Mensonges sur la vie des migrants subsahariens clandestins en Algérie

Mensonges
Epicerie de fortune installée dans un camp de migrants subsahariens. A. P.

Par Houari Achouri – «Depuis quelques mois, Alger a durci sa politique l’égard des migrants subsahariens» : la phrase revient en boucle dans un certain cercle médiatique, avec un cycle court, sous forme tantôt de décryptage, tantôt de reportage, avec les même descriptions, les mêmes répliques et analyses, colportés dans un sens unique et avec un emballage qui cache mal les mensonges que contiennent ces écrits.

On se souvient qu’Ahmed Ouyahia, alors chef de cabinet de la Présidence, a dit crument des migrants qu’ils sont «porteurs de drogues, crimes et autres fléaux» et il a été conforté peu après par notre ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, qui est allé plus loin en affirmant que les migrants subsahariens constituent une «menace» pour la sécurité de l’Algérie. Les réactions à ces déclarations – certaines de bonne foi, d’autres à l’odeur de Makhzen – ont été immédiates pour exprimer la surprise et le choc provoqués par de telles paroles inhabituelles chez les dirigeants algériens, surtout quand il s’agit d’Africains.

Mais les observateurs qui suivent de près le dossier des migrants en Algérie et le connaissent parfaitement se souviennent – du moins ceux dont la mémoire n’est pas intentionnellement sélective – qu’avant même que les dirigeants algériens disent la vérité sur la réalité de ce phénomène, c’est le ministre nigérien de l’Intérieur lui-même, Massaoudou Hassouni, qui mettait en garde, il y a quelques années, les autorités algériennes et les appelait à être vigilantes parce que, derrière les migrants, il y avait des «réseaux criminels internationaux» qui les exploitaient. On peut constater que les responsables algériens intervenus récemment de la même façon n’ont rien dit de plus.

Mais la paresse aidant, donc sans véritable travail journalistique, certaines publications, comme Jeune Afrique, poussées par leurs de fonds, estiment facile de porter des accusations inscrites dans une campagne anti-algérienne pour plaire au Makhzen et à ceux qui l’inspirent. Ils ne trompent que ceux qui veulent les croire.

La vérité est que le problème de cette nouvelle migration clandestine vers l’Algérie est lié à l’insécurité qui prévaut dans les pays du Sahel, elle-même consécutive au chaos en Libye créé par l’intervention militaire de l’Otan en 2011 et par l’assassinat en octobre de la même année de Mouammar Kadhafi.

La vérité est également que les migrants subsahariens en Algérie ne sont ni maltraités ni considérés comme des esclaves ; certains vivent de mendicité – appelés d’ailleurs «migrants-mendiants», nigériens pour la plupart – d’autres de menus travaux occasionnels. Ils ne sont ni brimés ni exploités, ils travaillent au noir certes, comme beaucoup d’Algériens, mais ils touchent un pécule en contrepartie de leur travail.

La crise de la migration africaine clandestine trouve son origine dans le comportement néocolonial des pays occidentaux, appuyés par l’Otan qui est leur bras militaire. Le pays africain qui refuse de voir ses richesses pillées et résiste est déstabilisé et agressé militairement pour placer des valets dociles au pouvoir. Conséquence : les premiers ingrédients, qui s’installent dans la durée, sont l’insécurité et la misère frappant les couches pauvres de la population qui trouvent leur salut – quelque part, c’est légitime – dans l’émigration vers les pays du Nord d’où est venu le mal qui les accable.

H. A.

Comment (42)

    Boukra
    13 novembre 2017 - 1 h 17 min

    Pauvre peuple noir même chez nous les Arabes ils n’ont pas la tranquillité. Ses pauvres gens qui vivent dans le dénuement complet et dans la tragédie doivent trouver de la compassion et de l’aide chez nous Algériens.

    Inutile d’aller faire ta salât si apres tu les insultes et tu les dénigres car ta salât deviendrai malsaine et malhonnête devant ALLAH tout puissant qui a créé ses êtres humains noirs triste dans leurs destinées.




    0



    3
    Salim31
    11 novembre 2017 - 12 h 00 min

    @Anonyme 8h45
    Sans exagerer Voici un parfait specimen de taupe de makhzen qui infeste les reseaux sociaux , leur tactique est bien roder: le mensonge _les accusation de racisme _les video sur youtube…tout ca pour nuire a l algerie au niveau international et creer un sentiment de culpabilite pour bloquer les operation d expulsion, distiller des info intox a l oreille des ONG genre une » loi qui interdit le deplacement de migrants » Ou des c… de ce genre !
    Toutefois je precise que notre immigration ne mendie pas dans les rues ni importe la drogue du maroc ni prostitution de masse en espagne comme c est votre cas , vous etes des vendu et vous le savez ; votre propande ne nous arretera pas de faire les expulsion y compris les taupe de ton genre!! ce n est pas qu on est raciste, on aime pas la salete et la debauche, c est de l’hygiene !!




    7



    1
      Ania
      11 novembre 2017 - 16 h 09 min

      Salim31 Bravo !!!!!! vos commentaires me laissent espérer qu’il y a des Hommes en Algérie qui agissent contre la tumeur subsaharienne et qu’on sera un jour « J » soulagés de ce fléau nocif voire mortel.




      7



      2
    Anonyme
    11 novembre 2017 - 8 h 54 min

    Les deux dernières lois visant uniquement les ressortissants d’Afrique noire :
    1) Interdiction des transports publics
    2) Interdiction de sortir de la wilaya sans autorisation.

    Si ce n’est pas du racisme alors c’est quoi ! ???

    Il y a 500 000 sans papiers algériens en France sachant que la France avait régularisé quelques 400 000 autres ces dix dernières années pourtant le régime algériens à travers ses relais et sa clientèle, guerre d’Algérie oblige ! ) la France n’a jamais ciblé avec une de ses lois les algériens ou même les nord africains.
    Pourtant si on écoute la clientèle du régime, ou ses journaux, on entendra que le mot racisme quand on évoquera les « français ».




    1



    8
    Viva l'Aldjérie
    10 novembre 2017 - 15 h 59 min

    Je précise: les Nigériens et les Maliens rentrent en Algérie sans visa. Ce sont les autres ressortissants subsahariens qui entrent avec visa de trois mois et assurément c’est entrée libre pour tout le monde sans aucune restriction. Les mendiants se présentent aux postes frontières en  » tenue de travail  » et ça passe comme une lettre à la poste.




    7



    1
    Anonyme
    10 novembre 2017 - 14 h 26 min

    Notre ancrage à la civilisation moderne complexe, nos valeurs, nos us, nos coutumes, nous viennent de notre Amazighité multi-millénaire, qui a assimilé depuis l’antiquité les apports des Phéniciens, des Romains, des Germains, des Byzantins, de l’Islam, des Ottomans, de nos échanges avec l’Asie, l’Europe et l’Amérique. Ce capital civilisationnel complexe, qui fait notre force et notre fierté, est inscrit dans nos gênes et il n’est pas question, mais alors pas du tout, d’y renoncer , de le dilapider ou de le faire fondre, sous quelque prétexte que ce soit, dans une une autre civilisation étrangère qui ne ressemble en rien à la notre. Que ceux qui veulent nous forcer la main par leur chantage odieux et leurs mensonges à accepter notre disparition en tant qu’ethnie, en tant que peuple, que les aboyeurs de tous bord contre notre pays sachent une bonne fois pour toutes qu’ils n’arriveront pas à nous culpabiliser.




    7



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.