Hassan Nasrallah : «Salmane a demandé à Israël d’attaquer le Liban» 

Liban
Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah libanais.D. R.

Par Sadek Sahraoui – Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah libanais, a accusé vendredi l’Arabie Saoudite de «détenir» le Premier ministre libanais démissionnaire et d’avoir demandé à Israël de frapper le Liban. «M. Hariri est détenu en Arabie Saoudite, on lui interdit jusqu’à ce moment de rentrer au Liban », a lancé Hassan Nasrallah, lors d’une allocution télévisée. «Il est assigné à résidence», a-t-il assuré, réclamant à Riyad de le « libérer». Le chef du mouvement chiite libanais a une nouvelle fois affirmé que M. Hariri, qui a aussi la nationalité saoudienne, avait été « obligé» par les Saoudiens de présenter sa démission et de « lire un texte écrit par eux».

La démission choc de Saad Hariri, annoncée le 4 novembre à Riyad, a pris de  court la classe politique au Liban où l’on s’interroge sur la liberté de mouvement du chef du gouvernement.  Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a mis en garde vendredi « toute partie, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, qui utiliserait le Liban comme théâtre de conflits par procuration ». Le secrétaire général de l’ONU a, lui, fait part de sa «grande inquiétude». Car l’affaire a très rapidement été perçue comme un nouveau bras de fer entre l’Arabie Saoudite, important soutien de M. Hariri, et l’Iran, grand allié du Hezbollah. Les deux poids lourds du Moyen-Orient s’affrontent déjà sur plusieurs dossiers régionaux, notamment les guerres au Yémen et en Syrie. L’annonce du Premier ministre fait craindre que le Liban, pays aux   équilibres communautaires fragiles, ne plonge dans de nouvelles violences.  Le pays a notamment été déchiré par une guerre civile entre 1975 et 1990 et par un conflit entre le Hezbollah et le voisin israélien en 2006.

Le président libanais Michel Aoun n’a toujours pas accepté la démission de M. Hariri, assurant qu’il attendait de le rencontrer pour en discuter avec lui. Mais le retour au Liban du Premier ministre se fait toujours attendre.

La France, par la voix d’un porte-parole de son ministère des Affaires   étrangères, a souhaité que Saad Hariri «dispose de toute sa liberté de mouvement et soit pleinement en mesure de jouer le rôle essentiel qui est le  sien au Liban».  Sa déclaration accrédite aussi l’idée que Hariri est l’otage des Saoudiens.

S. S.

Comment (6)

    Anonyme
    12 novembre 2017 - 23 h 36 min

    Moi je vois une chose dans cette demande..
    Ça prouve que les Al-Saoud sont de grosse tapette qui n’ont pas le courage d’aller au combat.
    Ça me rappelle nos voisines de l’Ouest toujours en train de demander de l’aide et de faire le mendiant.
    Franchement toutes ces monarchie je trouve que ce sont tous des tapettes observé par vous-même toutes les monarchies leur peuple sont des peuples de tapette tout seul ils ne font rien toujours en train de demander de l’aide au secours aidez-nous l’Algérie va nous taper et pour les autres au secours aidez-nous liran va nous taper.
    Bande De chmata vous êtes à des années lumières du courage du peuple algérien.
    Vive l’Algérie fuck les monarchies




    1



    0
    Anonyme
    12 novembre 2017 - 9 h 02 min

    La décennie noir qu’à eu lieu en Algérie.
    Qui était derrière cette guerre civile.
    C’était les mêmes qu’aujourd’hui qui ont détruit l’Irak la Syrie la Libye et le Yémen aujourd’hui.
    Et il ont la ferme intention de recommencer avec l’aide cette fois ci du Maroc et de la Tunisie et des takfiristes venus d’ailleurs en attente en Libye.
    Plus des clandestins vivants chez nous inconito parmi nous fondus dans la masse.
    Réveillez vous avant qu’il ne soit trop tard.




    3



    0
    Rayes Al Bahriya
    11 novembre 2017 - 21 h 34 min

    Le coup d’État monarchique israel saoudien que
    J’appel ISIS …
    C’est pour utiliser Hariri comme piece maitresse
    Dans la guerre qui se trame contre le liban.
    Les hommes d’affaires libanais ont ete pris en otage pour tarir le liban de tout essor économique.
    Dalenda Saudi Arabica




    0



    0
    Felfel Har
    11 novembre 2017 - 14 h 51 min

    Il ne faut pas oublier que c’est au Liban qu’Israël a vu le mythe de l’invincibilité de son armée s’écrouler sous les coups de boutoir du Hezbollah, pas de l’armée libanaise dont le seul exploit était d’avoir attaqué un camp de réfugiés palestiniens sans défense. L’État juif sait à quoi s’attendre en cas d’attaque du Liban, il y laisserait de nombreuses plumes, il ne peut pas se permettre d’être défait une fois de plus. Ce ne seront pas les armes qui feront la différence, mais le courage des combattants sur le terrain, et ceux du Hezbollah n’en manquent pas, contrairement aux Saoudis qui attaquent le petit Yemen en faisant intervenir ses avions pilotés par des Israéliens et toute une coalition de pays arabes félons et cupides. Hasta la victoria siempre, commandante Nasrallah, inch Allah!




    13



    2
    Bouzorane
    11 novembre 2017 - 14 h 09 min

    L’arabie demande à israel de frapper le liban… l’iran de khoumini soutien de l’arménie chrétienne contre l’azebeidjan musulman (durant la guerre du nagorno-karabakh dans les années 1980-1990)… Qu’est ce qu’ils sont fourbes ces orientaux!!!!….. et hypocrites!




    1



    4
    Anonyme
    11 novembre 2017 - 13 h 06 min

    Le proche orient traverse une periode pleine de risques mageurs,le conflit Sunnites contre Chiites prend de l ampleur,au debut du 20 eme siecle l utilisation du Jihadistes etait une idee de Max Baron von Oppenheim,espion Allemand qui a eu des rencontres avec Laurence d Arabie et tous les deux etaient sous couvert d archeologues et les deux avaient un projet tres proches,l un allemand et l autre anglo-americain.
    A propos de ce projet, l’arabisant et historien du Proche Orient G. Schwanitz écrit: “Max von Oppenheim n’a certes donné aucun titre à son mémorandum mais, s’il fallait en choisir un de pertinent, nous pourrions écrire ‘Révolutionner les territoires musulmans de nos ennemis’”. Deux jours plus tard, le 27 juillet 1940, le sous-secrétaire d’Etat Habicht répond au baron von Oppenheim et lui dit que “les questions soulevées dans son mémorandum sont d’ores et déjà traitées en long et en large par le ministère”.
    Ce que visait von Oppenheim en 1940 est entièrement résumé dans l’introduction à son mémorandum
    (…)
    Dans les deux guerres mondiales, il y avait un plan idéologique de « révolutionner le monde Islamique.. Il visait une stratégie militaire.
    (…)
    Aujourd hui cette strategie du Jihad de DAECH est utilisee par les USA-France-Angleterre-Saoudie-Qatar,et dire que l histoire se repete. Un politologue a defini ces periodes par une declaration: « Les arabes ne lisent pas l histoire, et quand ils lisent ils ne comprennent pas, mais quand ils comprennent ils ne reagissent pas. »




    9



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.