Un magazine britannique alerte : «L’islamisme s’intensifie en Algérie»

islamisme islamistes
Manifestation d'extrémistes religieux à Alger. New Press

Par R. Mahmoudi – Brossant un état des lieux de la laïcité dans le monde arabe, la revue hebdomadaire britannique The Economist a estimé que l’Algérie fait partie de trois ou quatre pays arabes, dont la Jordanie et la Palestine, où la société affiche une sympathie grandissante avec la charia et où l’islamisme connaît un «rebond» comparé à d’autres pays de la région qui ont enclenché un processus de sécularisation «à pas forcé».

Dans cette radioscopie parue dans sa dernière édition, la revue londonienne note que tous les régimes arabes ayant pris l’initiative de limiter l’influence du pouvoir religieux comme l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis ou l’Egypte le font pour «renforcer leur autoritarisme». L’auteur considère que les souverains de ces pays cherchent à reproduire le modèle de Mustapha Kemal Atatürk qui a imposé la laïcité dans son pays, la Turquie, et a interdit tous les aspects culturels et vestimentaires de l’empire ottoman, mais n’y a pas imprimé une dynamique démocratique.

Revenant sur la série de mesures prises ces derniers mois par le prince héritier d’Arabie Saoudite en faveur d’une large libéralisation des mœurs et de l’ouverture sur le monde à travers le lancement du projet de construction d’une zone libre comparable à Dubaï, l’auteur de l’analyse juge cette tendance «factice», étant donné qu’elle n’est pas accompagnée d’autres mesures permettant aux citoyens d’accéder aux droits fondamentaux, politiques et civiques dont, notamment, celui d’une représentation effective.

Pour l’auteur, il ne faut pas espérer que le régime saoudien «se démocratisera» un jour. Même constat en Egypte, où le régime d’Abdelfattah Al-Sissi combat toute forme d’extrémisme et où des sondages récents montrent que seuls 34% des jeunes soutiennent l’idée d’application de la Charia contre 84% en 2011, date du déclenchement des soulèvements du «printemps arabe». Aussi d’autres sondages réalisés à la même période enregistrent-ils un net recul du taux de pratiquants dans ce pays.

Se référant à Michael Robinson, qui dirige l’institut de recherche Arab Barometer, The Economist arrive à la conclusion que, dans le monde arabe, «c’est la société qui pousse au changement» et que les dirigeants de ces pays commencent à l’admettre et y entrevoient même leur salut. Car, après avoir essayé un moment de coopérer avec les islamistes, ils les voient désormais comme un «danger qui menace leur pouvoir».

R. M.

Comment (44)

    Atakor
    4 novembre 2017 - 23 h 57 min

    Parce que l’Islam que prône ces sectes religieuses poussent leurs fidèles musulmans a devenir des convaincus que cette vie est passagère, que la vie permanente se trouve dans le monde de l’au-delà, alors dans sa vie de tous les jours ,il est fainéant, et n’attend que la mort pour passer vers l’autre monde, ainsi il ne croit pas à la citoyenneté qui est une philosophie plaidant pour un avenir meilleur pour une cité émérite.le musulman pense au paradis, avec ses ruisseaux débordant de vin, de miel et de lait, et oublie de descendre la poubelle à l’heure du passage des éboueurs,d’ailleurs , le bac de poubelle du quartier a été volé ! Un autre a été éventré !
    Toutes les villes musulmanes, d’Est en Ouest de La Bagdad à Nouakchott, passant par Oran, Tanger et le Caire, les plus symboliques, les plus importantes, sont sales.
    Le musulman en se focalisant sur la longueur de la jupe de la femme, oublie le code de la route. Et ce n’est pas important, le code de la route n’existe pas au paradis ! Et la mort est un mektoub ! Et le jour de la mort est écrit depuis la naissance !




    19



    0
      Boukra
      5 novembre 2017 - 10 h 49 min

      Atakor, félicitation pour ton commentaire. La saleté répugnante des villes Arabes est choquante, les barbus organisés en mafia destructrice de l’humanité n’apportent que désordre, incivilité, saleté, car selon leur mode opératoire cette vie n’est que futilité, pourquoi se fatiguer à balayer une rue puisque c’est mektoub??

      Je vis à Geneve, en Suisse. les Suisses ont un magnifique pays, ils travaillent et veillent ardemment à cette terre que Dieu leur a donné. Les nôtres insultent DIEU Tout-Puissant avec leur hypocrisie de salât qui est fausse.




      11



      1
    La Secte Wahabite.
    4 novembre 2017 - 20 h 02 min

    Tous ces Wahabites frères dit Musulmans au crâne rasé et kamis sont des Croyants Antrpomorphiste hors Islam ,…il y a l’apparence du Salafiste de Service , mais le cœur vide , ils aiment se différencier des Musulmans , se disent le groupe sauvé …ce sont des Khawaridjs .




