L’Algérie se prépare à des échanges internationaux en monnaie chinoise

monnaie
Le yuan fera bientôt son entrée sur le marché international pétrolier. D. R.

Par Houari Achouri – Certains indices montrent que l’Algérie prend au sérieux les annonces d’une entrée prochaine de la devise chinoise, le yuan, sur le marché international pétrolier qui n’admet jusqu’à présent que le dollar pour ses transactions, une monnaie dont la fabrication à volonté relève du monopole des Etats-Unis.

L’actualité politique et économique internationale centrée sur l’Asie où les présidents des trois plus grands pays – Chine, Russie et Etats-Unis – se sont réunis pour un Sommet, indique bien dans quel sens évolue le monde.

De toute évidence, l’Algérie s’y prépare. Depuis un an au moins, le yuan fait partie du panier de devises qui sont dans le tableau publié chaque semaine par la Banque d’Algérie donnant le cours du dinar algérien contre les principales devises et monnaies sur le marché interbancaire des changes. Pour l’heure, le gros des exportations algériennes est constitué par les hydrocarbures, dont les ventes sont effectuées exclusivement en dollars.

Cette réalité se traduit dans les chiffres qui accompagnent les indicateurs du commerce extérieur de l’Algérie qui figurent dans les bilans établis par la Banque d’Algérie et par les services du ministère des Finances et du ministère Commerce, ainsi que ceux fournis dans les statistiques des Douanes. On peut constater, à la lecture de ces bilans, que l’essentiel  des échanges extérieurs de notre pays sont libellés en dollars américains et accessoirement dans la monnaie unique européenne, l’euro. Mais cela n’a pas empêché l’institution bancaire algérienne de demander aux banques algériennes, publiques et privées, de se préparer techniquement à utiliser la monnaie chinoise dans le commerce international. On a même entendu parler de l’éventualité que l’Algérie place une partie de ses réserves de changes en monnaie chinoise.

Autre fait convergent : l’éventualité, si notre pays y est forcé, de contracter un prêt auprès de la Chine, qui est une option retenue de préférence à un endettement extérieur auprès des institutions financières internationales – Fonds monétaire internationale et Banque mondiale – ou des banques étrangères qui avaient prêté à l’Algérie dans les années 1980.

Le Fonds monétaire international (FMI) lui-même a donné le ton, il y a plus d’un an, en incluant dans son nouveau panier du droit de tirage spécial (DTS) qui inclut le renminbi, qu’il a considéré  comme une monnaie librement utilisable aux côtés du dollar américain, de l’euro, du yen et de la livre sterling. Le FMI n’a fait qu’anticiper sur une évolution, voire une révolution, qui pourrait voir le dollar américain évincé du marché international du pétrole par le yuan.

On apprend que la Chine, principal importateur de pétrole du monde, s’apprête à lancer sur le marché de Shanghai un contrat à terme sur le pétrole brut libellé en yuans et convertible en or physique. Ce marché concernerait dans un premier temps la Russie, l’Iran et le Venezuela, qui sont parmi les principaux exportateurs de pétrole. Rien n’exclut, estiment les spécialistes, que l’Arabie Saoudite s’y mette, elle aussi, si ses rapports avec les Etats-Unis venaient à se détériorer.

H. A.

Comment (21)

    Anti GMG
    14 novembre 2017 - 9 h 19 min

    En gros, je comprends que la nouvelle monnaie internationale est le DTS. Quoi que les bilans de Fed , bce, …etc sont sur le point d’exploser (QE ou financement non conventionnel), donc c’est logique




    1



    0
    Judas
    14 novembre 2017 - 8 h 31 min

    Le dollar est devenu la monnaie de réserve des Chinois. Ils accumulent les billets verts, fruits de leurs ventes aux consommateurs américains et placent ensuite le produit de leurs excédents commerciaux dans les bons du Trésor américain, émis pour financer la dette. Aujourd’hui, les créanciers chinois ne veulent pas voir le dollar s’écrouler, car ils détiennent des centaines de milliards de dollars dans leurs caisses. Fitch Ratings. L’agence de notation relevait que « la profondeur du marché des titres du Trésor américain signifie qu’il n’y a pas pour les investisseurs de risque de liquidité » en plus « La prééminence du dollar comme monnaie mondiale de réserve signifie que la dette du gouvernement américain est dans les faits le premier choix pour les excédents financiers mondiaux et autorise de très bas taux d’intérêt réels. » Le dollar est aussi la principale monnaie de facturation. Environ 60 % du commerce mondial se fait en dollars, contre moins de 20 % en euros. Les matières premières s’expriment en dollars. Donc rêver en couleur n’est pas interdit.




    3



    0
    Sadanex
    14 novembre 2017 - 7 h 29 min

    Il faut être émergent et non immergé pour en faire partie.




