Taleb, Ali-Yahia et Benyelles préparent de nouvelles actions contre Bouteflika

Taleb Bouteflika
Ahmed Taleb Ibrahimi en compagnie d'Ali Benflis. New Press

Par R. Mahmoudi Après leur déclaration, rendue publique le 8 octobre dernier, à travers laquelle ils appellent les Algériens à faire front commun contre l’éventualité d’un cinquième mandat pour le président Abdelaziz Bouteflika, Ahmed Taleb Ibrahimi, Abdennour Ali-Yahia et Rachid Benyelles ne comptent pas s’arrêter là. Ils inscrivent leur démarche dans la durée en développant des contacts tous azimuts et en se donnant le temps de jauger les réactions des partis et des personnalités politiques, avant de passer sans doute à une autre étape.

Pour l’instant, une seule personnalité politique, le président de Jil Jadid, a été reçue par Ahmed Taleb Ibrahimi. Dans un message twitté mardi, Soufiane Djilali parle d’un entretien «fructueux», sans donner d’autres précisions.

C’est dans cet esprit que, apprenons-nous de sources concordantes, ces trois personnalités vont multiplier leurs contacts dans les prochains jours avec les principaux partis d’opposition ou, du moins, ceux qui affichent une disponibilité à élargir la réflexion autour des idées projetées par le trio qui, malgré le poids de l’âge, ne désespèrent pas de fédérer un maximum de voix pour faire avancer leur revendication.

Pour ce faire, les initiateurs de cet appel se doivent de convaincre les plus sceptiques qui, tout en adhérant au principe, ne sont pas d’accord sur la méthode et rejettent d’emblée tout recours à l’application du fameux article 102 de la Constitution pour déclarer l’état d’empêchement.

Sur cette question, les initiateurs de l’appel dressent un constat sans appel, en déclarant le chef de l’Etat inapte à poursuivre son mandat, tout en alertant qu’un cinquième mandat «serait fatal pour un pays à la stabilité des plus fragiles». «Totalement absent de la scène nationale et internationale, affirment-ils, il apparaît dans les rares occasions où il est exhibé pour dissiper les rumeurs et montrer qu’il est toujours en vie, dans un état de délabrement physique qui ne laisse aucun doute sur son incapacité à gouverner», accusant son entourage familial et un groupe de puissants oligarques d’œuvrer à le maintenir vaille que vaille Président.

«Pour éviter le naufrage et sauver ce qui peut l’être encore, nous devons taire nos divergences culturelles, linguistiques et politiques pour crier à l’unisson ‘‘Ça suffit !’’», soulignent-ils, considérant qu’il est inconcevable de continuer à accepter cette situation et à laisser faire les partisans du cinquième mandat pour «un vieil homme impotent et incapable de s’exprimer». Ils appellent ainsi à faire front commun pour faire barrage à ceux qui ont «confisqué notre destin depuis près de vingt ans».

R. M.

Comment (62)

    Anonyme
    13 octobre 2017 - 0 h 42 min

    Tu as raison de dire que ton baratin « c’est juste un point de vue, ça vaut ce que ça vaut! »: ça vaut zéro.




    0



    5
      Bison
      13 octobre 2017 - 12 h 15 min

      Si seulement, en plus d’évaluer les commentaires des autres et de leur distribuer des point, tu t’es donné la peine de nous soumettre ton propre point de vue et permettre aux lecteurs d’en apprécier la qualité, ça les changera peut être de mon baratin !




      4



      1
    Bison
    12 octobre 2017 - 21 h 46 min

    ((« Taleb, Ali-Yahia et Benyelles préparent de nouvelles actions contre Bouteflika »))!

