Ouyahia : «Nous allons faire payer les Algériens les plus riches»

Ouyahia
Ahmed Ouyahia. New Press

Par Hani Abdi – Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a affirmé qu’un impôt sur la fortune sera proposé dans l’avant-projet de loi de finances pour 2018. S’exprimant aujourd’hui avant l’adoption de son plan d’action par le Sénat, Ahmed Ouyahia a souligné que la politique de l’Etat vise à redresser les finances publiques et à faire payer les grosses fortunes.

Le Premier ministre rassure que cet impôt direct va s’ajouter à l’impôt sur le patrimoine, qui reste modeste. Ahmed Ouyahia rassure ainsi que cet impôt sur la fortune ne concernera pas l’écrasante majorité de la société. C’est un impôt qui va cibler les 10% de nantis. Aussi, Ahmed Ouyahia dément l’institution d’une taxe pour les Algériens qui se rendent à l’étranger. «Je profite de l’occasion pour préciser que le gouvernement n’envisage pas de taxe sur les Algériens qui se rendent à l’étranger», a déclaré M. Ouyahia, rappelant, cependant, que l’Etat avait accordé d’«importants avantages» au secteur du tourisme depuis 2009, citant, entre autres, l’exonération sur une durée de 10 ans de l’IBS (impôt sur le bénéfice des sociétés) ou sur la TAP (taxe sur l’activité professionnelle).

Les réserves de l’Algérie en or représentent actuellement l’équivalent de plus de six milliards de dollars, a, par ailleurs, indiqué le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, en réponse aux préoccupations des membres du Conseil de la nation. Ce montant vient en plus des réserves de change qui sont de l’ordre de 102 milliards de dollars en septembre en cours, a-t-il ajouté.

Ahmed Ouyahia a également rassuré les retraites sur le versement sans retard de leurs pensions. «Je tiens à rassurer les retraités que leurs pensions seront toujours payées», a affirmé M. Ouyahia, précisant que «face aux graves difficultés financières du système de retraite, le gouvernement a arrêté des mesures qu’il soumettra dans l’avant-projet de loi de finances pour 2018». Parmi ces mesures, le gouvernement inscrira 500 milliards DA à verser à la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnas) pour lui rembourser une partie des montants qu’elle a prêtés à la Caisse nationale de retraite (CNR).

H. A.

Comment (30)

    Benhabra brahim
    28 septembre 2017 - 19 h 11 min

    Anonyme 28 sept [email protected] beau programme que tu presente??!!..mais,pour clarifier mon precedent commentaire,voila en realite comment le quotidien se presente.A titre d exemple(a appliquer au reste du pays) a el hamiz les importateurs (electromenager et autres produits )payent ,tiens toi bien!!!!!.. en impots pratiquement les memes montants qu un detaillant(alimentation..boucher..droguiste…etc).Tu la veux l explication??….les rois ce sont les inspecteurs des impots………,ya ragued qui enta qui ouyahia.




    0



    0
    yabdas
    28 septembre 2017 - 18 h 57 min

    cet impot a deja ete institue et aussitot abandonne par le passe a cause des difficultes de faisabilite.les retraites erodees par les devaluations sans fin du dinar, l’Etat ne devrait-il pas en garantir le pouvoir d’achat comme cela se fait ailleurs.une retraite,par exemple, de quinze mille dinars en 1997,a-t-elle le meme pouvoir d’achat en 2017.




    0



    0
    Erracham
    28 septembre 2017 - 15 h 33 min

    Mr. Le PM, vous qui êtes notre phare d’Alexandrie, notre génie des Carpates, notre futur prix Nobel d’économie, répondez simplement par oui ou par non à cette question simple: Quelle fortune allez-vous taxer, celle qui existe en Algérie oubien celle acquise à l’étranger? J’imagine que vous allez me dire que notre fisc n’a pas juridiction en dehors du pays. Il suffit donc à un oligarque de transférer, grâce à des complicités ou au bureau de change du Square Port Saïd, l’essentiel de son pactole pour être exempté de votre ISF. Deux questions subsidiaires: Quelle est donc l’assiette de cet impôt et quel en sera le taux que vous comptez mettre en oeuvre. Voyez-vous, le diable est dans le détail et si vous ne nous préciser les réponses à ces questions, celà signifiera, qu’une fois de plus, vous envisagez de nous rouler dans la farine, et ça vous savez le faire mieux que tout autre, c’est votre signature, votre prouesse, votre haut-fait d’arme. Au fait, avez-vous estimé combien cet impôt rapportera au Trésor public, des clopinettes par comparaison avec ce que paient les salariés j’imagine. J’attends votre budget pour confirmer mes craintes.




