Birmanie : l’exode des Rohingyas reprend massivement

rohingyas
Un camp de réfugiés rohingyas au Bangladesh. D. R.

Après quelques jours d’accalmie, l’exode des Rohingyas vers le Bangladesh a repris à grande échelle ces derniers jours, principalement en raison du manque de nourriture dans l’ouest de la Birmanie. Plus de 507 000 membres de cette minorité musulmane de Birmanie ont déjà passé la frontière pour fuir une campagne de répression de l’armée birmane, consécutive à des attaques de la rébellion rohingya. Cela représente la moitié de cette communauté apatride d’un million de personnes, installée en Birmanie depuis des décennies, mais victime d’après l’ONU d’une «épuration ethnique».

Du côté birman, plus de 10 000 Rohingyas se sont rassemblés à un point de passage avec le Bangladesh, ont annoncé ce mardi les médias officiels birmans. Pour la première fois depuis le début des combats, une délégation internationale, avec des représentants de l’ONU et des ambassadeurs, a eu accès lundi à cette zone, épicentre des troubles depuis le 25 août. A l’issue de la journée, les Nations unies ont qualifié d’«inimaginable» «l’ampleur de la souffrance humaine» et demandé l’«arrêt des opérations militaires».

L’ONU a aussi réclamé un «accès sans restriction pour l’aide humanitaire» et les ONG, pour permettre une «évaluation globale de la situation». En effet, la zone est bouclée par l’armée et l’aide humanitaire ne parvient pas aux populations déplacées à l’intérieur de la région. L’ONU juge que l’armée birmane et les milices bouddhistes se livrent à une épuration ethnique contre la communauté musulmane de cette région, qui a déjà connu de nombreux épisodes de violences, mais jamais de cette ampleur.

R. I.

Comment (2)

    Micka
    3 octobre 2017 - 21 h 23 min

    Comme pour la Bosnie des années 1990 le monde dominé par les occidentaux ne se préoccupent pas du massacre des Rohingyas musulmans.
    Il se préoccupent plus de la disparition des baleines et du dauphin de l’Irrawaddy que de ces malheureux.
    Il n’y a rien à attendre d’eux, ni compassion ni aide ni protestation verbale rien.
    Il n’y a que quelques pays musulmans qui essayent d’envoyer de l’aide humanitaire que l’armée birmane bloque pour que les Rohingyas ne trouvant pas de nourriture se tournent vers l’exil et c’est le but des autorités birmanes : l’épuration ethnique avec l’aide des occidentaux États – Unis en tête..




    2



    0
    anonyme
    3 octobre 2017 - 20 h 07 min

    Rohingyas : la ville d’Oxford retire sa distinction à Aung San Suu Kyi , Prix Nobel de la « Paix » 1991 ?!,
    Rohingyas de Birmanie ne méritent pas un Prix Nobel de la Paix, 2017, pour avoir été persécuté par la Junte Militaire Birmane
    Les Boudhistes religieux, extrémistes, et le silence, l’indifférence, et la complicité secrète de leur présidente de facto
    Aung San Suu Kyi , une « militante démocrate ?!,… » mariée au britannique Michael Harris
    Opposante « démocrate » de la dictature militaire birmane, dans les années 70, et 80
    Oppresseur du peuple Rohingyas, Aujourd’hui
    Une femme complice silencieuse, face à l’injustice (massacres, et déportations) que subit la minorité des Rohingyas,
    A l’extreme Nord Ouest de la Birmanie frontalière du Bangladesh




    1



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.