Des médias marocains : «La France nous aide à expulser la RASD de l’UA»

France
Visite du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à Rabat. D. R.

Par Houari Achouri – Des médias marocains, connus pour être le faux-nez de la DGED et dont les responsables émargent au cabinet royal, ont reconnu que le Makhzen compte bel et bien sur la France pour saboter le prochain sommet entre l’Union européenne et l’Union africaine. «Rabat laisse à Paris le soin de mener la campagne de mise à l’écart des amis de Brahim Ghali», répète-t-on en chœur dans les rédactions inféodées au palais. Une attitude déshonorante qui rappelle la célèbre phrase de l’ancien ambassadeur de France à New York, Gérard Garaud, à propos de la «maîtresse qu’on doit défendre» et qui prend toute sa signification et éclaire l’actuel cours des choses.

Toutefois, la presse marocaine, choquée par la relabellisation du Sommet UA-UE, comme annoncé à juste titre par l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani, se fait de la bile. Elle est convaincue que les Africains ne se laisseront pas berner par les manœuvres de Paris et de quelques autres satellites et confirmeront, en toute souveraineté, les décisions prises au Sommet sur la participation, égale et sans restriction, de l’ensemble des 55 Etats membres à tous les partenariats qui lient l’UA, et celui avec l’UE ne fait pas exception.

D’où la crainte chez le Makhzen que le prochain sommet UA-UE, prévu les 29 et 30 novembre, en principe à Abidjan – mais rien n’est définitif, car l’option de son transfert à Addis-Abeba n’est pas écartée –, ne soit pas conforme au scénario échafaudé par la France qui compte prendre appui sur son pré-carré francophone et la Côte d’Ivoire, si ce pays est maintenu comme hôte du Sommet, pour casser le consensus africain et ne pas envoyer d’invitation à la RASD (voir art. AP du 11 octobre 2017).

Car, l’enjeu, comme l’a souligné Algeriepatriotique, est la participation de la RASD à ce sommet. L’objectif de Paris et Rabat étant que les représentants légitimes du peuple sahraoui, dont le pays est occupé par le Maroc, ne puissent pas y prendre part. L’attitude de la France à l’égard de l’Afrique n’a pas changé. Elle veut se comporter comme le pays-tuteur en s’arrogeant le droit de choisir les participants africains au Sommet UA-UE à la place des Africains eux-mêmes. De plus, la France semble oublier qu’en Afrique, il n’y a pas que des pays anciennement colonisés par elle ; il y a également les autres, notamment les pays anglophones.

Mais le comble est que, de ce fait, Paris intervient comme si la France était autorisée à agir pour le compte de l’UE qui est le partenaire de l’UA dans cette affaire. L’UE acceptera-t-elle que la délégation de l’UA soit amputée d’un de ses membres de droit, à savoir la RASD ? Selon les dernières informations, les hauts responsables du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), dont la Secrétaire générale du SEAE, Helga Schmid, ont fait savoir que l’UE s’en tiendra à la position exprimée par l’UA, c’est-à-dire que le format de la rencontre UA-UE comprendra l’intégralité des pays représentés au sein de l’UA et que des invitations pour participer audit sommet seront envoyées à ses 55 Etats membres.

De son côté, la RASD est bien décidée à ne pas se laisser priver de sa participation à ce Sommet, comme c’est son droit au même titre que tous les Etats membres de l’UA. C’est ce qu’a déclaré mercredi, à Alger, le ministre des Affaires étrangères sahraoui, Mohamed Salem Ould Salek. Sans la RASD, «il n’y aura pas de Sommet entre Africains et Européens», a-t-il averti.

H. A.

Comment (34)

    Mas Umeri
    16 octobre 2017 - 21 h 33 min

    La France se sert de la Monarchie marocaine, comme un tremplin,pour soumettre encore plus les pays africains et garder pied au Maroc. Quant a évincer la R A S D, nombreux africains se sont engagé, a ses cotés et la soutienne, conformément aux principes contenus dans la charte de l’ U A, a savoir, le droit a l’autodétermination, pour les peuples colonisés.Alors, les Médias marocains, peuvent toujours spéculer et a M6 de faire la politique de l’autruche, pour gagner du temps.