    6



    1
      E=MC2
      28 septembre 2017 - 16 h 14 min

      On dit souvent que « l’impôt tue l’impôt ». Il sera donc aisé de faire échapper les fortunes en décidant de n’imposer que les super fortunés. Combien sont-ils? Une dizaine! Ensuite, le taux d’imposition ne sera que symbolique, moins de 1%. Voilà, le tour est joué! Je vous parie qu’à l’heure actuelle, Alilou a donné sa bénédiction et qu’il est même prêt à offrir une tournée générale. Finalement notre fisc ne s’enrichira que de quelques milliers (pas millions) de DA. Notre ISF ne rapportera RIEN. Toute cette gesticulation n’a pour but que de leurrer l’opinion publique. Ouyahia est passé maître dans l’art de l’esbrouffe et rien ne devrait nous surprendre!




      5



      1
    MELLO
    28 septembre 2017 - 14 h 54 min

    Mr Tebboun allait faire payer les riches , il l’a payé trop cher , avec le soutien de ce Ouyahia. A partir de combien , on est riche en Algérie ? Connaissez vous les montants engrangés par cette minorité pour pouvoir les taxer ? Soyons sérieux, on ne mélange pas les retraités à 18 000 DA avec tous ces riches qui s’enrichissent davantage , dans un même discours. Si par malheur vous touchez aux pensions des retraités, le sang des martyrs jaillira et vous englobera. Ne parlez plus de retraités, car c’est votre gestion catastrophique qui a fait que la CNAS ne recouvre pas la demande de la CNR.




    2



    1
      Micka
      28 septembre 2017 - 18 h 47 min

      C’est plutôt le fait que les algériens préfèrent consommer des produits importés au détriment de ceux produits localement, ce qui fait comme cela a déjà été dit que le nombre de cotisants / retraités qui était de 5 cotisants pour un retraité et que ce ratio est actuellement de 2 cotisants par retraité.
      On estime que le ratio d’équilibre d’une caisse de retraite est de 4 cotisants par retraité, d’où le déficit de la CNR renfloué par la CNAS.
      Acheter local c’est préserver les emplois des algériens malgré tout ce qu’on peut dire sur la qualité ou l’esthétique de ces produits.
      Acheter un produit importé c’est avoir le sentiment pour le consommateur algérien d’être au même niveau que le consommateur européen mais il faut en payer doublement le prix, le prix d’achat et le cout de la destruction d’emplois et la fermeture de sociétés qui pourraient fournir des emplois dans l’avenir.
      En fait, il faudra à un moment choisir entre une situation où on a les moyens d’acheter un produit local de qualité moyenne et celle où on ne pourra plus rien acheter du tout et toucher des retraites réduites au minimum.
      Si on veut aller plus loin dans le développement des conséquences il faudrait aussi évoquer la dislocation de la société algérienne, l’insécurité et les zones de non droit inhérentes à l’accroissement de la grande pauvreté et la lutte pour la survie des populations.
      L’acte d’achat est tout sauf anodin, des pays ont assuré leur développement grâce au patriotisme économique, le fait de consommer des produits locaux, alors qu’ils ne possèdent aucune matière première exportable, notamment le Japon et la Corée.
      On oublie que dans les années 1950 et 1960 les produits de ces pays n’égalaient pas en qualité ceux des pays européens ou ceux des USA, néanmoins la population les achetait car elle connaissait les enjeux.
      D’ailleurs en Corée, était considéré comme traitre au pays celui qui achetait un produit étranger, à cette époque.
      En 2006 un algérien a séjourné pendant 20 jours en Corée et notamment à Séoul, la capitale, et il n’a aperçu que quelques voitures étrangères en circulation.
      Le résultat est là aujourd’hui.




      2



      0
        MELLO
        29 septembre 2017 - 12 h 36 min

        Oui , Micka, mais la volonté politique n’existe pas chez nous. Il faudrait voir du coté des importateurs pour voir qui sont ces gens qui importent . De l’autre , on se souvient tous des premières opérations de déstructuration de nos entreprises locales. En conclusion , ceux qui nous gouvernent ne sont guère pour l’émancipation et le développement des produits locaux. On est loin de la décision prise par la Corée du Sud pour développer son produit local.




