Chems Eddine Chitour : «Le gaz de schiste est un potentiel à exploiter de manière rationnelle»

gaz de schiste
Chems-Eddine-Chitour. D. R.

Le gaz de schiste constitue un potentiel «à exploiter de manière rationnelle», tout en veillant à la protection de l’environnement, a indiqué mardi l’expert dans les questions énergétiques, Chems Eddine Chitour. Intervenant sur les ondes de la Radio nationale, M. Chitour a indiqué que le gaz de schiste constituait un potentiel «très important» pour l’Algérie, d’où la nécessité de l’exploiter de manière «rationnelle».

«Le potentiel en énergies fossiles dont dispose le pays est important, notamment en ce qui concerne le gaz de schiste, dont les réserves doivent être exploitées, tout en veillant à la protection de l’environnement», a-t-il soutenu. Rappelant que l’Algérie est classée au 3e rang mondial après la Chine et l’Argentine en termes de réserves de gaz de schiste, il a toutefois préconisé que le pays doive opter pour une stratégie énergétique «fiable».

Concernant la loi sur les hydrocarbures en vigueur, le même expert a salué l’annonce faite par le gouvernement pour la révision de cette ordonnance datant de 2013, et ce, en raison des changements et perturbations que connaît le marché mondial de l’énergie depuis ces dernières années, notamment avec la dégringolade des prix du pétrole. «La loi de 2013 n’est pas attractive, il faut donc la réviser en fonction des changements et besoins actuels», a-t-il expliqué.

Abordant l’importance du bouquet énergétique dont dispose l’Algérie, notamment les pétrole et gaz conventionnels, le gaz de schiste, l’énergie solaire, la biomasse et la géothermie, M. Chitour a souligné l’importance d’exploiter tout ce potentiel de manière rationnelle et optimale et privilégier une vision de futur. A ce propos, il a cité l’exemple des pays voisins (Tunisie et Maroc) qui sont relativement en avance en matière d’énergies renouvelables.

En ce qui concerne le problème de gaspillage de l’énergie en Algérie, le même expert est allé jusqu’à affirmer que «le plus grand gisement de l’Algérie est celui des économies des énergies». Il a même jugé que, quelque part, l’Etat «favorise ce gaspillage par le bradage des prix de l’électricité, des carburants et de l’eau». Selon lui, la politique des subventions telle qu’elle est appliquée actuellement est «dangereuse», en avançant que 80% des subventions vont vers ceux qui n’en ont pas besoin. Dans ce sillage, il a observé qu’en raison de ces subventions mal réparties, 25% des carburants utilisés en Tunisie proviennent de la contrebande au détriment de l’économie algérienne.

Concernant l’eau, il a considéré qu’il n’était plus possible que cette ressource soit payée par le consommateur à 6 dinars le mètre cube, alors que le prix réel est de 300 DA/m3. «Il y a nécessité de revoir les prix, tout en protégeant les classes vulnérables.» Toutefois, il a relevé la nécessité d’aller d’une manière graduelle vers les prix réels.

R. E.

Comment (14)

    Anonyme
    6 octobre 2017 - 6 h 24 min

    L’eau à 6 DA le mètre cube ? Non mais ça ne va pas ? Il ne doit pas payer sa facture d’eau ce monsieur.
    Qu’il consulte les factures payées astronomiques par les citoyens à l’ADE !




    0



    0
    Tin-Hinane
    5 octobre 2017 - 16 h 05 min

    Il vient tout droit des USA ce Monsieur, ce qui le gêne c’est que le consommateur algérien ne paie que 6 DA le m3, par contre la quantité d’eau qu’il faut pour exploiter le gaz de schist n’a pas l’air de le troubler plus que ça. Dans les pays où l’eau coule à flot ils hésitent à exploiter le gaz de schist précisément parce que ça demande une quantité énorme de flotte. En Algérie où nous avons du gaz naturel on devrait exploiter le gaz de schist et augmenter les factures d’eau des consommateurs et ce Monsieur est un expert, il est expert de quoi?




