Ould-Abbès : «Nous connaissons le futur Président de l’Algérie !»

Ould-Abbès Président
«Le futur président algérien ? Moi, je le connais», assure Ould-Abbès. New Press

Par Hani Abdi – Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, revient sur la prochaine présidentielle, en assurant qu’il est en courant de celui qui présiderait aux destinées de l’Algérie à partir de 2019. «Le prochain Président de l’Algérie, Dieu le sait, nous aussi, nous le connaissons», a déclaré Djamel Ould-Abbès qui a choisi de donner le coup d’envoi de sa campagne pour les élections locales du 23 novembre prochain aujourd’hui au Centre international des conférences à Club des Pins, sur la côte ouest d’Alger.

Le secrétaire général du FLN a néanmoins refusé de délivrer l’identité de ce «futur Président de l’Algérie». Djamel Ould-Abbès est à sa deuxième déclaration en une semaine sur la présidentielle de 2019. Mercredi dernier, le secrétaire général du FLN avait affirmé que le futur Président sera du FLN. Sans en dire plus. Il faut dire que Djamel Ould-Abbès lie directement les élections locales, dont la campagne électorale a officiellement commencé aujourd’hui, à la prochaine présidentielle qui ne devrait pas, selon ses dires, «échapper au FLN».

Dans une autre déclaration plus ancienne, Djamel Ould-Abbès avait évoqué le nom de Saïd Bouteflika en parlant de la succession au chef de l’Etat. Pourquoi Djamel Ould-Abbès insiste ces derniers jours, plus qu’avant, sur cette présidentielle qui devrait intervenir dans une année et demie ? Compte-t-il faire lors de ces élections locales une précampagne pour la présidentielle ? Les déclarations de Djamel Ould-Abbès suscitent, en effet, moult interrogations, lui qui a sévèrement attaqué son partenaire politique, à savoir le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, également Premier ministre.

Djamel Ould-Abbès avait critiqué les propos d’Ouyahia sur Chakib Khelil en lui demandant de les assumer seul. Fidèle parmi les fidèles au président Bouteflika, Djamel Ould-Abbès est considéré comme l’une des voix autorisées du cercle présidentiel. A son intronisation en octobre 2016, Djamel Ould-Abbès avait réclamé un cinquième mandat pour le président Abdelaziz Bouteflika.

H. A.

Comment (83)

    tangoweb54
    3 novembre 2017 - 15 h 15 min

    Monsieur Ouled Abbes arrête de divaguer est ce le début d,une maladie dégénérative qui vous pousse a raconter n importe ? ou as tu peur de perdre ton poste et tes privilèges ? tous les Algériens vous connaissent très bien et ils savent très bien qui vous êtes, alors pour l’amour de Dieu laissez nous tranquille les échéances de 2019 sont encore loin.




    0



    0
    Anonyme
    1 novembre 2017 - 12 h 42 min

    yakhi bled aliouet ! cette fatcha fait fuir les compétences vers l étranger et augmente le taux d abstentions aux élections ! c est le fleau de dieu !




    5



    0
    Adam
    1 novembre 2017 - 8 h 26 min

    Je pense que le futur president de l’Algerie serait oubien Abdelaziz Bouteflika oubien Said Bouteflilka




    0



    3
    Anonyme
    31 octobre 2017 - 17 h 33 min

    Madame Soleil : il ne vous reste qu’à nous dire combien ça coûte ce président de 2019?????




    0



    0
    Anonyme
    31 octobre 2017 - 17 h 26 min

    Le FLN a servi le pays pendant la periode revolutionnaire,puis est tombe dans la facilite,pour sombrer dans le mediocre.Le FLN a omi de changer son logiciel,il travaille toujours avec son ancien logiciel du siecle dernier.
    L Algerie entre de plein pied dans le 21 eme siecle,le monde change en grande vitesse,l Algerie doit suivre le rythme du changement democratique,ce n est plus un choix mais une necessite urgente.Le peuple Algerien doit exercer son droit au vote,c est meme plus qu un droit c est un devoir,et pour eviter les fraudes les partis doivent designer des representants dans tous les bureaux de vote,la societe civile doit s organiser a travers ses associations,et le pouvoir doit autoriser des organismes internationaux pour suivre toutes les operations de vote pour les prochaines elections presidentielles,l armee doit etre chargee du transport securisants des urnes pour eviter toute manipulation.