    Taleb, Ali-Yahia et Benyelles étaient au pouvoir à un moment ou un autre! Que ce qu’ils ont fait de bon!? Oui, ils ont essayé, à leurs niveaux, et s’etait pas faciles avec toutes les forces d’inertie qui y règnent, diront-ils! Alors, mr Bouteflika vous dira la même chose, serait-il moins crédible et moins digne de foi que vous!? Je ne pense pas! Changer un président, changer de premier ministre ( qui ne choisi pas ses ministres, imposés), changer un ministre ( qui ne choisi pas ses collaborateurs), changer de sélectionneurs de l’EN ( sachant que le sélectionneur chez nous ne sélectionne rien, les joueurs lui sont imposés),…que ce qui changera!? rien ! ! Il suffit de voir nos club de foot qui changent d’entraîneurs tout les quatre matin! Dont les présidents, de club, dépensent des milliards sans jamais penser à former des joueurs, des relèves, techniquenement et aussi ou surtout education civique,…Moi, je pense qu’au lieu de chercher a changer de président, nos intellos, nos oulémas feraient mieux, rendraient plus service a la nation en essayant a faire pression pour changer, refonder, améliorer L’ECOLE, la base de tout, compétences, mentalités,…Bien entendu, une école républicaine, moderne et non à la sauce des frerrots comme penserait peut être mr Taleb et compagnie qui sont déjà passés par là et on a vu et on voit le résultat!! Malheureusement, cela ne les intéresse guère ! Tout ce qui les intéresse est juste la présence ou l’absence de la besmalla sur la première page, peut importe le contenu,.ou encore la langueur des jupes des fillettes,…Or, tout le monde saut que l’habit ne fait pas le moine! Mais, tout est dans l’éducation! Un enfant mal éduqué tu peux l’_habiller comme tu veux, cela ne changera rien. Sauf réussir peut être à camoufler ses tares! Et faire cela qui est étonné, qui ne comprend rien, quand tu découvre le pot aux roses!
    Sinon, avec la qualité de notre école, de nos diplômés, la mentalité de nos jeunes, l’abnégation de nos élites, …même madame Merkel ( qui fait des miracle en son pays) n’arrivera a rien ( sinon attraper un AVC en quelque mois)!
    Je crains avec toute cette agitation, ces agitateurs finiront juste par basculer, précipiter notre pays entre les griffes de la confrérie des frères musulmans toujours à l’affût ( comme dans tous ces arabes qui ont ont connu le « printemps ») ! Car, qu’on le veuille ou pas, les frérot sont là seule force politique organisée, structurée capable de mobiliser ses adeotes et de tout rafler, alors que les autres « pseudo démocrates » sont juste bons à se crêper le chignon!
    Le travail qu’il faut faire, le vrai, est un travail de fond, pour les vrai patriote et non juste se précipiter à déboulonner le garde fou ou la porte ( même rouillée) sans rien prevoir pour mettre à la place et laisser le pays au quarrés vents! Ou mettre à la place une une pancarte sur la quelle on aura inscrit: prière n’entrez pas, on cherche une porte! Les voleurs, attendront!
    Mais, ce travail de fond est long, dur et cela n’intéresse personne! Alors, on céde a la facilité ! Et si ca tourne mal, tout ce beau monde pertira chacun de son côté vers d’autres cieux plus clément et laisseront le peuple essuyer les plâtre ( ça nous suffit pas la décennie noire!?)! Et si tu leurs demande ( a ces apprentis révolutionnaires) ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont causé comme dégâts, ils vous répondront, au mieux qu’ils sont désolés, ou alors, qu’ils ne regrettent rien, qu’ils ont juste fait ce qu’ils ont cru bon ou bien a faire,…!! Or, les bonnes intentions ne suffisent pas, et penser bien bien faire non plud…pour BIEN FAIRE! Ils faut en plus du patriotisme à toutes épreuves, sans calculs idéologiques ou partisans, ils faut des compétences, de la sagesse, de la patience,…

    Alors, un peu de retenue, et laissons les choses se faire doucement que de finir dans les regrets inutiles, comme en Libye ! Et puis chacun peut faire, en attendant, de son côté des choses simples! Eduquer ses enfants, ramasser ses poubelles, …j’allais dire céder son poste pour plus compétant que soi mais là ce sera trop demander!
    Oui, je sais,avec le patriotisme, c’est du sérieux, et justement pour ça qu’ il faut aller mollo; c’est un travail de longue haleine et de don de soi, et beaucoup, notamment les plus excités, lâche en cours de chemin, voire aux premiers pas!