        1



        0
    karimdz
    28 septembre 2017 - 12 h 15 min

    Cela me semble etre une excellente proposition et projet on l espère, faire payer les riches, d autant qu une partie, n a pas acquis honnêtement ses biens.

    Il faudra tout d abord inviter tous les algériens à déclarer leur patrimoine, c est une autre partie de manche.

    A propos, Ouyahia fait partie des riches, il devra donc se conformer également à la loi et payer un impôt sur les grandes fortunes.




    2



    2
    Anonyme
    28 septembre 2017 - 10 h 16 min

    Dans nos temps une exonération d’impôt est injuste, les algériens moyens payent déjà un impôt sur leurs biens louer mais les riches ne payent rien ont des connaissances et el katafe comme on dit chez nous, sont toujours les plus pauvres qui paient bonne chance Monsieur ouyahia




    2



    0
    صالح/لجزائر
    28 septembre 2017 - 7 h 59 min

    si , si Ouyahia , est là pour faire payer les Algeriens les plus riches , pourquoi si Tebboune est ailleur ? .




    4



    2
    Benhabra brahim
    28 septembre 2017 - 1 h 23 min

    C est quoi « un riche » en Algerie??….Pour la zakate par exemple le montant soumis a cette derniere est a partir de 450 milles dinars.Pour Ouyahia ca va etre une belle partie de « trompoline  » en persrective pour debusquer ses futures ………………….zakati nouvelle vague.
    ..




    4



    0
    anonyme
    28 septembre 2017 - 0 h 40 min

    Tout de meme, et malgré tout, on doit souhaiter à Mr. Ahmed Ouyahia, notre premier ministre plein de succès,
    D’efficacité, et de justice, dans sa politique économique, de lutte contre les déséquilibres, et les inégalités économiques
    Avec beaucoup d’autorité gouvernementale, et de discipline des acteurs économiques majeures, et influents
    Soyons confiants, et optimistes, pour l’avenir de l’économie algérienne, et de l’Algérie
    Et pour réussir, les idées modestes ne manquent pas, et parmi les idées nombreuses, et modestes
    On peut citer:

    1°) – Réformes, et restructurations de l’ensemble de l’économie algérienne, dépendante des importations étrangères,
    (surtout, de France,…), avec ses consommations intérieures, boulimiques, en croissance incontrolèe (cercle infernal, et vicieux ?!)
    2°) – Nationalisations, et réformes du secteur du commerce extérieur,(un talon d’Achille), fragilisant, sérieusement, l’économie
    Monopolisé par des importateurs puissants, et protégés (politique de la redistribution injuste, et inefficace de la rente pétrolière)
    3°) – Austérité, et coupes budgétaires sévères, dans les dépenses de fonctionnement de l’état (administrations, bureaucraties,…)
    Déficits d’état, pénalisant durement l’activité économique, en aggravant l’inflation, la croissance économique, et l’emploi
    4°) – Encouragements, et priorités des financements, et des investissements, aux secteurs créateurs, et exportateurs de richesses
    Agriculture, Elevages divers, Peche, Hydraulique, Forets, et surtout les Petites, et Moyennes Entreprises Agricoles,
    Agro-Industrielles, et Agricoles, dynamiques, innovantes, souples, et facilement gérables, productrices,
    Et exportatrices, sources d’entrée de devises, pour le pays
    5°) – Réformes profondes de l’enseignement, de la formation professionnelle, et de la recherche scientifique, et technologique du pays
    Pour la maitrise, la création, et l’innovation industrielles, et technologiques, armes économiques redoutables, dans l’avenir
    A forte valeur ajoutée (assistance technique trop couteuse, balance de paiements pénalisante, pour les finances du pays
    A ne pas négliger, où sous-estimer…)




    4



    4
    VRAIMENT LOL
    27 septembre 2017 - 23 h 49 min

    ya une solution plus rapide : aller chercher l’argent là où il est : chez chakib et sa clique des daltons ! pas moins de 2 à 3 milliards de dollars déja à réccupérer , autrement dit la moitié de la valeur de l’Or que l’algerie posséde !




