Accusée de dépassements : l’armée française indésirable au Nord-Mali

Armée Mali
L’armée française de plus en plus décriée par les autochtones. D. R.

Par R. Mahmoudi – Loin de l’image colportée par les responsables politiques et relayée par la presse parisienne, les unités de l’armée française en poste depuis plus de quatre ans dans les régions du nord du Mali sont de plus en plus honnies par les populations locales qui les accusent de brutalité et d’exactions systématiques. A Kidal, principale ville du Nord-Mali, l’agence de presse française AFP a rapporté que la population a manifesté lundi, pour la troisième fois depuis vendredi, pour réclamer le départ de la force française «Barkhane» de cette ville contrôlée par d’anciens rebelles touareg. Mais cette information n’a pas été reprise par les principaux médias français.

«Nous avons manifesté, et nous continuerons de manifester, parce que les troupes françaises doivent dégager», a déclaré l’un des organisateurs de la manifestation. «Elles n’ont rien à faire ici. Elles sont trop brutales, elles interviennent sans précaution dans des domiciles privés».

Sur des banderoles déployées par les manifestants, on pouvait lire : «Barkhane dégage» ou encore «Quittez Kidal». Selon des témoins, des civils ont jeté des cailloux sur les véhicules appartenant aux militaires français, obligeant les conducteurs à rouler à vive allure pour se mettre à l’abri. Des arbres ont été brûlés et les commerces ont baissé leurs rideaux pendant ces rassemblements. Aucune réaction officielle de la part du commandement militaire français qui pilote l’opération «Barkhane», ni d’ailleurs des autorités maliennes, ce qui aggrave encore leur cas.

Cette révolte populaire contre la présence militaire française au Nord-Mali vient s’ajouter aux déconvenues successives essuyées par ces unités depuis plusieurs mois. Car les groupes terroristes ont réussi non seulement à régénérer dans les régions du Nord et à réinvestir le terrain mais, aussi, à étendre leur action à d’autres régions du pays et atteindre la capitale Bamako par des attentats meurtriers visant des édifices publics mais, aussi, des postes et des patrouilles militaires.

Cette recrudescence inquiétante du terrorisme s’est aussi étendue au Niger, autre pays censé être «couvert» par l’opération «Barkhane» où une attaque contre une patrouille militaire de l’Africom, la semaine dernière, a fait plusieurs victimes.

R. M. 

Comment (16)

    karimdz
    10 octobre 2017 - 20 h 37 min

    La présence de l armée francaise en afrique, non pas pour protéger les africains mais protéger ses intérêts, cela a un nom : néocolonialisme.




    6



    1
    GÉNOCIDE ALGÉRIENS, ON N'OUBLIE PAS !!!
    10 octobre 2017 - 15 h 43 min

    ON COMPRENDS MIEUX LES ANNÉES DE TERRORISME EN ALGÉRIE QUI LES ORGANISAIENT ET COMBIEN DE PAYS COMPLICES ??!!!




    7



    1
    Anonyme
    10 octobre 2017 - 14 h 57 min

    Ils doivent dans leurs intérêts prendre leurs valises où le cercueil.
    Le choix ets simple.
    Chacun chez soient et les muaguettes seront bien gardées.
    L’argent que c’est opérations militaires coutes à la France iront dans les budgets pour l’intérêt des français.
    Idem pour ce qui se passe dans les guerres du moyennes orient d’Afrique .
    La france grouille sous les dettes.
    Qui provient de très loin de ces ingérences guerrières très loin de ches nous.




    7



    1
    Tin-Hinane
    10 octobre 2017 - 13 h 07 min

    La présence française au Mali est claire, il n’y avait pas de terrorisme au Mali ni au Niger ni nulle part part au Sahel, ou à peine il y avait quelques délinquants qui trainaient. Les terroristes et les narcos ont fait leur apparition à l’arrivée de la france avec ses opérations Barkane et Serval. Il est évident que la France entend maintenir le chaos dans cette région dont on devine aisément l’ambition finale de ces opérations et de cette présence. Cela il faut le dire avec la complicité et collaboration pleine et entière des autorités maliennes et voisines. Que dieu, l’armée et le peuple protègent l’Algérie!




