Mebarki : introduction de deux nouveaux diplômes dans le secteur de la formation professionnelle

Mebarki
Mohamed Mebarki. New Press

Deux nouveaux diplômes viendront étoffer le cycle d’enseignement du secteur de la formation et de l’enseignement professionnels dans le cadre de l’application de la nouvelle organisation se rapportant à l’enseignement, a annoncé, dimanche à Aïn Defla, le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki. Les diplômes en question ont trait au brevet d’enseignement professionnel (BEP) ainsi qu’au brevet d’enseignement professionnel supérieur (BEPS), a indiqué M. Mebarki, qui présidait la cérémonie liée à la rentrée professionnelle 2017-2018, signalant que l’introduction de ces diplômes vient concrétiser le vœu des jeunes et de leurs parents consistant à suivre un cycle de formation de niveau supérieur.

La nouvelle organisation se rapportant à l’enseignement sera appliquée de manière graduelle à partir de la rentrée 2017-2018 à travers les instituts de formation professionnelle implantés dans certaines wilaya, a précisé le ministre, assurant que tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés dans le but d’assurer la réussite totale de cette rentrée. Tout en signalant la mise en place de plus de 370 000 nouvelles places pédagogiques, il a fait état de la programmation de plus de 380 spécialités dans divers branches d’activités, faisant état de l’ouverture de nouvelles spécialités, à l’image notamment de la numérisation, des énergies renouvelables, de la rénovation des équipements ainsi que du montage des téléphones.

Il a observé que le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels a connu, dans le cadre de la réforme dont il a fait l’objet, un développement remarquable grâce à la mobilisation des enseignants et des responsables des structures de formation ainsi qu’à leur prise de conscience des défis et des paris qu’il y a lieu de surmonter. M. Mebarki a soutenu que le développement du secteur de la formation exige la poursuite des efforts en matière d’amélioration des programmes et de leurs contenus, la qualification continue des enseignants, l’exploitation rationnelle des équipements ainsi que la modernisation des méthodes de travail et de gestion.

Selon lui, la nouvelle politique du secteur basée sur le partenariat avec les entreprises économiques vise notamment à disposer de ressources humaines aux qualités et aux compétences élevées, signalant que cette expérience sera élargie cette année à d’autres partenaires versés dans divers autres domaines, tels notamment l’hôtellerie et le tourisme, les industries textiles et l’électronique. Le fonctionnement des organismes de concertation visant l’approfondissement de la politique de partenariat avec le secteur économique sera revu dans le but de l’optimisation de leurs prestations notamment en matière de délimitation des besoins en matière de compétences susceptibles d’améliorer l’aspect pédagogique.

Abordant la formation continue, il souligné que ce volet bénéficiera d’une importance particulière, faisant état dans ce contexte de la mise en place des équipements et de l’encadrement y afférent, outre l’amélioration du financement de cette opération. Abordant la formation à distance, il a soutenu que ce volet sera consolidé à la faveur de l’application du nouveau décret s’y rapportant, relevant que la modernisation des méthodes d’enseignement impose le recours aux technologies de l’information et de la communication.

Selon lui, le véritable défi du secteur de la formation et de la formation professionnels consiste à parachever le processus de réforme qui prenne en ligne de compte le souci visant la diversification de l’économie nationale en vue de la lier à la dynamique de développement mondiale, assurant que ce point a été mis en évidence par la président de la République lors du dernier Conseil des ministres tenu le 6 septembre courant. Il a noté que face aux difficultés financières conjoncturelles que connaît le pays et des défis imposés par son environnement, les jeunes se doivent de rallier le monde de la formation en vue de prendre part au combat visant l’édification du pays, notant que les données du ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale attestent que les diplômés des centres de formation trouvent un emploi plus facilement que les jeunes qui n’y sont pas passés.

Il a fait remarquer qu’à la veille des prochaines élections locales visant la consolidation du processus démocratique, il faut se rendre à l’évidence que la force de la jeunesse constitue la véritable richesse du pays, surtout si cette dernière s’arme de science et de savoir-faire, condition sine qua non pour son développement économique, social et politique.

R. N.

Comment (3)

    Moskosdz
    24 septembre 2017 - 23 h 47 min

    Du moment où l’Algérie pacte avec l’islamisme qui sait d’avance que c’est dieu qui fait tomber la pluie du ciel,c’est dieu qui a donné la couleur verte à la végétation,c’est dieu qui donne de bonnes récoltes agricoles,c’est dieu qui guérit le malade,le médecin n’est que »sabab »c’est dieu qui crée les vagues,le vent,les éclipses etc..à quoi bon serviront donc toutes ces universités et ces diplômes?.




    1



    1
    BEKADDOUR Mohammed
    24 septembre 2017 - 22 h 01 min

    En France une voie éprouvée, les L.E.P, Lycées d’Enseignement Professionnel, voie suivie par exemple par mon frère cadet, il est passé par TOUS les stades, C.A.P, B.E.P, B.T, Bac Technique, puis D.U.T, Technicien Supérieur, si bien qu’en France il est sous directeur d’une société française, c’est la voie ROYALE, être apte au concret à tout moment. Lors du C.A.P il avait réalisé la meilleure pièce de toute l’académie Aix-Marseille… Ya ouled Bledi, réveillez-vous, vive la palpable, le concret u Tahya El Jazaïr, les parasites vont bientôt s’évaporer, la nature en a horreur !




    2



    0
    MELLO
    24 septembre 2017 - 20 h 18 min

    Le BEP – Brevet d’Etudes Professionnelles- et non brevet d’enseignement supérieur , est un diplôme connu et reconnu dans la plupart des pays , ce n’est guère une invention , mais une remise en état d’un système d’enseignement professionnel qui a perdu son lustre d’antan. Les études supérieures dans le domaine professionnel existent partout dans le monde, mais en Algérie les différents ministres ont provoqué une déliquescence du domaine pour en faire un foutoir pour nos jeunes qui ont raté l’enseignement général.
    Ce n’est que justice, à condition d’en définir les conditions d’accès et d’en avoir l’encadrement nécessaire.




    5



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.