L’UGTA et le patronat répondent à «ceux qui veulent destituer Bouteflika»

Sidi Saïd à l'Université d'été du FCE. New Press

Par Hani Abdi – L’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et les organisations patronales publiques et privées dénoncent indirectement les appels à la destitution du président Bouteflika.

A l’ouverture aujourd’hui de l’Université d’été du Forum des chefs d’entreprise (FCE), l’UGTA de Abdelmadjid Sidi Saïd et les organisations patronales signataires du pacte économique et social ont, en effet, répondu à ces appels incessants à l’activation de l’article 102 de la Constitution en renouvelant leur soutien au chef de l’Etat. «L’UGTA, le FCE et les autres organisations patronales publiques et privées vous expriment leur soutien, leur attachement indéfectible et leur fidélité», est-il mentionné dans une motion de soutien lue à l’ouverture de l’Université d’été du FCE.

«Nous avons accueilli avec fierté votre appel, lors du dernier Conseil des ministres, aux travailleurs et aux entreprises à redoubler de mobilisation et d’efforts pour l’intensification du développement national. Cet appel renforce notre détermination à nous impliquer davantage dans la mise en œuvre de votre programme présidentiel pour la construction nationale», lit-on encore dans la même motion de soutien par laquelle l’UGTA et les organisations patronales s’engagent «à agir pour le développement économique national, par intensification de la croissance, la promotion des investissements, la promotion de la production nationale, le renforcement des performances des entreprises et la justice sociale».

L’UGTA et les organisations patronales considèrent que «ce programme a l’ambition de s’inscrire dans votre noble vision pour une  Algérie forte et généreuse, une Algérie de paix, de sécurité, de progrès économique, de stabilité, en un mot votre vision d’une Algérie émergente, à la hauteur de ses ressources réelles et à la mesure des ambitions légitimes de son peuple». Et elles disent s’engager «à fournir les efforts nécessaires pour relever ce défi du développement économique et social et à coordonner leurs actions avec le gouvernement. Ces organisations réitèrent aussi leur détermination à pérenniser le dialogue et la concertation tripartite que vous n’avez cessé d’encourager».

Cette motion de soutien intervient après les appels incessants de personnalités et de partis à appliquer la procédure d’empêchement au président Bouteflika en raison de son état de santé très dégradé pour qu’il puisse continuer à gouverner le pays. Pour certains observateurs, l’UGTA et les organisations patronales sont en train de baliser le terrain pour un éventuel 5e mandat, déjà revendiqué par certaines organisations de masse et même des partis politiques comme le FLN.

H. A.

Comment (38)

    صالح/الجزائر
    21 octobre 2017 - 7 h 40 min

    votre place est à la prison , et non à l’Université d’été du Forum des chefs d’entreprise (FCE),et à l’UGTA du chahid Aissat Idir .




    1



    0
    Anonyme
    20 octobre 2017 - 21 h 37 min

    Mais bien dûr M Sidi said que vous soutenez !!! Vous êtes tenu par la barbichette!!! L’argent de la cnas parti en fumée à Khalifa bank. Quand tu as osé élever la voix en 99 contre Bouteflika il t’a bien rabroué en te disant » montre nous ta fiche de paie! » Et tu l’as fermée. Sidi said est employé dans quelle boîte?? Quel âge?? Pour tu as un pavillon au club des pains?? Beaucoup de casseroles. Mais le plus grave c quand il insulté dîne de nos grand-mères ! » Inaldinyemethoum « ! Avait il prononcé,on n’oublie pas M sidi said ugta. Et malheureusement personne ne l’a remis à sa place,c.-à-d. dehors et insulte envers autrui. Alors vous êtes obligé de soutenir jusqu’à votre mort.




    3



    0
    hrire
    20 octobre 2017 - 12 h 10 min

    Pour ce Larbin qui a la tete et la casquette d’Espagnol ,au lieu de defendre ce president defends plutot les trailleurs et ces retraites qui sont maltraites par votre defendant qui a fait de cela une ligne rouge.Ils payent l’impot fortement et votree chef a exonere ces riches que tu t’assoies a cote d’eux.Si vous avez un brin d’honneur vous aurez deja demissionne comme le font les gens d’ailleurs




    8



    0
    Lghoul
    20 octobre 2017 - 10 h 39 min

    Incroyable mais vrai ! Sincérement, dans quel pays au monde le patronat et le syndicat s’entendent a merveille et se réunissent jour et nuit ?
    Nos deux chères organisations ne cessent d’organiser des meetings et des diners bien équilibrés en calories et en vitamines. Pourquoi pas ? Alors un clin d’oeil par ci et un clin d’oeil par la et les travailleurs suivront comem des moutons de l’Aid et les patrons surviront. Mais dans le fond, la récompense pour services rendus doit se chiffrer en têtes de moutons a la viande blue ou en chameaux a 4 bosses. Meme dans le syndicat on fait des affaires en Algerie de l’inouie ! Voila pourquoi nous sommes le pays ou tout le monde est tellement « nationaliste » qu’on sait pas en fait pourquoi est devenus pauvres … Car etre nationaliste, normalement c’est aimer son pays et le peuple auquel on appartient, pas en fonction du nombre de distributions de je ne sais quoi. Une fois ces distributions finies, on se retrouve en france pour se la couler. Voila comment on cultive et developpe le nationalisme de la derniere pluie made in FLN nouveau en Algerie. Heureux les aveugles et les sourds qui n’ont rien vu et rien entendu.




    8



    0
      Anonyme
      20 octobre 2017 - 12 h 15 min

      beh quand un chef des syndicalistes est acheté (soudoyé) …il devient alors naturel pour lui de se rapprocher du patronat au détriment du syndicat …manque de personnalité oblige .




      3



      0
    [email protected]
    20 octobre 2017 - 9 h 07 min

    KIFKIF saadani ,,,lui gaïta ouala bendir ,,et bien sur faut prendre soin de corne d abondance ,,,,,,400 millions (que vous savez 3ala balkoum c est l argent de poche
    ,,,,,y a des vivants qui pus la charogne a faire gerber les hyènes




    5



    0
    [email protected]
    20 octobre 2017 - 8 h 56 min

    KIFKIF saadani ,,,lui gaïta ouala bendir




    2



    0
    Didouche
    20 octobre 2017 - 6 h 04 min

    Au pays de Fakhamatouhou tout est faux;faux syndicat,faux investisseurs,faux élus,médias clandestins,faux conseil constitutionnel,fausse monnaie ,fausses institutions ,je ne sais pas si l oxygène est encore sous sa formule originale ou truquée.




    10



    0
    Bachir
    19 octobre 2017 - 22 h 56 min

    Un syndicaliste défend les travailleurs et non pas le régime. Du jamais vu sauf en Corée du Nord!!!




    10



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.