    2



    0
    [email protected]
    4 octobre 2017 - 19 h 06 min

    vous êtes à contre courant, alors que certains pays on fait le choix de ne pas explorer et de ne pas exploiter des gisements de schiste pour les raisons que vous savez et les USA sont un mauvais exemple en la matière ‘consommation d’ eau pour la fracturation et pollution des sols et de l’ eau’ alors que certains villes et villages on droit à des coupures en raison d’ insuffisance hydrique , c’ est à rien y comprendre si ce n’ est que le gouvernements est à court d’ idées , il en manque d’ imitative n’ a pas de programme pertinent pour bâtir une Algérie moderne, j’ espère que la société civile se mobilisera contre ce projet qui ne profitera qu’ à ceux qui récolteront les dividendes.




    2



    0
    Akli Boughzer
    4 octobre 2017 - 17 h 18 min

    Je crois que le Professeur Chitour n’est pas un irresponsable pour avoir déclaré que le gaz de schiste est un potentiel à exploiter de manière rationnelle.A mon avis il voulait dire qu’il ne faut exploiter ce potentiel que quand toutes les garanties seront données au sujet de cette exploitation qui ne doit en aucun cas polluer cette autre richesse naturelle qu’est l’immense nappe d’eau douce souterraine.Le Professeur Chitour est connu et reconnu pour le sérieux de ses interventions mûrement réfléchies que j’ai personnellement attentivement suivies lorsque l’occasion m’est donnée.C’est un homme d’une grande probité morale et intellectuelle qui doit être écouté vu la grande pertinence de ses avis surtout dans le domaine de l’énergie.




    1



    4
    Djamel BELAID
    4 octobre 2017 - 15 h 45 min

    Comment exploiter cette ressource sans polluer les nappes phréatiques?




    1



    0
      Enya
      4 octobre 2017 - 18 h 58 min

      Y’a akhi ces gens sont téléguidés ils feront tout pratiquement tout pour foutre l Algérie en l air…..ils ont essayés avec sellal les revoilà actionnant leur 5eme colonne dont fait partie ce pseudo scientifique chittour




      2



      1
      mouh tchippa
      4 octobre 2017 - 20 h 36 min

      imposible !! vraiment impossible !




      0



      0
    Abou Stroff
    4 octobre 2017 - 15 h 30 min

    « Le gaz de schiste constitue un potentiel «à exploiter de manière rationnelle» » soutient l’expert, membre de l’académie des sciences (des sciences?) de l’algérie
    et bien, tout le problème est là. qu’entend l’expert par « exploiter d’une manière rationnelle « ? est ce la manière dont ont été utilisé les 1000 milliards de dollars engrangés depuis l’arrivée de boutef sur un char de l’armée?
    est ce la manière que la pouvoir en place a utilisé pour nous réduire à des tubes digestifs ambulants, à des bras cassés qui n’attendent que la distribution de miettes de rente au lieu retrousser leurs manches et TRAVAILLER?
    en fait, le gaz de schiste (à supposer que son exploitation soit rentable, ce qui n’est pas encore démontré) ne peut servir qu’à pérenniser le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien taillables et corvéables à merci.
    moralité de l’histoire: le pouvoir en place considère que l’algérie et les algériens lui appartiennent. par conséquent, sans sursaut citoyen (qui peut prendre diverses formes), le pouvoir en place sera persuadé que nous lui appartenons effectivement.




    4



    1
    Ammar
    4 octobre 2017 - 9 h 01 min

    Le rationnel ça fait longtemps qu’il est parti ya si Chitour!
    réveille toi?




    1



    1
    mouh tchippa
    4 octobre 2017 - 6 h 34 min

    pire qu’un crime , un crime crapuleux contre la nature et l homme dans un pays qui souffre deja du manque d eau
    c est un desastre !




    1



    1
    Cheikh kebab
    4 octobre 2017 - 0 h 49 min

    Vraiment décevant ce monsieur. Je crois que chez nous le titre d’expert se distribue à la pelle. Il a parlé pour dire des généralités que n’importe qui peut dire dans un café. Pourtant vers la fin il reconnaît que Tunisie maroc( et meme Ethiopie) sont devant nous en matière énergie solaire!! On aurait aimé que si Chitour nous donne les coûts d’exploitation de ce gaz de shit,comparé à des installations photovoltaïques produisant même quantité d’énergie,puisque c un expert en énergétique.




