Bouteflika appelle «à la prudence et à la vigilance» pour préserver la sécurité nationale

Abdelaziz Bouteflika
Abdelaziz Bouteflika. New Press

Par Hani Abdi – Dans un message adressé aux journalistes à l’occasion de la Journée nationale de la presse, le président Bouteflika reconnaît les difficultés auxquelles est confronté le pays. «Nous sommes tous confrontés aux difficultés financières et économiques de la conjoncture. Nous avons arrêté des mesures pour y faire face et poursuivre le processus d’édification en engageant les réformes nécessaires», a souligné le chef de l’Etat, selon lequel «nous vivons également dans un environnement régional accablé par les crises et les conflits, dont certains affectent notre voisinage immédiat, d’où la nécessité de faire preuve de prudence et de vigilance pour préserver la sécurité, la stabilité et l’intégrité de notre pays».

Pour le président Bouteflika, «ce sont là des défis qui s’imposent au peuple et au pays et qui exigent de tous les citoyens, quelle que soit leur appartenance politique ou leur catégorie sociale, d’y faire face, car l’essor économique du pays profitera à l’ensemble de ses enfants au même titre que la préservation de la sécurité et de la paix». Deux points sur lesquels insiste toujours le président Bouteflika qui exhorte ainsi «la famille de la presse algérienne à être au service des intérêts suprêmes de notre patrie en contribuant à l’éclaircissement des faits, en émettant des critiques objectives sur les insuffisances tout en œuvrant à la promotion de l’image de l’Algérie à travers le monde».

Le président Bouteflika a rappelé dans ce contexte le rôle joué par la presse nationale dans la lutte contre le terrorisme. «La corporation a payé un lourd tribu, et malgré les nombreux martyrs du devoir et la persécution par la barbarie, ses hommes et ses femmes ont résisté avec courage sans jamais abdiquer ou renoncer», a écrit le chef de l’Etat, selon lequel «la démocratie est un projet de vie et de gouvernance et une aspiration à un avenir où règne la complémentarité entre les différents systèmes d’une société fondée sur la garantie des libertés consacrées par les lois de l’univers et les chartes internationales et réconciliée avec elle-même pour s’affranchir, aussi bien individuellement que collectivement, du sous-développement, et bâtir un Etat moderne et authentique, attaché à sa souveraineté politique et économique et ingénieux dans la gestion de ses rapports stratégiques avec les autres pour préserver ses acquis, sa sécurité et sa stabilité».

«Elle est parvenue à se mettre au diapason des développements technologiques et de l’ouverture de son champ, de la presse écrite aux sites électroniques, en passant par les chaînes de télévision. C’est aujourd’hui l’un des domaines où l’Algérie a enregistré le plus d’avancées en matière de pluralisme et de liberté politiques», a ajouté le président Bouteflika qui affirme que «la Journée nationale de la presse est indissociablement liée à la liberté et au sacrifice au service d’une noble mission, celle du journaliste soucieux de rendre compte des faits en toute objectivité et intégrité et de défendre l’éthique de la profession». Le président Bouteflika a appelé dans ce sillage à accélérer l’installation de l’autorité de régulation de la presse écrite.

H. A.

Comment (8)

    Mello.
    22 octobre 2017 - 17 h 56 min

    Le silence est d’or , la parole est d’argent. Telle est la devise de Bouteflika, c’est son silence qui en dit long, comme cette once d’or que l’on chauffe et l’on etire sur des kilometres. Cet appel , si appel il y a, a la prudence et a la vigilance n’est il pas adresse a tous ses valets qui l’entourent , qui depensent sans retenue, qui declarent n’importe quoi n’importe ou. La vigilance et la prudence sont les maitres mots de ce brave peuple qui ne demande qu’a vivre decemment. Le peuple Algerien est prudent et vigilant dans son comportement au quotidien, dans la rue comme a la maison , tout comme au travail avec tous ces coups bas qui se passent. L’Algerien est prudent et vigilant car il sait qu’il est epie, surveille de partout par toute cette securite que Bouteblika a bien voulu maintenir.




    0



    0
    Fodhil
    22 octobre 2017 - 11 h 08 min

    J’ai horreur de ces communiqués de la Présidence qui ne veulent rien dire et qui ne nous apprennent rien ! La langue de bois du type FLN de 1962 ne fait que sévir et ce depuis 1962 ! Ce type de communiqués nous prouve que le pouvoir nous prend toujours pour des canards sauvages et des décérébrés prêts à tout gober sans broncher !




    5



    2
    Anonyme
    22 octobre 2017 - 7 h 55 min

    Depuis quelque temps déjà, on remarque que les messages du président ont changes dans la forme et le fond. On y détecte le style Ouyahia avec les même mot-clefs chers a celui ci. Bouteflika a-t-il changé ou est il devenu l’otage d’un groupe non-élu? That is the question.




    8



    1
    BECAUSE
    21 octobre 2017 - 19 h 36 min

    Le président Bouteflika a été et demeure un patriote sincère et authentique , vigoureusement attaché à la souveraineté nationale et profondément amoureux de cette nation qu ‘ est l ‘ Algérie . Le système politique algérien , malgré ses nombreuses tares et insuffisances , est néanmoins très solide et riche de multiples ressources et ingéniosités et se caractérise par d’ étonnantes capacités de résiliences à relever tous les défis qu ‘ ils lui sont imposés .




    6



    28
      zaatar
      22 octobre 2017 - 8 h 15 min

      Le président Bouteflika demeure vigoureusement attaché au pouvoir et amoureux de la rente pétrolière. Il suffit pour cela de regarder que depuis 1999 les hydrocarbures ont généré une recette de près de 1500 Milliards de dollars et que maintenant son premier ministre, dont les décisions impopulaires ont fait sa popularité, actionne la planche à billets pour boucher les trous dans une économie gérée à la hussarde. Un président amoureux de son pays, avec des résultats pareils, auraient du foutre tous les dirigeants de 99 à aujourd’hui en prison et se serait retiré sur la pointe des pieds pour ne plus montrer sa face.




      8



      2
    Rascasse
    21 octobre 2017 - 16 h 06 min

    Le seul moyen de préserver la sécurité nationale est votre départ et de tout vos courtisans profiteurs qui se servent de vous comme totem, la sécurité de l’Algérie est le changement pacifique du système, reste une seule question : qui doit changer qui




    26



    5
    Anonyme
    21 octobre 2017 - 15 h 30 min

    il dit ceci il dit cela sauf qu’on ne l’entend pas et on ne le voit pas depuis belle lurette????????????????????




    21



    2
    chibl
    21 octobre 2017 - 15 h 29 min

    Je propose aux amis blogueurs de ne plus commenter les messages de Bouteflika et a la presse de ne plus les diffusés.




    23



    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.