May défend les musulmans de Birmanie et accuse le régime d’épuration ethnique

Theresa May musulmans
Theresa May, Première ministre britannique. D. R.

De Londres, Boudjemaa Selimia – Dans un important discours sur la politique étrangère de la Grande-Bretagne prononcé à Londres ce lundi soir et consacré entièrement à la situation des musulmans en Birmanie, la Première ministre britannique a qualifié cette crise «d’opération d’épuration ethnique ». Theresa May a tenu ces propos après la diffusion des premières images diffusées par la chaîne d’information en continu Sky News sur la répression brutale qui s’abat sur cette communauté. Des images qui ont provoqué un choc dans l’opinion publique britannique, notamment celles montrant des enfants dans ce qui ressemble à un vaste camp de concentration suppliant la communauté internationale de leur venir en aide.

La Première ministre britannique, qui a tenu à rendre hommage à l’équipe de Sky News pour le travail réalisé sur place, le premier reportage d’une chaîne de télévision étrangère depuis le début de ce génocide, s’est engagée à intensifier les efforts pour intervenir en faveur des Rohingyas. Pour Theresa May, il s’agit d’une «grave crise humanitaire qui ressemble à une opération de purification ethnique perpétrée par l’armée birmane avec la complicité des autorités de Myanmar», soulignant, au passage, que la Grande-Bretagne est le premier donateur au profit des victimes rohingyas.

«Nous allons continuer à jouer un rôle prépondérant à travers la mobilisation de la communauté internationale, en collaboration avec les Nations-unies et l’ensemble des partenaires régionaux», a promis la Première ministre britannique, qui s’est engagée à «faire tout [son] possible» pour mettre un terme à cette situation «épouvantable» et «inhumaine».

B. S.

Comment (7)

    Anonyme
    15 novembre 2017 - 18 h 57 min

    incorrigible Albion: toujours aussi perfide. Le timing de cette sortie n’est pas fortuit car il est concomitant avec le centenaire de la déclaration de Balfour dont elle a fêté en grandes pompes l’anniversaire et auquel elle a convié le génocidaire Netanyahou, oubliant le génocide perpétré contre le peuple palestinien depuis 1948 par leur Frankenstein . En écho et comme à leur sinistre habitude, ses cousins d’Amérique, par la bouche de leur Secrétaire d’Etat Tilerson viennent de déclarer « que ce n’est pas le moment de sanctionner le régime birman ».




    2



    1
    Kassaman
    14 novembre 2017 - 13 h 04 min

    encore est toujours le même modus operandi, la secte impérialo-sioniste fomente des troubles dans le pays cible, maintenant en Birmanie comme hier en Libye, Syrie ou Venezuela, en y envoyant leur mercenaires de daesh ou autres. Ces derniers s’infiltrent dans la population musulmane locale, profite de manifestations diverses et déclenchent des violences envers les services de l’ordre. Ces derniers répliquent et l’engrenage de la violence est enclenché, le feux a pris. Ne nous laissons pas avoir par les larmes de crocodiles de ces occidentaux, qui ne pleurent que les morts qui les arrangent.




    4



    2
    Anonyme
    14 novembre 2017 - 11 h 36 min

    Theresa May a rejoint le pas de Sir Prince Charles, amiral de la Royal Navy et maréchal de l’Armée britannique.
    Donc si j’ai bien compris : Pendant que des élites occidentales dénoncent l’épuration…., les muz continuent à faire la sourde oreille car ils préfèrent aller lire les mensonges d’un certain AL-BKH…




    3



    3
    Anonyme
    14 novembre 2017 - 11 h 15 min

    C est trop tard…l epuration ethnique et la souffrance des musulmans de Birmanie a ete accomplie sous vos Yeux, Et le YEMEN qu est que vous en faites…….les medias occidentaux n en parlent pas, des dizaines de milliers crevent sous les bombes, la famine et les epidemies de cholera.
    SKY NEWS pour etre credible doit faire son reportage reel sur la misere du peuple Yemenite sous les bombes de la coalition Saoudienne!!




    4



    2
    Hamidou
    14 novembre 2017 - 11 h 13 min

    ALL MY RESPECT TO YOU, MRS. MAY FOR YOUR COURAGE.




    5



    3
    Judas
    14 novembre 2017 - 8 h 45 min

    Quelle hypocrisie ! Et quel machiavélisme, les yéménites qui meurent chaque jours sous les bombes de Al Saoud c’est pas des musulmans ni des êtres humains, mais les quelques milliers de musulmans déplacés de Birmanie sont des musulmans de première classe qu’il faut défendre coûte que coûte!!!
    Pour les autorités birmanes bouddhistes, c’est haram qu’ils tuent des musulmans, mais pour les saoud étant musulmans c’est halal de tuer des musulmans??!!




    5



    5
    Rayes Al Bahriya
    14 novembre 2017 - 7 h 38 min

    Pourquoi ne pas envoyer les portes avions
    US et britannique dans la région?
    Le monde musulman ne bouge pas le petit doigt
    Pour sauver les vies humaines.
    HONTEUX et scandaleux.




    8



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.