Sécurité : le général-major Hamel souhaite plus de coopération avec le Liban

Le directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel
Le directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel. New Press

Le directeur général de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, a évoqué, ce dimanche à Alger, avec l’ambassadeur libanais en Algérie, Ghassan al-Moualim, les relations bilatérales «exceptionnelles» dans le domaine sécuritaire et l’échange d’expériences et d’expertises en matière de formation policière spécialisée, indique ce dimanche un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Evoquant les relations exceptionnelles entre les deux pays dans le domaine sécuritaire et les voies de leur renforcement face aux défis sécuritaires communs impliquant une coopération aux niveaux international et arabe, les deux parties ont mis l’accent sur la nécessité de «l’échange d’expériences et d’expertises en matière de formation policière spécialisée, l’amélioration des performances et l’exécution efficace des différentes missions policières dans la lutte contre toutes les formes de criminalité, notamment la néocriminalité et le crime transfrontalier».

Le général-major Hamel a indiqué que «les défis sécuritaires communs» impliquent, pour les deux pays, la consolidation des acquis de la coopération et la promotion des échanges, notamment des expériences, soulignant que la police algérienne «ne ménage aucun effort en vue de renforcer les domaines de coopération policière aux niveaux international et arabe», notamment à travers une large utilisation des nouvelles technologies.

De son côté, l’ambassadeur libanais s’est félicité du niveau des relations exceptionnelles entre les polices des deux pays, saluant «le professionnalisme de la police algérienne» et son rôle primordial dans le soutien et la mise à niveau professionnelle et scientifique des effectifs des polices arabes pour être au diapason des derniers développements enregistrés dans le domaine de la criminalité.

R. N.

Comment (7)

    Anonyme
    20 novembre 2017 - 15 h 25 min

    Il ferait mieux de s’occuper des rues réquisitionnées par les narcotrafiquants venus de partout.




    2



    1
    Anonyme
    20 novembre 2017 - 14 h 40 min

    Occupe toi de la sécurité des citoyens, c’est beaucoup mieux.

    Des étudiantes sont attaquées à l’acide et toi tu tournes tes yeux vers des choses qui ne sont pas dans tes prérogatives.




    5



    1
    Anonyme
    20 novembre 2017 - 1 h 48 min

    Je crois que nous avons plusieurs présidents. Je ne comprends pas El-Khardja Hadi.




    4



    1
    Moh
    20 novembre 2017 - 1 h 21 min

    Si ce type est général Drabki est Maréchal.




    5



    2
    Algérien
    19 novembre 2017 - 21 h 55 min

    Bravo a l’Algerie
    Il faut soutenir les Libanais sans distinction.
    L’expérience Algérienne donnera des sueurs froides et des insomnies
    Au charognards attendant l’agonie du Liban .




    11



    2
    Chaoui Ou Zien
    19 novembre 2017 - 20 h 47 min

    Et pourquoi mon general? Vous voulez qu’on refasse l’histoire des comptoirs pheniciens? Vous devriez lire comment leurs ancetres ont acquis le territoire sur lequel ils ont erige Carthage? L’histoire se repete pour ceux qui ne la lisent pas. Ceci etant dit, que pourraient ils nous apporter ces libanais.? Rien de rien.




    6



    3
    Abou Stroff
    19 novembre 2017 - 16 h 05 min

    « Sécurité : le général-major Hamel souhaite plus de coopération avec le Liban » titre R. N..
    moua, avec ma naïveté légendaire, me pose la question suivante: hamel émet il son souhait en tant que gendarme commandant la police ou en tant que porte-parole du ministre de l’intérieur qui aurait eu préalablement l’aval du président de la république?
    dans le cas où la réponse serait négative, ne pourrait on pas considérer que hamel ne devrait pas, en tant que gendarme commandant la police, s’immiscer dans un domaine où il n’a aucune compétence?




    9



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.