totale. Bien sur qu’il y aura un nouveau président, une nouvelle assemblée, un nouveau parlement, un nouveau conseil constitutionnel…mais d’abord il faut dégager tous les tenants du pouvoir actuel et refonder un état depuis ses premières assises en mettant comme poutre ou pilier essentiel le peuple…c’est lui qui décide de tout et à qui en dernier revient la parole…et c’est là le travail des élites, à expliquer au peuple les différentes options et stratégies à adopter tout en mettant comme fond de travail que la dernière parole revient au peuple et que tous les dirigeants peuvent être démis par le peuple…faire régner une véritable démocratie…il faudra du temps pour cela bien sur et ce n’est pas demain la veille…




      3



      3
    Jeday
    20 septembre 2017 - 21 h 04 min

    Que chacun trouvera une machine pour imprimer et c tout. La vie est facile n est ce pad




    6



    5
    Rayés Al Bahriya
    20 septembre 2017 - 19 h 46 min

    Tous des pyromanes….tous des chevaliers de l’apocalypse…
    Allez tous en enfer…
    Vive l’Algérie…
    Au travail …..




    12



    6
    Anonyme
    20 septembre 2017 - 19 h 23 min

    « Cet ancien chef du gouvernement plaide pour un changement radical qui permettrait de mettre le pays sur de nouvelles bases. » c’est quoi les nouvelles bases ??? ce type veut nous faire coloniser à nouveau et cette fois par l’arabie yehoudite et ses satellites!




    13



    10
    Anonyme
    20 septembre 2017 - 19 h 15 min

    monsieur USMS , monsieur benbitour ne fait peur a personne , c’est la réalité il faut l’admettre ,on ‘es dos au mur , on doit pas rester ignorant au point que meme les bonne opinions nous échappe juste par se que on’es pas sur les meme ondes ou par se que on partage pas les meme idées , celui qui a peur ne peut pas défié l’avenir et ne peut pas distingué le bon du mauvais , maintenant je ne sait pas si vous habiter le pays mais c’est si le contraire ne vous iniquité pas trop on’es encore la a défié le mal , l’incompetence et la mauvaise gérance , je suis sur qu’on s’en sortira , une question de temps , c tt .




    5



    9
    elhadj
    20 septembre 2017 - 19 h 10 min

    aux annonces de mauvaise augures des spécialistes en la matiere ,la peur;l angoisse s installent parmi les citoyens désespérés qui d ores et déjà sont confrontes,a part les oligarques et cadres hautement rémunérés , a la vie chère et s interrogent a juste titre ,face a la mauvaise gestion du pays conduite par les mêmes hommes politiques qui partent et qui reviennent aux commandes si on ne sera pas expose a la meme situation catastrophique que la somalie ou le Venezuela. un trouble inquiétant gagne les esprits et démobilise les plus énergiques si toutes les énergies de toutes les tendances ne sont pas rassemblées pour sauver le pays de la catastrophe




    5



    3
    USMS
    20 septembre 2017 - 17 h 48 min

    Arrêtez de faire peur au peuple au risque de le pousser à la révolte, et n’oubliez pas que vous fûtes ministre et que vous n’avez rien changé à la situation du pays qui va à vau l’eau depuis 1962.




    19



    14
    Djamel BELAID
    20 septembre 2017 - 17 h 38 min

    Face aux difficultés à venir, il est intéressant de développer l’agriculture urbaine. Planter un figuier dans sa cours ou au pied de son immeuble, développer les jardins potagers partagés en pied d’immeuble. Voir l’expérience de la ville de Détroit et de nombreuses autres villes dans le monde.




    17



    7
    mouatène
    20 septembre 2017 - 17 h 14 min

    le monsieur nous annonce la prochaine inflation. quelle audace !!!! il oublie qu’il en a créé la meilleur quand il était aux commandes. il oublie qu’il a mis le peuple algérien à genoux. ya si béni bitoor , un peu de retenue. reste chez toi et termine tes jours en beauté au lieu de vivre le stress de la politique. il y a beaucoups d’algériens jeunes et très compétents pour cela. rassures toi et reste tranquille.




    14



    14
    massinissa
    20 septembre 2017 - 17 h 05 min

    Vous aviez contribué au système jusqu’à votre exclusion. Ne nous faites pas l’expertise d’une decheance que nous connaissons!




    17



    15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.