Benghebrit préconise d’éviter les visites officielles aux centres d’examens

examens, visites officielles candidats
Ouverture de l’enveloppe contenant les sujets de l’épreuve. New Press

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a préconisé mardi d’éviter les visites officielles aux centres d’examens pour l’ouverture des enveloppes contenant les sujets des épreuves pour ne pas déstabiliser les candidats et sécuriser davantage les examens. Dans une publication sur ses comptes sociaux (Facebook et Tweeter), la ministre de l’Education a écrit : «Le lancement des examens scolaires nationaux enregistre des visites officielles aux centres d’examens pour superviser l’ouverture des enveloppes contenant les sujets des épreuves et donner le coup d’envoi, allant parfois jusqu’à l’inspection des classes, ce qui déstabilise les candidats et suscite un climat défavorable à un bon début de l’épreuve.»

Expliquant que de telles situations sont à même de disperser l’attention du chef du centre, au moment où il a le plus besoin de concentrer toute son attention et sa vigilance sur les sujets, conformément aux strictes exigences du guide de gestion du centre des examens, précisant que les parents d’élèves, tant au niveau local que central, «ont souvent exprimé leur préoccupation à ce sujet». «Face au phénomène d’utilisation de petits objets de technologies de communication pour diffuser les sujets des examens sur les réseaux sociaux, dès les premiers instants suivant leur distribution, ces visites, avec tous leurs dispositifs protocolaires, peuvent constituer une opportunité à ce genre de dépassement», a estimé la première responsable du secteur de l’éducation.

«Ainsi est-il devenu aujourd’hui extrêmement important d’éviter ces visites pour sécuriser davantage les épreuves et garantir plus de sérénité et de calme dans les centres d’examen», a-t-elle expliqué, ajoutant que «ceci aidera les candidats à passer les épreuves dans de bonnes conditions, et c’est ce à quoi œuvrent l’ensemble des corps participant à l’organisation des examens scolaires nationaux».

R. N.

Comment (4)

    MELO
    23 mai 2018 - 14 h 30 min

    Madame la Ministre a ete la première à avoir foulé sa directive. Que faisait elle à El mènea sinon que remettre en cause sa décision de la veille. Toutes ces jaccasseries n’avancent en rien les réformes de l’éducation qu’elle semble proposer, car le niveau scolaire reste encore très bas. Malheureusement, ce niveau va de mal en pis,avec toutes ces décisions à l’emporté pièce.

    1
    1
    LOUCIF
    23 mai 2018 - 11 h 08 min

    Bravo Madame Benghebrit d’avoir interdit les centres d’examen aux mouhafedh, chefs de daira, wali , sénateurs et autres députés qui ne sont là que pour la caméra, qui encombrent ces centres et qui déconcentrent les élèves !

    3
    1
    Anonyme
    23 mai 2018 - 5 h 43 min

    Après avoir défendu Madame Benghebrit, je jette l’éponge. Elle est superficielle comme le dit le précédent intervenant. Elle verse dans le psychologisme alors qu’on attend d’elle de la rigueur, un travail structuré et tangible. Toutes ses interventions sont désormais des reculades, du sur-place, du blabla terminologique sans qu’elle explicite ce qui est entendu dans son mirage de mots publicitaires. Désolé de blesser les fans de Benghebrit dont je ne fais plus partie : elle est incompétente, car elle n’ose pas l’explicitation de ses projets de façon claire et aucun progression n’est encore réellement perceptible. Les effets d’annonces c’est bon pour un moment, après cela devient du bavardage pour tenir les esprits en laisse. Il faut une personne visionnaire à ce poste, Benghebrit tourne en rond et ne construit rien de réel. A quand un vrai ministre de l’éducation ? C’est pour quand ?

    4
    3
    Mme CH
    22 mai 2018 - 22 h 23 min

    Qu’est-ce qu’elle préconise encore..notre ministresse…??? Que du superficielle alors qu’elle s’attaque au fond..aux constantes de la nation tout en douceur….!! Petit à petit l’oiseau fait son nid, soit chez Freinet, soit chez Vallaud, soit…soit…!!

    Le riche laboureur et ses enfants

    Travaillez, prenez de la peine :
    C’est le fonds qui manque le moins.
    Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
    Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
    Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
    Que nous ont laissé nos parents.
    Un trésor est caché dedans.

    Saha Shorkoum…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.