    18



    1
      ANTI QAMIS
      4 novembre 2017 - 22 h 43 min

      en plus ils sont trés certains que leurs places est déja garantie au paradis , et nous ils verront , le conseil supréme de le grand gourou verra si oui ou non il resterait quelques places vides …
      c’est juste de la débilité dans toute sa laideur !




      14



      0
      !
      5 novembre 2017 - 0 h 05 min

      WAHABISME ET SIONISTES QUE DES SIMILITUTES TOUS LES MEMES !




      5



      3
    Non à la débauche !
    4 novembre 2017 - 19 h 58 min

    L’Algérie c’est un pays musulman mais pour répandre leur nouvel ordre mondial ils veulent casser l’Islam en la diabolisant (C’est d’ailleur ce que les occidentaux ont fait de honteux en créant des groupes terroristes et tout les superfuges etc…




    12



    9
      Anonyme
      5 novembre 2017 - 15 h 50 min

      Il n’ont pas besoin de casser l’Islam, nos barbus s’en chargent. Que les occidentaux les utilisent; c’est évident. Comme ils n’ont que des dogmes comme référents à toute réflexion, ils sont faciles à manipuler et les services occidentaux ne s’en privent pas. L' »Economist » a tout a fait raison, il n’y a qu’ a voir les cabales organisées par les islamistes et certaines chaines TV qui leur sont inféodées (ex: Echourouk) contre la ministre de l’éducation. Ils savent très bien que c’est par là que commence la manipulation des cerveaux.




      6



      0
    water water
    4 novembre 2017 - 19 h 52 min

    état des lieux de la laïcité en Algérie, vous dites.
    Par définition , l’injustice est ne pas mettre les choses à leur place.
    La laicité est une pensée humaine qui installe le non religieux afin de défendre les religions. Cette approche est un fiasco en Europe, à moins qu’on soit aveugle.
    La laicité est basée sur le principe de comparaison , comparaison n’est pas raison.
    Croire veut dire les hommes sous la religion de dieu.
    Ne pas croire veut dire dieu sous la religion des hommes.
    La passion est une chose, la raison en est une autre.
    J’espère ne pas être censuré, les hommes libres dérangent.




    15



    7
    Salim31
    4 novembre 2017 - 19 h 22 min

    Pourkoi de plus en plus d algeriens sont barbus mal foutu en quamis toute l annee arrogants ou tete baisse avec la chose en noir qu ils appelent « femme » beaucoup sont deja dans les nuages ils ont rien a faire sur terre ; eh bien oui l ideologie panarabisante qui renie l identite algerienne , ou bien la grande corvee de remplissage de cerveau dans nos ecole qui a produit une jeunesse depourvu d ‘ esprit critique a la merci des gouroux et du
    1 er manipulateur venu sans parler de la rente et de la subvention ou tout est gratis au pays de la retraite anticipee le kamis suffit pour traviller _eh tout ca a fait une jeunesse fragile egarer les barbus se sont emparer en complicite avec le regime bien terreen on envoyer la jeunesse directement au 7 eme ciel !




    16



    4
    Karamazov
    4 novembre 2017 - 18 h 56 min

    IL n’y a pire aveugle…..

    Si vous voulez mesurer l’ampleur de l’infection, allez au fin fond de la Kabylie, si vous ne la connaissiez pas il y a cinquante ans interrogez ceux qui l’ont connue. Il y a justement cinquante ma belle-mère nonagénaire ne connaissez pas un seul verset du Coran, comme beaucoup de ses congénères elle faisait sa prière en kabyle avec des versets de son invention. Elle disait pendant sa prière : « Rebbi wahed matchi sin, allah oukvar » et c’est tout. L’été dernier elle m’a sortie une formule en arabe électronique le plus corsé dont je n’ai saisi aucun mot. Et mon beau-père qui ne jurait que par « jma3limane » m’a sorti un « ouqsimou billah » désarçonnant.

    Dans les années soixante-dix on voyait déjà les tangos infiltrer la société en serpentant. Nous autres on les a vu arriver parce qu’on s’y opposait et on refusait « nsem3ou edars » quand ils voulaient nous y forcer. Tout le monde y a vu un phénomène passager. C’est à cette époque que j’ai quitté le pays pour refaire mes études universitaires en Europe. Je peux vous dire , si certains n’ont pas vu la différence et veulent rester aveugles, que la gangrène s’est totalement généralisée et n’épargne aucune catégorie sociale et aucun espace aucune génération.

    Allah yesteur!




    20



    5
      Kantar
      4 novembre 2017 - 22 h 54 min

      Ye3tek saha frère karamazov. Ma mère la même chose Allah yerhemha ne savait pas un mot d’arabe mais faisait sa prière avec nyia,c tout. Maintenant c énergumènes se prennent tous pour des imams donneurs de leçons et triturent l’islam à leur maniéré. On est très mal barrés.




      8



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.