La mobilisation citoyenne met en échec une arnaque à l’APC de Béjaïa

ordures arnaque
Ligne de tri des ordures. D. R.

Par Ramdane Yacine – Le Comité citoyen de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques dans la wilaya de Béjaïa rend hommage à la mobilisation citoyenne qui a permis de mettre en échec l’arnaque de l’entreprise dénommée Club 92 qui devait réaliser un centre de tri des déchets dans la commune de Béjaïa.

Après avoir rappelé que l’APC de Béjaïa a voulu confier un projet de traitement des déchets au Club 92, lequel avait surestimé le prix de la collecte des déchets, le Comité indique avoir alerté l’opinion publique et les autorités, et dressé un tableau pour comparer l’offre du Club 92 pour l’APC de Béjaïa aux prix appliqués à l’APC d’Oran. Selon ce tableau comparatif, la tonne de déchets collectée coûte à la commune d’Oran 5638 DA contre 11 670,20 DA pour ce projet à Béjaïa, soit un écart d’un peu plus de 6000 DA la tonne ; l’APC de Béjaïa allait débourser 33,8 milliards de centimes de plus chaque année pour le même volume de déchets.

Dans son communiqué, le Comité déclare qu’après une mobilisation citoyenne sans faille, les autorités ont fini par réagir. Ainsi, le 18 septembre 2017, les représentants de la société Manabí Environnement spécialisée dans la gestion des déchets, dépêchée par le ministère des Ressources en eau et de l’Environnement, se sont réunis avec le wali de Béjaïa. Mananbi Environnement s’est engagée pour un montant de 4 129,50 DA pour la collecte de la tonne de déchets en générant quelque 691 postes d’emploi directs. Des prix inférieurs à ceux pratiqués à Oran et près de trois fois moins élevés que ceux proposés par le Club 92, lit-on dans le communiqué.

Le Collectif rappelle que l’offre du Club 92 était venue parasiter l’offre d’un milliard de dinars du groupe Cevital – qui tient toujours – et celle qui consiste à daller, sur les fonds propres du groupe, l’oued Seghir. Cependant, la décision a été «validée sans aucune prospection, ni consultation, ni avis d’appel d’offres et donc sans respect aucun des règles de la concurrence».

Par ailleurs, le Comité de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques dans la wilaya de Béjaïa a tenu à apporter son soutien indéfectible à son chargé de communication qui est poursuivi en justice par le directeur du port de Béjaïa. Le directeur du port de Béjaïa «continue son acharnement contre Cevital et ses travailleurs», lit-on dans la déclaration, qui rappelle enfin au directeur du port et à ses commanditaires qu’aucune de ses tentatives d’intimidation ne les fera taire.

R. Y.

Comment (13)

    Arezki
    29 septembre 2017 - 23 h 22 min

    Ce collectif doit servir d exemple à tout le peuple algérien au moment où on est entrain de l appauvrir




    4



    0
    Arezki
    29 septembre 2017 - 23 h 21 min

    Bravos à ce collectif il doit servir d exemple au peuple algérien au moment où on est entrain de l appauvrir au vu et au su du monde




    4



    0
    Akli Boughzer
    29 septembre 2017 - 22 h 06 min

    C’est malheureux de constater que la plupart des responsables ne voient que leur intérêt personnel alors qu’ils sont élus ou nommés en principe pour privilégier l’intérêt général de la collectivité dont ils ont la charge.Ce qui s’est passé à Béjaïa est malheureusement légion partout en Algérie où tout ce qui compte en premier c’est la ristourne qui va dans la poche du véreux « responsable » au détriment de la collectivité.Certains maires passent leur temps à refaire les trottoirs souvent en bon état alors que tout alentour est délabré y compris le siège de l’APC.Au lieu de bitumer ou même bétonner ces trottoirs comme dans toutes les villes et villages du monde,non ils s’obstinent à mettre du carrelage qui ne tient pas 6 mois et qu’il faut refaire à cause de sa mauvaise qualité et aussi du travail mal fait et bâclé.Nous sommes devenus une société de gaspilleurs où la corruption et la gestion au petit bonheur,la chance règnent. Cevital qui conjugue la rationalité et la bonne gestion saine est indésirable et tous les moyens mafieux sont bons pour le casser.Bravo à la société civile de Béjaïa qui ne baisse pas les bras devant l’arbitraire.




    5



    0
    RamiAmiop
    29 septembre 2017 - 19 h 21 min

    Bravo,c’est un exemple à suivre.Il ne faut rien attendre des élus,ni des oligarques qui s’agissent seulement pour remplir leur poches et celles de leur proches.Ils n’ont pas une once de patriotisme. Le peuple doit se mobiliser et se prendre en charge au lieu d’attendre le messie et se faire écraser et clochardiser par les islamo-conservateurs.La mobilisation doit se traduire par le volontariat,les associations afin de préserver l’environnement,le cadre de vie.etc..le nettoyage des écoles .




