AVO 88 de Béjaïa appelle à une marche le 5 octobre

couteaux
Les enfants d'Octobre 1988 auraient pu y arriver n’était le pouvoir de Chadli qui a cédé aux islamistes. D. R.

Par R. Mahmoudi – A l’occasion du 29e anniversaire des événements du 5 octobre, l’Association des parents de victimes et blessés du 5 octobre 1988 de la wilaya de Béjaïa (AVO 88) appelle à une marche commémorative jeudi prochain pour exiger la reconnaissance de la date du 5 octobre et un statut pour les victimes de ces événements. La marche est prévue à 10h à partir du Théâtre régional situé en haute-ville et devant s’achever à la maison de la culture Taos-Amrouche.

Dans une déclaration rendue publique, dont nous détenons une copie, les rédacteurs de l’appel rappellent que leur association «n’a pas cessé de frapper à toutes les portes des différents ministères et gouvernement pour mettre un terme à ce déni de reconnaissance et de justice qui demeure jusqu’à ce jour».

Dans leur analyse de la situation générale du pays, les signataires du document estiment que «29 ans après le soulèvement du 5 octobre 1988, cinq chefs d’Etat et dix-huit gouvernements se sont succédé sans pour autant apporter un tant soit peu de changement, hormis l’intermède du président Boudiaf». Et de poursuivre : «Le pouvoir autiste et sourd aux appels et attentes de la société enfonce de plus en plus l’Algérie dans une crise multiforme et impose un statu quo qui met en péril le devenir et la cohésion de notre pays.»

R. M.

Comment (3)

    karimdz
    5 octobre 2017 - 6 h 49 min

    Les algériens ont connu les horreurs des années de terrorisme partout dans le pays, voilà une journée qui devrait être commémorée en l honneur de … tous les algériens.




    1



    0
    yugarithen
    3 octobre 2017 - 17 h 14 min

    les victimes d’octobre 88 comme celles des années 90 sont sacrifiées sur l ‘autel du complot machiavélique de la mafia politico – financière, qui pour préserver le pouvoir et privatiser le secteur économique à son profit n’a pas hésité à tuer des innocents parmi les simples citoyens et des cadres de la nation ,à leur tête le président Boudiaf et l’ancien chef du gouvernement Kasdi Merbah ,02 grands patriotes qui auraient pu remettre le pays, une bonne fois pour toute, sur la voie du développement et lui redonner une vraie souveraineté.ils faut faire attention au sabotage par l’infiltration des délinquants.




    15



    6
      naceur
      3 octobre 2017 - 22 h 17 min

      @yughariten
      En effet tous les patriotes sincères ont connu une fin tragique tels H Boumediene, kasdi Merbah, Boudiaf et beaucoup d’autres ALLAH yarhamhoum, ceux là étaient des hommes intègres d’où leur élimination




      2



      4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.