Rif : des activistes marocains dénoncent le «silence complice» de l’UE

Rif
La mort de Mohsen Fikri, vendeur de poisson à El-Hoceïma, broyé par une benne à ordures, a mis le feu aux poudres dans le Rif. D. R.

L’activiste sociale et politique marocaine Fatima Beladel a dénoncé, mardi à Bruxelles, le «silence complice» de l’UE et des gouvernements européens par rapport à la vague de répression et d’arrestations arbitraires au Rif (Nord du Maroc), plaidant pour un «soutien international» en faveur de la libération des détenus marocains.

«Pourquoi l’UE n’a pas soutenu la mobilisation du Rif» s’est-elle interrogé lors d’une soirée organisée sur le thème de «Révolte dans le Rif, quel avenir pour le Hirak», estimant que «les gouvernements européens sont complices» pour avoir fermé les yeux sur «des pratiques de torture révélées par des organisations et activistes marocains».

L’activiste marocaine a regretté que l’UE ait cédé au chantage des autorités marocaines de la collaboration contre le terrorisme. «Le Maroc joue la carte du terrorisme et l’utilise pour faire pression sur l’UE afin de ne pas intervenir», a-t-elle soutenu.

Depuis le décès, fin octobre 2016, du jeune marchand de poisson Mohsen Fikri, broyé par une benne à ordures alors qu’il tentait d’empêcher la destruction de sa marchandise saisie par la police, la mobilisation n’a jamais cessé à Al-Hoceïma (nord du Maroc) et dans plusieurs localités alentour. Le mouvement s’est même durci pour exiger que justice soit faite pour la mort du jeune poissonnier, mais également pour porter des revendications économiques et sociales en faveur de cette zone enclavée.

Animé par des jeunes de la région, le mouvement de contestation populaire Hirak est longtemps resté pacifique. L’arrestation, fin mai dernier, de Nasser Zefzafi, le leader du mouvement, a marqué un durcissement de la crise. 427 personnes, notamment les activistes constituant le noyau dur du mouvement, sont actuellement détenues dans les prisons marocaines, selon Fatima Beladel. Accusés d’ «atteinte à la sécurité de l’Etat» ou de «séparatisme», de nombreux militants du Hirak risquent de lourdes peines. Pour cette activiste, c’est la mort de Mohsen Fikri qui a été le «déclencheur» de nouvelles demandes sur les conditions de vie d’une population marginalisée. «Les manifestations cristallisent une colère préexistante, liée au faible développement économique du Rif», a-t-elle affirmé, soutenant que la marginalisation de cette région est «programmée» par les autorités marocaines. Elle en veut pour preuve le taux de chômage élevé dans la région et qui avoisinerait les 60%. Pour Fatima Beladel, la souffrance des marocains du Rif est «réelle». Et de souligner que le mouvement de contestation populaire au Rif était «spontané» et que les femmes aussi sont très nombreuses à y participer et à investir les rues et les réseaux sociaux, malgré le fort conservatisme dans ce milieu rural.

Le militant des droits humains et activiste dans le comité Mohsen Fikri, Said El Amrani, a déploré, de son côté, le silence des dirigeants européens, notamment de la France, sur «la répression qui continue», soulignant que les autorités marocaines «refusent le dialogue et préfèrent répondre par la violence». «Contrairement à l’image d’un Maroc respectueux des droits de l’homme, de la démocratie et de l’Etat de droit que les autorités veulent véhiculer, le Makhzen réprime les manifestants et ne laisse point de place à la liberté d’expression», a-t-il ajouté. Evoquant les racines profondes de la révolte du Rif, ce militant a assuré que la population exprime sa colère par rapport à la situation de l’emploi et au sous-développement de la région, dépourvue de toute commodité. «La population réclame une université et un hôpital, un centre d’oncologie fonctionnel», a-t-il précisé, faisant remarquer que la région connaît un taux très élevé de cancers en raison des bombardements au gaz chimique perpétrés par les Espagnols lors de la guerre du Rif (1921-1926). «Il n’y a pas d’annexe universitaire dans le Rif et les jeunes doivent aller dans d’autres régions, parfois très éloignées, afin de faire leurs études supérieures», a-t-il encore ajouté.

Pour Saïd Boudouina, membre du Parti socialiste unifié (PSU), la répression du Rif ne date pas d’aujourd’hui : cette région est «très marquée par la migration» en raison des politiques de répression qui se sont abattues sur la population locale au fil des années.

R. I.

Comment (3)

    Moskosdz
    9 novembre 2017 - 19 h 38 min

    Dans les années 20,le Rif était une république prospère et indépendante,mais depuis son occupation par l’état colonial Marocain,la population de cette contrée a toujours été considérée par la monarchie de Rabat d’Apaches et de chiens à affamer pour qu’elle suive son maître,réduite donc à l’état d’esclavage,le berbère du Rif avait le choix entre s’exiler,vendre la drogue,se prostituer ou forcer sa femme à accueillir le Juif et l’occidental avec la danse du ventre afin de subvenir à ses besoins quotidiens.




    0



    0
    Yeoman
    28 septembre 2017 - 14 h 11 min

    Vous ne pouvez pas demander la justice pour le Rif et soutenir l’impitoyable chape de plomb imposée aux Sahraouis. Cessez votre surenchère sur la soi-disant marocanité du Sahara Occidental et vous serez plus crédibles.




    2



    3
    Expression
    27 septembre 2017 - 22 h 46 min

    Je suis de tout cœur avec vous mes Soeurs et Frères du Rife et de partout dans le monde où la percecusions et la torture et pratiqué combatter jusqu’à obtention de ce que vous demandez et la liberté de parole, l’homme à était crée libre et fière pas le contraire.




    3



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.