    13



    4
    Felfel Har
    27 septembre 2017 - 22 h 56 min

    Attention Hmimed, Alilou va se plaindre à Sidou et Sidi S! Aya sidi, vous allez décider dans la LF2018 de taxer les fortunes et les signes extérieurs de richesse, assumons que les « dipitis » vont la voter, dites-moi qui va mettre en oeuvre cette mesure? A partir de quel seuil de richesse allez-vous taxer et à quel taux? Où sont vos inspecteurs des impôts? Seront-ils absolument incorruptibles? Seront-ils protégés? Nos juges vont-ils poursuivre les contrevenants ou serait-ce l’impunité? D’autres PM avant vous ont inscrit dans leur plan d’action des mesures de justice fiscale, sans succés. Les loups que notre gouvernement a nourris en 20 ans sont devenus féroces. Ils ne lacheront rien! Tant qu’il n’y a pas un large consensus pour livrer une vraie guerre à l’argent sale, vous courrez vers un échec. Assurez-vous surtout que le clan ne vous poignardera pas dans le dos comme il l’a fait avec vottre prédecesseurTebboune!




    18



    0
    Expression
    27 septembre 2017 - 22 h 11 min

    Si vraiment on et des vrais musulmans et ou l’égoïsme et pas Roi,la solidarité doit primer avant toutes choses,si on fesais payer les fortunes tout cour,les grandes sociétés,le foncier,et et les jours fériés au détriment du peuple dans dessou tout le monde trouverez ces comptes et la vie serez plus Belle,il faut pas sortir des grandes écoles pour comprendre cela mais plutôt la volonté de certains surtout ceux qui ont la responsabilité de diriger le pays que leurs actions et visions et fausse et malsaines voilà tout.




    3



    1
    Rascasse
    27 septembre 2017 - 22 h 06 min

    En psychorigide ne voyant que le soleil alors que c’est déjà la lune, en soldat sauveur du système Ouyahia a accepté d’assumer la planche à billet et d’endosser la sale besogne juste pour revenir au pouvoir : un fou du pouvoir ennemi de la raison, le pouvoir a senti le danger de ne pas payer ses fonctionnaires et advienne que pourra…




    5



    2
    water water
    27 septembre 2017 - 21 h 37 min

    Les Algériens les plus riches, je dirai plutôt les anciens pauvres.




    10



    0
    Elkhayam
    27 septembre 2017 - 20 h 50 min

    Par  » riches  » Ouyahia veut dire les salariés moyens par des ponctions sur salaires.




    12



    2
    HAMMACHE HASSINA INGÉNIEUR EXPERTE EN CONSTRUCTION
    27 septembre 2017 - 20 h 22 min

    HAMMACHE HASSINA INGÉNIEUR EXPERTE EN CONSTRUCTION
    Plus explicite le contrôle de qualité doit se faire à priori et non pas à posteriori.




    9



    7
    HAMMACHE HASSINA INGÉNIEUR EXPERTE EN CONSTRUCTION
    27 septembre 2017 - 20 h 10 min

    HAMMACHE HASSINA INGÉNIEUR EXPERTE EN CONSTRUCTION
    Oui pour un Etat Régulateur
    La fonction de régulation de l’État consiste à agir sur l’évolution économique de façon à en améliorer les principaux indicateurs (croissance, emploi, équilibre extérieur et stabilité des prix) à Long terme (LT), en orientant l’économie par la régulation structurelle, et à Court et moyen Terme, par la régulation conjoncturelle. Il faut bien lire les théories de John Maynard KEYNES. Reste que tous les ministères sans exception doivent travailler dans le sens de l’application du plan assurance qualité ( LE PAQ) c’est-à-dire comme dans le cas de la construction, la qualité doit être prise en compte à priori et non pas à posteriori, ce n’est pas après effondrement du pont qu’on doit refaire le travail de manière qualitative c’est bien avant qu’il faut réunir tous les moyens qualitatives pour une meilleure réalisation.




    16



    13
      MELLO
      28 septembre 2017 - 14 h 46 min

      Le pont est déjà cassé, l’eau nous submerge que faudrait il faire ? Un PAQ ? Sur la base de quelle norme : ISO ? AFNOR ? TUV ? Donnez nous les références de la norme pour gérer ce pays.




      0



      0
    zoheir
    27 septembre 2017 - 20 h 05 min

    Donc d’apres le titre de l’ article, ce n’est que maintenant qu’ils vont commencer a payer? Dire que mon salaire brut mensuel est taxe a 33 % tous impots compris et svp preleve a la source. On se demande apres pourquoi les gens montent au maquis! Pfftt!