    16



    4
      Chaoui
      10 octobre 2017 - 20 h 40 min

      Oui. N’oublions pas le…Maroc qui est fortement présent au…Mali à travers ses agents + terroristes…(et ses trafiquants d’armes et de drogues). Les infos sont en ligne…




      6



      1
    CHANKHADRA
    10 octobre 2017 - 13 h 04 min

    vous avez raison mes frères, j’ajouterai juste que le Mali a été victime du terrorisme pour saboter l’accord conclu avec sonatrach pour l’exploitation du pétrole dans le nord et installer des militaires français . De plus les azawed ayant la double nationalité Algérienne et malienne les français veulent s’assurer qu’ils deviennent des ennemis de notre pays




    14



    4
    anonymous
    10 octobre 2017 - 12 h 42 min

    Chassez ces pourritures ils ne ont là que pour s’accaparer de vos richesses




    15



    4
      samiopamiop
      11 octobre 2017 - 15 h 07 min

      vous voulez dire de nos richesses.Car les français ont pignon sur rue chez nous.Ils sont ici pour siphonner des devises sans contrepartie.Le transfert technologique dont on parle depuis feu Boumédienne n’a jamais été dans l’agenda des français




      0



      0
    Otto
    10 octobre 2017 - 10 h 51 min

    Pauvres maliens, la france n’est au nord mali que pour sécuriser son extraction d’uranium au niger.
    Vous êtes ce qu’on appelle chez nous « légumes sur le plat », vous légititez formidablement bien la présence française chez vous. Et n’oubliez pas de fournir 600 kg de mangues la prochaine fois que macron passera par là comme la dernière fois. Pathétique.




    15



    3
    BabElOuedAchouhadas
    10 octobre 2017 - 10 h 39 min

    Le jour où on verra Sarkozy au TPI au saura que le justice est revenue sur cette planète terre. Je peux dire la même chose de Natanyahou, Bush fils, Blair, Erdogan et tous les Roitelets des féodales Monarchies arabes absolues des pays du Golfe, de Jordanie et du Maroc.




    25



    3
    Algérien Nationaliste
    10 octobre 2017 - 9 h 29 min

    Bravo à nos voisins maliens, la France n’a rien à faire en Afrique.




    26



    4
    chibl
    10 octobre 2017 - 9 h 19 min

    Je pense qu’il faut appeler un chat un chat,le nord du Mali s’appel l’AZAWAD, il a une spécificité et une histoire,l’armée Francaise est au Mali car il y a un vide, un vide causer par l’absence de l’Algérie, une Algérie affaiblie et qui ne joue plus son rôle.
    La diplomatie algérienne est malade, rien qu’a voir le nombre de ministres des affaires étrangères qui se succèdent depuis 1999 sans oublier la diplomatie bipolaire (Lamamra-Messahel).
    D’un autre coté ont voit par exemple Sergueï Lavrov qui est ministre des affaires étrangères depuis 1999.




    9



    21
      zoheir
      10 octobre 2017 - 10 h 31 min

      Appelons un chat par son ami cher ami!
      Combien d’accords l’Algerie a t elle pu etablir entre les differentes parties du conflit? Le dernier est de mai et juin 2015! Ces accords ont toujours ete escamotes par la France et le makhnez, oui je dis makhez!
      Ajouter a cela que c’est le Mali qui a fait appel a hollande. Le slogan  » l’afrique aux africains », le mali n’y a pas cru et a prefere la France. Ou est la responsabilite de l’algerie? Qu’il se debrouille ! On a assez donne ! L’important est que nos valeureux militaires sont prets ainsi que le peuple malgre nos problemes.




      33



      2
    elhadj
    10 octobre 2017 - 8 h 35 min

    depuis l intervention de l armée française au mali comme par hasard notre pays enregistre un exode massif de migrants subsahariens de tout age a telle enseigne qu on est enclin de supposer que cela est le fait de ses services spéciaux dans le but de nous créer du désordre.les agissements secrets des services de ce pays allies certainement a d autres perturbateurs devront être perçus avec une extrême vigilance en étant toujours sur nos gardes. a cela le regroupement et retour vers leurs pays d origine des subsahariens constituent une priorité




    31



    2
    difou.guery
    10 octobre 2017 - 7 h 51 min

    A qui se fier ?




    2



    11
    Chaoui
    10 octobre 2017 - 5 h 34 min

    Qu’ils DÉGAGENT. Là où ils y a France et Us il y a…terrorisme. Comme par enchantement…




    46



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.