    1



    1
    zaatar
    31 octobre 2017 - 12 h 19 min

    C’est du nouveau Centre international des conférences à Club des Pins que le secrétaire général du FLN et moudjahid, Djamel Ould Abbès, a décidé de donner le coup d’envoi de la campagne pour les élections locales. Certainement en hommage à ses millions de militants qui n’ont pas accès à la mer, mais surtout, c’est de ce même Club des Pins, capitale politique du pays et lieu de résidence du secrétaire du FLN, qu’il a annoncé qu’il savait qui sera président de l’Algérie en 2019. «Dieu le sait, et nous aussi nous le connaissons», a-t-il dit, bien que selon une autre version, il aurait déclaré que «Dieu le sait et nous un peu». Dans les deux cas, Dieu n’a pas encore démenti, du moins l’APS n’en a pas parlé, et Djamel Ould Abbès est de fait le seul être humain sur la planète à savoir qui sera le prochain président algérien.
    Avec le prochain Président, bien qu’il soit quasiment certain qu’il ne le sache pas lui-même encore, puisque, en théorie, le scrutin est libre et ouvert à tous dans la limite des stocks disponibles. C’est évidemment du n’importe quoi, ni Toufik, Tartag, Trump, Poutine ou Macron ne savent qui sera le prochain Président, ce qui explique les guerres de clans actuelles et les violentes querelles de cimetières.
    Mais dans cette logique absurde, soit Ould Abbès sait qui va être le prochain Président et donc ce scrutin ne sert pas plus que les précédents, comme cette élection de députés où les listes électorales étaient vendues contre de l’argent, dont une partie a été retrouvée dans le domicile même de Ould Abbès au Club des Pins. Soit il ne sait pas qui va être Président ni qui va gagner la prochaine Coupe du monde de football, et que donc il ne fait qu’annoncer son soutien total en lançant une offre de vente du FLN pour pouvoir rester au Club des Pins, ce qui explique sa déclaration et le lieu où il l’a faite. Reste une question, Ould Abbès sait-il qu’il ne sera pas le prochain secrétaire général du FLN et que le Club des Pins va être privatisé par Ouyahia ?




    3



    0
    hakim
    31 octobre 2017 - 11 h 47 min

    mais il doit etre interné ce MEC ;il ment comme il respire ;tu es ridicule ;si je me rappelle bien il avait dit aussi que bouteflika va marcher sur ses jambes car il est medecin ;il faudra aller voir BELAHMAR, peut etre!!!




    5



    0
    226
    31 octobre 2017 - 1 h 57 min

    Cette fois il serait importer de chine,bonne qualite et pas chere du tout.Raport qualite/prix.




    2



    0
    الهوارية في فرنسا
    30 octobre 2017 - 23 h 38 min

    Le Prochain président algérien c’est un extraterrestre, il va descendre de la planète Mars et personne le connait et s’appellera le bonhomme vert qui descendra de la planète rouge «  » » errajoul elkhdar » » » en connaissance de cause j’habite une ville capitale du monde de l’aérospatiale et la cité de la science.
    Mr Ould Abbès, vous avez tout faux, vous n’avez aucun droit sur le destin de l’Algérie et aucun droit de nous saper le moral comme le fait la France actuellement, en regroupant les étudiants algériens chez eux pour les inciter à quitter leur pays d’office, parce que ses campus sont pleins d’obsédés sexuels violeurs et d’alcooliques notoires d’après ses infos…




    8



    0
    Anonyme
    30 octobre 2017 - 21 h 15 min

    a l occasion du 1er novembre 54 ,je rends hommage a ceux qui se sont sacrifies et morts en martyre pour que vivent l Algérie libre ! je fêterai ce jour ce chez moi avec ma famille loin du populisme hypocrite des nouveaux f l nistes de la dernière heure et qui ont fait dans l imposture de l histoire ! le peuple Argenterie sait tous çà et s est éloigne de hegarine ,voleurs, corrompus et qui se sont installe avec leurs progénitures chez l ancien colon ; mieux ils lui ont ouverte la porte afin de faire main basse sur les richesses de l Algérie ; et c est pour ces raisons que le peuple algerien est devenu abstentionnistes ! si le peuple veut vivre le destin devra se réaliser !




    6



    0
    co5
    30 octobre 2017 - 20 h 52 min

    « Ould Abbès rencontre les militants d’Alger
    «Seul Dieu sait qui sera notre candidat en 2019»
    ..




    1



    1
    Anonyme
    30 octobre 2017 - 19 h 36 min

    tant de chouhada on péris ,,,,ils ne savait pas qu un jour ,,,,ils serrait trahi




    14



    1
    karim
    30 octobre 2017 - 19 h 23 min

    yahlile…




    3



    1
    Nordesque
    30 octobre 2017 - 18 h 35 min

    A quoi sert d’organiser des élections? puisqu’on connaît les résultats d’avance, et qu’en plus, en cette période d’austérité,la non organisation de cette mascarade est amplement justifiée et constituerait un geste citoyen!




    9



    0
    Anonyme
    30 octobre 2017 - 18 h 31 min

    Une déclaration pareille vas faire progresser le taux d abstention a grande vitesse ;du moment que les jeux sont faits pourquoi aller voter ? C est une reconnaissance du FLN de la légalisation des fraudes aux élections ! a l occasion du 1 er nov 54 Allah yarham echouada ( amirouche, el haouas , lotfi ,boudiaf,didouche, ben mhidi,…………etc reposez en paix , kaiine rabi (dixi :cheika djnia allah yarhamha !