    Voilà, c’est juste un point de vue, ça vaut ce que ça vaut!




    17



    3
      Cheikh kebab
      13 octobre 2017 - 2 h 28 min

      Tu veux dire les laisser faire,continuer,ne rien changer? C exactement leur message: soit c nous,sinon c le chaos! Si au moins ils avaient réussi à développer ce pays,ils ont du 4 mandats 18 ans de pouvoir absolu du petrole à 100$ et plus,et on se retrouve en faillite??!! Et tu veux qu’on laisse continuer??jusqu’à la ruine??




      5



      2
    anonymus
    12 octobre 2017 - 20 h 26 min

    les initiatives de ce type ont plus de chance d’aboutir quand elles sont prises en charge par des personnalités dignes de confiance ;c’est le cas ;en plus ces initiateurs peuvent faire adherer le plus grand nombre de gens à leur projet ;
    et le probleme de leader ship ne se pose pas compte tenu de leur age et de leur parcours respectable ;




    2



    21
      Argentroi
      13 octobre 2017 - 6 h 58 min

      Mais pourquoi ces initiatives sont prises par ceux-là même. On est en droit de se méfier d’eux. Qui est digne de confiance ? Le meilleur de ces trois, Ali-Yahia Abdennour, si on avait suivi son conseil, l’Algérie serait devenu un deuxième Afghanistan que toutes les coalitions du monde seraient venues arroser de bombes. L’initiative, s’il y a, doit émaner d’une force capable de mobiliser autour de l’idée d’une Algérie moderne et sans aucune concession. Il reste pour l’essentiel d’empêcher vaille que vaille l’islamisme d’avancer, c’est cela la tâche principale de tout démocrate patriote. Même la maladie de Bouteflika ou le statu-quo peut nous intéresser si les forces passéistes y perdent entre-temps de leur vitalité. Donc les initiatives qui nous ramènent à la case de départ, même sans Bouteflika, c’est kif kif , du pareil au même.




      2



      3
    Krimo
    12 octobre 2017 - 17 h 09 min

    CHANKHADRA,

    Tu dis «ALGER N’EST PAS L’ALGERIE»

    Depuis quand Alger est Alger, Constantine est Constantine, Annaba est Annaba, Oran est Oran …. et que dire de toutes ces autres villes millénaires de l’Algérie profonde vidées de leur substance citoyenne. Un lieu-dit sur une carte est devenu chef-lieu de wilaya. Le monde rural je te laisse apprécier.

    Une citation «L’ancien se meurt, le nouveau ne parvient pas à voir le jour. Dans ce clair-obscur surgissent des monstres»

    Voilà le mérite de fakhamatou « Ouilina en ghallou Elma fel Keskes oua enfaourou etaam fel guedra »




    13



    1
    Mohamed El Maadi
    12 octobre 2017 - 17 h 04 min

    Bouteflika qui veut rencontrer Merkel ,medvedev et d’autre dans les mois prochain inaugure rien de bon car c’est la course a l’agrément pour un cinquième mandat.




    11



    2
    focus
    12 octobre 2017 - 16 h 55 min

    Ils appellent ainsi à faire front commun pour faire barrage à ceux qui ont «confisqué notre destin depuis près de vingt ans».et nous devons taires nos divergences culturelles linguistique et politique .
    Mon avis.nos grands parent on fait la meme chose en 1954(un front commum-on mis de cote leurs divergences…) puis en 1962 rien c’est une escroquerie et voila les meme visages d’escros veulent nous refaire
    la meme histoire (rebelote).non. non. non. non. no. no. no. lala lala oulache .la rupture voila ce que veut le peuple.




    10



    3
      Mello.
      12 octobre 2017 - 19 h 19 min

      Oui la rupture, Focus , mais par quel moyen ? Surtout pas de violence car on en a marre de cette violence bien maitrisee par ce pouvoir.