    5



    0
    Meli
    29 septembre 2017 - 19 h 04 min

    On veux la même chose dans toutes nos Wilayas c encourageant, car les poubelles sans devenues une décoration dans nos rues.




    4



    0
    zellidje
    29 septembre 2017 - 19 h 02 min

    club 92 ? drôle de nom pour une entreprise de « traitement » des déchets ménagers ?! les algériens sont passés maîtres dans l’art de nommer les entreprises de façon inapproprié; manque de culture sans doute! ce comité nous serait bien utile à Alger où sévissent toujours les escrocs de la dézingue de trottoirs!




    4



    0
    Nasser
    29 septembre 2017 - 14 h 55 min

    c’ est aussi une façon de s’émanciper de la tutelle du « pouvoir »…voici une nouvelle preuve de la société civile qui se mobilise pour de justes causes et qui exprime sont ras le bol aux individus qui outre passe leurs fonctions lorsque que leurs intérêts ou celui de leurs fidèles mafieux sont menacés et ne veux surtout pas que l’ on marche sur leurs  » plates-bandes », désolé pour vous mais la société civile n’ est pas composée que de « beniouioui », alors à ceux là et celleslà je les encourage à poursuivre cette quête de justice




    4



    0
    Cheikh kebab
    29 septembre 2017 - 14 h 18 min

    Il faut poser la question suivante: de quel droit un dg de port interdit le DÉBARQUÈMENT de matériel??? S’il y a des autorisations quelconques à demander c aux douanes,au commerce ou industrie de l’exiger et non au port!! Et ensuite ce matériel est payé donc par le biais de banque donc le dossier contient toutes les autorisations demandées!! C sur c questions qu’il faut attaquer ce dg de port aux ordres! La question de l’implantation de l’usine vient après.




    10



    0
      Felfel Har
      30 septembre 2017 - 14 h 21 min

      Il n’y a pas de droit en Algérie. Seule compte la tchipa! C’est la clé magique qui fait aboutir toutes les transactions avec l’État ou ses institutions. Notre monarque a fait sienne la devise de Louis XIV , « L’État, c’est moi! » et son clan se réclame de sa lignée: « l’État, c’est nous aussi ». Même le directeur du port de Béjaïa s’est attribué ce droit de bafouer la loi au profit d’un privilégié qui a sans doute versé un « petit café » en échange du blocage des équipements de son concurrent. Tant que l’impunité règnera, le pays ira de mal en pis. Ne dit-on pas chez nous que le bâteau dirigé par plusieurs capitaines court à sa perte? Salutations.




      10



      0
    Yeoman
    29 septembre 2017 - 13 h 36 min

    Les faits et les chiffres sont là, les témoins aussi. Comme ça personne ne pourra parler de mensonge ou de manipulation. Juste une question: et les sanctions, elles vont tomber quand ?




    5



    0
    LE NUMIDE
    29 septembre 2017 - 11 h 25 min

    SOUTIEN TOTAL A CE COMITE BOUGIOTE ; qui doit se lancer sans tarder dans la bataille de la PRORETE de la Kabylie et du reboisement dans la wilaya de Bejaia pour qu’elle nous sert de modèle et de déclic pour les autres régions où doit se propager la civilisation Berbère algérienne …par ailleurs nous demandons au Gouvernement et au Président Bouteflika de mettre un terme à cet acharnement absurde contre Cevital ( et contre tous les investisseurs algériens patriotes où qu’ils se trouvent , au lieu de les aider on veut les casser en ce temps de crise et de faillite !!! Où iront les travailleurs ???? C’est les parasites et les bandits du RND FLN FIS ,HAMAS , MAK ,RCD , FFS qui vont les nourrir ??? ) et nous demandons à Mr Rebrab d’explorer des possibilités d ‘investissement en Numidie ( Setifois Aures Nemamchas Zibans ) où il sera le bienvenu




    18



    5
      Sibbous
      29 septembre 2017 - 15 h 29 min

      Ya Numide tu fais fausse route les partis politique font de la politique pour sensibiliser les citoyens.Ils ne sont pas fait pour investir ou construire des usines. L’investissement appartient à ceux qui tiennent les rênes du pouvoir et non l’opposition.Cultive toi un peu…




      5



      1
      anonyme
      29 septembre 2017 - 17 h 13 min

      Le Numide bien que ce que tu relates est sensé je te fais savoir que Cevital est implanté dans plusieurs régions d’Algérie et pas seulement en Kabylie à titre d’exemple ce groupe emploie plus de 4000 personnes à Sétif contre seulement 1200 à Béjaia en plus le complexe huile margarine soumaa du port de Béjaia ainsi que celui de la Belle sont très nocifs pour la santé d’ailleurs ces dernières années les maladies cardiovasiculaires et pneumologiques montent en flèche à Béjaia peut-être même que le taux élevé de mortalité parmi les 40/60 ans y est pour quelque chose.




      2



      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.