Il attaque Djamel Ould-Abbès : Amar Saïdani prépare-t-il son retour au FLN ?

FLN Amar
Vers le retour d'Amar Saïdani à la tête du FLN ? New Press

Par Hani Abdi – L’ex-secrétaire général du FLN Amar Saïdani revient sur la scène politique en cette fin de campagne électorale, en animant des rencontres avec des candidats FLN aux élections locales dans certaines communes de l’est du pays. En prenant la parole, Amar Saïdani n’a pas été tendre avec l’actuel secrétaire général du parti, Djamel Ould-Abbès. «Le parti du FLN gouverne au nom de la révolution démocratique, au nom de la légitimité démocratique et non pas au nom de la légitimité historique», a lancé Amar Saïdani, qui contredit ainsi totalement le discours de campagne de son «successeur» ou «remplaçant», Djamel Ould-Abbès, qui ne cesse de se référer au FLN historique en tant que «dépositaire de l’indépendance de l’Algérie».

Amar Saïdani insiste en affirmant qu’aujourd’hui «la légitimité de l’urne» prime sur le reste. «Nous gouvernons au nom de la légitimité des urnes. Le président du parti est élu à la majorité absolue», a ajouté Amar Saïdani qui marque ainsi un retour tonitruant sur la scène médiatique, s’attaquant en des mots à peine voilés à Djamel Ould-Abbès, avec lequel le courant passe mal.

L’ex-secrétaire général du FLN rassure cependant qu’il ne s’agissait pas d’abandonner cette catégorie d’Algériens qui ont fait la Guerre de libération nationale mais plutôt de poser les jalons d’une nouvelle Algérie «solide et sûre» grâce à sa jeunesse. C’est la nouvelle tentative d’Amar Saïdani de revenir sur la scène politique nationale. Il avait échoué une première fois lorsqu’il a rejoint la commission nationale des candidatures de son parti. Face à un Djamel Ould-Abbès intraitable, Amar Saïdani a fini par claquer la porte.

Aujourd’hui, en fin de campagne, Amar Saïdani semble chercher à se positionner contre l’actuel secrétaire général dans l’espoir de «capitaliser» un éventuel recul du FLN aux élections locales et baliser le terrain pour son retour à la tête de cette formation politique, à la veille d’une élection présidentielle des plus incertaines. Depuis sa démission forcée le 22 octobre 2016, Amar Saïdani manœuvre dans l’ombre pour créer les conditions de son retour à la tête du FLN. Est-il en train de préparer son retour ? On le saura bientôt.

  1. A.

Comment (31)

    Aldjazairi
    19 novembre 2017 - 14 h 01 min

    Et une Clownerie de plus et Une !!!!! C est peut être pour ça que le Torchon où sévit le Faussaire BHL (le Point pour ne pas le nommer) fait une UNE aussi C… que ses journaleux : «l Algerie le pays le plus mysterieux du monde »….




    2



    0
    Anonyme
    19 novembre 2017 - 13 h 51 min

    plus le blason la politique extérieur algérienne brille de tout son éclat plus la politique intérieur sombre dans le coté obscur par son inexistence de justice, par extrême inégalité des sexes, repartition de richesses,sociale, etc. etc. je ne vous apprend rien!




    1



    0
    Mas Umeri
    19 novembre 2017 - 11 h 40 min

    Les sieurs Ould Abbés et Saidani sont les deux côtés d’une même pièce de monnaie, l’un Face, l’autre Pile. Ould Abbés, la Face de menteur, qui ne cesse d’en rajouter a chaque jour qui passe sur son passé de « révolutionnaire » inventé, sur l’appropriation du sigle F L N (…). Saidani, le coté Pile, puisqu’il a réussi a piller la caisse agricole, avec l’argent de laquelle il s’ est offert le logement luxueux de Neuilly. Ce sont deux épaves qu’il faut jeter aux oubliettes de l’histoire.




    7



    0
    Rascasse
    19 novembre 2017 - 10 h 58 min

    De la pure comédie pour faire du mouvement dans un statuquo bénéfique pour perpétuer le clan.
    Rana zaafanine!!!




    4



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.