Un rapport du FMI prévoit une baisse brutale du PIB pour l’Algérie

crise FMI
Siège du Fond monétaire international. D. R.

Par R. Mahmoudi – Dans son rapport mensuel publié cette semaine, le Fonds monétaire international (FMI) prévoit pour l’Algérie une chute de son Produit intérieur brut (PIB) de 3% à 1,5% en 2017. Le PIB devrait encore baisser jusqu’à 0,8% en 2018. En matière de solde extérieur courant, les indices sont à une légère hausse : de -16,5% à -13% en 216, et à -10,8%. Selon les prévisions du FMI concernant le taux de chômage en Algérie, celui-ci devrait suivre une tendance à la hausse : de 10,5% à 11,7% en 2107 et devrait atteindre 13,2% en 2018.

Dans son analyse des répercussions de la crise du marché pétrolier sur les économies des pays exportateurs de pétrole, les rédacteurs du rapport estiment, d’emblée, que tous les regards sont rivés sur le flux de production des Etats-Unis. «En dépit des efforts déployés par les pays exportateurs parties à l’accord, lit-on dans le document, les cours du pétrole étaient tombés, à la fin du mois de juin, à moins de 44 dollars le baril, leur plus bas niveau depuis novembre 2016, c’est-à-dire juste avant l’annonce de la réduction initiale de la production.»

Et de poursuivre : «Ce recul tient pour l’essentiel à ce que la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis et la reprise de la production en Libye et au Nigeria, qui sont exemptés de réduction de production, ont été plus fortes que prévu. En outre, les exportations des pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) semblaient soutenues (à des niveaux relativement élevés), même si leur production avait baissé.»

Le rapport explique que, depuis lors, les cours du pétrole ont rebondi, s’établissant à environ 50 dollars le baril à la fin août, en réaction aux signes d’un ralentissement de la croissance de la production aux Etats-Unis. C’est que les stocks de ce pays, précise encore le rapport, ont augmenté de façon spectaculaire en juin 2017, avant de diminuer fortement en juillet et août.

R. M. 

Comment (12)

    Lghoul
    15 octobre 2017 - 11 h 31 min

    Impossible ! Le FMI ment ! Il y a le programme du president qui resoudra toutes les equations. Et puis, Sellal nous a promis la lune car est un pays intouchable
    et special. Ouyahia va reconduire les mensonges et les fausses promesses au peuple. De la californie du sud a la suisse du nord. Juste ces deux regions seront les locomotives economiques de l’Algerie inchallah ! Le plus important c’est la stabilite du clan et de leurs affaires. Faites la chaine pour un 5ieme.




    5



    2
    NON A' l'ETAT ARABE
    15 octobre 2017 - 11 h 29 min

    Le PIB comprend aussi l’ Ecole arabise’e et son enseignement, mais pas ses externalites negatives. Pour le pib les entreprises publiques seraient un plus, or, elles ne tiennent qu’ à la rallonge cyclique du gouvernement qui eponge son deficit. Mais surtout que tout l’ import est production de richesse pour CET indice trompe l’ oeil. Meme l’ administration plethorique et le parloir d’ alger seraient un plus!
    Bienvenue donc a’ moins de croissance de ce type, pour peu etre enclancher une dynamique nouvelle. Il faut tomber bas pour se relever et corriger la marche!




    0



    1
    Anonyme
    15 octobre 2017 - 7 h 49 min

    Avec la politique d’exclusion menee par le clan et acceptee par ce peuple,pas de besoin du FMI ou le citoyen moyen le constate jour apres jour.Nous sommes dans la derive.Meme les institutions Arabes de petite taille place le pays dans le peloton de queue alors que dire des autres institutions internationales




    4



    3
    Le sage
    14 octobre 2017 - 21 h 28 min

    Il y a quelques mois, le président des États-Unis, Barack Obama, s’est exprimé devant l’assemblée de L’UNION AFRICAINE à propos de certains dirigeant Africains. => “Permettez-moi d’être franc avec vous “Personne ne devrait être président à vie”, a déclaré le président US devant l’Union africaine. Je cite ce qu’il adit : “Je ne comprends pas pourquoi des gens veulent rester si longtemps au pouvoir, en particulier lorsqu’ils ont « RAMASSER » beaucoup d’argent ”???, S’est interrogé le président des États-Unis. “(…) Et puis il continu : Les progrès démocratiques en Afrique sont en danger quand des dirigeants refusent de quitter le pouvoir à l’issue de leur mandat”, avait-il déclaré sans détour au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba.

