Messahel à New York : «L’Algérie suit avec la plus grande attention l’évolution de la situation au Sahel»

Sahel New York
Plus de deux ans après la signature de l'accord de paix, la situation au Nord-Mali reste préoccupante. D. R.

L’Algérie a appelé, à partir de New York, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, à accélérer le processus d’opérationnalisation des bataillons du Mécanisme opérationnel conjoint et le déploiement des patrouilles mixtes dans toutes les régions du Nord-Mali, tout comme l’installation rapide et le fonctionnement normal des Autorités intérimaires pour le retour des services sociaux de base au profit des populations».

Abdelkader Messahel, qui intervenait lors de la réunion ministérielle sur la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, à laquelle a assisté le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a indiqué que «d’importants défis restent à relever dans la mise en œuvre de l’Accord» de paix intermalien issu du processus d’Alger.

Abdelkader Messahel a, par ailleurs, indiqué que la situation au Mali «a été marquée par des développements positifs qu’il faudrait réconforter par davantage d’actions tournées vers la mise en œuvre effective» de cet Accord, rappelant, à cet égard, la tenue de la Conférence de l’entente nationale et l’adoption subséquente de la Charte sur la paix et la réconciliation, le lancement du processus de révision constitutionnelle, l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies d’une résolution relative à la mise en place d’un régime de sanctions, la signature d’un accord établissant la trêve entre la CMA et la Plateforme et la finalisation en cours des discussions entre les parties maliennes signataires de l’Accord au sujet du retour de l’Etat malien et de ses symboles à Kidal ainsi que de l’opérationnalisation du MOC de Kidal et la désignation d’un observateur indépendant.

Abordant les réformes politiques et institutionnelles, Abdelkader Messahel a noté que «d’importantes étapes ont déjà été franchies avec, notamment, l’opérationnalisation des régions de Taoudénit et Ménaka dont les gouverneurs ont été nommés et installés, l’installation des autorités intérimaires et le processus en cours pour l’élaboration des textes législatifs et réglementaires relatifs à la décentralisation, à l’administration des territoires et aux élections ainsi que pour la révision constitutionnelle».

«Ce qui est réconfortant et mérite d’être souligné, a précisé le ministre des Affaires étrangères, c’est que toutes ces opérations déterminantes sont réalisées dans un esprit de dialogue et d’entente entre les parties signataires de l’Accord».

Enfin, Abdelkader Messahel a souligné que l’Algérie poursuivra ses efforts pour la construction de la paix, la stabilisation et le développement économique au Mali car elle suit «avec la plus grande attention» l’évolution de la situation au Mali et, d’une manière plus générale, dans toute la zone du Sahel.

C. P.

Comment (2)

    Amitou
    21 septembre 2017 - 16 h 44 min

    Notre pays doit absolument avoir a l oeil tout ce qui se trame dans les pays du sahel et surtoul au Niger,la ou des unites etrangeres operent en toute liberte en guise de « cooperation militaire » et de formation et livrants des armes……..Nos services doivent etre tres actifs dans ces regions.




    6



    3
    Kilma
    21 septembre 2017 - 9 h 24 min

    Salam Alaykoum Azzul fellawen, le seul »homme » qui devrait être à votre place s’appelle kaddafi, pour leur demander des comptes sur son pays détruit par eux et l’Afrique spoliée….




    3



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.