    5



    2
    Mus
    13 novembre 2017 - 23 h 23 min

    Libeller les relations commerciales et les investissements chinois en Algérie (rappel: la Chine est le 2eme fournisseur de l’Algérie, pas son 2 eme client ni le 2eme investisseur étranger) en Yuans revient a dire que ces rapports s’effectueront exclusivement en monnaie chinoise avec la main d’œuvre, les équipements, les intrants, les consommables…tous importes de…Chine. En d’autres termes, profitant de la faiblesse structurelle et chronique de notre économie de bazar, les Chinois écouleront chez nous leurs produits industriels (pacotille) qui ont envahi nos marches de longue date et feront du business sur notre dos. Car les Yuans que nous devons acquérir seront échangés contre des Dollars pas des Dinars. Tant que le Yuan n’a pas acquis le statut de devise dans les échanges mondiaux, cette monnaie restera nationale, chinoise. Qu’avons-nous a exporter vers la Chine, a part les hydrocarbures? Ces derniers seraient donc libelles en Yuans au lieu de devises occidentales, notamment le Dollar et qui s’échangent partout, contrairement au Yuan! le Yuan nous servira donc a acheter des produits exclusivement chinois donc le gagnant sera l’industrie chinoise! La bonne affaire!!! Mais le régime algérien est en perte de vitesse depuis la chute du prix du pétrole et les caisses du Makhzen ayant tendance a se vider, se posera tôt ou tard le problème du financement de la « paix sociale » (la corruption du citoyen) et de la survie du système. Apres la planche a billets, viendra le tour du pétrole et du gaz de schiste, poison national, et, pourquoi pas le recours a l’endettement extérieur déguisé, a travers les emprunts auprès de la Banque Africaine de Développement et l’usage du Yuan. Tout cela pour ne pas transgresser le dogme du non recours a l’endettement extérieur et au FMI. Car si tel est le cas et ce sera le cas, le mythe de Bouteflika qui a « effacé » l’endettement extérieur tombera comme un fruit mure. Et cela, le régime ne peut pas l’envisager du vivant du Président dont c’est le trophée brandi en signe de « réussites » avec la dite « réconciliation nationale ». Les dogmes ne font pourtant pas nourrir le peuple, sauf si …




    3



    0
    Chark
    13 novembre 2017 - 23 h 12 min

    Enfin !!

    Ils ont enfin compris avant la catastrophe imminente qui entrainera au font du précipice toutes les nations qui ont imprimé de la monnaie papier en la rendant licite alors que c’est illicite et surtout haram vis à vis du Coran . Toute monnaie qui n’à aucune valeur intrinsèque est une monnaie frauduleuse et donc haram !

    Écoutez ceci ça fait froid dans le dos Machallah ….

    https://www.youtube.com/watch?v=rENOWdKHYc8




    1



    10
    Yeoman
    13 novembre 2017 - 22 h 18 min

    Certains commentaires semblent rédigés par des gens qui s’y connaissent en finance, mais personnellement je n’y comprend pas davantage que si c’était écrit en… yuans chinois.




    0



    1
    karimdz
    13 novembre 2017 - 20 h 30 min

    Si tous les pays du monde abandonnaient le dollar comme monnaie de singe, qui fait le bonheur des états unis et le malheur du tiers monde, l amérique s effondrerait.

    L Algérie a tout intérêt à rejoindre les BRICS seule organisation dans laquelle les échanges sont réellement bénéfiques aux parties et aux peuples.




    11



    3
      Judas
      14 novembre 2017 - 8 h 14 min

      Pourquoi ne pas opter pour la monnaie mauritanienne l’Ouguiya , le troc ou le sel pour couler l’économie américaine non ?




      1



      2
    $ - € - £
    13 novembre 2017 - 20 h 22 min

    Je ne crois pas que cela va marcher: Les banques du Panama n’accepteront jamais de stocker dans ses tirelires les yans chinois détournés et volés par les les grands corrompus et corrupteurs de la Planète. Les banques européennes et les industriels européens n’accepteront pas de papier qui ressembleront aux « dinars non conventionnels » crachés par les imprimantes d’Ouyaya. L’Arabie saoudite mettra à la porte tous les hajjaj et les omra-men and women qui n’entreront pas avec les dollars US. Et nous les pov’ touristes qui allons en France et en Espagne est-ce qu’on va nous donner des yans pour la misérable allocation touristique?




    7



    10
    Anonyme
    13 novembre 2017 - 19 h 36 min

    malheureusement la monnaie chinoise est une monnaie de singe comme le dinars , 1 dollar = environ 7 CNY officiel, alors le parallèle c est peut etre multiplier par 20 . on se met toujours du cote des faibles , jamais avec les plus forts




    6



    6
    Genseric
    13 novembre 2017 - 18 h 59 min

    Ce que le gouvernement ne dit pas c’est que si la Chine nous ouvre ses banques pour des crédits , ce sera des crédits investisseurs et des crédits consommateurs chinois et uniquement chinois . Contrairement aux autres devises ( dollar et euro ) où l’Algérie peut les utiliser librement . Bonjour le toc !