      6



      1
      Anti Trumpette
      12 octobre 2017 - 21 h 07 min

      beh oui , en 62 aprés le martyr des Benmhidi et tous les chouhadas allah yerhemhoum , et grace aussi à certains lions comme Ait Ahmed ….et autres compagnons assassinés …., puis des gens sortirent de nulle part ( de tunisie …tiens ) arrivant sur des chars , pour réclamer la magistrature supréme …voilà comment la confiscation fut , et depuis rien n’a changé à ce jour .
      one two three ….




      2



      0
    Cheikh kebab
    12 octobre 2017 - 16 h 40 min

    Bonne initiative,et oubliez vos querelles d’ego entre vous: boukrouh,vous les 3,le rcd,ffs,sofiane djilali,louisa hanoune hamouche ghozali,benflis….unissez vous pour changer au moins une chose: la manière dictatoriale têtue méprisante…de gouverner de c irresponsables aux commandes. Car il est évident que ce n’est Bouteflika qui gouverne,c ses souteneurs privilégiés qui ont peur du changement et perdre leurs places. Les revendications doivent porter sur la démocratisation des institutions,ouverture des médias publics aux débats contradictoire,indépendance de la justice et du conseil constitutionnel par une désignation de leurs membrés autre que la présidence ainsi que la gestion de leur carrière.. Pour ça il faut dissoudre l’apn et sénat ,mettre FLN au musée désigner une commission de préparation d’élections législatives indépendante c.-à-d. Non désignée par le pouvoir. Car l’application du 102 est impossible pour le moment où tout est verrouillé: tous les postes clés sont aux mains de c privilégiés: police gendarmerie justice conseil constitutionnel sigle FLN RND…. Des députés soumis opportunistes qui votent des lois dictatoriales autorisant à lettre en prison tout contestataire.




    10



    1
    Felfel Har
    12 octobre 2017 - 16 h 29 min

    Il faut espérer que ce mouvement de protestation contre un 5ème mandat n’est pas qu’un feu de paille, un épiphénomène. D’autres personnalités politiques et militaires doivent joindre leur voix pour faire passer le message « Barakat » et donner plus de tonus à cette revendication. Que Saïd et ses frères (et ses copains) comprennent bien que cette fois-ci, l’Algérie est au bord de l’explosion! Rappelons-leur cet article 6 de la Constitution qui stipule que « Le peuple est la source de tout pouvoir. La souveraineté nationale appartient EXCLUSIVEMENT au peuple. » Dans un pays comme le nôtre, il existe un énorme vivier de patriotes compétents, sincères, honnêtes et intègres, susceptibles d’être candidats au poste de président. Ceux qui ont à coeur de défendre l’Algérie et son peuple dans toutes ses composantes doivent se faire connaître et présenter leur CV. Les conditions d’éligibilité (Art. 73) doivent faire l’objet d’amendements 1- pour préciser que les candidats doivent avoir au moins 40 ans et au plus 60 ans (pour barrer la route aux caciques), 2- supprimer totalement le critère de participation à la Révolution (55 ans aprés l’indépendance, cette conditionnalité n’a pas lieu d’exister) et 3- Exiger un niveau universitaire (licence) pour tout candidat. La neutralité de l’Administration doit être mieux surveillée pour s’assurer que notre volonté n’est plus détournée. La condition sine qua non pour celà est la mobilisation du peuple pour défendre ses droits. Son impassivité, sa léthargie, son apathie, son silence et son inaction peuvent être interprêtés comme un renoncement, ce dont profiteront tous les aventuriers pour qui « la nature a horreur du vide ». Notre armée doit s’assurer que le choix du peuple est respecté et elle doit s’interdire d’imposer « son candidat ». En celà, elle s’affirmera comme réellement républicaine et elle sera davantage appréciée. Espérons que ce ne sera pas qu’un voeu pieux! « You may say I am a dreamer, but I am not the only one, I hope some day you will joins us…. » (John Lennon dans Imagine)




    18



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.