    22



    3
    TOLGA - ZAÂTCHA
    27 septembre 2017 - 20 h 04 min

    Ah bon, si H’mimed ? Vous comptez « … FAIRE PAYER les Algériens LES PLUS RICHES… ». C’est très bien, et cela vous « honore » même. Combien même si je trouve assez bizarroïde ce que vous dites là. En effet, car c’est EXACTEMENT ce qu’a dit, et bien avant vous, le « pauvre » TEBOUNE… Vous l’avez viré rien que pour çà. Mais dites donc, si H’mimed, n’êtes-vous pas entrain de faire du TEBOUNISME…. par hasard !? Voire par nécessité ou pur intérêt. Vous me faites penser au Nobel français Jacques MONOD dont la thèse qui lui a valu le prix de la plus haute distinction nobélisée : LE HASARD ET LA NÉCESSITÉ. Toute proportion gardée, toutefois….. n’est-ce pas ?




    12



    1
    Anonyme
    27 septembre 2017 - 19 h 51 min

    Ouyahia : «Nous allons faire payer les Algériens les plus riches»: phrase démagogique, pour narguer, et tromper le peuple
    Installé par le clan des oligarches enrichis
    En rusé, fin démagogue, et fin populiste, il sous entend, par là, à faire payer les algériens les plus pauvres
    « Mahgourti ya djarti », جوع كلبك يتبعك, le peuple n’est pas amnésique, il a une mémoire d’éléphant, il connait bien Si Ahmed Ouyahia
    Et ses ambitions maladitives
    Le peuple n’est qu’un tremplin, pour le saut, vers la présidence, et la célébrité, sur les ossements des affamés du peuple algérien
    Austérité, à deux vitesses, et inégalités, aux conséquences imprévisibles, pour le pays
    En l’abscence de réformes économiques justes, crédibles, courageuses, et transparentes, et de justice sociale
    Politique des revenus, fiscalité égale, et juste, impots sur les fortunes , des tabous occultés
    Qui résistent encore à la justice, et à la transparence
    La vérité ne nuit à personne, mais rapproche, et corrige




    10



    2
    elhadj
    27 septembre 2017 - 19 h 18 min

    après avoir lessive les citoyens au bas revenu et permis la constitution impunie de grosses fortunes qui a engendre une oligarchie mafieuse introduite meme dans la sphère du système voila qu on nous tente de nous faire croire pare un slogan trompeur qu ils vont faire payer les algériens les plus riches.ceux la meme qui par le biais de credits bancaires ,d importations frauduleuses ou surfacturées,de projets surévalués trop souvent mal réalisés ou inachevés se sont permis par des moyens douteux d acquérir des biens immobiliers a l Etranger ou de constituer des capitaux faramineux qui aurait du inciter le FISC a déterminer leur enrichissement fulgurant devant être soumis a l impôt.




    11



    2
    friend of peace
    27 septembre 2017 - 19 h 16 min

    Les pauvres ont besoin de certitudes et d’Etat qui fonctionne qui veille sur les droits et devoirs. benbella aussi disait « vous voyez ces riches qui frimment? Etbien dans peu de temps ils seront comme vous », le socialisme de la disgrace!.Il faut passer du parti baatfln feodal où il faut passer par courbettes pour accéder aux droit et imperativement passer un systeme d’assistance sociale universel où le citoyen se sent actif et pas assisté ou mort vivant. Pour ce faire il est imperatif d’avoir des données fiables. Ensuite etablir un lien à 3 : entreprises Etat et citoyen. Dans ce cadre la confiance se rétablirait et donc les reformes auront un sens par ce qu’il y a adhèsion basée sur la reconnaissance des droits et devoirs. Dire de “Consommer Algerien à un chomeur, c’est comme quand Mrie Antoinette disait mangez des brioches si vous manquez de pain…”




    8



    16
      friend op peace
      28 septembre 2017 - 10 h 10 min

      Ils vont faire payer aux riches une petite taxette qui hallalisera les bien mal acquis….




      1



      0
    mzoughene
    27 septembre 2017 - 18 h 20 min

    ya el bourricot du village ,tu peut raconter ca a haddad , a sidi said , abouchouareb , chakib khalil …………trêve de mensonges et de bavardage espèce de langue de bois fourchue !




    17



    6
    Algérien nationaliste
    27 septembre 2017 - 18 h 14 min

    Il faut un modèle national socialiste comme en Corée du nord c’est ce qui sauvera l’économie algérienne et les algériens, et je trouve que les élites algériennes vont dans le bon sens, c’est très bien.




    10



    5
      manman1954
      28 septembre 2017 - 4 h 22 min

      @Algérien nationaliste

      Eh Marroqui ! Occupe-toi de ton maître Mohamed VI, le plus grand voleur d’Afrique …




      1



      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.