    7



    2
      Maharichi
      13 novembre 2017 - 20 h 03 min

      Je pense que le credit investisseur porte une valeur ajoutee tout le contraire au credit sur la consommation




      5



      1
    Genseric
    13 novembre 2017 - 18 h 49 min

    Ce que ne dit pas le gouvernement algérien , c’est que si la chine nous ouvre ses banques pour des crédits , c’est pour acheter chinois et uniquement chinois . Alors qu’avec le dollars ou l’euro l’Algérie est libre d’utiliser ces devises là où elle trouve ses intérêts .




    7



    3
    TOLGA - ZAÂTCHA
    13 novembre 2017 - 17 h 38 min

    Il faut juste suivre la tendance et la direction du vent… Désormais, le monde se tourne en mettant le cap en direction de l’Empire du Milieu. Ceci marque le déclin et le début de la fin d’une civilisation au bénéfice de la naissance d’une civilisation asiatique menée sous la conduite de la Chine.




    9



    4
    Anonyme
    13 novembre 2017 - 17 h 35 min

    Encore un pas courageux et faites l’entrée au BRICS vous ferez d’un front contre l’hégémonie du dollar monnaie du Chitane américain.bravo pour notre pays




    8



    5
    RasElHanout
    13 novembre 2017 - 17 h 12 min

    C’est certainement le début d’une véritable rupture du lien ombelicale avec cette France néo-colonialiste tant sur le plan politico-economique que sur le plan culturel.




    6



    3
    Chaoui
    13 novembre 2017 - 15 h 03 min

    Je subodore que nos dirigeants y ont pensé…
    Notre fidèle allié sur le continent l’Afrique du Sud y étant déjà membre, on peut raisonnablement croire que nous nous acheminons à y être membre aussi. En fait, nous aurions pu y être déjà en tant que membre fondateur si certaines contraintes ne nous avaient contraint à y surseoir momentanément…




    10



    7
    Mello
    13 novembre 2017 - 13 h 49 min

    L’Algerie doit integrer le BRICS, ce grand groupement de pays emergents que sont le Bresil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Ces pays ont decide d’un commun accord de s’echanger leur commerce , entre eux, en monnaie Chinoise. L’integration de notre pays dans ce cercle n’apportera que du benefice.




    20



    4
      Algerien pur et dur
      13 novembre 2017 - 15 h 55 min

      Mello,
      Tu dois expliquer ce que tu veux dire par « integrer les BRICs. » On ne peut integrer les brics puisque ce group est deja constitue et connu en tant que tel: Brazil, Russia, India, China. Cependant on peut faire choisir de faire des echanges avec ce groupe: commerciaux , techniques, etc. Je crois que c’est ce que tu veux dire. On peut aussi commencer avec notre voisin du sud, l’Afrique du Sud, qui a beaucoup a nous offrir et sans arriere pensees, contrairement a certains pays neocolonialistes. Le Vietnam qui a fait des pas de geants depuis les annees 70 est un autre pays qui devrait interesser l’Algerie. Toutes les multinationales qui ont quitte la Chine, qui n’offre plus les meme avantages, sont en train de s’installer au Vietnam. J’y ai passé deux semaines il y a presque deux annees de cela et je ne pouvais pas croire mes yeux a la vue de tout ce qu’y se passait. Meme leur aeroport, tres impressionant d’ailleurs, a ete construit par une compagnie vietnamienne. Imagine notre performante DNC-ANP, si nos vautours l’avait laisse continuer a se developper.




      21



      3
        Genseric
        13 novembre 2017 - 19 h 04 min

        Justement t’as oublié l’Afrique du Sud dans le « BRICS »




        5



        3
    Karamazov
    13 novembre 2017 - 12 h 38 min

    Ya mehenti khlate 3lina ! Dans mon élan, emporté par un enthousiasme patriotique aveuglément téméraire, tellement nmout 3la watani, j’ai cru lire :
    « L’Algérie se prépare à des échanges internationaux en monnaie Algérienne: le dinar ».

    Et j’allais vous envoyer un commentaire alambiqué sur les prouesses de notre économie et sur la disparition du change parallèle et du change tout court puisque le dinar s’échangera contre du dinar elhemdoullah ya Rebbi el 3alamine.

    Et là on en mettra plein les zoeils à la planète et on fera trembler les traders en spéculant sur notre propre monnaie.

    Et d’un coup , j’en suis revenu tout ébouriffé tellement je me suis déçu mwamim.

    Çà nous ferait quoi d’aller de Charybde en Scylla ?




    14



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.