L’Algérien Rabah Arezki nommé économiste en chef de la BM pour la région Mena

Rabah Arezki
Rabah Arezki. D. R.

L’expert algérien Rabah Arezki a été nommé économiste en chef de la Banque mondiale (BM) pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), en remplacement du Sri-lankais Shanta Devarajan.

Ancien chef de l’Unité des matières premières du Département des études du FMI, Rabah Arezki a traité divers sujets, dont l’énergie, les matières premières, la macroéconomie internationale et l’économie du développement. Il a conduit et participé à plusieurs missions en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie centrale. M. Arezki est, en outre, associé non résident du prestigieux think tank américain Brookings Institution et de l’Université d’Oxford.

Cet expert, qui a pris ses fonctions mardi au sein de la Banque mondiale, a publié un grand nombre d’articles dans des publications, revues par un comité de lecture spécialisé, et coécrit plusieurs livres et éditions spéciales de revues universitaires. Il est également rédacteur en chef du Research Bulletin du FMI et rédacteur associé de la Revue d’économie du développement. M. Arezki est titulaire d’une maîtrise ès sciences de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique de Paris (France) et d’un Ph D de l’Institut universitaire européen de Florence (Italie).

R. E.

Comment (7)

    KISSIRA
    16 octobre 2017 - 13 h 30 min

    si c’était en Algérie on aura jamais entendu de ce bonhomme prodige malgré son genie il sera jeter a la traine




    0



    0
    anonyme
    13 octobre 2017 - 11 h 35 min

    Félicitations, et bon courage à Mr. Rabah Arezki, il mérite Gouverneur de la Banque Centrale d’Algérie
    (poste politique, avant d’etre économico-financier, il faut avoir d’autres critères, ?!….. autres que les compétences avérées !!…..)

    L’Algérie regorge de très compétents cadres, ingénieurs, techniciens, marginalisés, négligés, et laissés pour compte
    Par la criminalité administrativo-bureaucratique des institutions affairistes-corrompues de l’état




    6



    2
    ali
    13 octobre 2017 - 10 h 50 min

    il était temps que nos compatriotes reprennent leurs places dans les institutions internationales stratégiques pour défendre les intérets économiques de notre pays! après Lamamra à l’ONU , et d’autres que j’ai oublié je souhaite à c emonsieur bon courage et réussite dans sa mission




    6



    2
    Malika
    13 octobre 2017 - 10 h 08 min

    Heureuse de voir un algérien dans cette institution. J’espère que sa fibre algérienne aidera notre pays comme le font les tunisiens et marocains pour leur pays.




    7



    1
    chibl
    12 octobre 2017 - 16 h 14 min

    Monsieur Rabah Arezki, vous devriez venir prendre des cours d’économie chez notre grand Ouyahia, il va vous apprendre l’art de l impression de la fausse vraie monnaie.Vous perdez votre temps a la banque mondial, l’avenir est ici cher monsieur.




    9



    5
    zaatar
    12 octobre 2017 - 12 h 46 min

    Il est évident que chez nous il n’a pas sa place le rabah arezki, car dans sa logique d’économiste il aurait tout de suite établi que notre système économique est basé sur la distribution de la rente et sur la prédation fabricants en parallèle des tubes digestifs ambulants et que par conséquent notre pays est voué à al catastrophe d’ici quelques années. Moralité de l’histoire: Rabah arezki ne sera jamais ministre de l’économie du pays encore moins premier ministre mais que cependant il sera consulté par notre premier ministre Me Ouyahia la mesure impopulaire qu’il lui demandera à chaque fois comment faire passer en douce des pilules difficiles à avaler économiquement mais qui recevra un niet catégorique de la part de rabah arezki.




    12



    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.