Journée nationale de l’artisan : une opportunité pour vulgariser les potentialités du secteur

artisan
L'artisanat local sera à l'honneur le 9 novembre. New Press

Le directeur général de l’artisanat et des métiers au ministère du Tourisme et de l’Artisanat, Sid-Ali Sbaa, a affirmé mardi à Alger que la Journée nationale de l’artisan, le 9 novembre, est une opportunité pour faire connaître les «grandes et diverses potentialités que recèle cette activité traditionnelle qui contribue à la création de postes d’emploi durables et à la réalisation du développement économique».

Dans une déclaration à l’APS, M. Sbaa a mis en exergue «le rôle important du secteur de l’artisanat dans la préservation de la stabilité sociale à travers l’absorption du chômage, l’amélioration du niveau de vie des citoyens et la garantie de différents services». Il a ajouté que la Journée nationale de l’artisan est célébrée cette année sous le thème «Les métiers, une richesse garantie et un développement durable».

C’est également une occasion pour «confirmer le rôle de l’artisan dans la vie économique et l’importance de continuer à le soutenir en vue d’améliorer la qualité du produit artisanal, en renforçant la formation dans différentes spécialités artisanales et professionnelles pour atteindre l’excellence, la créativité et l’innovation», a indiqué le responsable.

Un programme divers a été tracé pour l’occasion, dont la distinction de plusieurs artisans et la remise de diplômes à quatre formateurs parmi 25 encadreurs en méthodologie du Bureau international du Travail (BIT) dans le cadre du programme relatif au bon fonctionnement de l’entreprise.

Il est prévu également durant cette Journée – supervisée par la Chambre nationale de l’artisanat et des métiers (CNAM) – une exposition à laquelle prennent part des artisans d’Alger, Constantine, Médéa, Oran, Boumerdès,  Ghardaïa, Tizi Ouzou et Blida, consacrée aux produits de l’artisanat (tenues, cuivres, bijoux et céramiques d’art).

Deux accords de coopération seront signés à cette occasion. Le premier entre la CNAM et l’Agence nationale de gestion du microcrédit (Angem) et le deuxième entre les ministères du Tourisme et de l’Artisanat et de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine visant à «soutenir l’encadrement de programmes de formation annuels communs au profit des artisans et leur garantir un accompagnement pour bénéficier du soutien et leur assurer une participation aux manifestations et expositions organisées par les deux parties».

R. E.

Comment (2)

    mouatène
    13 novembre 2017 - 16 h 17 min

    la photo n’a pas été mise par hazard, bien au contraire elle révèle bien ce qui ne se dit pas tout haut. à moins que l’auteur est honnete et c’est la seule photo disponible dans ses tiroirs. l’artisanat , c’est dans le titteri et les régions du sud algérien.




    0



    0
    Tinhinane
    7 novembre 2017 - 17 h 14 min

    Vous avez délaissé un secteur qui reflète l’âme de l’Algérie. Profitant de ce vide, le makhzen est en train de s’accaparer de tout. Breveter tout ce qui est Algérien, ne laissez rien aux voleurs.
    Il faut encourager la relève…




    9



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.