    Dégagez MESSIEURS LES INCOMPÉTENTS CAR votre SYSTÈME n’a donner que des résultats négatifs au BLED et en continuant de la sorte vous allez mettre notre beau pays et son Peuple tout entier en FAILLITE …Et ce avant que le peuple ne vous chasse????? Vous êtes parmi ces GUIGNOLS signalés par ce Président!!!!! Il vaut ce qu’il vaut mais il a dit les 4 vérités!!!!!




    29



    3
      Dias
      15 octobre 2017 - 8 h 20 min

      Le sage,
      vous ne savez peut-être pas pourquoi certains président du continent Africain reste aussi longtemps au pouvoir ?
      Baraka Obama lui le sait très bien.., sont discours est tout simplement hypocrite, car si ces gens reste perché des décennies au pouvoir, c’est qu’ils sont maintenus grâce aux occidentaux et états-unis afin de vider le pays de ses richesses.




      5



      4
    Tangoweb54
    14 octobre 2017 - 18 h 14 min

    Tout le monde sais que la vrai richesse d un pays c est le travaille, la production, les réformes structurelles, l encouragement à l investissement, Malheureusement c est tout le contraire qui se passe chez nous, on a distribuer de l argent dans le cadre de l ansege a des jeunes qui l ont dilapidé unitilement et maintenant ils sont incapables de rembourser les Banques, pour l investissement c est la même chose chaque fois su il y a un investisseur qui se présente avec un projet novateur on lui crée tellement de problèmes bureaucratique qu’ il abandonne, pour ce sui est de la production c est l Algerien est devenu fainéant il veut vivre comme un Nabab sans travailler.




    18



    1
    anonyme
    14 octobre 2017 - 15 h 14 min

    Réformes économiques profondes et courageuses appellent à des décisions politiques courageuses
    Loin de la démagogie, du populisme, des calculs malicieux, et des surenchères électorales stériles (2017,…,2019)
    Réformes, austérité, et fiscalité justes, pour tous (l’état, et le peuple)




    11



    2
    Algerientoutcourt
    14 octobre 2017 - 11 h 18 min

    Juste pour dire que je suis en total accord avec le commentaire de mello et que 99% des Algériens doivent penser la même chose….




    5



    4
    Mello.
    14 octobre 2017 - 8 h 13 min

    La corde avec laquelle notre pays ,de 2 381 741 km2 et de 41 300 000 habitants , est attache au seul petrole , par la faute de nos dirigeants ,commence a ceder. Le plus grand pays d’Afrique, du monde Arabe et du bassin Mediterranneen est trop lourd pour n’etre supporte que par la seule ressource des hydrocarbures ; meme une simple table repose sur qutre pied. La diversification des ressources a ete qu’un vain mot de la bouche de ces dirigeants, jamais ils n’ont ose mettre en place cette multitudes de solutions de rechange pourtant existante. Biensur, seule la rente petroliere les interresse, car ils maitrisent bien les methodes de detournement. Alors que ce PIB chute ou pas , c’est le dernier de leur souci, puisque le leur ne chute pas.




    27



    8
      Yanick
      14 octobre 2017 - 10 h 12 min

      Tout est dit, et rien a rajouter a votre excellent « post »




      10



      5
        Mello.
        14 octobre 2017 - 11 h 11 min

        Yanick, merci beaucoup, mais on ne peut pas tout dire sur tous ces malheurs qui frappent notre pays. La fin ? Un gouvernement legitimement elu par tous les enfants d’Algerie, qui pourra gerer democratiquement un pays aussi riche.




        6



        7
          AMNAGH
          14 octobre 2017 - 18 h 00 min

          Boukrouh en homme lucide a écrit: »Si des élections libres étaient organisées,c’est le discours le plus nihiliste,le lus haineux et le moins démocratique qui s’installerait à Elmouradiya »
          Said Sadi a déclaré « Si un parti islamiste prenait le pouvoir en Algérie,il va chômer ! »
          Boualem Sansal a dit et il a raison : »Les algériens ont été vaccinés contre la démocratie »
          Ceux qui croient encore en une Algérie démocratique (où sont les démocrates?) rêvent éveillés.




          8



          5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.