    13



    0
    Anonyme
    30 octobre 2017 - 17 h 49 min

    IL faut aller voter en masse,c est un droit et un devoir pour tous les patriotes.la politique des chaises vides ne mene qu aux catastrophes.Il faut mener une campagne honnete pour choisir le meilleur,celui qui sera clair dans son discours et honnete dans ses convictions.Etudier son passe,ses prises de position et surtout son militantisme et son patriotisme .




    5



    16
      Anonyme
      30 octobre 2017 - 18 h 11 min

      vous pensez que les gens vont joue a colombo ?les gens ignorent même l existence de ces élections ;ils ont d autres chats a fouetter !




      9



      0
    Le sage
    30 octobre 2017 - 17 h 44 min

    On dirait que Cet … cherche à avoir la place ou remplacé justement de MADAME SOLEIL de EUROPE 1. Qu’est ce qu’il attend pour déposer sa demande pour recrutement a cette RADIO ? Apparemment Il manque que lui sur la liste des gens qui HABITE les champs ÉLISES…Pauvre BLED, dirigé par des GUIGNOLS!!!!! Par contre; En tant patron d’un parti comme le FLN et à la veille de L’anniversaire du déclenchement de notre RÉVOLUTION DE 54 Il lui faudrait plutôt qu’il s’interroge sur les causes et desiderata de toute une jeunesse qui cherche a quitter le pays et qui font la QUEUE DEVANT L’ENNEMI D’HIER et malheureusement par tous les moyens mème par la HARGA??????




    13



    0
    Yacine
    30 octobre 2017 - 17 h 24 min

    Il ne sait même pas ce qu’il deviendra dans un mois , comment voulez vous qu’il sache qui sera président dans dix huit mois ?
    Ce charlatan qui ne doit son poste qu’à sa proximité géographique avec le clan dominant , passe son temps à passer la brosse (chiate ou nass) et brasser du vent pour occuper ses danseuses du ventre au sein de l’écurie FLN !




    11



    0
    Lghoul
    30 octobre 2017 - 13 h 43 min

    « il connait tout » cebonhomme – Pas besoin d’aller voter alors en 2019 ou n’importe quand ? Pourquoi perdre des milliards sur quelque chose que vous avez connu depuis des lustres ? Sincerement parlant: Pourquoi font ils semblant d’organiser des « elections » ?




    21



    0
      KEBCH EL AÏD
      30 octobre 2017 - 15 h 03 min

      Il sait tout et il dit tout à l’avance cet animal. Pourtant, il sait pertinemment que PERSONNE N’IRA VOTER !!! Ouhaq ejmaâ limane que je n’irai pas voter !!! Dhaya kane. Et l’autre tordu du rendou H’mimed l’Affreux qui s’égosille à son de nous affirmer le bravache que le taux de participation des locales va être « élevé » !? Ya bouguelb !!! Comment ils font ces h’wayesh ? Avec des résultats garantis « à l’avance » mon petit kiki… Wallah que c’est Bizarre… je dirai même plus : bizaroïde… pour paraphraser les frères Dupont et Dupond.




      14



      1
    zaatar
    30 octobre 2017 - 12 h 57 min

    Au vu de son action, il est clair que le gouvernement Ouyahia n’a d’autre feuille de route que celle de laisser les choses en l’état. Surtout ne rien toucher. Ça a marché jusqu’ici et ça marchera encore : opposition atrophiée, libertés étouffées, vote contrôlé, candidats présélectionnés, télévisions encadrées, clientèle affairiste comblée, rentes sociales maintenues… Il restait à trouver l’argent nécessaire à l’entretien du statu quo, et il a été trouvé, enfin… fabriqué.
    Rien ne doit venir indisposer la coterie. Ni réduire l’effet anesthésiant de la politique sociale. S’il est prévu d’imprimer 1 800 milliards de dinars pour 2018, l’année de campagne, ce n’est pour mécontenter ni les uns ni les autres. Il n’y a qu’à prendre exemple sur le ministre de l’Énergie qui, jeudi dernier, nous rassurait sur les réserves d’hydrocarbures. Des fois que nous croirions qu’avec la chute du prix du brut, ce serait la fin des haricots, et que nous devrions nous mettre au travail !
    À ceux qui ont pris l’habitude de s’enrichir sans investir et sans produire comme à ceux qui ont pris l’habitude de se nourrir et de se loger sans travailler : le filon n’est pas tari, de nouvelles découvertes ont été faites cette année encore, et ce n’est donc pas demain que le gouvernement nous demandera de nous mettre au travail. Restez calmes, le pouvoir s’occupe de tout.




    16



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.