Moment de vérité

Ahmed Ouyahia
Ahmed Ouyahia. New Press

Par Kamel Moulfi Dans moins d’un mois, le 23 novembre, les élections locales pour le renouvellement des Assemblées populaires communales (APC) et de wilaya (APW) vont être un véritable test pour la politique engagée par Ouyahia depuis qu’il est au poste de Premier ministre. Elles permettront de savoir si l’effort intensif de communication qu’il déploie partout à travers les médias est efficace ou non. L’indicateur probant sera évidemment le nombre de bulletins qui seront déposés dans les urnes, qu’ils soient des «suffrages exprimés» ou «nuls».

On sait qu’au taux d’abstention «normale», qui marque habituellement les scrutins en Algérie, s’est ajoutée, à l’occasion des élections législatives du 4 mai dernier, une proportion considérable d’électeurs qui ont boudé les bureaux de vote. Cette abstention a été interprétée comme traduisant le niveau de mécontentement de la population, à la fois effrayée par les conséquences de la crise qui frappe le pays depuis la chute drastique des prix du pétrole, commencée en juillet 2014, et également agacée par l’absence de riposte réelle pour faire face à cette situation.

Ahmed Ouyahia, en tant que secrétaire général du RND, envisage avec sérénité l’éventualité d’un taux d’abstention élevé, en le comparant avec ce qui se passe dans les pays développés où les élections ne passionnent plus les foules, sauf «les locales (qui) mobilisent toujours plus» (voir article AP). Mais si ce n’est pas le cas, il prend ses devants et situe les responsabilités : «S’il y a échec, dit-il, ce sera celui des partis politiques, y compris le mien.»

Les observateurs s’interrogent dès maintenant sur l’audience que vont avoir les candidats déjà lors de leurs rencontres électorales, à moins que tous se mettent aux causeries «citoyennes» dans la rue ou dans un café, avec des citoyens pris au hasard.

Circonstance aggravante : l’institution d’une Haute Instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) n’a pas réussi à dissiper les soupçons de fraude brandis systématiquement par les partis d’opposition, à tort ou à raison. Le 23 novembre sera également le moment de vérité pour la HIISE.

K. M.

Comment (7)

    Felfel Har
    26 octobre 2017 - 16 h 08 min

    Il y a fort à parier que les prochaines élections seront validées en dépit d’un taux de participation de l’ordre de tout juste 5%. Tout est ficelé à l’avance et l’arrogance des maîtres du moment présenteront ces résultats comme une prouesse du duopole FLN-RND. Toutes nos jérémiades ne leur feront pas changer d’avis tant que les partis de l’opposition et la société civile se laisseront tétaniser par le pouvoir. Il y a urgence d’organiser la riposte en faisant appel au peuple en vue d’une dénonciation unanime de ces méthodes archaïques de gouvernement, « c’est moi ou le chaos ». Que l’on se rappelle que ce sont les sans-culottes et les misérables de Paris (les gens d’en-bas autrement appelés « les damnés de la terre » par un Algérien de coeur, Frantz Fanon) qui ont mis fin à l’absolutisme de l’Ancien Régime ou la monarchie absolue de droit divin! Il faut sortir de l’ornière, inventer de nouvelles façons de résister, afficher davantage notre volonté de changement, sinon, nous aurons signé notre arrêt de mort.




    8



    1
      Mello
      30 octobre 2017 - 17 h 09 min

      Justement , le moment est bien choisi pour un changement radical, en participant massivement a ce scrutin communal du 23 Novembre, pour elire des candidats des partis democrates, car le depouillement est local, le decompte des voix se fera sur place et en public. Mais si certains veulent que le FLN ou le RND , c’est a dire le pouvoir, restent , alors il n’a pas d’autres solutions pour les evacuer que celle qui se presente.




      0



      0
    sarah. A
    26 octobre 2017 - 15 h 15 min

    Moment de vérité? Vraiment? Il faut peut-être rajouter que nous sommes un peuple des plus beaux, des plus lucides et des plus propres et puis blablabla. Je pense que le cœur de ceux qui aiment ce pays va saigner encore une fois, avec ces élections. Celui des crédules va replonger dans la torpeur et celui des ‘Moi, moi et après moi c’est le déluge’ va jubiler pour la énième fois.




    2



    1
    Anonyme
    26 octobre 2017 - 12 h 42 min

    La vérité est amère ; le peuple a tourne le dos au FLN et RND représentants du pouvoir et cela depuis longtemps ! en boycottant le peuple veut un changement radicale de la politique actuelle par des hommes nouveaux qu on a jamais vue leurs visage a l ENTV ou ennahar TV ! et mettre le FLN au musée et la dissolution du RND et l exclusion de tous les énarques a l exemple des walis qui ont bloque le développement des wilayas!D ailleurs le peuple a perdu la confiance en ses dirigeants et de même le pouvoir n a pas confiance au peuple par peur d être comptabilise par leurs gestions du pays ! bouchaoui est plus enrichissant que le jour du scrutin des apc !




    4



    2
    Anonyme
    26 octobre 2017 - 12 h 19 min

    Vous devez savoir, que les algériens ne sont pas crédules, c’est le peuple le plus politisé d’Afrique, il suit de très prés, l’évolution de la situation politique, économique, sociale et de la justice, malgré cette crise de confiance qui colle a la peau du pouvoir et de ses institutions. Mais en ce qui concerne les élections, il agit en fonction de la crédibilité des candidats, leurs intégrité, leurs compétences. Si vous mettez des corrompus, ou des voleurs, il y va de soit, qu’un nombre infime, de citoyens, intéressé, vont se rendre aux urnes. Donc messieurs, la participation au scrutin du 23 novembre, dépendra de la qualité des postulants qui forment les listes électorales, il n’ y a pas de miracle.




    1



    1
    Mello
    26 octobre 2017 - 12 h 06 min

    Inutile d’ecouter ce Mr Ouyahia sur les elections locales.Comme Un serpent , il s‘approche sur le ventre , il rampe en vous donnant l’impression qu’il est doux, il ouvre la bouche pour vous cracher son venin. En s’adonnant a ce rituel de non participation , il nous endort pour juste permettre a leurs militants d’aller voter seuls et gagner ces elections. Non , cher Monsieur , les elections locales sont la proprietes de tout le peuple, car leur commune est si proche du citoyen et c’est dans ce sens que nous eviterons a vos candidats d’y mettre les pieds. N’avez vous pas declare que plusieurs de vos candidats ont eu des affaires en justice ?. Justement , ces elections de Nov 2017 sont d’une importance capitale pour l’ election presidentielle de 2019. Le parti qui aura la majorite aux communales aura de fortes chances de gagner a la presidentielle.




    4



    4
    Abou Stroff
    26 octobre 2017 - 11 h 30 min

    « Moment de vérité » titre K. M..
    en fait, le moment de vérité est déjà arrivé pour l’algérien lambda. en effet, ce dernier ira certainement à la pêche aux crabes le jour des élections car, il n’est pas besoin de sortir de l’ena pour appréhender et comprendre le dégoût généralisé qu’inspirent nos auto-proclamés dirigeants aux algériens lambda..




    6



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.