Une ONG britannique exige l’amélioration des conditions de détention des prisonniers sahraouis

prisonniers
Sit-in de familles de prisonniers sahraouis. D. R.
De Londres, Boudjemaa Selimia – Dans une lettre adressée au ministre marocain de la Justice, l’ONG britannique de défense des droits du peuple sahraoui a exprimé sa vive préoccupation quant aux conditions de détention des prisonniers sahraouis dans les geôles du Makhzen, réputées pour leur cruauté, à l’image du fameux Tazmamart qui a vu des milliers de prisonniers politiques périr entre ses murs. Adala UK a tenu à souligner dans cette même lettre qu’elle détenait des informations datées du 1er novembre 2017 selon lesquelles l’administration du centre pénitentiaire Tiflt 2 a procédé au transfert vers une clinique psychiatrique du prisonnier sahraoui Brahim Ismaïli sans l’avoir au préalable examiné médicalement.
Brahim Ismaïli a entamé une grève de la faim pour protester contre les violations de ses droits fondamentaux en prison. Sa fille Malika qui lui a rendu visite le 1er du mois en cour, a alerté l’ONG britannique des conditions épouvantables dans lesquelles son père est détenu et le traitement inhumain que lui font subir ses bourreaux qui agissent sur ordre du Makhzen.
En réponse à sa décision d’entamer une grève de la faim illimitée, l’administration de la prison a décidé de l’isoler en le transférant vers une clinique psychiatrique, sans obtenir l’aval d’une équipe médicale afin de valider le transfert pour des considérations strictement médicales. A noter que l’unité psychiatrique vers laquelle Brahim Ismaïli a été transféré ne réunit pas les conditions d’hygiènes adéquates pour accueillir un prisonnier en grève de la faim, dans un état de santé inquiétant. Le prisonnier sahraoui souffre également de problèmes respiratoires sérieux qui nécessitent une prise charge médicale urgente et dans une structure hospitalière à l’extérieur de la prison.
La décision d’isoler Brahim Ismaïli vise à l’intimider et à le punir. Un traitement qualifié par Adala UK de cruel et de violation pure et simple de ses droits fondamentaux. L’ONG britannique de défense des droits du peuple sahraoui reçoit régulièrement des rapports des prisonniers sahraouis, exposés à toutes formes de sévices et de mauvais traitements, dans les prisons marocaines.
B. S.

Commentaires

    Mas Umeri
    11 novembre 2017 - 14 h 31 min

    Cette O N G devrait mieux s’adresser a son gouvernement, lequel est membre du conseil de sécurité de
    l’ O N U, forcer le Maroc a évacuer le territoire du Sahara Occidental, illégalement occupé.Alors ces prisonniers rentreront chez eux.




    1



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.