    3



    3
    Anonyme
    3 octobre 2017 - 22 h 33 min

    YA MR DU KHORTI ..LE POUVOIR DOIT FAIRE UNE CONSULTATION PUBLIQUE AVANT D ENTAMER QUOIQUE CE SOIT..UNE CONSULTATION PUBLIQUE. VOILA CE QU ON DEMANDE..SI LE PU LIQUE DIT OUI..C BON..SINON NON.
    A MON ABIS ON DIRA NON..MAI AU FAIT SI AVEC LE PETROL ET TOUT LE GAZ ET ON A RIEN FAIT.
    AJOUTER DU GAZ D3 CHISTE NE FERA RIEN DU TOUT..PROTEGEONS NOS EAUX ..




    3



    2
    Bison
    3 octobre 2017 - 22 h 33 min

    (( M. Chitour a indiqué que le gaz de schiste constituait un potentiel «très important» pour l’Algérie, d’où la nécessité de l’exploiter de manière «rationnelle».))
    Et qui va nous garantit cette exploitation d’une manière rationnelle!?? Telle est la question! Au départ tout le monde est rationnel et rassurant mais une fois trop tard on aura que nos yeux pour pleurer! Oui, une fois le mal est fait, tout le monde vous dira mais on a pourtant tout fait d’une manière rationnelle ! On ne comprend pas ce qui s’edt passé! Comme la crise financière actuelle ! Tout le monde a pourtant suivi a la lettre le programme de fakhamatouhou et le programme est parfait, nous dit-on! Mais alors, on comprend pas comment ça a foiré! Sans doute la main de l’étranger oui, ça ne peut être que ça ! Mais Alors, mr chitour qui pourra nous garantir que la main de l’étranger ne viendra pas s’immiscer dans notre exploitation rationnelle du gaz de schiste!? Oui, si la main de l’étranger est capable de nous mettre en crise financière après une longue période de confort financier et nous a empêcher de prendre des précautions, quand il etait temps et c’est faisable, et construire une économie qui résisterait aux choques pétroliers ( pourtant on a connu des précédents, ça a dû nous servir comme leçon pour prendre les devants) alors qui nous garantirait que cette exploitation du gaz de schiste aussi rationnelle soit elle ne connaitrait pas le même sort que milliards partis en fumé et le pays toujours dépendant de l’étranger pour foncyionner, l’école toujours médiocres,…! Sinon, la rationalité nous dit que le risque est trop gros devant le profit pour tenter ce machin de schiste! Et aucune manière ni de l’exploiter ni sûr ni rationnelle ! Notre richesse environnementale et nos eaux souterraines valent mille fois tout ce que ce gaz de schistes pourrait nous rapporter ! Et puis, pour quel résultat!? On avait un petrole conventionnel a plus 100 dollars pendant des années et ça n’a rien changé pour nous, comment nous faire croire que ça serait autrement avec un gaz non conventionnel et plus risqué ! ? ? Si on jamais su construire un pays avec 1000 milliards de dollars c’est pas avec la planche a billets ou des gaz de schiste qu’on va changer grand chose! C’est pas le gaz de schiste dont l’Algérie a besoin, elle a besoin en urgence de cerveaux et vrais patriotes!! Malheureusement, ça n’a jamais était dans le programme bien au contraire! Alors, fumons le gaz de schiste en attendant!




    3



    1
    Anonyme
    3 octobre 2017 - 18 h 46 min

    ALLEZ Y DETRUSEZ CE QUI RESTE DU PAYS. AU MOMENT OU TOUT LES GRANDS PAYS ONT CARREMENT BANNI CE GAZ DE CHISTE..VOILA NOS PSEUDO EXPERT VONT DIRECTEMENT A DIRE OUI JUSTE POUR PLAIRE AU POUVOIR…NON ET NON A CE GAZ..NOUS ABONS BESOINS D EAU PAS DE GAZ DE CHISTE…J ESPERE QUE LE PUBLIQUE ARRETERA CETTE MASCARADE.




    9



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.