    4



    0
    Chaoui
    16 octobre 2017 - 0 h 59 min

    Même les plus plus fidèles alliés et frères des marocains dénoncent l’OCCUPATION et la COLONISATION du territoire des Sahraouis : http://www.jforum.fr/israel-considere-comme-colon-en-depit-du-bon-sens.html




    4



    1
    lina
    15 octobre 2017 - 19 h 38 min

    c’est de l’agitation improductive, le makhzen se débat pour arrêter le cours de l’histoire…la France ne sacrifiera pas sa crédibilité et ses intérêts pour défendre indéfiniment l’indéfendable..déjà elle perd beaucoup et le paye chaque jour par des intérêts et des contrats perdus en Algérie..les officiels français savent qu’Alger ne va pas lâcher la RASD, à quoi bon donc persister à défendre momo 6, au risque de se mettre à dos tout le continent africain…et ALger en particulier…si bouteflika à invité angela mekel…et recu dimitri medvedev…c’est un message clair à macron…la France doit se mettre à jour….ou elle disparaît…du champ de coopération..Algero…africain…la question reste posée aux nostalgiques de la france-Afrique…doit -on soutenir momo 6 contre vents et marées ….ou réajuster le tir…dans la bonne direction..la ou tous les vents sont actuellement favorables à la chine, la Russie, Les USA, mais pas la France…est ce que le fait de continuer à protéger et à coucher avec une p…qu’est le Maroc…vaut le la peine..au risque de divorce avec des partenaires plus fiables et rentables…la est la question laquelle piochent actuellement les ‘lumières’ de l’Élysée…




    4



    1
    le numide
    15 octobre 2017 - 13 h 08 min

    ni la France sioniste , ni l’UE , ni le roi du Maroc , ni Israel , ni rien au monde ne peuvent changer l’évidence et toucher à un seul cheveu de l’Algérie ET ILS LE SAVENT TOUS .. ca tient simplement à deux mots la monarchie du Maroc est un anachronisme historique appelé à disparaître et l’Algérie est une république qui est un concept historique normatif appelé à croitre .. A moins que la monarchie marocaine devienne comme la monarchie suédoise ou anglaise ce qui n’est pas dans sa nature arabe , dans son élément national et dans le fondement théologique même de son sens, de son existence et de sa legitimité , le Maroc a des siècles de retard sur l’Algérie républicaine et que ni la France ni aucune autre force ,ne peut combler .. sans parler des autres arguments stratégiques et tactiques de Force et de Puissance qui ne sont pas notre sujet ici … Nous sommes en 2017 ,le temps des royaumes arabes ou leurs formes résiduelles comme cette monarchie alaouite au Maroc qui règnent sur les peuples Berbères est définitivement révolu en Afrique du nord … ( Bourguiba en 1957 – une année après la Soumam- à une question du Journaliste Jean Lacouture , sur son option républicaine en Tunisie , il répondit :  » aucune force ne peut m’empêcher de fonder une dynastie royale et de reprendre le spectre du bey de Tunis , ce que le peuple tunisien pourrait bien me l’accorder par amour et par respect pour mon combat … Mais je ne le veux pas : mon modèle historique c’est Jugurtha . L’avenir de ce pays c’est la République et pas l’ancien Bey .Ca c’ est le passé  » ) ( voir dans : quatre hommes et leurs peuples ( Nasser , Sihanouk , Bourguiba , Nkrumah ) -Jean Lacouture . éditions Albin Michel )




    7



    5
    Azz
    15 octobre 2017 - 12 h 25 min

    Et comment le Maroc est-il revenu à l’union africaine si ce n’est la France qui l’a poussé et aidé grâce à ses valets de la Françafrique.




    7



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.